Alimentaires, cosmétiques, thérapeutiques… Les huiles végétales sont des corps gras représentés dans divers domaines d’application. Pour grand nombre de personnes, les huiles végétales sont avant tout des matières premières de l’alimentation quotidienne. Pour d’autres, il s’agit de produits cosmétiques, aux propriétés nourrissantes, apaisantes et protectrices, tandis que certains les utilisent majoritairement pour leur effet thérapeutique, en complément de l’aromathérapie, pour leurs propriétés médicinales. Il n’est pas possible de séparer ces différents domaines d’application puisqu’une même huile végétale peut avoir des applications différentes. Ce guide complet a pour but de mieux connaître les huiles végétales, leurs utilisations, leurs bienfaits, mais aussi leur composition et qualité intrinsèques, afin de les utiliser correctement quel que soit le domaine d’application.

Les précieuses propriétés des huiles végétales

Il existe des milliers de plantes oléagineuses sur notre belle planète, et autant d'huiles végétales potentielles. Aujourd'hui, une cinquantaine d'entre elles (liste complète) sont utilisées au quotidien pour leurs multiples propriétés :

  • Anti-inflammatoires générales ou cutanées (oméga-3, stérols, etc.) : Andiroba, Chanvre, Cameline, Lin, Karité, Avocat, Argan
  • Anti-infectieuses (principes actifs spécifiques de chaque HV) : Neem, Nigelle, Andiroba, Sésame
  • Anti-oxydantes (vitamine E, polyphénols, vitamine A, etc.) : Germe de blé, Grenade, Argan, Pépins de raisin, Moringa, Açaï
  • Apaisantes (oméga-3, principes actifs spécifiques de chaque HV) : Calendula, Karité, Mangue, Coco, Cacao, Abricot
  • Cicatrisantes (vitamine E, oméga-3, etc.) : Rose Musquée, Pépins de Figue de Barbarie, Karité
  • Circulatoires (principes actifs spécifiques de chaque HV) : Calophylle Inophyle, Arnica, Millepertuis
  • Démaquillantes : Noyaux d’Abricot, Jojoba
  • Détoxifiantes : Chardon-Marie
  • Émollientes : Toutes
  • Immunostimulantes : Nigelle
  • Laxatives : Ricin
  • Nourrissantes : Karité, Argan, Mangue, Coco, Ricin, etc.
  • Protectrices cutanées : Carotte, Karanja, Buriti, Framboise, Karité
  • Répulsives : Neem, Andiroba
  • Toniques, astringentes : Pâquerette, Bourrache, Onagre, Rose Musquée, Pépins de Figue de Barbarie

Quelles huiles végétales utiliser en aromathérapie ?

Les huiles végétales sont souvent utilisées seules ou en complément des huiles essentielles pour leurs nombreuses propriétés thérapeutiques. La composition en acides gras des huiles végétales permet la dilution des huiles essentielles. De plus, il s’agit des constituants majoritaires de la peau, elles sont donc faciles à appliquer, pénètrent la peau plus ou moins en profondeur selon l’huile végétale et sont généralement très bien tolérées par tous.

Top 4 des huiles végétales en aromathérapie :

  • Le macérat huileux d’Arnica : un incontournable. Reconnu pour ses propriétés anti-inflammatoires, l’Arnica apaise les douleurs musculaires et articulaires en plus d’être circulatoire. Il est le plus efficace en cas de : Courbatures, Crampe musculaire, Douleur musculaire, Tendinite, Douleur articulaire, Œdème, Bleu, Hématome, Contusion, Entorse.
  • L’huile végétale de Nigelle : grâce à sa composition en thymoquinone, de nombreuses études se sont penchées sur ses propriétés thérapeutiques. Elle est ainsi anti-inflammatoire, anti-infectieuse, immunostimulante, bronchodilatatrice, anti-oxydante, etc. C’est une huile végétale à part entière, très puissante. La plus efficace en cas de : Allergie respiratoire, Asthme, Asthme allergique.
  • L’huile végétale de Calophylle Inophyle : aussi appelée huile de Tamanu, elle est reconnue pour ses propriétés circulatoires, toniques, fluidifiantes sanguines, etc. La plus efficace en cas de : Couperose, Rougeurs, Rosacée, Varices, Hémorroïdes.
  • L’huile végétale d’Argan : sa composition similaire à celle des lipides de la peau en fait un excellent support de dilution pour les huiles essentielles. Elle pénètre rapidement la peau tout en apportant un effet nourrissant.

Quelles huiles végétales utiliser en cosmétique ?

Les huiles végétales représentent des ingrédients cosmétiques à part entière et elles sont de plus en plus utilisées seules, telles quelles, comme unique ingrédient d’un soin de beauté. Pour cause, les acides gras sont des éléments de structure de la peau. Les insaponifiables sont des principes actifs puissants conférant des propriétés issues d’un produit 100 % naturel, pour un soin cosmétique complet avec un seul produit. Toutes les huiles végétales sont émollientes et protectrices cutanée grâce à leur composition biochimique et leur qualité physico-chimique. Pour en savoir plus sur les caractéristiques cosmétiques des huiles végétales.

Top 4 des huiles végétales en cosmétique :

  • L’huile végétale d’Amande Douce : l'huile végétale d'Amande Douce est idéale pour les peaux sensibles et fragiles du fait de ses propriétés apaisantes. Elle est souvent recommandée chez les sujets sensibles comme les bébés ou les femmes enceintes. La plus efficace en cas de : Erythème fessier, croûte de lait
  • Le Beurre de Karité : il est indispensable en soin cosmétique. Sa texture de beurre confèrent des propriétés nourrissantes, hydratantes et protectrices. Le plus efficace en cas de : Crevasse, Gerçure
  • L’huile végétale de Coco : idéale pour les cheveux secs et cassants, l’huile de Coco sera également très efficace pour les peaux sèches ou sensibles grâce à ses propriétés nourrissante, fortifiante capillaire, hydratante et adoucissante. La plus efficace en cas de : Cheveux secs, Cheveux abimés, Cheveux crépus, Tous types de peaux, Abcès dentaire, Dents (blanchir)
  • L’huile végétale de Macadamia : en tant qu’huile neutre, protectrice cutanée, au toucher sec, elle est adaptée à tous les types de peau et de cheveux donc polyvalente pour tous les soins cosmétiques.

Pour le soin de la peau

Peau sèche, peau grasse, peau sensible, peau irritée ou peau mature : à chaque type de peau son huile végétale adaptée. Les acides gras, mais également les insaponifiables et principes actifs qui les composent apportent ce soin spécifique.

Top 4 des huiles végétales pour le soin de la peau :

  • L’huile végétale de Jojoba : idéale pour les peaux mixtes à grasses, l’huile de Jojoba a la capacité de réguler et de maintenir un équilibre parfait grâce à ses propriétés séborégulatrice et régulatrice du pH. Assouplissante et protectrice de la peau, elle revitalise les peaux sèches et protège les cellules cutanées.
  • L’huile végétale de Noyaux d’Abricot : riche en caroténoïdes, vitamine E et oméga 6 et 9, elle est adaptée au soin des peaux matures, mais aussi en tant que démaquillant. C’est une huile neutre et protectrice adaptée à tous.
  • L’huile végétale de Rose Musquée : l'huile végétale de Rose Musquée est idéale pour tous soins cosmétiques. Appliquée sur le visage en crème de jour comme en crème de nuit, elle est l'alliée des peaux ridées et abîmées grâce à ses propriétés raffermissante, régénératrice cutanée et cicatrisante.
  • Le macérat huileux de Carotte : de couleur orangé, riche en provitamine A, il possède un effet bonne mine en plus de son effet protecteur cutané.

Pour le soin des cheveux

Cheveux secs, cheveux cassants, cheveux bouclés, cheveux fins ou cheveux crépus : à chaque type de cheveux et chaque problème de cheveux son huile végétale adaptée.

Top 4 des huiles végétales pour le soin des cheveux : 

  • L’huile végétale de Brocoli : elle est particulièrement adaptée aux cheveux bouclés, frisés, ondulés.
  • L’huile végétale de Moutarde : c’est une huile gainante, fortifiante capillaire et stimulante. Elle est idéale en cas de chute de cheveux, de cheveux fins, sans volume et ternes.
  • L’huile végétale d’Avocat : particulièrement nourrissante et grasse, elle apporte soin aux cheveux secs, cassants et abîmés.
  • L’huile végétale de Ricin : nourrissante et fortifiante, l’huile de Ricin est très utilisée pour renforcer les cils et les cheveux mais également pour fortifier les ongles. Elle sera ainsi idéale pour les cheveux secs, ternes et qui ont tendance à chuter.

Pour fabriquer ses propres savons

La saponification classique correspond à la réaction chimique suivante permettant d’obtenir du savon : triglycérides d’acides gras + soude → savon + glycérine. Lors de cette réaction, un corps gras, associé à une base forte, souvent de la soude, permet d’obtenir du savon, mais également un autre produit, la glycérine.

La saponification à froid se fait grâce aux huiles végétales. C’est une méthode naturelle et artisanale qui respecte et préserve à la fois les propriétés de l’huile et de la plante initiale, mais également la peau. La glycérine produite après la réaction est naturelle, issue de l’huile. En plus de cette saponification à froid, les huiles végétales peuvent être ajoutées en surplus, c'est-à-dire en « surgras » pour apporter un soin supplémentaire. Cet ajout ne sera pas saponifié.

Huiles végétales très utilisées pour la saponification à froid :

  • Huile végétale de Coco : pour ses qualités moussantes
  • Beurre de Karité : pour un aspect plus crémeux
  • Huile d’Olive : pour un savon compact

Quelles huiles végétales utiliser en nutrition santé ?

D’un point de vue nutritionnel, lorsqu’on parle d’huiles végétales, c'est le terme « lipides » qui fait écho. Les acides gras constituent les unités de base des lipides et peuvent être classés en trois catégories : saturés, insaturés abordés plus haut, mais aussi les acides gras trans. Ils sont omniprésents dans notre alimentation, c'est pourquoi il est primordial de savoir les distinguer et connaître leurs fonctions.

  • Les acides gras saturés : ils sont le plus souvent retrouvés dans les produits d’origine animale comme la crème, le beurre et le fromage, bien qu’ils soient présents dans toutes les huiles végétales en plus ou moins grande proportion. Ils sont à limiter dans l’alimentation car ils favorisent les dépôts de cholestérol dans les artères et augmentent donc les risques de pathologies cardiovasculaires.
  • Les acides gras insaturés : parmi eux, on retrouve les bien connus oméga-3, 6 et 9. Ils sont majoritairement présents dans les huiles et produits végétaux, mais aussi dans les poissons gras comme le saumon, la sardine ou le hareng. Ce sont les acides gras à privilégier dans l’alimentation puisqu’ils sont indispensables au bon fonctionnement métabolique de l’organisme. De plus, les oméga-3 et 6 sont dits « essentiels » car notre corps est incapable de les synthétiser. Ils sont les constituants majoritaires de nos membranes cellulaires et participent à la synthèse de certaines hormones.
  • Les acides gras trans : au contraire des précédents acides gras, les acides gras trans, aussi qualifiés de graisse hydrogénée, sont d’origine industrielle et non naturelle. Plus stables, ils ont été créés pour favoriser une meilleure conservation des denrées alimentaires. Attention donc aux huiles hydrogénées qui entrent dans la composition des produits ultra-transformés industriels, comme les gâteaux industriels, les céréales ou encore les plats préparés ou en conserve. Ils sont à bannir, car à risque pour le système cardio-vasculaire. Ils réduisent les taux d’HDL (bon cholestérol) et augmentent les taux de triglycérides, conférant un risque accru de maladie coronarienne.
Si l’on devait considérer un rapport idéal de nos apports alimentaires en graisse, ce serait le suivant : plus de 50 % d’oméga-9, un rapport de 4/1 entre oméga-6 et oméga-3 et un rapport oméga-9/oméga-6/oméga-3 proche de 10/2,5/1. Les acides gras saturés et trans étant à limiter.

Top 4 des huiles végétales en nutrition santé :

  • L’huile végétale de Colza : une très bonne élève vis-à-vis de sa composition idéale pour la santé, grâce à un ratio proche de l'idéal. De plus, c’est une huile assez stable, bien que son utilisation en assaisonnement soit à favoriser par rapport à la cuisson. Il s’agit également d’une huile peu chère. Il faut toutefois privilégier une huile vierge et bio, et non une huile raffinée pour préserver les acides gras.
  • L’huile végétale de Périlla : pour sa richesse en oméga-3. On sait à l’heure actuelle que la consommation d’oméga-3 est trop faible par rapport aux autres acides gras. Il est important de promouvoir une huile riche en oméga-3 en assaisonnement. En plus du Périlla, riche à plus de 60 % en acide linolénique, on retrouve l’huile de Chia, l’huile de Lin, l’huile de Sacha Inchi ou encore l’huile de Chanvre, des huiles très riches en oméga-3.
  • L’huile végétale d’Arachide : riche en oméga-9 pour une utilisation en cuisson. L’huile d’Arachide est très riche en acides gras mono-insaturés, les oméga-9, qui font d’elle une huile très stable à la cuisson. Son point de fumée, c’est-à-dire la température à laquelle de la fumée est détectée, est très élevé : 160°C pour une qualité vierge. D’autres huiles comme l’huile d’Olive ou encore l’huile de Noisette sont intéressantes pour les mêmes raisons.
  • L’huile végétale d’Argan toasté : pour un goût exquis. La composition d’une huile, c'est indispensable, mais en cuisine, l’important c’est aussi le goût. Avec des graines ou fruits préalablement torréfiés, on obtient des huiles végétales aux saveurs uniques, très appréciées en gastronomie. Les huiles végétales d’Argan toasté, d’Arachide toasté ou de Sésame toasté sont tout bonnement exquises !

Précautions d'utilisation des huiles végétales

Si les huiles essentielles sont des produits puissants à manipuler avec précaution, les huiles végétales, elles, sont beaucoup plus douces, et donc beaucoup plus simples d'utilisation. Elles sont généralement très bien tolérées de tous. Il convient tout de même de respecter certaines précautions d’utilisation et d’être conscient des risques associés.

Les principaux risques des huiles végétales :

  • Allergie : bien que dépendant de l’utilisateur, certaines huiles végétales peuvent causer des allergies après application. Il est recommandé de faire un test allergique sur une petite zone avant d’appliquer l’huile végétale sur une zone plus étendue.
  • Comédogénicité : certaines huiles sont dites comédogènes, c’est-à-dire qu’elles peuvent favoriser l’apparition d’imperfections comme les boutons ou les points noirs. Chaque huile végétale possède un indice de comédogénicité, 0 étant « non comédogène » et 5 étant « très comédogène ». Il est conseillé de vérifier cet indice, particulièrement pour les personnes ayant des problèmes de peau.
  • Phototoxicité : cela concerne le Millepertuis, il est déconseillé de s’exposer au soleil dans les 8 à 12h suivant son application. 
  • En cas de traitements anti-coagulants : certaines huiles végétales sont fluidifiantes, elles sont à éviter en cas de traitements anti-coagulants. C'est le cas de l'Arnica, du Millepertuis, ou de la Calophylle Inophyle notamment.

Les voies d’utilisations des huiles végétales :

  • Toutes les huiles végétales s’utilisent par voie cutanée, toutefois, pour certaines plus puissantes ou odorantes, une dilution est parfois de rigueur : Neem, Nigelle, Moutarde, Bourrache par exemple.
  • Par voie orale, une grande partie des huiles végétales peuvent être utilisées pour leurs bienfaits nutritifs mais pas que. C’est aussi par cette voie d’utilisation que les propriétés thérapeutiques des huiles végétales peuvent être intéressantes. Attention toutefois, certaines huiles sont contre-indiquées par voie orale du fait de leur composition en substance potentiellement toxiques : Moutarde et Brocoli pour leur teneur en acide érucique par exemple.

Les utilisateurs :

Sauf exception, les huiles végétales sont adaptées à tous les utilisateurs. Bien se renseigner au cas par cas pour les utilisateurs sensibles (bébés et femmes enceintes).

De quoi est composée une huile végétale ?

Les huiles végétales sont issues de plantes dites oléagineuses, c’est-à-dire dont les graines, la pulpe de fruit ou encore la noix sont riches en lipides et produisent une huile. Elles se composent d’acides gras à 98 %, d’acides gras libres à 1 % et d’insaponifiables autour d’1 % selon l’huile en question. Un acide gras est un enchaînement d’atomes de carbone et d’hydrogène, avec à une extrémité une fonction acide carboxylique COOH. En fonction de la longueur de la chaîne carbonée et de la configuration des atomes d’hydrogène et de carbone, on distingue plusieurs types d’acides gras : les acides gras insaturés et les acides gras saturés. Parmi les insaturés, on retrouve les oméga-9 (mono-insaturés), oméga-3 et 6 (poly-insaturés). Les acides gras confèrent de nombreuses propriétés cosmétique, thérapeutique mais aussi diététique aux huiles végétales. A savoir qu’en tant que corps gras, les huiles végétales ne sont ni miscibles dans l’eau ni dans l’alcool.

En plus des acides gras, les huiles végétales sont composées d’insaponifiables : des principes actifs issus de la plante initiale, liposolubles et conférant des propriétés anti-oxydantes à la plante. Parmi eux, on retrouve notamment les vitamines A, B, C, D, E, K, dont les carotènes (provitamine A), mais aussi des tocophérols, stérols et d’autres substances actives selon l’huile en question ; par exemple la thymoquinone de l’huile végétale de Nigelle.

Comment choisir une huile végétale de bonne qualité ?

Il existe différentes qualités d'huiles végétales. Afin de garantir la qualité de votre huile végétale, et ce quelle que soit l'utilisation finale, plusieurs critères sont à vérifier :

Les mentions et certifications 

Dans le cadre d'une utilisation thérapeutique, cosmétique ou nutritionnelle, veiller à n'utiliser que des huiles végétales BIO, vierges, de première pression à froid :

  • Vierge, non raffinée : une huile vierge et non raffinée est une huile qui n'a subi aucun traitement avant ou après pressage, c'est une huile pure qui a simplement été filtrée pour enlever les éventuelles impuretés.
  • 100 % pure et naturelle : c’est-à-dire que l’huile sera le seul ingrédient. C'est une véritable garantie qualité : aucun parfum ou autre additif ne peuvent biaiser la qualité de l’huile. Il existe toutefois le cas particulier des huiles végétales vierges ayant un caractère « vivant ». Certaines se voient parfois ajouter un conservateur, la vitamine E, pour limiter l’oxydation de l’huile et favoriser sa conservation. C'est généralement le cas des macérats huileux par exemple.
  • De première pression à froid : il s’agit d’une méthode d’extraction simple et mécanique où les fruits et graines oléagineux sont pressés pour extraire directement l’huile. Il est possible de réaliser des pressions en chauffant la matière première et en pressant à plusieurs reprises pour obtenir plus d'huile, mais la qualité serait amoindrie (perte de certaines vitamines par exemple).
  • BIO : les certifications permettent de garantir que la plante à l'origine de l'huile a été produite selon un cahier des charges précis excluant les produits phytosanitaires notamment. Selon le mode d'utilisation de l'huile végétale, alimentaire ou cosmétique, on retrouvera deux types de certifications : AB et Cosmos.
Les contrôles effectués par la marque
  • Analyse organoleptique : la couleur, l’odeur ou encore l’aspect de l’huile végétale sont des critères indispensables à vérifier en amont, avant utilisation de l’huile. Par exemple, une huile de colza raffinée sera généralement plus claire qu’une huile de colza vierge.
  • Analyse de la composition en acides gras : une huile végétale est caractérisée par sa composition en acides gras. Par exemple, une huile végétale de Grenade présente la particularité d’être riche à plus de 60 % d’acide punicique. Une variation de la teneur en acides gras peut être le reflet d’une huile coupée avec une autre huile…
  • Vérification de la faible oxydation de l’huile : les acides gras qui composent l’huile végétale peuvent de dégrader au contact de l’oxygène, de l’air, la lumière ou encore la chaleur. C’est un critère qui se vérifie premièrement à l’odeur ; une huile oxydée est rance. Deuxièmement, au moyen d’une mesure de l’indice de peroxyde de l’huile végétale ; il s’agit de la quantité d’oxygène lié à l’huile traduisant son oxydation. Troisièmement, en mesurant l’indice d’anisidine qui, de manière plus poussée encore, permet de déterminer le niveau de rancissement d’une huile.

Le packaging du produit

  • Qualité du packaging : le choix du contenant d’une huile végétale n’est pas anodin aux vues des critères précédemment cités. Il se doit de respecter au maximum la qualité intrinsèque de l’huile et donc d’être le plus neutre possible. De plus, il doit être hermétique à l’oxygène et préserver au maximum l’huile de la lumière et de la chaleur. Un packaging en verre ambré avec bouchon scellé est le packaging idéal.
  • Mentions de l’étiquette : en plus des mentions et certifications précédemment décrites et du nom d’usage de l’huile, il est important de vérifier la dénomination botanique et la partie de plante utilisée pour obtenir l’huile. Un numéro de lot, une origine géographique et les coordonnées du fabricant sont un gage de traçabilité.

Comment est obtenue une huile végétale ?

Les huiles végétales sont le plus souvent obtenues de manière mécanique, à la suite d’un pressage des graines ou fruits oléagineux. La méthode dite de « première pression à froid » est une technique ancestrale et traditionnelle, la plus naturelle possible, qui respecte la qualité de la matière première. Les graines et fruits sont triés avant d’être soumis à un pressage mécanique à froid, c’est-à-dire sans chauffage, à température ambiante. Plusieurs types de presses existent ; la presse à vis qui pousse la graine ou le fruit dans un cylindre, est la plus souvent utilisée. L’huile sort par les ouvertures et les résidus de pressage (appelés tourteaux) restent dans le cylindre. L’huile obtenue est vierge, elle ne subit aucun traitement chimique, ni aucun raffinage, elle est seulement filtrée de potentiels résidus organiques.

À savoir que la pression à froid peut s’avérer inadaptée pour certaines graines ne contenant pas assez d’huile. Un long pressage inefficace augmenterait la température de l’huile lors de frottements mécaniques et dégraderait la qualité intrinsèque de l’huile. C’est pourquoi, il existe d’autres méthodes d’extraction des huiles végétales.

Autre méthode d’extraction parfois rencontrée : l’extraction supercritique de l’huile au CO2. Supercritique est l’état dans lequel se trouve le CO2 : au-delà d’un certain seuil de température et de pression, il se retrouve dans un état intermédiaire, entre liquide et gazeux, faisant de lui un solvant de choix. C’est une méthode présentée comme très naturelle, car dans cet état le CO2 est neutre et respecte la composition en ingrédients actifs de l’huile.

Huiles végétales, beurres végétaux et macérats huileux : quelles différences ?

Lorsque que l’on parle d’huile végétale (HV), on englobe généralement, par abus de langage, tous les corps gras d’origine végétale à savoir les macérats huileux (MH) et les beurres végétaux.

Les beurres végétaux ont une texture et un aspect solide à température ambiante à la différence des huiles, notamment à cause de leur teneur plus élevée en acides gras saturés. Parmi les beurres végétaux les plus connus, on retrouve notamment le beurre de Karité ou encore le beurre de Cacao.

Toutes les plantes n’étant pas des oléagineuses, elles ne peuvent donc pas fournir d’huile végétale. Pour contourner cet obstacle et profiter tout de même naturellement de leurs bienfaits, les producteurs ont trouvé une alternative : les macérats huileux. La partie de la plante d’intérêt est plongée dans une huile neutre, liquide à température ambiante, souvent l’huile de Tournesol ou d’Olive. Ce complexe d’huile neutre et de plantes est soumis à la lumière pour favoriser le transfert des principes actifs de la plante vers l’huile neutre. Une fois la macération terminée, l’huile neutre ne l’est plus, et regorge des bienfaits de la plante. Le macérât huileux obtenu est donc une huile bio chargée des principes actifs de plantes non oléagineuses. Les fleurs sont généralement utilisées, c’est le cas du macérat huileux d’Arnica, mais il est aussi possible de faire macérer des racines, par exemple la Carotte. Les plantes sont le plus souvent séchées avant macération afin d’éviter un développement microbien lors de la macération dans l’huile.


On vous en parle en vidéo

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.7 ( 2139 votes )

Bibliographie

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Ouvrage : Clergeaud, C. (2003). Les huiles végétales : huiles de santé et de beauté. Amyris.

Ouvrage : Pobeda, M. (2011). Les bienfaits des huiles végétales, apprendre à les connaître et à les utiliser, pour la santé et la beauté. Editions Hachettes Livres (Marabout).

Ouvrage : Zahalka, J. (2022). Dictionnaire complet des huiles végétales : 90 huiles végétales 10 macérâts huileux. DAUPHIN.

À propos de ces conseils

Cet article a été rédigé et mis à jour par Théophane de la Charie et l'équipe de la Compagnie des Sens. Depuis ses débuts, l'entreprise est composée d'une équipe d'experts (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) et la pluralité des profils qui se sont succédés a permis de construire une base de connaissances qui s'enrichit continuellement. 

La Compagnie des Sens et ses équipes n'encouragent pas l'automédication. Les informations et conseils délivrés sont issus d'une base bibliographique de référence (ouvrages, publications scientifiques, etc.). Ils sont donnés à titre informatif, ou pour proposer des pistes de réflexion : ils ne doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, une consultation ou un suivi médical, et ne peuvent engager la responsabilité de la Compagnie des Sens.