La Chlorella, ou Chlorelle, est une micro-algue unicellulaire de forme sphérique et d’environ 5 µm de diamètre, soit la taille d’un globule rouge. S’il existe plus d’une trentaine d’espèces vivant aussi bien en eau douce qu’en eau salée, la plus consommée, Chlorella vulgaris, est bel et bien une micro-algue d’eau douce. Contrairement à la Spiruline, la Chlorella est un organisme eucaryote, cela signifie qu’elle possède un noyau délimité par une membrane. Sa couleur lui est conférée par sa richesse en chlorophylle : sans surprise, la Chlorella est donc verte ! Sa forme sphérique particulière lui est quant à elle donnée par sa membrane cellulosique à 3 couches, très résistante, et donc à l’origine de sa grande stabilité. C'est elle qui confère la propriété détoxifiante de l'algue. La Chlorella est un super-aliment, un concentré de micronutriments bénéfiques pour la santé. Elle contient notamment une forte proportion en protéines, présente les 8 acides aminés essentiels, et des acides gras essentiels. Utilisée depuis des générations sur le continent asiatique, elle fait parler d’elle dans le monde entier depuis quelques dizaines d’années ! Nom latin : Chlorella vulgaris. Forme : sphérique. Couleur : verte.

Comment utiliser la Chlorella ?

Quel dosage utiliser ?

Adultes et ados : la dose journalière de Chlorella peut varier de 2 à 5 g par jour, selon les réactions du corps, mais une moyenne de 3 g par jour est observée.

Enfants : pour les enfants, le dosage est à adapter en fonction du poids : compter 1 g par tranche de 20 kg.

Exemples d'utilisation

La poudre de Chlorella ne se disperse pas facilement dans l’eau, c’est pourquoi il est préférable de l’intégrer dans des aliments plus épais tels que les soupes, les purées, les yaourts etc. Pour ne pas altérer les qualités nutritionnelles de la Chlorella, il est déconseillé de la chauffer à plus de 40°C, il vaut mieux donc l’intégrer après cuisson.

Qui peut l'utiliser ?

Précautions d'utilisation et stockage

Par mesure de précaution, la Chlorella est déconseillée chez les personnes souffrant d’hypotension ou d’hémochromatose. Elle ne doit pas être consommée en cas de prise importante d’anticoagulants, d’antiplaquettaires, d’anti-inflammatoires, ou encore d’immunosuppresseurs.

Par son action détoxifiante, la Chlorella peut stimuler l’activité du transit intestinal et induire des migraines.

En cas de prise de traitements médicamenteux, il est tout d’abord conseillé de demander un avis médical, et de respecter au moins 1h d’intervalle entre les deux.

Quelques propriétés de la Chlorella

Detox

La Chlorella possède une membrane fibreuse, non digérée par l’organisme. Celle-ci est composée de sporopolléine, un élément qui présente une affinité pour certains polluants tels que les métaux lourds, les dioxines ou les PCB. On dit que les fibres de la Chlorella chélatent ces composés, elle les fixe de manière irréversible. Cela confère à la Chlorella sa propriété de détoxifiante : sa membrane va fixer les polluants qui seront directement éliminés de l’organisme. Le phénomène est soutenu par la chlorophylle et d’autres molécules de la Chlorella comme des glycoprotéines.

Digestive

La Chlorella agit sur la digestion à plusieurs niveaux. Tout d’abord, il y a le CGF qui permet le bon développement des Lactobacillus, les bonnes bactéries de la flore intestinale qui favorisent la digestion et forment une barrière de protection contre les germes pathogènes. Ensuite, il y a la chlorophylle, qui va former une couche protectrice sur la muqueuse intestinale de manière à empêcher les mauvais bactéries de s’y installer. Si l’on résume le tout, nous pouvons en conclure que la Chlorella serait un potentiel probiotique ! Elle est notamment très intéressante contre la constipation, en particulier grâce à la présence de fibres non assimilables.

Immuno-modulatrice

Plusieurs études tendent à démontrer l’intérêt de la Chlorella dans la stimulation de l’immunité. Elle augmenterait la résistance à certains germes tels qu’Escherichia coli, et augmenterait l’activité des macrophages et de certains leucocytes. Cela lui est notamment conféré par le CGF, le facteur de croissance de la Chlorella, composé entre autres de vitamines et d’acides nucléiques. Il améliorerait la multiplication des Lactobacillus afin de protéger la flore intestinale, et limiterait la production de pathogènes.

Forme générale, anti-dépressive

La Chlorella contient du Tryptophane, un acide aminé qui permet d’une part la synthèse de sérotonine, et d’autre part la synthèse de mélatonine. L’une est dite “hormone du bonheur” puisqu’elle intervient dans notre bien être général et dans notre forme physique, tandis que l’autre intervient dans le mécanisme du sommeil. En plus de cela, la Chlorella maintient une bonne forme générale grâce à sa riche composition en minéraux, oligo-éléments, vitamines et surtout en protéines et omega-3.

Anti-oxydante

La Chlorella contient de nombreux anti-oxydants naturels, avec notamment de la vitamine C et E, des caroténoïdes et de la chlorophylle. Cela lui permet de protéger les cellules des dégâts causés par les radicaux libres, et permet ainsi de limiter leur vieillissement. Par cette action, la Chlorella permet également de protéger le système cardio-vasculaire ou encore de prévenir certaines maladies.

De quoi est composée la Chlorella ?

De protéines

La Chlorella est tout d’abord réputée pour sa richesse en protéines, elle en contient l’équivalent de 50 à 60 %. On y retrouve notamment de nombreux acides aminés, dont les 8 essentiels, ceux que l’on ne peut pas synthétiser naturellement. Dans 100 g de Chlorella vous retrouverez :

  • de la glycine : 1,4 à 2,3 g
  • de l’alanine : 2 à 3,1 g
  • de la valine : 1,5 à 2,3 g
  • de la leucine : 2,1 à 3 g
  • de l’isoleucine : 1 à 1,8 g
  • de la phénylalanine : 1,1 à 2,1 g
  • de la tyrosine : 0,8 à 1,4 g
  • de la proline : 0,9 à 1,5 g
  • de l’histidine : 0,7 à 1,1 g
  • du tryptophane : 0,4 à 1,1 g
  • de la sérine 1,1 à 1,7 g
  • de la thréonine 1,3 à 2 g
  • de la cystéine : 0,3 à 0,4 g
  • de la méthionine : 0,5 à 0,8 g
  • de l’arginine : 1,4 à 3 g
  • de la lysine : 1,4 à 2,3 g
  • de l’asparagine  : 2,1 à 3,5 g
  • de la glutamine : 3,1 à 5,6 g

De fibres, glucides et lipides

La Chlorella contient environ 15 % de glucides, 10 % de lipides et 5 à 10 % de fibres non assimilables, donc totalement éliminées de l’organisme. Cela en fait un excellent agent du transit intestinal ! Elle est notamment très riches en acides gras. Dans 100 g de Chlorella seront concentrés :

  • de l’acide palmitique : 300 à 700 mg
  • de l’acide oléique (omega 9) : 300 à 1300 mg
  • de l’acide linoléique (omega 6) : 150 à 800 mg
  • de l’acide alpha-linolénique (omega 3) : 150 à 800 mg
  • de l’acide stéarique : 20 à 300 mg
  • de l’acide palmitoléique : 40 à 300 mg
  • de l’acide myristique : 50 à 100 mg
  • de l’acide arachidonique : 10 à 15 mg
  • de l’acide laurique : 1 à 80 mg

De minéraux, oligo-éléments

Le principal intérêt de la Chlorella est que l’ensemble de ses minéraux et oligo-éléments seront biodisponible, c’est à dire que l’organisme pourra totalement les assimiler ! Pour 100 g de Chlorella, on retrouvera :

  • du potassium : 1,4 à 2 g
  • du calcium : 0,3 à 0,6 g
  • du magnésium : 0,2 à 0,4 g
  • du fer : 0,07 à 0,2 g
  • du manganèse : 0,004 à 0,007 g
  • du zinc : 0,002 à 0,005 g
  • du cuivre : 0,001 à 0,002 g

De vitamines

La Chlorella est également très riche en vitamines. Dans 100 g d’algue seront contenues :

  • de la vitamine C : jusqu’à 60 mg
  • de la vitamine E : 5 à 10 mg
  • de la vitamine K1 : 0,03 à 0,05 mg
  • de la vitamine B6 : entre 0,9 et 1 mg
  • de la vitamine B9 : entre 0,1 et 0,35 mg
  • de la vitamine B12 : entre 0,1 à 0,6 mg

De pigments

Pour 100 g de Chlorella, les teneurs en pigments suivantes sont observées :

  • Caroténoïdes : 0,13 à 0,4 g
  • Lutéine : 0,15 à 0,21 g
  • Chlorophylle : 2,5 à 5 g

D'un facteur de croissance

La Chlorella contient un facteur de croissance qui lui est propre, que l’on ne retrouve dans aucun autre organisme, il s’agit du CGF : Chlorella Growth Factor. Complexe de vitamines, d’acides nucléiques et d’enzymes entre autre, ce facteur de croissance possède de multiples propriétés que ne possèdent pas ses composants pris à part. Il fonctionne réellement comme un complexe synergique.

Culture de la Chlorella

Il existe différentes formes de culture de la Chlorella, qui influencent directement la qualité de celle-ci. Elles sont plus exactement au nombre de 3 :

  • La culture en fermenteur, qui demande une grande quantité de nutriments spécifiques

  • La culture en bassin ouvert, qui présente l’inconvénient d’une production de Chlorella polluée si l’environnement l’est aussi puisqu’elle va fixer tous les polluants. Cette forme de culture peut être intéressante si l’environnement autour est contrôlé.

  • Et le meilleur pour la fin : la culture en tubes de verre. Sous cette forme-là, la Chlorella utiliser la lumière naturelle pour se développer, et est protégée de toute pollution extérieure !

Concernant les labels de la Chlorella, celle-ci ne peut pas posséder de label BIO. En effet, tout comme la spiruline, les micro-algues d’eau douce ne rentrent dans aucune catégorie de la réglementation. Tout se base donc sur la qualité de production !

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 3.8 ( 5 votes )

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Notre équipe pluridisciplinaire (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) est composée de 6 personnes, travaillant à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits. Si vous avez une question à nous poser, rendez-vous sur le forum, nous vous répondrons chaque jour de la semaine. Vous pouvez aussi nous contacter par mail.