La sensation de ventre gonflé est un signe très courant, le plus souvent associé à des gaz intestinaux causés par l’aérophagie, le stress ou des problèmes de digestion. Chez certaines femmes, il peut aussi s’agir de gonflements et de douleurs abdominales en fin de cycle menstruel, à certaines périodes de leur vie comme la grossesse ou autour de la ménopause. Tous ces ballonnements sont assez désagréables à vivre, mais heureusement, ce sont des troubles bénins dans la majorité des cas. En revanche, quand ils deviennent trop fréquents ou trop douloureux, sans explication évidente (ex : repas trop copieux), il est alors recommandé de consulter un professionnel de santé. Derrière les ballonnements ou la distension abdominale peuvent en effet se cacher d’autres pathologies nécessitant une prise en charge spécifique (ex : appendicite, intolérance au lactose, syndrome de l’intestin irritable, acidité gastrique, déséquilibre du microbiote, surpoids…). Sinon, voici une sélection de solutions naturelles pour vous aider à les soulager rapidement, les prévenir, en limiter l'impact sur la qualité de vie.

Cet article a été mis à jour le 10/07/2024

Craquez pour la Compagnie

BALLONNEMENTS
Huiles essentielles en...
A partir de 14.9€
picto cart
CONFORT INTESTINAL
Huiles essentielles en...
A partir de 14.9€
picto cart
FLATULENCES
Huiles essentielles en...
A partir de 14.9€
picto cart
Pur Jus d'Aloe Vera Bio
Solution buvable
A partir de 10.15€
picto cart
Thé Hojicha Japonais BIO
En Poudre
A partir de 16.99€
picto cart
LAVANDE FINE
Huile essentielle BIO
A partir de 4.1€
picto cart
CAMOMILLE MATRICAIRE
Huile essentielle BIO
A partir de 22.8€
picto cart
-10% sur votre commande, dès 50€, valable jusqu'à dimanche prochain : PROM-2307

Top 5 des remèdes les plus efficaces

1. Pour se débarrasser rapidement des gaz intestinaux : le charbon végétal activé ou l'huile essentielle de Cardamome.
2. Contre les ballonnements et les flatulences après le repas : les graines de Fenouil en tisane digestive, ou à grignoter en sortant de table.
3. En massage abdominal : l’huile essentielle d’Estragon ou l’huile essentielle de Camomille Romaine quand le ventre est gonflé et douloureux (pendant la digestion, en cas de stress, en fin de cycle ou à la ménopause…).
4. En cas de gonflements à cause de la constipation : le Psyllium, le laxatif naturel à privilégier.
5. Si le ventre est souvent gonflé à cause du stress : le macérat de bourgeons de Figuier en cure de fond.

En complément, il est essentiel de prendre le temps de mastiquer, d’adapter son alimentation, de limiter les effets du stress et de pratiquer une activité physique régulière, mais sans excès.

Consulter un médecin rapidement : si les ballonnements et le ventre gonflé s’accompagnent de douleurs abdominales intenses, de constipation persistante, de vomissements, de fièvre, de sang dans les selles, si le ventre devient très dur, qu’il est impossible d’aller à la selle ou d’émettre des gaz.

Pour soulager rapidement quand le ventre est gonflé à cause des ballonnements

Les ballonnements correspondent à une accumulation de gaz intestinaux dont les causes sont multiples : aérophagie, lenteurs digestives, déséquilibre de la flore intestinale et fermentations, alimentation, grossesse… Ils se manifestent par un ventre gonflé, plus ou moins douloureux, accompagné de tout un cortège de signes assez désagréables, souvent embarrassants : rots et éructations, météorismes et gargouillis, flatulences et autres pets… Même s’ils sont bénins dans la majorité des cas, il est légitime de vouloir s’en débarrasser ou d’en limiter les effets avec des solutions naturelles. S’ils persistent, des conseils complémentaires sont aussi donnés en fin de page.

Le charbon végétal activé : le reflexe rapide pour évacuer les gaz

Le charbon végétal activé est obtenu par un procédé de fabrication spécifique en deux étapes : une première calcination du bois à l’abri de l’air, puis une deuxième combustion en présence de vapeur d’eau. C’est ce processus d’activation qui permet d’augmenter sa porosité et lui confère des propriétés d’adsorption ; c’est-à-dire sa capacité à attirer et à capter certaines toxines (ex : métaux lourds et autres poisons chimiques, y compris les médicaments) et les gaz.

Même s’il y a peu d’études qui confirment son efficacité sur les gaz intestinaux, le charbon végétal activé fait partie des traitements de première intention en cas de ballonnements, que ce soit en automédication ou sur prescription médicale. Il est conseillé dans toutes les situations de désagréments bénins liés à des gaz intestinaux (aérophagie, éructations, flatulences), mais également dans certains cas de diarrhée, de mauvaise haleine ou d’intoxications, sans oublier son usage local en cosmétique dans des masques et autres soins de la peau pour éliminer l’excès de sébum ou d’impuretés.

Précautions d’emploi ?

En cas de grossesse, d’allaitement, et pour les enfants de moins de 12 ans, il est recommandé de demander au préalable un avis médical. Pas d’utilisation prolongée chez les femmes enceintes ou celles qui allaitent, chez les personnes âgées et chez les enfants.

Compte tenu de son pouvoir adsorbant, il est conseillé de bien s’hydrater et de respecter un délai d'au moins 2 heures entre la prise de charbon végétal activé et celle d’autres médicaments, y compris la pilule contraceptive. A noter aussi que sa consommation colore les selles et peut s’accompagner de constipation.

Comment l’utiliser ?

Les autorités de santé européennes estiment que les produits contenant du charbon activé peuvent contribuer à réduire l’excès de flatulences après le repas, à conditions que chaque prise contienne au moins 1 gramme de charbon végétal activé. Il est également précisé d’en prendre au moins trente minutes avant le repas, à compléter par une seconde prise juste après le repas.

  • En poudre : 1 cuillère à soupe contient environ 8g de charbon végétal activé. Une cuillère à café par prise (avant et après le repas) est donc suffisante pour réduire les ballonnements et les flatulences. À dissoudre au préalable dans de l'eau froide et l’avaler de préférence avec une paille pour éviter d’avoir la langue noire.
  • En compléments alimentaires : la contenance des gélules, des comprimés ou des dosettes étant variable, il est recommandé de suivre les conseils d’utilisation indiqués sur le produit.

L’huile essentielle de Cardamome : la référence contre les flatulences

L’huile essentielle de Cardamome regroupe à elle seule toutes les propriétés recherchées en cas de flatulences :

  • Des propriétés antispasmodiques : pour soulager quand les flatulences s’accompagnent de douleurs abdominales.
  • Des propriétés digestives : pour soutenir le processus digestif qui, quand il ne fonctionne pas bien (manque d’enzymes, trop ou pas assez d’acidité dans l’estomac, intestins paresseux…) favorise, entre autres, une production excessive et gênante de gaz intestinaux.
  • Des propriétés régulatrices de la flore intestinale : pour éviter ces fermentations anormales causées par un microbiote perturbé, comme dans le cas du SIBO par exemple.
Comment l’utiliser ?

La Cardamome ne doit pas être utilisée sur une durée prolongée, mais c’est une huile essentielle assez souple d’emploi. Son usage par voie cutanée permet de bénéficier en plus des bienfaits complémentaires du massage abdominal.

  • Réservée aux + de 6 ans. Par voie orale, 1 goutte de Cardamome dans une cuillère à café d'huile d'olive ou de miel, jusqu'à 3 fois par jour.
  • À partir de 3 ans. Par voie cutanée, 1 goutte de Cardamome diluée dans 4 gouttes d'huile végétale, en massage sur l'abdomen 3 fois par jour.
  • En synergie avec d'autres huiles essentielles contre les ballonnements.
Autres huiles essentielles efficaces ?
D’autres huiles essentielles vont pouvoir être utilisées, seules ou en synergie, en cas de ballonnements pour limiter les gaz et soulager les douleurs abdominales. Par exemple : l’huile essentielle de Camomille Romainel’huile essentielle d’Estragon ou l’huile essentielle de Basilic qui sont très antispasmodiques, ou encore l’huile essentielle de Menthe Poivréel’huile essentielle d’Angélique  et l’huile essentielle de Carvi qui sont aussi toniques digestives mais moins souples d’emploi que la Cardamome.

Le Fenouil : des graines anti-ballonnements

Les graines de Fenouil (Foeniculum vulgare) connues en Égypte comme en Grèce depuis l’Antiquité, sont également utilisées en médecine traditionnelle chinoise ou indienne. Dans la thérapeutique de Hildegarde de Bingen, le Fenouil est incontournable, considéré comme un remède universel : « Sous quelque forme que l’on consomme le fenouil, il rend gai, donne au corps une bonne irrigation sanguine, une bonne odeur et facilite la digestion… Chez celui qui mange quotidiennement du fenouil ou des graines de fenouil à jeun, les mucosités délétères et les substances putrides diminuent et il perd aussi sa mauvaise haleine… ».

Même s’il existe peu d’études sur leurs propriétés digestives, les graines de Fenouil sont bien inscrites aux Pharmacopées européenne et française. Elles font partie de la longue liste des plantes dites « eupeptiques » (ou « carminatives »), traditionnellement utilisées en cas de troubles digestifs tels que : ballonnements, lenteurs à la digestion, éructations, flatulences… On retrouve dans cette liste beaucoup de plantes aromatiques et d’épices comme le basilic, l’estragon, le laurier, la menthe poivrée, les clous de girofle… mais aussi l’Anis vert et la Badiane de Chine qui ont des propriétés très similaires au Fenouil. En effet, ces trois plantes ont en commun ce goût anisé caractéristique du Pastis qui signe la présence d’anéthole.

Précautions d’emploi

Aux doses recommandées, il n’y a pas de précautions d’emploi particulières Les infusions de graines de Fenouil peuvent même être utilisées pour le nourrisson en cas de colite (avec une dizaine de graines seulement, l’équivalent de 1 à 2 grammes / jour) ou les femmes allaitantes (pour bénéficier de leur effet galactogène en cas de lait maternel insuffisant).

Il est cependant recommandé de ne pas en abuser en raison de la présence d’anéthole. Cette molécule aux propriétés oestrogen-like peut notamment poser un problème en cas d’hyperœstrogénie (ex : mastoses). Pour les femmes enceintes ou pour un usage prolongé, il est donc conseillé de ne pas dépasser 7 g de graines de Fenouil par jour. L’huile essentielle de Fenouil, encore plus concentrée en anéthole, est d’ailleurs contre-indiquée en cas de pathologies ou d’antécédents de cancers hormonodépendants.

Comment les utiliser ?
  • En infusion : verser 1 cuillère à café de graines pour une tasse d'eau chaude. Laisser infuser 5 à 10 minutes puis filtrer. Boire 2 à 3 tasses par jour, de préférence après le ou les repas. Pour les bébés, se limiter à une dizaine de graines seulement, l’équivalent de 1 à 2 grammes / jour.
  • En graines à grignoter : cela permet tout simplement de profiter pleinement des propriétés digestives du Fenouil comme cela est souvent proposé à la fin du repas dans les restaurants indiens ou pakistanais.
  • En mélange dans des tisanes « digestives », par diverses associations avec d'autres plantes dites eupeptiques comme les feuilles de Laurier ou les feuilles de Menthe Poivrée.

L’hydrolat de Basilic : idéal contre les ballonnements pendant la grossesse

Compte tenu des précautions d’emploi à respecter tout au long de la grossesse avec les huiles essentielles comme avec certaines plantes, les hydrolats aromatiques représentent une alternative douce beaucoup plus souple d’emploi. Cela ne concerne d’ailleurs pas que les femmes enceintes, mais également toutes les personnes sensibles ou à risques : jeunes enfants, séniors, personnes polymédicamentées… Prêts à l’emploi, les hydrolats conviendront aussi à toutes celles et ceux qui sont pressés et n’ont pas le temps de préparer une tisane.

Les ballonnements sont un problème assez fréquent, surtout en fin de grossesse. À condition que les ballonnements soient bénins, un hydrolat comme l’hydrolat de Basilic présente alors de nombreux atouts : un usage facile par voie orale et des propriétés à la fois digestives, carminatives (anti-ballonnements) et antispasmodiques, mais aussi antinauséeuses… ce qui est bien utile tout au long de la grossesse. Seul son goût ne fait pas toujours l’unanimité. Il pourra alors être remplacé par l’hydrolat de Camomille Romainel’hydrolat de Laurier Noble ou encore l’hydrolat de Verveine citronnée.

Comment l’utiliser ?
  • Pour les femmes enceintes et à partir de 6 ans. Par voie orale, mettre 3 cuillères à soupe d’hydrolat de Basilic dans 1L d’eau, à boire au cours de la journée ou 1 cuillère à soupe dans un verre d’eau après les repas.
  • Pour les enfants de 3 mois à 6 ans. Par voie orale, 1 à 3 cuillères à café par jour. A prendre après les repas dans un verre d’eau ou un biberon.

L’argile blanche : un pansement digestif naturel quand l’estomac est gonflé

L’Argile blanche de type Kaolin est considérée comme un pansement digestif et fait ainsi partie des traitements contre les ballonnements. C’est grâce à son pouvoir couvrant et adsorbant qu’elle contribue à limiter la formation de gaz et à soulager en cas de douleurs gastriques. L’Argile blanche entre notamment dans la composition de plusieurs médicaments à base de pansement digestif et d’antiacides, indiqués pour soulager les ballonnements quand ils sont associés à des douleurs et des sensations de gonflement au niveau de l’estomac.

Attention par ailleurs à respecter certaines précautions d'emploi. Il est conseillé de demander un avis médical, car ce genre de ballonnements, surtout s’ils sont intenses ou répétés, peuvent être le signe d’une autre pathologie nécessitant une prise en charge spécifique : gastrite, ulcère, reflux gastro-œsophagien, gastroparésie… De plus, les personnes sujettes à la constipation ne doivent pas utiliser l'argile par voie interne. Son usage est également contre-indiqué chez les personnes ayant une hernie digestive, en cas d’hypertension artérielle, d’antécédent d’occlusion intestinale ou encore de nausées. L'ingestion d'argile doit enfin se faire à distance de la prise d'autres médicaments. .

Comment l’utiliser ?

Réservé à l’adulte. Par voie interne. Préparer de l’eau argileuse avec une cuillère à café d’Argile blanche. À prendre une fois par jour, au moins une heure avant ou après le repas. Ne pas dépasser 3 semaines de prise. Il est important de boire suffisamment d'eau en cas de prise prolongée. Demander un avis médical pour les femmes enceintes et allaitantes.

Le macérat de bourgeons de Noyer : quand le microbiote intestinal est perturbé

Quand les ballonnements s’accompagnent d’épisodes de diarrhée ou d’éructations fréquentes, s’ils sont apparus après un traitement antibiotique, si les gaz abdominaux surviennent plutôt après le repas… il est probable que la flore intestinale soit perturbée. Le macérat de bourgeons de Noyer, connu pour ses propriétés régulatrices du microbiote, va alors être choisi pour exercer une influence bénéfique sur tout l’écosystème intestinal.

Comment l’utiliser ?

Compte tenu de la présence d'alcool, les macérats de bourgeons sont contre-indiqués pendant la grossesse et avant l’âge de 3 ans. L’action des macérats de bourgeons n’étant pas forcément immédiate, il vaut mieux les utiliser sous forme de cure d’au moins 3 semaines en vue d’une action globale ou préventive, avec des doses progressives :

  • Adultes et adolescents : 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d'eau, à répartir en 1 à 3 prises dans la journée selon les cas, au moins 15 minutes avant le repas, durant 3 semaines. Commencer par 5 gouttes et augmenter au fur et à mesure (soit d'une goutte par jour jusqu'à 15 gouttes, sinon : 5 gouttes la première semaine, 10 la deuxième et 15 la dernière). Faire une pause d’une semaine avant d’entamer une nouvelle cure si besoin.
  • À partir de 3 ans : 1 goutte par jour pour 10 kilos. Commencer par 1 goutte et augmenter progressivement au cours des trois semaines. Faire une pause d’une semaine avant d’entamer une nouvelle cure si besoin.

Quand le ventre est gonflé à cause de la constipation

La constipation est effectivement une cause fréquente de ballonnements et de ventre gonflé. En complément de certaines habitudes à adopter (hydratation et apports en fibres suffisants, activité physique, gestion du stress…), plusieurs solutions naturelles vont aussi permettre de stimuler le transit s’il est un peu trop paresseux.

Le Psyllium : le laxatif naturel de première intention

L’enveloppe des graines de Psyllium blond (Plantago ovata ) est particulièrement riche en mucilages, des fibres solubles qui ont la capacité de gonfler et de former des gels en présence d’eau. C’est ce qu’on appelle l’effet de lest. Le Psyllium est ainsi considéré comme l’un des meilleurs remèdes contre la constipation, reconnu par plusieurs organismes de référence comme l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Contrairement aux Pruneaux, le Psyllium est par ailleurs peu fermentescible. Il est donc à privilégier quand la constipation s’accompagne de ballonnements. Seules les personnes ayant une alimentation habituellement pauvre en fibres risquent, au début de la prise de Psyllium, d’être gênées par une production inhabituelle de gaz, mais ces fermentations sont censées disparaître rapidement. Le meilleur moyen de les éviter, consiste, comme pour les autres apports en fibres, à augmenter progressivement les doses.

Dans quels cas l’utiliser ?

Le Psyllium fait partie des laxatifs naturels efficaces en cas de constipation. Il est assez souple d’utilisation, recommandé même pour les femmes enceintes. Cependant, comme tous les laxatifs (naturels ou non), son usage est réservé aux situations de constipation occasionnelle, non compliquée, et doit rester ponctuel. Un avis médical est toujours préférable, voire nécessaire en cas de grossesse, chez les enfants, pour une utilisation prolongée, pour les personnes sous traitement contre un diabète, des troubles bipolaires ou une épilepsie.

Si le ventre est souvent gonflé, associé à de la constipation chronique, en alternance avec des épisodes de diarrhée et d’autres signes comme des maux de ventre fréquents… il peut alors s’agir de troubles fonctionnels intestinaux auxquels on donne aussi les noms de colopathie fonctionnelle, de syndrome de l’intestin ou du côlon irritable. Polyvalent, à la fois antidiarrhéique, laxatif et peu fermentescible, le Psyllium conviendrait aussi dans ce cas-là.

Comment l’utiliser ?
  • À partir de 6 ans. 1 à 2 cuillères à café de poudre de Psyllium blond (environ 10-20 g) à répartir en 2 ou 3 prises dans la journée. À consommer impérativement dans un liquide (au moins 100 mL d’eau par prise) : mélanger et boire rapidement avant que le gel ne se forme. Ne pas oublier de boire au moins 200 mL d’eau après chaque prise. Si le goût est désagréable, il est possible de l’ajouter dans des préparations (jus de fruit, porridge, soupe, compote, yaourt).
  • La consommation de Psyllium (sous forme de poudre, graines, ou téguments) est considérée sans risque, même pendant la grossesse et l’allaitement, à condition de boire suffisamment, de respecter les doses ainsi qu’un délai d’au moins deux heures entre la prise de Psyllium et celle des médicaments. Un avis médical est nécessaire pour les patients traités pour le diabète, des troubles bipolaires ou une épilepsie.

L’huile essentielle de Gingembre : à privilégier en cas d’intestins paresseux

L’huile essentielle de Gingembre fait partie des huiles essentielles digestives comme la Cardamome ou la Menthe Poivrée. En aromathérapie, c’est celle qui est plus particulièrement recommandée en cas de constipation. Elle est en effet connue pour stimuler la motilité des intestins paresseux ainsi que les sécrétions salivaires et gastriques. C’est pourquoi, elle est dite « carminative ». Elle s’utilise par voie orale, mais il est également possible de l’appliquer sur le ventre, diluée dans une huile végétale, ce qui permet de bénéficier des effets synergiques du massage pour améliorer le transit intestinal et favoriser l’évacuation des gaz.

  • À partir de 6 ans. Par voie orale, 1 goutte pure d’huile essentielle de Gingembre dans une cuillère à café d’huile d’olive ou de miel, avant les repas, pendant 3 jours maximum.
  • À partir de 3 ans. Par voie cutanée, 1 goutte d'huile essentielle de Gingembre diluée dans 4 à 5 gouttes d'huile végétale, en massage abdominal, 1 à 2 fois par jour, pendant 5 à 7 jours maximum.

Le macérat de jeunes pousses d’Airelle : en cure de fond pour améliorer le transit

La gemmothérapie s’utilise de préférence en cure d’au moins 3 semaines, car les macérats de bourgeons ont une action globale et rééquilibrante sur différentes fonctions de l’organisme. Ainsi, quand le ventre est souvent gonflé, en lien avec une constipation chronique, il est recommandé de commencer par une cure de macérat de jeunes pousses d’Airelle.

Ce macérat est la référence pour réguler le transit intestinal, mais il faut tenir compte de son action œstrogène-like, et ne pas l’utiliser chez les personnes atteintes de cancer hormono-dépendant. D’autres macérats peuvent alors être choisis comme le macérat de bourgeons de Figuier, plus particulièrement indiqué quand le stress est à l’origine de lenteurs et de troubles digestifs.

  • Adultes et adolescents : 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d'eau, à répartir en 1 à 3 prises dans la journée selon les cas, au moins 15 minutes avant le repas, pendant 3 semaines. Commencer par 5 gouttes et augmenter au fur et à mesure (soit d'une goutte par jour jusqu'à 15 gouttes, sinon : 5 gouttes la première semaine, 10 la deuxième et 15 la dernière).
  • Faire une pause d’une semaine avant d’entamer une nouvelle cure si besoin. Compte tenu de la présence d'alcool, les macérats de bourgeons sont contre-indiqués pendant la grossesse.

Quand le ventre est gonflé à cause du stress

Qu’il soit aigu ou chronique, le stress est connu pour avoir de nombreuses conséquences sur le fonctionnement de l’organisme et la santé en général. Chez certaines personnes, les répercussions vont plus particulièrement concerner le système digestif. Extraits naturels, techniques respiratoires…. les solutions naturelles en cas de stress sont multiples. Voici une sélection ce celles qui sont à privilégier quand le ventre est gonflé à cause du stress.

L’huile essentielle de Petit Grain Bigarade : pour soulager rapidement

Le Petit Grain Bigarade est l’huile essentielle de référence en cas de stress. Ses propriétés calmantes, anxiolytiques et rééquilibrantes du système nerveux ont été confirmées par plusieurs études, qu’elle soit utilisée en olfaction, en massage ou par voie orale. Riche en acétate de linalyle, cette huile essentielle a également des effets antispasmodiques sur les muscles lisses qui contribueront à soulager les douleurs en cas de spasmes abdominaux. Il y a cependant son odeur qui n’est pas appréciée par tous. Le Petit Grain Bigarade pourra alors être remplacé par d’autres huiles essentielles utiles en cas de stress. Il y a par exemple l’huile essentielle de Lavande Fine ou Vraie qui a une composition et des propriétés très proches de celle du Petit Grain Bigarade.

Comment l’utiliser ?

Le Petit Grain est une huile essentielle particulièrement souple d’emploi, sans risques majeurs. Un avis médical est toutefois nécessaire en cas de forte hypotension ou d’asthme. Les personnes présentant un terrain allergique doivent également être vigilantes, car elle contient une quantité importante de linalol.

À partir de 6 ans. 

  • Par voie orale, déposer une goutte d’huile essentielle sur un support neutre (par exemple une cuillère à café de miel). À avaler en cas d’épisodes de stress. Jusqu’à 6 fois par jour. Pas d'utilisation prolongée sans avis médical.
  • En inhalation, pour un effet rapide en combinant les bienfaits des huiles essentielles et de la respiration. Respirer directement au-dessus du flacon (ou déposer 2 ou 6 gouttes d’huiles essentielles sur la mèche d’un inhalateur, ou encore une goutte sur un mouchoir). À faire en routine de détente, dès que le besoin se fait sentir.
À partir de 3 ans
  • Par voie cutanée, diluer 1 goutte d’huile essentielle dans 9 gouttes d’huile végétale, en application sur le plexus solaire, la face interne des poignets et/ou la plante des pieds. Ce mélange peut aussi s’utiliser en massage abdominal pour bénéficier des bienfaits synergiques du massage sur la gestion du stress, la réduction des spasmes abdominaux et l’amélioration du transit.
  • En diffusion, pour créer un climat de détente ou accompagner une séance de méditation. Respecter le nombre de gouttes d’huiles essentielles indiqué sur la notice du diffuseur et les temps de diffusion en fonction des utilisateurs.

Du Magnésium : pour mieux gérer le stress sans perturber les intestins

Le stress, les intestins et le magnésium entretiennent des liens étroits, important à connaître quand on souffre de ballonnements. En effet, le stress est notamment responsable de pertes excessives de magnésium. Or, c’est ce même manque de magnésium qui rend plus vulnérable au stress, tout en favorisant un ralentissement du transit qui, lui-même, contribue à freiner l’absorption de magnésium en cas de constipation... Veiller à couvrir ses besoins en magnésium ne va certes pas permettre de tout régler, mais cela évitera d’entretenir ce cercle vicieux du stress et du magnésium.

Il est alors recommandé de privilégier certains aliments, certaines eaux minérales sources de magnésium et, dans la majorité des cas, de recourir aux compléments alimentaires pour atteindre les apports journaliers recommandés par les organismes de santé (soit 300 mg pour un adulte).

Les sources de magnésium à éviter
Il est déconseillé d’utiliser le Nigari (chlorure de magnésium) ou le sel d’Epsom (sulfate de magnésium) pour couvrir ses besoins en magnésium en cas de stress. Ce sont en effet des laxatifs osmotiques puissants, irritants pour le système digestif, présentant certains risques par voie orale, surtout le sel d’Epsom. De plus, sous cette forme, le magnésium est mal assimilé. Leur usage est donc réservé pour un usage ponctuel en cas de constipation occasionnelle tout en respectant bien leurs précautions d’emploi. Il est recommandé de demander l’avis d’un professionnel de santé avant de les utiliser.
Les sources de magnésium à privilégier
  • Par l’alimentation : certains aliments sont connus pour être de bonnes sources de magnésium comme les graines de sésame ou les graines de chia, les amandes, les noix de cajou, le cacao
  • Certaines eaux minérales, notamment celles contenant au moins 50 mg de magnésium, sont une bonne source de magnésium sous une forme soluble et bien assimilée par l’organisme.
  • Sous forme de compléments alimentaires en choisissant le type de sel de magnésium adapté à chaque situation. L'oxyde de magnésium ou le magnésium marin, légèrement laxatifs, est à privilégier en cas de ballonnements et de constipation associés au stress. Opter plutôt pour le citrate, le glycérophophate ou le bisglycinate de magnésium si le transit est normal. Ces derniers sont les sels de magnésium les mieux assimilés et les mieux tolérés sur le plan digestif.

La macérat de Figuier : spécialiste de la régulation nerveuse ET intestinale

Le macérat de bourgeons de Figuier est le réflexe à avoir en gemmothérapie en cas de stress. Ce macérat de bourgeons a en effet la particularité d’agir sur nos « deux cerveaux ». À la fois anxiolytique, antispasmodique, régulateur des sécrétions gastriques et de la motilité intestinale, il est tout indiqué dans les situations de troubles émotionnels et/ou abdominaux liés au stress.

Pour bénéficier de son action équilibrante, profonde et globale, il vaut mieux faire une cure d’au moins 3 semaines, notamment en cas de stress chronique ou en prévision d’événements stressant (avant une période d’examen, une échéance professionnelle…) qui peuvent, entre autres, s’accompagner de ballonnements.

Commet l’utiliser ?

Compte tenu de la présence d'alcool, les macérats de bourgeons sont contre-indiqués pendant la grossesse et avant l’âge de 3 ans.

  • Adultes et adolescents : 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d'eau, à répartir en 1 à 3 prises dans la journée selon les cas, au moins 15 minutes avant le repas, pendant 3 semaines. Commencer par 5 gouttes et augmenter au fur et à mesure (soit d'une goutte par jour jusqu'à 15 gouttes, sinon : 5 gouttes la première semaine, 10 la deuxième et 15 la dernière). Faire une pause d’une semaine avant d’entamer une nouvelle cure si besoin.
  • À partir de 3 ans1 goutte par jour pour 10 kilos. Commencer par 1 goutte et augmenter progressivement au cours des trois semaines. Faire une pause d’une semaine avant d’entamer une nouvelle cure si besoin.

Quand le bas du ventre est gonflé en fin de cycle féminin ou à la ménopause

Plus de 150 signes physiques ou psychiques sont attribués au syndrome prémenstruel (SPM) comme les bouffées de chaleur, les douleurs mammaires, les céphalées, la déprime, la sensibilité au stress… mais aussi les sensations de gonflements, de ballonnement, de prise de poids. Ces symptômes se retrouvent également à certaines étapes de la préménopause et de la ménopause. Leur intensité et leur fréquence sont très variables d’une femme à l’autre, voire d’un cycle à l’autre. Dans tous les cas, il est légitime de vouloir les atténuer. Les mécanismes en jeux sont multiples (hormonaux, inflammatoires, nerveux, nutritionnels…) et encore mal connus, mais il existe différentes approches pour les soulager naturellement le SPM. Les solutions suivantes sont plus particulièrement recommandées quand le bas du ventre est gonflé en deuxième période du cycle ou en période de ménopause.

Le Gattillier et le Framboisier : pour la régulation hormonale

Le Gattilier : une plante incontournable

Connu depuis l’Antiquité, le Gattillier (Vitex agnus-castus) est traditionnellement utilisé dans différents troubles liés au cycle féminin : règles irrégulières ou absentes, stérilité, syndrome prémenstruel… Ses fruits (ou baies) ont fait l’objet de nombreuses études qui permettent aujourd’hui de mieux connaître leur mode d’action (plutôt progesteron-like) et leurs effets, y compris sur les ballonnements ressentis en fin de cycle ou au début de la ménopause.

Les baies de Gattilier ne se prennent pas en tisane, mais sous forme gélules de poudre standardisée ou d’extraits liquides :

  • En cas de ballonnements et de troubles prémenstruels, il est recommandé de prendre du Gattilier au milieu du cycle, environ du 8ᵉ au 21ᵉ jour. Bien respecter les posologies et recommandations indiquées sur le conditionnement, car ils dépendent du titrage des extraits contenus dans le produit.
  • Compte tenu de ses effets hormone-like et de risques d’interactions médicamenteuses, le Gattilier ne doit cependant pas être pris de manière prolongée sans un suivi médical. Il est notamment contre-indiqué pendant la grossesse, l’allaitement et en cas d’antécédents de cancer hormono-dépendant. L’Agence européenne du médicament recommande de ne pas l’utiliser plus de trois cycles consécutifs.
Le macérat de bourgeons de Framboisier : en cure de fond pour son action globale

Considéré comme LE macérat de la femmele macérat de bourgeons de Framboisier est conseillé pour son effet régulateur hormonal qu’il s’agisse de troubles liés à un manque d’œstrogènes (ex : bouffées de chaleur) ou, au contraire, à un excès d’œstrogènes. Sans être spécifique des ballonnements, il permettra d’avoir une action globale sur le cycle féminin en général et sur la plupart des signes du syndrome prémenstruel (rétention d’eau, maux de tête, mastodynie, altération de l’humeur, douleurs des seins et du bas ventre…). Ce sont aussi ces signes qu’on retrouve chez certaines femmes à l'approche de la ménopause.

  • Commencer par une cure de 3 semaines, suivie d’un arrêt d’une semaine. Il est possible de renouveler pendant plusieurs cycles.
  • Pour adultes et adolescents : 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d'eau (ou pures), 15 minutes avant le repas, pendant 3 semaines. Commencer par 5 gouttes au premier jour du cycle et augmenter au fur et à mesure (par exemple : 5 gouttes la première semaine, 10 la deuxième et 15 la dernière).

L’huile essentielle d’Estragon : quand le ventre est gonflé et douloureux

En période prémenstruelle ou à la ménopause, certaines femmes vont ressentir une pesanteur, une compression dans le bas ventre (la zone pelvienne) qui peut être douloureuse. C’est alors l’huile essentielle d’Estragon qui sera choisie pour sa richesse en méthyl-chavicol, un composant aux propriétés à la fois digestives et antispasmodiques. Cette molécule, également majoritaire dans l’huile essentielle de Basilic, agit notamment sur les muscles lisses qui sont présents tout au long du système digestif et qu’on retrouve également dans le muscle utérin. C’est pourquoi l’huile essentielle d’Estragon est aussi la référence en cas de dysménorrhée, quand les douleurs apparaissent plutôt au moment des règles. Noter alors qu’il existe encore d’autres remèdes naturels pour limiter les douleurs de règles.

Pour les adolescents et adultes :

  • Par voie orale, déposer 2 gouttes d'huile essentielle d'Estragon sur un comprimé neutre, après le repas. À réserver pour un usage occasionnel. Ne pas utiliser de façon prolongée sans avis médical et tenir compte des contre-indications de cette huile essentielle par voie orale (chez les grands fumeurs, les personnes présentant des antécédents de cancers ou des pathologies cancéreuses).
  • Par voie cutanée, diluer 1 goutte d'Estragon dans 4 gouttes d'huile végétale en massage sur l'abdomen, pendant quelques jours uniquement.

Les plantes circulatoires et drainantes : en cas de congestion du petit bassin

Le pantalon ou la jupe qui serrent font aussi partie des signes du syndrome prémenstruel, tout comme cette sensation de pesanteur ou de congestion localisée au niveau du bassin, de l’abdomen ou même des seins. Heureusement, ces inconforts disparaissant à l’arrivée des règles mais, selon les femmes, ils peuvent être assez sévères, voire douloureux.  Certaines plantes circulatoires ou drainantes, sont conseillées pour soulager plus spécifiquement la congestion pelvienne associée aux gonflements prémenstruels.

Le Marronnier d’Inde : pour favoriser la circulation

Les plantes de la circulation sanguine et/ou lymphatique sont très nombreuses. En cas de congestion du petit bassin, il vaut d’abord mieux privilégier le Marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum) dont les propriétés veinotoniques ont fait l’objet de plusieurs études. L’æscine contenue dans la graine serait à la fois vasculoprotectrice et stimulante de la contraction des veines. Des extraits titrés se sont ainsi montrés efficaces pour réduire les œdèmes et les gonflements associés.

Pour adultes et adolescents :

  • Sous forme de compléments alimentaires : en privilégiant les produits (gélules de poudre ou extraits fluides de graines) titrés en aescine. Se conformer aux conseils d’utilisation propres au dosage de chaque produit.
  • Le Marronnier d’Inde peut aussi s’utiliser en gemmothérapie sous forme de macérat de bourgeons de Marronnier, seul ou en association synergique avec le macérat de bourgeons de Framboisier, pour une action circulatoire et décongestionnante de la région pelvienne. À prendre sous forme de cure de 3 semaines : 5 à 15 gouttes de chaque par jour dans un verre d'eau (ou pures), 15 minutes avant le repas. Commencer par 5 gouttes et augmenter au fur et à mesure (par exemple : 5 gouttes la première semaine, 10 la deuxième et 15 la dernière).
L’hydrolat de Cyprès : pour une action drainante et décongestionnante

L’hydrolat de Cyprès est à privilégier pour son action drainante et décongestionnante du système veino-lymphatique en cas de rétention d’eau, de congestion du petit bassin et d’œdèmes. Il est également indiqué en usage local en cas de règles douloureuses.

Pour adultes et adolescents :

  • Par voie orale, 1 à 3 cuillères à soupe d’hydrolat de Cyprès par jour, pures ou diluées dans un verre d’eau.
  • Par voie cutanée, pour soulager localement : ajouter 2 à 3 cuillères à soupe d'hydrolat de Cyprès sur une compresse chaude à appliquer sur le bas ventre.

Que faire quand le ventre est ballonné en permanence ?

En complément des conseils ci-dessus, l’hygiène de vie et les habitudes alimentaires vont jouer un rôle important pour limiter les ballonnements (ou les aggraver) et réduire les inconforts. Chez certaines personnes souffrant de ballonnements chroniques, surtout s’ils sont associés à d’autres troubles intestinaux (ex : alternance de diarrhée et de constipation, douleurs abdominales, reflux), un diagnostic médical sera nécessaire pour ne pas passer à côté d’une pathologie digestive sous-jacente, nécessitant une prise en charge spécifique.

Intérêt et limites du « régime FODMAPs »

FODMAPs est un acronyme anglais pour désigner les glucides qui ont la particularité d’être fermentescibles (Fermentable Oligosaccharides Disaccharides Monosaccharides And Polyols). Quant au régime sans FODMAPs, il a été développé par Sue Shepard, une nutritionniste australienne pour soulager les symptômes du syndrome de l’intestin irritable (SII), en particulier les ballonnements. Depuis, ce régime est devenu « à la mode » alors qu’il n’est pas adapté à toutes les situations et qu’il est compliqué à mettre en place.

Sans accompagnement médical ou s’il est suivi trop longtemps, le régime sans FODMAPs peut même exposer à des risques de carences micronutritionnelles, de déséquilibre de la flore intestinale, d’isolement social… Il est donc recommandé, avant même de commencer un régime pauvre en FODMAPs, de consulter son médecin ou un spécialiste afin de s’assurer qu’il s’agit bien d’un syndrome de l’intestin irritable et non d’une intolérance au gluten (maladie cœliaque), d’une sensibilité au gluten, d’une intolérance au lactose, ou encore d’une pullulation microbienne intestinale (SIBO). Un diagnostic médical est d’autant plus nécessaire que toutes ces pathologies ont plusieurs symptômes en commun, notamment les ballonnements chroniques.

Adapter son alimentation pour être moins ballonné

Que les ballonnements soient chroniques ou épisodiques, certaines habitudes alimentaires vont contribuer à limiter leur production et à améliorer la qualité de vie au quotidien.

Prendre le temps de mastiquer
  • Prendre le temps de mastiquer est incontournable pour prévenir l’aérophagie, une des principales causes des ballonnements. Le fait d’ « avaler de l’air » en mangeant ou en buvant trop vite (mais aussi en mastiquant trop souvent des chewing-gums) favorise en effet les éructations et les flatulences.
  • Mais les bienfaits de la mastication ne se limitent pas à cela. Manger lentement va aussi aider à limiter les fermentations intestinales en facilitant le travail des enzymes digestives, sans oublier que la mastication est très importante dans la gestion du surpoids.
Quels aliments éviter ?
  • Les boissons gazeuses, les oignons, le chou et la choucroute, les légumineuses (haricots secs, lentilles), les radis, le raifort, les poireaux, les fruits à noyau (ex : pruneaux, abricots)… dont les effets sont variables d’une personne à l’autre. Il est alors conseillé d’essayer d’identifier personnellement ceux qui déclenchent le plus de ballonnements pour réduire leur consommation en priorité. Se faire accompagner par un diététicien ou un nutritionniste pour éviter les carences.
  • Les édulcorants, surtout les polyols qui font partie des FODMAPs (ex : sorbitol) et qui sont souvent ajoutés dans les produits « sans sucre », doivent aussi être pris en compte.
  • Les repas trop copieux, trop riches en graisses, lourds à digérer et qui vont avoir tendance à ralentir le transit.
  • Les produits contenant du gluten ou du lactose en cas d’intolérance ou de sensibilité, à préciser avec un professionnel de santé.
  • Les fast-foods, les aliments trop raffinés, les plats et viennoiseries industriels, les sources de « mauvais » gras qui sont globalement néfastes pour le système digestif et la flore intestinale.
Augmenter ses apports en fibres ?
  • L’alimentation moderne (trop riche en aliments raffinés, pauvre en fruits et légumes…) est bien loin des recommandations de l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) qui recommande un minimum de 30 g de fibres à consommer par jour. Or, ce manque de fibres est associé à la plupart des troubles intestinaux mais, selon le type et la quantité de fibres consommées, les ballonnements peuvent, au contraire, être amplifiés.
  • En cas de manque de fibres, il est donc recommandé d’augmenter ses apports progressivement en consommant à la fois des fibres solubles et insolubles. Trop de fibres insolubles (ex : son de blé, produits à base de céréales complètes…) risquent en effet de favoriser des irritations intestinales. Quant aux fibres solubles, certaines étant particulièrement fermentescibles (ex : les fibres prébiotiques comme les FOS et GOS, inuline), il vaut mieux éviter d’en apporter trop rapidement.
Quels aliments privilégier ?
  • La plupart des aromates (cannelle, cumin, fenouil, menthe…) ont des propriétés carminatives. Comme indiqué au début de cette page, certains sont consommés sous forme de tisanes ou de compléments alimentaires dans le but de réduire les ballonnements. Ils peuvent aussi y contribuer dans l’assiette en étant ajoutés aux plats pour les aromatiser.
  • Les sources de probiotiques pour prendre soin de son microbiote intestinal, en privilégiant les yaourts, le kéfir et le kombucha. Il faudra par ailleurs éviter de consommer trop de légumes lactofermentés. En effet, comme les fibres prébiotiques, ils sont bénéfiques pour la flore intestinale mais aussi gazogènes. Quant aux probiotiques sous forme de complément alimentaires, un avis de spécialiste sera nécessaire, surtout si leur consommation s’accompagne d’une aggravation des signes. Il peut alors s’agir d’un mauvais choix de souches de probiotiques ou d’un SIBO.

Prendre soin de soi et de son hygiène de vie

La gestion du stress

Le stress, surtout s’il est chronique, va avoir de nombreuses répercussions sur le fonctionnement de l’organisme en général et sur le système digestif en particulier. Chez certaines personnes, le stress est même une des principales causes des ballonnements.

En complément des produits à base de plantes présentés ci-dessus, différentes méthodes corporelles et respiratoires (méditation, respiration profonde, sophrologie…), peuvent alors être utilisées pour aider à mieux gérer le stress. Il est préférable de les pratiquer avant les repas, car un état de détente, est davantage propice à une bonne digestion. Pour en savoir plus, il est conseillé de lire notre page sur les solutions naturelles en cas de stress.

L’activité physique

La pratique régulière d’une activité physique est bénéfique à plusieurs niveaux, tant sur le plan physique et digestif que sur le plan mental en émotionnel. En favorisant la contraction des muscles intestinaux et l’activation du péristaltisme, l’activité physique facilite la digestion et le transit. Elle est notamment recommandée pour les individus sédentaires qui souffrent de ballonnements, et surtout de constipation. La pratique d’une activité physique va également contribuer à réduire le niveau de stress.

Attention cependant à privilégier une activité physique « douce et régulière », plutôt qu’une pratique sportive trop intense. Un excès d’activité physique et/ou le stress de la compétition peuvent en effet favoriser les troubles digestifs et s’accompagner de douleurs abdominales. Il vaut donc mieux opter pour la marche, le vélo, le yoga… à pratiquer le plus régulièrement possible, de préférence après le repas, comme la fameuse « promenade digestive ».

Les massages abdominaux

Le massage abdominal permet, comme l’activité physique, de stimuler le péristaltisme et de diminuer le temps de transit. il permet aussi de réduire les sensations d'inconfort ou de douleur qui accompagnent les ballonnements, sans oublier ses bienfaits sur la gestion du stress. Il est donc conseillé de se masser régulièrement le ventre.

Il existe plusieurs techniques de massage. La plus simple consiste, une fois allongé(e) sur le dos, à placer la paume d’une main sur le ventre puis, avec le plat des doigts, de dessiner des petits cercles dans le sens des aiguilles d’une montre autour du nombril. Accentuer progressivement la pression, sans trop forcer. À réaliser pendant 2-3 minutes en cas de ballonnements, de transit lent ou de ventre douloureux.

Craquez pour la Compagnie

BALLONNEMENTS
Huiles essentielles en...
A partir de 14.9€
picto cart
CONFORT INTESTINAL
Huiles essentielles en...
A partir de 14.9€
picto cart
FLATULENCES
Huiles essentielles en...
A partir de 14.9€
picto cart
Pur Jus d'Aloe Vera Bio
Solution buvable
A partir de 10.15€
picto cart
Thé Hojicha Japonais BIO
En Poudre
A partir de 16.99€
picto cart
LAVANDE FINE
Huile essentielle BIO
A partir de 4.1€
picto cart
CAMOMILLE MATRICAIRE
Huile essentielle BIO
A partir de 22.8€
picto cart
-10% sur votre commande, dès 50€, valable jusqu'à dimanche prochain : PROM-2307

Bibliographie

Publication : Jalanka J, Major G, Murray K, Singh G, Nowak A, Kurtz C, Silos-Santiago I, Johnston JM, de Vos WM, Spiller R. The Effect of Psyllium Husk on Intestinal Microbiota in Constipated Patients and Healthy Controls. Int J Mol Sci. 2019 Jan 20;20(2):433. doi: 10.3390/ijms20020433. PMID: 30669509; PMCID: PMC6358997.

Publication : Attaluri A, Donahoe R, Valestin J, Brown K, Rao SS. Randomised clinical trial: dried plums (prunes) vs. psyllium for constipation. Aliment Pharmacol Ther. 2011 Apr;33(7):822-8. doi: 10.1111/j.1365-2036.2011.04594.x. Epub 2011 Feb 15. PMID: 21323688.

Publication : Gunn, D., Abbas, Z. S., Harris, H., Major, G., Hoad, C. L., Gowland, P., Marciani, L., Gill, S., Warren, F. J., Rossi, M., Remes-Troche, J. M., Whelan, K., & Spiller, R. C. (2021). Psyllium reduces inulin-induced colonic gas production in IBS : MRI andin vitrofermentation studies. Gut, 71(5), 919‑927. https://doi.org/10.1136/gutjnl-2021-324784

Publication : Schellenberg, R. (2001). Treatment for the premenstrual syndrome with Agnus castus fruit extract : Prospective, randomised, placebo controlled study. BMJ, 322(7279), 134‑137. https://doi.org/10.1136/bmj.322.7279.134

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Ouvrage : Couic-Marinier, F., & Frély, R. (2019). Huiles essentielles : Le guide complet pour toute la famille. SOLAR

Ouvrage : Couic Marinier, F., & Touboul, A. (2017). Le guide Terre vivante des huiles essentielles. Terre Vivante Editions.

Ouvrage : Piterà di Clima, F., & Nicoletti, M. (2018). Précis de gemmothérapie - Fondements scientifiques de la Méristémothérapie. Éditions Amyris.

Ouvrage : Pineau, L. (2019). Le grand livre de la gemmothérapie. Leduc.s Éditions.

Ouvrage : Faucon, M., & Canac, P. (2018). Traité d'Aromathérapie scientifique et médicale, les hydrolats (1st ed.). Paris: Éd. Sang de la Terre.

Ouvrage : Fleurentin, J., Pelt, J. M., & Hayon, J. C. (2016). Du bon usage des plantes qui soignent. Rennes, France: Ouest-France.

Ouvrage : Coudron C. & Pourrias B. (2014). Guides des ordonnances de nutrition. Editions de Santé.

Site Web : WikiPhyto, l’encyclopédie de la phytothérapie. (s. d.). http://www.wikiphyto.org/wiki/Accueil

Site Web : Comment soulager les ballonnements et les flatulences ? - VIDAL. (s. d.). VIDAL. https://www.vidal.fr/maladies/estomac-intestins/ballonnement-flatulence-aerophagie/traitements.html