La Cannelle est une épice aux couleurs et à la saveur chaude, cultivée depuis des millénaires pour son goût et ses bienfaits. Il en existe plusieurs variétés mais seulement trois sont vendues sur le marché : la Cannelle de Ceylan, la Cannelle de Chine, et la Cannelle d’Indonésie. De nombreuses études ont été réalisées et ont déterminé son action en cas d’hyperglycémie, d’hypercholestérolémie, d’hypertension artérielle, de colite et de gastrite, mais également sur le foie et sur la sphère sexuelle avec sa propriété aphrodisiaque. Les recherches sont encore en cours afin de découvrir son plein potentiel, notamment pour prévenir la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, les cancers, et pour lutter contre le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH). Associer la Cannelle à d’autres aliments comme le miel, les Clous de Girofle ou le Gingembre peuvent décupler ses effets positivement sur l’organisme. Toutefois, comme toute épice, des précautions d’emploi sont à prendre avant d’en consommer, surtout chez les populations fragiles comme les femmes enceintes, les femmes allaitantes, les enfants, les personnes atteintes d’une maladie chronique, et même les chiens. Nom latin : Cinnamomum. Famille botanique : Lauracées. Partie utilisée : Écorce.

Cet article a été mis à jour le 29/08/2023

Craquez pour la Compagnie

Cannelle de Ceylan BIO
En poudre
A partir de 4.78€
picto cart
Herbe de blé BIO (en poudre)
riche en vitamine K
A partir de 7.4€
picto cart
Cholestérol Levure De Riz...
Gélules Végétales
A partir de 7.95€
picto cart
Gommes de Propolis Miel &...
A partir de 6€
picto cart
Assortiment 3 Épices...
Épices BIO
A partir de 15.8€
picto cart
Sésame toastée
Huile Végétale Vierge BIO
A partir de 4.3€
picto cart
-10% sur votre commande, dès 50€, valable jusqu'à dimanche prochain : PROM-2307

En cas de diabète

La Cannelle a des propriétés intéressantes en cas de diabète. Le diabète est une pathologie auto-immune caractérisée par une hyperglycémie chronique, c’est-à-dire que le taux de glucose dans le sang est trop élevé. Traditionnellement appelée « l’insuline du pauvre », de nombreuses études se sont penchées sur les bienfaits de la Cannelle en cas de diabète afin d’expliquer son action :

  • La Cannelle a un Index Glycémique (IG) bas : l’IG de la Cannelle est de 5, ce qui signifie que sa consommation ne fera quasiment pas augmenter la glycémie (taux de glucose dans le sang).

  • La Cannelle protègerait les cellules pancréatiques : les cellules β des îlots de Langerhans qui sécrètent l’insuline sont endommagées chez les diabétiques. La Cannelle possède des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires respectivement dues à sa composition en polyphénols et en cinnamaldéhyde, qui lui permettraient de protéger les cellules pancréatiques en prévenant leur endommagement.

  • La Cannelle améliore la sensibilité à l’insuline : le diabète de type 2 est caractérisé par une résistance à l’insuline, c’est-à-dire que les cellules et les tissus ne sont plus sensibles à cette hormone, pourtant indispensable pour réguler la glycémie. La Cannelle contient des molécules (cinnamaldéhyde, acide cinnamique, polyphénols, cinnamtannin B1) qui agissent de différentes manières afin d’augmenter la sensibilité des cellules et des tissus à cette hormone.

  • La Cannelle favorise le transport du glucose : le transporteur GLUT 4 joue un rôle très important dans la régulation de la glycémie car il permet de transporter le glucose du sang vers les muscles et le tissu adipeux. La Cannelle et sa molécule principale, le cinnamaldéhyde, peuvent réguler positivement et renforcer les récepteurs de GLUT 4.

  • La Cannelle régule les enzymes : elle favorise l'activité de certaines enzymes (glycogène synthase, pyruvate kinase et phosphoénolpyruvate carboxykinas) impliquées dans la glycogénogenèse qui est la voie métabolique permettant de transformer le glucose en glycogène. Celui-ci est alors stocké dans le foie et les muscles, permettant ainsi de diminuer le taux de glucose dans le sang.

  • La Cannelle pourrait jouer un rôle sur le microbiote intestinal : les polyphénols contenus dans la Cannelle pourraient considérablement améliorer la résistance à l’insuline et réduire l’inflammation. De plus, le cinnamaldéhyde augmenterait la souche de Lactobacillus johnsonii qui est une bactérie permettant d’améliorer l’équilibre du microbiote.

D’autres études ont démontré que la Cannelle pouvait également prévenir certaines complications du diabète :

  • Les maladies cardiovasculaires : la Cannelle agit comme un protecteur de l’endothélium cardiaque et possède des propriétés hypolipidémiantes (diminue le taux de lipides sanguins), antioxydantes et anti-inflammatoires. Les chercheurs pensent qu’elle serait intéressante pour prévenir certaines pathologies telles que l’athérosclérose, l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque etc.

  • La néphropathie diabétique : l’aldéhyde cinnamique contenu dans la Cannelle pourrait améliorer les symptômes courants des troubles métaboliques liés au diabète et particulièrement de la fonction rénale en minimisant les altérations pathologiques des reins.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café. Les études ont perçu des améliorations à partir d’une consommation de 3 g de Cannelle par jour. Toutefois, les personnes atteintes du diabète sont déjà sous traitement. Une surconsommation de Cannelle pourrait alors voir un effet additif aux médicaments et entraîner une hypoglycémie.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée afin de favoriser un bon équilibre du diabète. Veiller à une hydratation suffisante.

  • Favoriser les aliments à IG bas pour réguler la glycémie, et l'association de fibres (légumes, céréales complètes…) avec les glucides pour abaisser l’IG des repas.

  • Veiller à une bonne répartition des glucides dans la journée.

  • Limiter les aliments trop gras et trop sucrés, et éviter la prise de produits sucrés hors des repas et à jeun.

  • Intégrer des aliments (fruits rouges, graines...) et épices (Curcuma, Gingembre...) antioxydants dans l’alimentation.

  • Surveiller sa glycémie régulièrement.

  • Se faire suivre par des professionnels de santé est indispensable.

En cas d’hypercholestérolémie

De nombreuses recherches ont démontré que la Cannelle avait un effet hypolipidémiant et hypocholestérolémiant, bien que ses mécanismes d’action soient encore à l’étude. Il semblerait que certains composants de la Cannelle (cinnamaldéhyde, acide trans-cinnamique, polyphénols) améliorent le profil lipidique en régulant des enzymes ou des gènes impliqués dans la génération, l’accumulation, le transport et la dégradation des lipides :

  • La Cannelle inhibe la lipogenèse : c’est la voie métabolique permettant de synthétiser des acides gras, qui formeront des lipides par la suite. Des études ont révélé que la Cannelle atténuerait les processus lipogéniques dans le foie et le tissu adipeux (lieux de formation des lipides). De plus, l’acide trans-cinnamique favoriserait le catabolisme (= dégradation) des lipides dans les adipocytes.

  • La Cannelle régule le transport des lipides : les polyphénols contenus dans l’épice réprimeraient la MTTP (Microsomal Triglyceride Transfer Protein) qui permet le transport des triglycérides, du cholestérol et des phospholipides à travers la membrane. Ils inhiberaient également la production de l’apolipoprotéine B48 qui permet au cholestérol de pénétrer dans les parois artérielles en augmentant le risque cardiovasculaire. Aussi, la Cannelle inhiberait l’expression de la protéine de transfert des esters de cholestérol (CETP), diminuant ainsi les taux de triglycérides et de LDL-cholestérol (mauvais lipides), tout en augmentant les taux de HDL-cholestérol (bons lipides).

  • La Cannelle empêche l’accumulation de lipides : le cinnamaldéhyde empêcherait l’accumulation de lipides et diminuerait les niveaux de cholestérol total, de triglycérides et de LDL-cholestérol, sûrement grâce à la faible expression de la CETP.

  • La Cannelle régule la production d’insuline : une consommation excessive de glucides simples peut également favoriser le stockage des graisses. Cette surconsommation perturbe l’activité de la leptine (hormone qui accentue le stockage des graisses) et l’activité de l’insuline qui va alors convertir le glucose en excès en triglycérides pour les stocker dans le tissu adipeux. Or, la Cannelle peut permettre de limiter les hyperglycémies post-prandiales, donc l’excès de glucose dans le sang, ce qui évitera son stockage sous forme de graisses.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Les études ont rapporté que des consommations de 1, 3 et 6 g de Cannelle par jour engendraient proportionnellement une réduction des taux sériques de triglycérides, de cholestérol total et de LDL-cholestérol. Toutefois, il est recommandé de ne pas dépasser 1 à 2 g de Cannelle par jour (½ à 1 cuillère à café) pour ne pas être en surdosage.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une hydratation suffisante.

  • Limiter les acides gras saturés et les acides gras trans (produits ultra-transformés, viande rouge, beurre, Huile Végétale de Coco...) qui favorisent le LDL-cholestérol.

  • Favoriser les acides gras mono-insaturés et poly-insaturés (poissons gras, huile d’olive, Huile Végétale de Cameline, Huile Végétale de Lin, graines oléagineuses...) qui favorisent le HDL-cholestérol.

  • Adopter une alimentation riche en fibres car elles sont hypocholestérolémiantes (diminuent le cholestérol dans le sang).

  • Ajouter des aliments antioxydants dans l’alimentation (fruits rouges, oléagineux, Curcuma, Gingembre, poudre d’Acérola...).

  • Pratiquer une activité physique régulière et adaptée.

En cas d’hypertension

De nombreuses recherches ont démontré que la Cannelle avait un effet hypotensif modéré. La Cannelle contient des molécules très intéressantes afin de faire baisser la pression artérielle en cas d'hypertension :

  • Molécules antioxydantes : protègent l’endothélium des vaisseaux sanguins et augmentent la production d’oxydes nitriques (NO), molécules anti-inflammatoires.

  • Cinnamaldéhyde : favorise la relaxation des aortes lésées par l’hypertension artérielle (HTA) provoquant une diminution de la fréquence cardiaque.

  • Acide cinnamique : supprime l’activité de l’Enzyme de Conversion de l’Angiotensine limitant ainsi la vasoconstriction (contraction des muscles réduisant le calibre des vaisseaux sanguine).

La Cannelle joue aussi un rôle dans d’autres systèmes afin de diminuer la pression artérielle. Elle limite tout d’abord le stress oxydatif et l’inflammation qui peuvent endommager les vaisseaux sanguins en régulant la production de NO. La Cannelle réduit aussi l’hyperglycémie et la résistance à l’insuline qui sont des facteurs de risques de l’HTA. De plus, cette épice améliore le profil lipidique. Elle limite l’apparition des dyslipidémies et plus particulièrement de l’hypercholestérolémie, qui sont des facteurs de risque de l’HTA.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Les chercheurs conseillent une consommation de 2 g de Cannelle par jour (équivalent à 1 cuillère à café) pendant 8 à 12 semaines pour un maximum d’efficacité. Il est toutefois recommandé de ne pas dépasser cette dose car la Cannelle peut avoir une interaction avec les hypotenseurs en s’ajoutant à leurs effets.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée.

  • Favoriser la consommation d’aliments (fruits rouges, graines...) antioxydants.

  • Limiter la consommation excessive de sel. Attention, le sel peut être caché dans certains aliments (charcuteries, boissons pétillantes, pain, conserves…).

  • Limiter la consommation d’excitants comme le café, l’alcool, les boissons énergisantes. Réduire ou arrêter le tabac.

  • Favoriser une alimentation riche en aliments contenant du magnésium, du potassium et du calcium. Ces minéraux aident à faire baisser l’hypertension artérielle.

  • Se faire suivre par des professionnels de santé est indispensable.

En cas de colite et de gastrite

La Cannelle peut soulager les inflammations du tube digestif grâce à sa propriété anti-inflammatoire. La colite est une inflammation de l’intestin et la gastrite est une inflammation de l’estomac. Pour les colites, des études ont montré que la Cannelle réduisait l’inflammation intestinale en diminuant les niveaux de cytokines pro-inflammatoires. En ce qui concerne les gastrites, les études ont démontré que la Cannelle agissait en inhibant les interleukines-8 (IL-8) sur les cellules infectées par l’Helicobacter pylori (bactérie qui colonise l’estomac et pouvant y engendrer une inflammation). De plus, les chercheurs se sont aperçus que la Cannelle inhibait les spasmes gastro-intestinaux grâce à sa teneur en acide cinnamique.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée.

  • Limiter la consommation excessive des aliments favorisant l’inflammation (produits gras et sucrés, raffinés, viandes rouges, charcuteries, produits ultra-transformés, aliments piquants).

  • Intégrer des aliments et épices antioxydants (fruits rouges, graines, Curcuma, Gingembre...) et riches en omégas-3 (poissons gras, Huile Végétale de Cameline, Huile Végétale de Périlla...) afin de favoriser une action anti-inflammatoire.

  • Prendre rendez-vous avec un professionnel de santé.

Dans le cadre d’une colite :

  • Limiter la consommation excessive de fibres qui peuvent être irritantes pour les intestins.

  • Limiter les aliments entraînant des ballonnements et des gaz (légumineuses, choux, autres aliments selon tolérance).

  • Veiller à une bonne hydratation, qui plus est lorsque la colite est accompagnée de diarrhées.

Dans le cadre d’une gastrite :

  • Limiter la consommation excessive de fibres irritantes (insolubles : céréales complètes, peau des fruits et légumes…) pouvant irriter l’estomac.

  • Favoriser des aliments faciles à digérer et limiter les matières grasses cuites, les aliments augmentant l’acidité et les aliments à goût fort.

  • Prendre le temps de bien mastiquer les aliments.

  • Limiter l’alcool et le tabac.

Actions sur le foie

Les études sont assez prometteuses sur les bienfaits de la Cannelle sur le foie, mais des précautions sont aussi à prendre. De nombreuses études ont montré que la Cannelle pouvait augmenter le glycogène hépatique en favorisant la transformation du glucose en glycogène, et en améliorant l’expression des transporteurs du glucose, GLUT1 et GLUT2. Aussi, la Cannelle aurait une propriété hépatoprotectrice grâce à ses nombreuses molécules antioxydantes qui contribuent à limiter le stress oxydatif impactant le foie. De plus, des études ont été menées sur des pathologies hépatiques telles que la stéatose hépatique non alcoolique et la stéatose hépatique induite par l’alcool. Ces recherches ont révélé que la Cannelle avait la capacité de diminuer l’accumulation de lipides au niveau du foie et les radicaux libres responsables du stress oxydatif.

Toutefois, la plupart des Cannelles contiennent des coumarines (sauf la Cannelle de Ceylan = Cinnamomum verum) qui peuvent être toxiques pour le foie. L'EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) a donc déterminé une DJA (Dose Journalière Admissible) de 0,1 mg de coumarines par kg de poids de corps et par jour, ce qui correspondrait à 6 mg de coumarines pour un adulte de 60 kg. Or, l’EFSA a estimé qu’une cuillère à café de Cannelle de Chine pouvait contenir jusqu'à 12,1 mg de coumarines. Les doses peuvent ainsi être rapidement dépassées, d’autant plus que le pourcentage de coumarines est rarement indiqué sur les Cannelles.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Privilégier la consommation de Cannelle de Ceylan qui ne contient pas de coumarines.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée.

  • Apporter des aliments (fruits rouges, graines...) et des épices antioxydants (poudre d’Acérola, Gingembre...) dans l’alimentation.

  • Limiter les apports excessifs de produits sucrés et d’aliments riches en acide gras saturés, en cholestérol et en omégas-6.

  • Respecter le rapport omégas-3 / omégas-6 de 1/5, soit une molécule d’oméga-3 pour 5 molécules d’omégas-6.

  • Arrêter la consommation d’alcool en cas de pathologies hépatiques.

  • Se faire suivre par des professionnels de santé est indispensable.

Pour perdre du poids ?

La Cannelle peut avoir des effets intéressants dans le cadre d’une perte de poids, mais elle n’est pas efficace seule. Elle agirait sur le tissu adipeux (tissu qui stocke les graisses), la sensibilité à l’insuline et la digestion, afin de mettre l’organisme dans de bonnes conditions pour perdre du poids. Selon les études, le cinnamaldéhyde (principal principe actif de la Cannelle) pourrait aider à réduire la graisse viscérale en augmentant la température corporelle, ce qui induirait une légère augmentation de la dépense énergétique. De plus, la Cannelle contient des polyphénols qui permettraient de réduire l’inflammation du tissu adipeux.

De nombreuses recherches ont été réalisées sur l’action que pouvait avoir la Cannelle sur la sensibilité à l’insuline. L’insuline est la seule hormone hypoglycémiante de l’organisme (diminue le taux de glucose dans le sang), mais est aussi une hormone qui stocke les graisses dans le tissu adipeux. Lorsque l’on est atteint de résistance à l’insuline, les cellules résistent à cette hormone et le glucose ne peut pas y entrer pour être utilisé à des fins énergétiques. Le pancréas va alors produire une quantité massive d’insuline pour “forcer” les cellules à accepter le glucose. Le surplus d’insuline dans le sang étant trop important, le glucose va alors être stocké dans le tissu adipeux. Or, les études sur la Cannelle ont prouvé qu’elle pouvait limiter la résistance à l’insuline et augmenter la sensibilité des cellules à cette hormone.

Qui plus est, la Cannelle a des effets sur la digestion. Des études ont démontré que le cinnamaldéhyde permettait de retarder la vidange gastrique et de modifier la motilité gastro-intestinale en libérant de la sérotonine (neurotransmetteur qui contribue aux mouvements gastro-intestinaux) par exemple. Le cinnamaldéhyde agit également sur certaines hormones (adrénaline, leptine, ghréline) essentielles à la digestion.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • L‘action de la Cannelle sur la perte de poids reste très indirecte et permet seulement à l’organisme de se mettre dans de bonnes conditions pour maigrir.

  • L’alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique régulière sont primordiales pour engendrer une perte de poids durables.

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Apporter une hydratation suffisante.

  • Se faire suivre par un diététicien-nutritionniste est intéressant pour perdre du poids de façon durable et sécuritaire.

  • Favoriser un sommeil de qualité pour aider à la perte de poids.

  • Limiter les sources de stress, qui est facteur important dans la prise de poids et dans la difficulté à en perdre.

Associer la Cannelle pour plus d’effets

Avec le Miel

De nombreuses études ont prouvé les bienfaits de la synergie Cannelle et miel. Ces deux aliments possèdent des propriétés anti-infectieuses, anti-inflammatoires, antioxydantes et digestives qui s’additionnent et se complètent à merveille. Les chercheurs ont mis cette synergie en évidence pour limiter les symptômes du rhume et de l’arthrite, lutter contre l’acné et la mauvaise haleine, pour prendre soin de la santé bucco-dentaire, des systèmes immunitaire, digestif et cardiaque, ainsi que pour favoriser la cicatrisation des petites plaies. Quelques études émettent également l’hypothèse que la Cannelle et le miel pourraient prévenir l’apparition de certains cancers comme celui de l’estomac.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour par voie orale, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée, une activité physique régulière adaptée et une hydratation suffisante.

  • Il est déconseillé de donner du miel à des enfants de moins de 1 an. Le miel peut être infecté par une bactérie appelée Clostridium botulinum et contaminer les jeunes enfants en raison de l’immaturité de leur système immunitaire.

  • Attention aux excès de miel, surtout chez les personnes diabétiques, car il peut avoir un fort pouvoir hyperglycémiant.

  • Attention aux personnes allergiques au pollen et aux abeilles qui pourraient également déclencher une allergie au miel.

Avec les Clous de Girofle

La Cannelle et les Clous de Girofle sont des épices utilisées depuis des années dans le monde entier. Elles possèdent des propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes et antioxydantes complémentaires. Il n’existe pas réellement d’études utilisant ces 2 épices, mais avec leurs propriétés respectives, il semblerait que leur synergie soit efficace pour lutter contre le rhume, les douleurs dentaires et pour améliorer la digestion.

Des recherches sont encore en cours pour valider l’intérêt de cette synergie dans la lutte contre l’Helicobacter pylori (bactérie se développant dans l’estomac et entraînant une inflammation). Aussi, une étude sur des épices (dont la Cannelle et les Clous de Girofle) est menée afin de déterminer leur potentiel dans le remplacement des nitrites et nitrates dans les charcuteries.

  • Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour par voie orale, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Respecter la dose recommandée de 2 à 5 Clous de Girofle par jour.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée, une activité physique régulière adaptée et une hydratation suffisante.

  • Un excès de Clous de Girofle et d’eugénol (son principe actif) peut provoquer des vertiges, des maux de tête, une somnolence, des troubles digestifs et des allergies.

  • Les Clous de Girofle peuvent interagir avec certains médicaments comme les anticoagulants et les antiagrégants plaquettaires. Il est recommandé d’être prudent s’il on est sous un de ces traitements.

  • Un usage thérapeutique des Clous de Girofle chez les femmes enceintes et allaitantes est contre-indiqué. Seul l’usage alimentaire est autorisé.

  • Pour les enfants, l’usage thérapeutique des Clous de Girofle est déconseillé avant 12 ans. Un usage alimentaire est autorisé.

Avec le Gingembre

Quelques études ont démontré l’intérêt d’associer la Cannelle et le Gingembre pour l’organisme. Ces deux épices possèdent des propriétés antioxydantes, antimicrobiennes, anti-inflammatoires et digestives très intéressantes. Cette synergie pourrait alors être utilisée pour soulager les symptômes du rhume, les inflammations intestinales, les dysménorrhées (douleurs survenant au moment des menstruations), lutter contre le stress oxydatif, améliorer le profil lipidique, la glycémie et la digestion.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour par voie orale, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Respecter les doses journalières recommandées en Gingembre : 4-5 g de Gingembre en poudre, 1-2 cuillères à café de Gingembre séché, et 10-15 g de Gingembre frais.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée, une activité physique régulière adaptée et une hydratation suffisante.

  • Attention, le Gingembre peut interagir avec d’autres médicaments comme les anticoagulants, les antiagrégants plaquettaires, les hypotenseurs, et les antidiabétiques.

  • Le Gingembre est fortement contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires et avant toute intervention chirurgicale.

  • Attention, certaines personnes peuvent être allergiques au Gingembre, bien que cette allergie soit rare.

Pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants

La Cannelle est déconseillée pour les femmes enceintes, mais autorisée chez les femmes allaitantes et les enfants. Traditionnellement, la Cannelle était utilisée par les femmes pour ses propriétés emménagogues (favorisent ou provoquent les menstruations) et abortives (favorisent l’avortement). Aucune étude n’a été réalisée sur la Cannelle et les femmes enceintes pour des raisons éthiques, mais les coumarines (molécules contenues dans la plupart des Cannelles) ont été identifiées comme ayant un pouvoir anticoagulant (fluidifiant sanguin), en plus d’être toxiques pour le foie en excès. L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’Environnement et du Travail) ne recommande ni la consommation de Cannelle en poudre, ni la consommation de compléments alimentaires à base de Cannelle lors d’une grossesse par mesure de précaution.

Cependant, la Cannelle est autorisée en usage alimentaire chez les femmes allaitantes et les enfants, à condition de faire attention aux coumarines. À haute dose, ces molécules sont hépatotoxiques (toxiques pour le foie). Elles sont présentes dans toutes les Cannelles à des doses plus ou moins importantes, sauf dans la Cannelle de Ceylan (Cinnamomum verum) qui n’en contient pas ou peu. L’EFSA a déterminé une DJA de 0,1 mg de coumarines par kg de poids de corps et par jour. Celle-ci correspond à “la quantité estimée d'une substance présente dans les aliments ou dans l'eau potable qui peut être consommée quotidiennement pendant toute la durée d’une vie sans présenter de risque appréciable pour la santé”.

Pour exemple, un adulte de 60 kg ne devrait pas dépasser 6 mg de coumarines par jour, sachant que l’EFSA a estimé qu’une cuillère à café de Cannelle de Chine (Cinnamomum cassia) pouvait contenir entre 5,8 et 12,1 mg de coumarines. Or des études ont montré que les coumarines pouvaient se retrouver dans le lait maternel. Il paraît alors évident que les nourrissons et les enfants atteindraient rapidement leur DJA en coumarines en raison de leur faible poids.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Il est déconseillé de consommer de la Cannelle en cure et en excès chez les femmes enceintes. Si consommation il devait y avoir, ne pas dépasser ½ ou 1/3 de cuillère à café et prendre seulement de la Cannelle de Ceylan. Il reste néanmoins conseillé de demander l’avis d’un médecin avant de consommer de la Cannelle durant la grossesse.

  • Éviter la consommation de Cannelle pendant le premier et le troisième trimestre de grossesse afin d’éviter les risques d’avortements, de saignements anormaux et d’hémorragies.

  • Pour les femmes allaitantes et les enfants, privilégier la Cannelle de Ceylan qui ne contient pas de coumarines. Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée.

  • Veiller à une bonne hydratation.

Pour les chiens

La Cannelle peut avoir des bienfaits sur les chiens:

  • Sur la santé cardiovasculaire : des études ont montré que les antioxydants contenus dans la Cannelle amélioraient la pression artérielle et la fréquence cardiaque chez les chiens.

  • Sur les rhumatismes : des recherches se sont aperçues que les propriétés anti-inflammatoires de la Cannelle pouvaient soulager les douleurs liées à l’arthrite chez les chiens.

  • En cas de mauvaise haleine : la Cannelle possède des propriétés antibactériennes intéressantes pour lutter contre la mauvaise haleine chez les chiens.

  • Sur la glycémie et la cholestérolémie : la Cannelle est reconnue pour être hypoglycémiante (diminue le taux de glucose dans le sang) et hypocholestérolémiante (diminue le taux de cholestérol dans le sang). Toutefois, aucune étude n’a fait ce lien avec les chiens en particulier.

  • Contre les vers intestinaux : la Cannelle contient du cinnamaldéhyde et de l’aldéhyde cinnamique qui sont de puissants antiparasitaires.

  • Pour le bon fonctionnement du cerveau : quelques études ont démontré que la Cannelle pourrait améliorer la mémoire et éviter les troubles neurologiques chez les chiens. Les recherches sont cependant encore trop insuffisantes à ce sujet.

Dans la majorité des cas, des études seront encore nécessaires afin de déterminer les mécanismes d’action et les doses journalières exactes pour que la Cannelle soit efficace.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • L'ASPCA (American Society of the Prevention of Cruelty to Animals = Société Américaine pour la Prévention de la Cruauté envers les Animaux) recommande une consommation d’environ 1 cuillère à café de Cannelle par jour maximum chez les chiens, voire moins si le chien est petit.

  • Incorporer la Cannelle en poudre dans les préparations pour chien afin de limiter le risque d’inhalation.

  • Ne jamais donner de bâtons de Cannelle à un chien car il s’expose à un fort risque de surdosage.

  • Privilégier la Cannelle de Ceylan qui sera plus sécuritaire pour un chien en raison de sa très faible teneur en coumarines.

  • En raison du très faible nombre d’études, il est déconseillé de donner de la Cannelle aux femelles gestantes, allaitantes, et aux chiots.

Des études prometteuses

Pour ses propriétés aphrodisiaques

La Cannelle est utilisée comme un aphrodisiaque de manière traditionnelle. Très peu d’études scientifiques ont été réalisées sur le sujet mais cette épice était très utilisée en phytothérapie orientale pour améliorer les performances sexuelles, et en médecine ayurvédique pour réguler la sphère sexuelle. La Cannelle possède en effet des propriétés vasodilatatrices et chauffantes qui permettent d’augmenter la température corporelle, et d’aider à l’érection et à l’engorgement du clitoris.

De plus, la Cannelle pourrait améliorer la fertilité masculine. Elle contient des enzymes ayant un fort pouvoir antioxydant (glutathion, catalase, superoxyde dismutase), qui éliminent les radicaux libres responsables du stress oxydatif, facteur qui augmente la production de spermatozoïdes défectueux. Cependant, des essais cliniques devront encore être réalisés car celles-ci ne concernent que des rats pour l’instant.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée.

  • La Cannelle peut être intégrée à de nombreuses préparations sucrées (biscuits, gâteaux, tartes, etc.), salées (assaisonnement des viandes et des légumes, sauces, etc.), et dans des boissons (chocolat chaud, tisanes, etc.).

D'autres extraits naturels peuvent être plus efficaces : le Gingembre, les Clous de Girofle, l’Huile essentielle d’Ylang-Ylang Complète, l’Huile Essentielle de Gingembre, l’Huile Végétale de Noisette, etc.

En prévention de la maladie d’Alzheimer

H3 : En prévention de la maladie d’Alzheimer

Des études ont démontré que la Cannelle avait un intérêt préventif dans le cadre de la maladie d’Alzheimer. Cette pathologie neurodégénérative est souvent liée à une neuro-inflammation (inflammation des neurones) et à une oxydation des peptides bêta-amyloïdes, pouvant être impliqués dans le développement de la maladie. Ainsi, les propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes de la Cannelle pourraient aider à prévenir l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée.

  • Favoriser une alimentation antioxydante afin de limiter l’inflammation et le stress oxydatif.

  • Se faire suivre par des professionnels de santé est indispensable.

En prévention de la maladie de Parkinson

Des méta-analyses ont conclu que la Cannelle avait des propriétés neuroprotectrices et qu’elle pourrait aider à améliorer les performances motrices dans le cadre d’une maladie de Parkinson. Cette maladie chronique et neurodégénérative du cerveau est caractérisée par des symptômes moteurs (tremblements, déséquilibre et mouvements lents), des troubles cognitifs, des troubles du sommeil, de la douleur, etc. Les études ont déterminé le benzoate de sodium (un métabolite de la Cannelle) comme principal principe actif de la Cannelle pour prévenir et lutter contre la maladie de Parkinson.

Tout d’abord, les chercheurs se sont aperçus que le benzoate de sodium augmentait la synthèse des protéines Parkin, et particulièrement la PARK7, qui est l’une des principales protéines neuroprotectrices. Elle protège notamment les cellules endommagées par le stress oxydatif. Ensuite, les études montrent que le benzoate de sodium régulerait à la hausse le DJ-1 (protéine neuroprotectrice qui joue un rôle dans la régulation des réponses immunitaires et la neuro-inflammation), ainsi que les facteurs neurotropes BDNF (protéines importantes pour le cerveau et le système nerveux qui préservent indirectement les neurones dopaminergiques).

Les recherches montrent donc le potentiel de la Cannelle dans la prévention de cette maladie, mais des études sont encore nécessaires à ce sujet afin de prouver son effet thérapeutique.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée et une activité physique régulière adaptée.

  • Favoriser une alimentation antioxydante afin de limiter l’inflammation et le stress oxydatif.

  • Se faire suivre par des professionnels de santé est indispensable.

Contre le VIH

Quelques études ont montré que la Cannelle avait des propriétés pouvant aider à combattre le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine). C’est un type de virus qui attaque le système immunitaire de l’organisme et qui peut engendrer le SIDA (Syndrome d’Immunodéficience Acquise) s’il n’est pas traité. L’effet anti-VIH de la Cannelle serait dû à sa composition en IND02, un composé de procyanidine. Ce composé aurait affiché une activité anti-VIH-1 contre CXCR4 et CCR5 virus.

De plus, il aurait augmenté l’activité de Tim-3 (protéine qui serait à l’origine de l’inactivation du système immunitaire) et PD-1 (molécule qui bloque l’activité des lymphocytes TCD8 +) sur les lymphocytes TCD4 + et TCD8 +, qui permettent justement au corps de combattre les infections. Davantage d’études sont toutefois nécessaires afin de préciser le réel impact de la Cannelle sur le VIH.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Adopter une alimentation variée, équilibrée, une activité physique régulière adaptée et une hydratation suffisante.

  • Prendre rendez-vous avec un médecin en cas d’exposition à un VIH non traité.

En prévention des cancers

Des études ont montré que la Cannelle pourrait bien être une épice utile pour prévenir des cancers grâce à sa composition, et en raison de leurs propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. Les chercheurs ont démontré que l’aldéhyde cinnamique (composé de la Cannelle) avait inhibé le facteur de transcription pro-inflammatoire NF-kB, et la production d’interleukines-8 (IL-8), impliqués dans la tumorigenèse (étapes menant à la formation d’une tumeur). Le cinnamaldéhyde et le trans-cinnamaldéhyde auraient des effets potentiels dans l’inhibition de la croissance des cellules tumorales et favoriseraient l’apoptose (= mort) de ces cellules.

Aussi, les scientifiques ont reconnu que la Cannelle avait un fort pouvoir antioxydant grâce à ses molécules antioxydantes, en favorisant la production d’enzymes antioxydantes. Or, ces enzymes limitent fortement le stress oxydatif et jouent ainsi un rôle essentiel dans la prévention des cancers. En effet, elles préviennent l’oxydation et l’endommagement de l’ADN cellulaire, qui est un facteur favorisant le développement d’un cancer. De plus, il semblerait que la Cannelle et le cinnamaldéhyde pourraient inhiber l’angiogenèse (formation de nouveaux vaisseaux sanguins à partir d’une tumeur maligne) impliquée dans les cancers.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Dans le cadre d’un cancer avéré, il est indispensable de se faire suivre par des professionnels de santé.

  • Pour prévenir l’impact cancérigène du stress oxydatif, il est essentiel d’intégrer des aliments antioxydants dans son alimentation : fruits (fruits rouges, oléagineux...), légumes (poivron, brocolis, chou rouge...), épices (Curcuma, Cannelle, Gingembre, poudre d’Acérola...).

  • Respecter la dose recommandée de 1 à 2 g de Cannelle par jour, soit ½ à 1 cuillère à café.

  • Limiter les sources d’oxydation : tabac, alcool, sédentarité, activité sportive intensive, pollution, alimentation riche en lipides...

Précautions d’emploi

La Cannelle est une épice aux multiples vertus, mais reste soumise à quelques précautions d’emploi:

  • La Cannelle peut interagir avec certains médicaments, notamment les anticoagulants, les antidiabétiques et les hypotenseurs. Les personnes étant sous ces traitements doivent éviter les excès de Cannelle qui pourraient augmenter les effets de ces médicaments, et entraîner respectivement, une hémorragie, une hypoglycémie et une hypotension.

  • Toutes les Cannelles contiennent des coumarines, comme la Cannelle de Chine (Cinnamomum cassia ou veraticum) et la Cannelle d’Indonésie (Cinnamomum burmanii). Seule la Cannelle de Ceylan (Cinnamomum verum ou zeylicum) en est dépourvue ou en contient très peu. Ces coumarines sont hépatotoxiques (toxiques pour le foie) lorsqu’elles sont consommées à haute dose. La Dose Journalière Admissible (DJA) est de 0,1 mg de coumarines par kg de poids corporel et par jour, ce qui signifie que ces doses peuvent rapidement être atteintes. Il est déconseillé aux personnes souffrant de pathologies hépatiques de consommer des Cannelles contenant des coumarines.

  • Certaines personnes peuvent être allergiques à la Cannelle et développer une dermatite de contact ou une stomatite de contact. La vigilance est donc de mise. Il est conseillé de contacter un professionnel de santé en cas de doutes.

  • La Cannelle est déconseillée chez les femmes enceintes en raison de ses capacités à fluidifier le sang et de ses propriétés abortives.

  • La Cannelle n’est pas contre-indiquée chez les femmes allaitantes et les enfants, à condition d’en consommer une qui ne contient pas de coumarines.

  • La Cannelle ne doit pas être appliquée pure sur la peau car elle est dermocaustique. Elle pourrait entraîner des irritations et des brûlures cutanées. Il est vivement conseillé de la mélanger à un autre produit (miel, huiles végétales, etc.).

En savoir plus sur la plante : Le Cannelier

Le Cannelier est un arbre faisant partie de la famille des Lauraceae et pouvant mesurer jusqu’à 15 mètres de hauteur. Il est originaire du Sri Lanka (anciennement appelé Ceylan) mais peut aussi être cultivé dans d’autres régions tropicales comme la Chine ou l’Indonésie. L’épice “Cannelle” est en fait l’écorce des canneliers. Celle-ci est différente en fonction de la région de récolte. Pour exemple, la Cannelle de Ceylan est plus claire et plus fine que la Cannelle de Chine qui est plus brune et plus grossière. L’écorce de la Cannelle peut également être utilisée pour faire des huiles essentielles.

Craquez pour la Compagnie

Cannelle de Ceylan BIO
En poudre
A partir de 4.78€
picto cart
Herbe de blé BIO (en poudre)
riche en vitamine K
A partir de 7.4€
picto cart
Cholestérol Levure De Riz...
Gélules Végétales
A partir de 7.95€
picto cart
Gommes de Propolis Miel &...
A partir de 6€
picto cart
Assortiment 3 Épices...
Épices BIO
A partir de 15.8€
picto cart
Sésame toastée
Huile Végétale Vierge BIO
A partir de 4.3€
picto cart
-10% sur votre commande, dès 50€, valable jusqu'à dimanche prochain : PROM-2307

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.9 ( 111 votes )

Bibliographie

Publication : Coumarin in flavourings and other food ingredients with flavouring properties ‐ Scientific Opinion of the Panel on Food Additives, Flavourings, Processing Aids and Materials in Contact with Food (AFC). (2008). EFSA Journal, 6(10). https://doi.org/10.2903/j.efsa.2008.793

Publication : Connell, B. J., Chang, S., Prakash, E., Yousfi, R., Viswaraman, M., Posch, W., Wilflingseder, D., Moog, C., Kodama, E. N., Clayette, P., & Lortat-Jacob, H. (2016). A Cinnamon-Derived Procyanidin Compound Displays Anti-HIV-1 Activity by Blocking Heparan Sulfate- and Co-Receptor- Binding Sites on gp120 and Reverses T Cell Exhaustion via Impeding Tim-3 and PD-1 Upregulation. PLOS ONE, 11(10), e0165386. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0165386

Publication : Nabavi, S. F., Di Lorenzo, A., Izadi, M., Sobarzo-Sánchez, E., & Daglia, M. (2015). Antibacterial effects of cinnamon: From farm to food, cosmetic and pharmaceutical industries. Nutrients, 7(9), 7729–7748. https://doi.org/10.3390/nu7095359

Publication : Singh, N., Rao, A. S., Nandal, A., Kumar, S., Ganaie, S. A., & Narasimhan, B. (2021). Phytochemical and pharmacological review of Cinnamomum verum J. Presl-a versatile spice used in food and nutrition. Food Chemistry, 338, 127773. https://doi.org/10.1016/j.foodchem.2020.127773

Publication : Rao, P. V., & Gan, S. H. (2014). Cinnamon: A Multifaceted Medicinal Plant. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, 2014, 1–12. https://doi.org/10.1155/2014/642942

Publication : Yanakiev, S. (2020). Effects of Cinnamon (Cinnamomum spp.) in Dentistry: A Review. Molecules, 25(18), 4184. https://doi.org/10.3390/molecules25184184

Publication : Shang, C., Lin, H., Fang, X., Wang, Y., Jiang, Z., Qu, Y., Xiang, M., Shen, Z., Xin, L., Lu, Y., Gao, J., & Cui, X. (2021). Beneficial effects of cinnamon and its extracts in the management of cardiovascular diseases and diabetes. Food & Function, 12(24), 12194–12220. https://doi.org/10.1039/d1fo01935j

Publication : Ose, R., Tu, J., Schink, A., Maxeiner, J., Schuster, P., Lucas, K., Saloga, J., & Bellinghausen, I. (2019). Cinnamon extract inhibits allergen‐specific immune responses in human and murine allergy models. Clinical & Experimental Allergy, 50(1), 41–50. https://doi.org/10.1111/cea.13507

Publication : Gruenwald, J., Freder, J., & Armbruester, N. (2010). Cinnamon and Health. Critical Reviews in Food Science and Nutrition, 50(9), 822–834. https://doi.org/10.1080/10408390902773052

Publication : Ranasinghe, P., Pigera, S., Premakumara, G. S., Galappaththy, P., Constantine, G. R., & Katulanda, P. (2013). Medicinal properties of ‘true’ cinnamon (Cinnamomum zeylanicum): a systematic review. BMC Complementary and Alternative Medicine, 13(1). https://doi.org/10.1186/1472-6882-13-275

Publication : Hariri, M., & Ghiasvand, R. (2016). Cinnamon and chronic diseases. In Advances in Experimental Medicine and Biology (pp. 1–24). https://doi.org/10.1007/978-3-319-41342-6_1

Site Web : DJA. (n.d.). Autorité Européenne De Sécurité Des Aliments. https://www.efsa.europa.eu/fr/glossary/adi#:~:text=La%20dose%20journali%C3%A8re%20admissible%20est,risque%20appr%C3%A9ciable%20pour%20la%20sant%C3%A9

Site Web : Hodzic, Z. (2023, April 24). Revue sur la maladie de Parkinson : le lien entre l’activation de la microglie et le DJ-1 » Luxembourg Institute of Health. Luxembourg Institute of Health. https://www.lih.lu/fr/revue-sur-la-maladie-de-parkinson-le-lien-entre-lactivation-de-la-microglie-et-le-dj-1/

Site Web : Les facteurs neurotrophiques - France Parkinson. (2017, February 16). France Parkinson. https://www.franceparkinson.fr/la-recherche/pistes-de-recherche/facteurs-neurotrophiques/

Site Web : HerbalSupplements, & HerbalSupplements. (2022, June 18). Cinnamon: Benefits, Side-Effects, Supplements, Uses, And Capsules - Herbal Supplements. Herbal Supplements. https://herbalsupplements.health/plant/cinnamon

Articles liés