La Cannelle est une épice très appréciée et très utilisée depuis des millénaires. Comme toute plante, elle possède quelques risques qu’il est nécessaire de connaître, surtout pour les femmes allaitantes et leur bébé. Malheureusement, il n’y a que très peu d’études qui font un lien entre la Cannelle et l’allaitement. Il est dit qu’en usage alimentaire, et en respectant les doses journalières recommandées, la Cannelle n’aurait pas réellement d’effets néfastes sur le bébé. Seule une vigilance est à pointer concernant les espèces de Cannelle riches en coumarines. Au contraire, la Cannelle pourrait avoir des bienfaits durant l’allaitement. Bien qu’une seule étude ait été réalisée, elle a démontré que cette épice pouvait entraîner de légères modifications hormonales et métaboliques chez les mères, ainsi que sur leur progéniture. Cet article reprendra cette étude plus en détails, mais également les précautions à prendre avant de consommer de la Cannelle pendant l’allaitement.

Cet article a été mis à jour le 17/08/2023

Oui en usage alimentaire

La Cannelle peut être consommée lors de l’allaitement si elle est utilisée en usage alimentaire et occasionnellement. Aucune étude ne prouve que cette épice a des bénéfices galactogènes (augmentation de la production de lait chez les femmes allaitantes) pendant l’allaitement, mais aucune ne fait état de risques à en consommer. Il est toutefois recommandé aux femmes allaitantes de respecter les doses journalières recommandées, soit 1 à 2 g de Cannelle maximum par jour (½ à 1 cuillère à café par jour).

La Cannelle peut être intégrée dans des plats sucrés (tartes aux fruits, cinnamon rolls, gâteaux, pain d’épices, chocolat chaud, thé...), salés (assaisonnement des viandes rouges, blanches, des légumes, d‘une sauce...) et même dans des boissons (chocolat chaud, infusée dans du lait, une boisson végétale, en infusion ou décoction…).

Précautions d’emploi :

  • Attention en cas de prise d’un traitement médicamenteux. La Cannelle pourrait interagir avec les anticoagulants, les antidiabétiques et les hypotenseurs.

  • Certaines personnes peuvent être allergiques à la Cannelle. La vigilance est donc de mise.

  • Ne pas appliquer la Cannelle pure sur la peau car elle peut entraîner des irritations et des brûlures.

Attention en cas de cures

La Cannelle ne doit pas être prise en cure lors de l’allaitement, que ce soit en alimentaire ou sous forme de compléments alimentaires. Il existe différentes variétés de Cannelle et la majorité d’entre elles contiennent des coumarines. La Cannelle de Chine (Cinnamomum cassia) et la Cannelle d’Indonésie (Cinnamomum burmanii) par exemple en contiennent. Seule la Cannelle de Ceylan (Cinnamomum verum) en est dépourvue. Les coumarines sont des molécules qui, à haute dose, sont hépatotoxiques (toxiques pour le foie) et néphrotoxiques (toxiques pour les reins). L'EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) a déterminé une Dose Journalière Admissible (DJA) concernant les coumarines. Elle recommande de ne pas dépasser 0,1 mg de coumarines par kg de poids de corps et par jour. Par exemple, pour un adulte de 60 kg, cela correspondrait à 6 mg de coumarines, soit ¼ de cuillère à café de Cannelle lorsque celle-ci contient 1 % de coumarines (les teneurs varient très souvent en fonction des Cannelles).

Des études ont montré que lors de l’allaitement, les constituants de la Cannelle consommée par la mère traverseraient les barrières épithéliales afin de se retrouver dans le lait maternel. On peut alors supposer que les coumarines peuvent se retrouver dans le lait et ainsi être consommées par le bébé. Il est évident que la dose journalière de coumarines pour un bébé serait très vite atteinte en raison de leur faible poids. Il est alors préférable que les femmes allaitantes privilégient la Cannelle de Ceylan afin d’éviter ce risque.

Effets de la Cannelle pendant l’allaitement

De nombreuses recherches seraient encore nécessaires car une seule étude, sur des rats, a été réalisée sur le lien entre la Cannelle et l’allaitement. Les chercheurs ont administré 400 mg d’extraits aqueux de Cannelle (1 g de Cannelle dans 10 mL d’eau) par kilo de poids de corps pendant 20 jours à des rats, ce qui correspondrait à 64 mg/kg de masse corporelle et par jour chez les humains. Cette étude a dévoilé que la consommation de Cannelle durant l’allaitement entraînait de légères modifications hormonales et métaboliques chez les mères, se manifestant par une réduction de la masse grasse viscérale (au niveau de l’abdomen) et une augmentation du taux de progestérone sérique. De plus, elle a démontré que l’exposition à la Cannelle durant l’allaitement pouvait entraîner une influence sur la descendance, qui exercera un effet jusqu’à l’âge adulte.

Une réduction de la masse grasse

La consommation de Cannelle n’a pas affecté le poids des rates allaitantes mais a réduit de manière significative leur masse grasse viscérale. Il est reconnu que l’allaitement peut permettre de perdre du gras, et la Cannelle pourrait alors accentuer légèrement cette perte. Elle permettrait juste de diminuer légèrement l’excès de cette masse grasse. En effet, la graisse adipeuse viscérale est tout de même nécessaire chez la femme allaitante car elle permet de stocker l’énergie et de sécréter des hormones comme l’adiponectine (augmente la sensibilité à l’insuline) et la leptine (favorise la satiété et la dépense énergétique).

De plus, à noter qu’une baisse de l’insuline sérique avec une glycémie inchangée ont été observées. Cela peut suggérer une augmentation de la sensibilité à l’insuline.

Une baisse de la production de lait ?

Les femelles ayant reçu la supplémentation en Cannelle ont montré une augmentation de la concentration de progestérone sérique. Bien que le mécanisme ne soit pas connu, de nombreuses études ont démontré qu’une trop grande quantité de progestérone inhibait la production de lait maternel. Au contraire, la chute de cette hormone après l’accouchement permet d’augmenter le taux de prolactine (hormone qui favorise la lactation). Toutefois, cette étude est la seule qui a été réalisée sur la Cannelle et la production de lait, des recherches sont encore grandement nécessaires afin de vérifier cette donnée.

Impact positif sur la glycémie

Les petits ont été analysés après 100 jours (âge adulte). Les chercheurs ont observé que la supplémentation en Cannelle pendant la lactation semblait favoriser l'homéostasie du glucose, bien que le mécanisme d'action puisse différer selon le sexe. En effet, les chercheurs ont observé que la progéniture mâle montrait une normalisation des paramètres de glucose à l'état d'équilibre par rapport à ce qui avait été observé pendant le sevrage, et que la progéniture femelle des mères traitées à la Cannelle présentait des concentrations sériques d'insuline significativement plus faibles, tandis que la glycémie diminuait également. Cela suggère que l'exposition à la Cannelle durant l'allaitement induirait une programmation endocrinienne et métabolique à long terme. Il est important de préciser que dans cette étude, les mères étaient en bonne santé et non diabétiques (donc pas de terrains génétiques chez les petits).

De plus, l'étude a observé que l'exposition à la Cannelle pendant l'allaitement réduisait la masse de graisse viscérale chez les descendants mâles et femelles à l'âge adulte, sans affecter leur poids corporel (aucun lien n’a été trouvé entre la Cannelle et la perte de poids).

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 9 votes )

Bibliographie

Publication : Bento-Bernardes, T., Toste, F. P., Pazos-Moura, C. C., & Oliveira, K. R. M. (2017). Maternal cinnamon extract intake during lactation leads to sex-specific endocrine modifications in rat offspring. Journal of the Science of Food and Agriculture, 97(11), 3855–3863. https://doi.org/10.1002/jsfa.8253

Publication : Coumarin in flavourings and other food ingredients with flavouring properties ‐ Scientific Opinion of the Panel on Food Additives, Flavourings, Processing Aids and Materials in Contact with Food (AFC). (2008). EFSA Journal, 6(10). https://doi.org/10.2903/j.efsa.2008.793