• Livraison offerte dès 29 € en Point Relais
  • dès 39 € à domicile
  • dès 50 € en Chrono Relais (Express)
  • Offre valable en France Métropolitaine
Mon compte
Panier

Se protéger des méfaits du soleil tout en profitant de ses bienfaits, c’est sur cet équilibre fondamental que repose le bon fonctionnement de l’organisme. Une exposition solaire prolongée peut être néfaste à court et long terme pour notre peau. C’est pourquoi, en plus d’une exposition contrôlée et limitée aux rayons ultraviolets, il est primordial de bien préparer sa peau, la protéger efficacement afin de profiter des bienfaits du soleil en toute sécurité. Des extraits naturels peuvent nous accompagner dans ces différentes étapes : préparation à la première exposition du soleil, protection de la peau et prolongation du bronzage.

L’effet du soleil sur notre peau

Le soleil est une véritable source d’énergie pour notre planète Terre. Il émet à la fois une énergie lumineuse, une énergie thermique et des rayons ultraviolets, plus couramment appelés UV. Ces derniers sont invisibles, ne chauffent pas et peuvent se classer en trois catégories selon leur longueur d’onde, activité biologique et pouvoir de pénétration de la peau :

  • les UVA, dont la longueur d’onde est longue, sont les UV les plus traversants. Ils atteignent notre épiderme et peuvent même pénétrer profondément la peau, jusqu’au derme. Ils sont responsables d’un effet bronzage immédiat, mais aussi du vieillissement prématuré de la peau.
  • les UVB, dont la longueur d’onde est moyenne, sont absorbés en partie par l’atmosphère et heureusement, car ils présentent une activité biologique importante. Bien qu’ils n’atteignent « que » les premières couches de l’épiderme, ils sont responsables des brûlures et bronzage à retardement. Ils favorisent le vieillissement et les cancers cutanés.
  • les UVC, dont la longueur d’onde est courte, sont les plus nocifs, mais ils sont stoppés par l’atmosphère qui les absorbe ; ils n’atteignent pas la surface de la Terre.

De nombreux facteurs environnementaux peuvent également influer sur l’exposition aux UV d’un individu comme le moment de la journée, la saisonnalité, l’altitude, mais aussi la latitude ou encore la présence de nuages. Ces derniers déterminent un indice UV ou index UV qui exprime l’intensité des UV. Plus l’indice est élevé, plus le risque sera élevé et il faudra se protéger.

Les méfaits du soleil

Des études sur les rayons UVC, UVB et même plus récemment UVA concluent qu’outre les coups de soleil, le bronzage et le vieillissement cutané prématuré, les UV favoriseraient également le développement des cancers de la peau. D’autres effets néfastes peuvent être observés après exposition comme l’acné, les tâches pigmentaires, l’assèchement de la peau, une baisse de l’immunité de la peau par destruction de certaines cellules, etc. Ainsi, en plus de limiter son exposition au soleil, il est important de préparer sa peau au soleil et surtout de la protéger.

Pour se protéger, les protections solaires disponibles sur le marché sont variées, elles sont réglementées. Des indices de protection (IP ou SPF en anglais Sun Protection Factor) sont déterminés par des tests standardisés en laboratoire, in vitro, autorisés et affichés sur les produits en question. L’IP mesure la capacité d’un produit/formule cosmétique à filtrer les UVB, et une partie des UVA. L’IP apparaît chiffré ; 15, 20, 30 ou encore 50 sont des indices retrouvés sur les protections solaires, l’indice le plus élevé ayant la plus forte protection. En dessous de 15, la protection est faible, entre 15 et 30 elle est moyenne et au-dessus on parle d’une haute protection. Comment est mesuré cet IP ? Le calcul est assez simple et est basé sur le temps nécessaire à prendre un coup de soleil, sans ou avec protection 20, 30 ou 50 par exemple. Théoriquement, une personne prenant un coup de soleil en 15 minutes sans protection solaire, prendra un coup de soleil au bout de 5 h avec une protection d’IP 20 (15x20 = 300 minutes). Dans la pratique, il est toujours conseillé de renouveler la protection après 2 h d’application car de nombreux autres critères entrent en jeu (phototype de peau, climat et intensité des UV, etc.).

Les bienfaits du soleil 

Une exposition prolongée est à risque, toutefois les rayons UV présentent également des bienfaits. Ils jouent un rôle essentiel dans la synthèse de la vitamine D, puisque 70 % de cette dernière est produite grâce aux UV ; les 30 % restants proviennent de l’alimentation. La vitamine D est indispensable au système osseux, musculaire et immunitaire de notre organisme. De plus, c’est reconnu, le soleil a un réel impact positif sur l’humeur et le bien-être. Une exposition au soleil adaptée est donc conseillée, de 15 à 20 minutes selon le type de peau, et plutôt le matin ou en fin d’après-midi quand les rayons UV sont moins agressifs.

Préparer sa peau au soleil

Favoriser une alimentation riche en antioxydants et caroténoïdes

L’alimentation a un réel rôle à jouer lorsque l’on cherche à bronzer et plus précisément à mieux préparer sa peau à l’arrivée des premiers rayons de soleil. D’une part, certains nutriments participent à la synthèse de la mélanine en stimulant sa production. D’autre part, il existe des nutriments dits « antioxydants » qui agissent à deux niveaux. Ils peuvent soit neutraliser directement les radicaux libres produits lors d’une exposition au soleil, soit interférer avec d’autres substances dans la chaine de réactions d’oxydation, limitant ainsi cette dernière.

Pour stimuler la production de mélanine, les caroténoïdes (alpha-carotène, bêta-carotène, lycopène, zéaxanthine) sont à privilégier. On retrouve ces pigments dans les végétaux, ce sont d’ailleurs eux qui donnent leur couleur de teinte (jaune, rouge, verte, orangée). Le cuivre est également un oligo-élément impliqué dans la production de mélanine. Il est alors possible de consommer quotidiennement, un mois avant l’exposition, les aliments suivants :

  • Fruits et légumes : patates douces, carottes, potirons, choux, épinards, salades, citrouilles, melons, abricots, mangues, poivrons, tomates et griottes sont sources de bêta-carotène. Les tomates cuites avec leur peau, la goyave, la pastèque et le pamplemousse contiennent du lycopène. Le chou, le cresson, les épinards, la blette, la courgette et le poireau sont eux riches en lutéine et zéaxanthine. Il est recommandé de respecter la saisonnalité des fruits et légumes : des végétaux de saison seront davantage intéressants nutritionnellement parlant. Si l’équivalent de la moitié de votre assiette est représentée par ces végétaux, vous mettrez un maximum de chance de votre côté pour obtenir un teint hâlé.

  • Épices et herbes aromatiques : le cumin, le poivre, le curcuma, le paprika mais aussi le persil, la coriandre, la sauge, le basilic, le thym, la ciboulette, l'origan et la menthe sont des épices et herbes aromatiques sources de cuivre et caroténoïdes, faciles à introduire dans l’alimentation quotidienne.

  • Algues séchées : un peu moins courantes, les algues séchées sont pourtant très riches en bêta-carotène. On retrouve le kombu japonais, le wakamé, la dulse, le fucus vésiculeux et le haricot de mer. En moyenne, moins de 5 g d'algues séchées suffisent pour combler les besoins journaliers en bêta-carotène.

  • Graines et fruits à coque : les fruits à coques sont vecteurs d'antioxydants et de cuivre. Il est judicieux d'ajouter une poignée par jour de graines et noix oléagineuses à son alimentation pour espérer avoir une belle peau bronzée.

  • Cas particulier de l’Urucum : ce fruit du roucouyer, originaire d’Amérique du Sud, renferme des petites graines rouges extrêmement riches en bêta-carotène : environ 1305 mg pour 100 g. Moins d'un gramme de poudre d'Urucum couvre les besoins journaliers en bêta-carotène.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre article dédié aux aliments boosters de bronzage

Exfolier la peau à l'aide de gommages

La préparation de la peau au bronzage passe aussi par l’extérieur. Les cellules de la peau se renouvellent selon un cycle de 28 jours. Apparaissent alors des cellules mortes, blanchâtres, à la surface d’une peau d’aspect plus sec. L’élimination de ces cellules par une exfoliation de la peau est importante pour favoriser entre autres le renouvellement cellulaire, ralentir le vieillissement cutané et faciliter la pénétration de soins hydratants, protecteurs. Selon votre type de peau et la partie du corps, il est utile d’adapter le gommage employé.

Des argiles peuvent être employées. L’Argile Blanche Kaolin ultra-ventilée sera particulièrement adaptée aux peaux les plus sensibles. Pour les autres peaux et le corps par exemple, l'argile Rhassoul, l'argile Verte et l'argile Bleue Illite et/ou Montmorillonite sont plus appropriées. Les argiles sous forme de poudre sont à mélanger à de l’eau ou un hydrolat et une huile végétale pour exfolier en douceur sous la douche par exemple.

D’autres exfoliations sont possibles avec des extraits naturels ou bien des gants, vous les retrouvez plus en détails dans ce guide sur l’exfoliation de la peau.

Hydrater, nourrir la peau et favoriser le bronzage

Des soins à base d’huiles végétales et macérats huileux permettent de favoriser le bronzage tout en nourrissant la peau. Les acides gras que contiennent ces huiles et macérats huileux participent à la synthèse de phospholipides. Ces derniers structurent les membranes cellulaires de la peau, les acides gras apportent souplesse et protection à l’ensemble des couches de la peau (épiderme, derme et hypoderme). De plus, les extraits naturels suivants sont connus pour leur richesse en bêta-carotène capable d’activer la synthèse de mélanine, des pigments naturels et foncés de la peau responsables de sa coloration.

  • Le macérat huileux de Carotte : il est de couleur jaune à orangé ce qui permet en première intention de donner un teint hâlé. En préparation à l’exposition au soleil, il convient d’utiliser le macérat huileux de Carotte en application cutanée, 3 semaines avant l’exposition.

  • L’huile végétale de Buriti : elle possède également une couleur atypique, orangée à rouge, pour un effet bonne mine après application. Elle peut également colorer votre crème de jour habituelle ou bien être diluée dans une autre huile végétale pour un soin de la peau.

  • L'huile végétale ou beurre de Tucuma : elle est également riche en bêta-carotène et en oméga-3. Pour ne rien gâcher, cette huile est riche en vitamine E. Son utilisation en application cutanée prépare la peau au soleil et comme les huiles végétales citées ci-dessus, permet de faire le plein de caroténoïdes.

Protéger sa peau du soleil grâce aux huiles végétales

Bien que possédant de nombreux bienfaits indispensables au bon fonctionnement de l’organisme (source de vitamine D, moral en hausse avec des taux de dopamine et sérotonine qui augmentent, effet bonne mine, etc.), le soleil nécessite également une vigilance toute particulière. Pour limiter les coups de soleil, en plus de limiter son exposition, il est important de filtrer les rayons UV.

Les huiles végétales confèrent un intérêt particulier à ceux qui veulent limiter leur usage de divers produits cosmétiques, formulations à rallonge. Ici, l’intérêt des huiles végétales réside dans un seul ingrédient : l’huile extraite de leurs graines ou fruits. Certaines huiles sont riches en insaponifiables protecteurs et antioxydants, en plus d’apporter un soin émollient via leur composition en acides gras. Certaines possèdent même naturellement un indice de protection solaire appelé SPF. Les huiles végétales testées semblent absorber dans le spectre d’absorption des UVB (290–320 nm) principalement. Néanmoins, les études témoignent également l'utilisation des huiles végétales dans une formulation cosmétique (+ filtre UVA) dans ce cas et/ou en complément d'une protection solaire.

  • L’huile végétale de Framboise est peu connue et pourtant, elle possède un indice de protection solaire compris entre 28 et 50. Elle peut donc être utilisée pour absorber certains UVA et surtout des UVB. En plus de ces propriétés protectrices, l’huile végétale de pépins de Framboise est antioxydante. Elle est particulièrement riche en vitamine E, acide gallique et caroténoïdes qui aident à prévenir les ridules et autres signes du vieillissement de la peau. À savoir qu’elle est également composée d’une part importante d’oméga-3, anti-inflammatoires, aux propriétés apaisantes pour la peau.

  • L’huile végétale de Karanja est riche en pongamol et karanjin, deux composés reconnus pour leurs propriétés anti UVA et anti UVB. Ils auraient en effet, selon des tests effectués en laboratoire, la capacité d'absorber et filtrer une partie des rayons UV et un IP (ou SPF) aux alentours de 30.

  • Il semblerait que les huiles de pépins de Grenade et de Germe de blé bénéficient également de propriétés protectrices cutanées et anti-oxydantes intéressantes pour se protéger du soleil. Ce sont des huiles particulièrement reconnues pour leur richesse en vitamine E, provitamine A (bêta-carotène) et phytostérols. L’huile de Germe de blé peut également être ingérée, en cure de 3 semaines, à raison d’une cuillère à café par jour pour protéger la peau avant mais aussi après exposition solaire.

  • Le beurre de Karité est riche en insaponifiables réparateurs et protecteurs, notamment la vitamine A, mais aussi le karitène et l’acide cinnamique. Le karité permet de compléter l’action des filtres solaires dans les produits de protection. En effet, il sert d’écran aux UV, mais n’est pas considéré comme un écran total. Attention donc, ce n’est pas un écran solaire. Au même titre que le beurre de Karité, l’huile d’Avocat possède une action similaire, elle aussi est riche en insaponifiables d’intérêt.

Evidemment, ces protections ne peuvent pas remplacer des écrans solaires qui offrent une protection plus importante, pour des expositions prolongées. Dans tous les cas, il est important de noter qu’une vigilance est requise en cas d’exposition solaire : le soleil en excès peut nuire à la santé de la peau.

Après-soleil : prendre soin de sa peau et prolonger le bronzage

Des huiles végétales apaisantes et réparatrices

Après exposition au soleil, il est important de nourrir la peau, l’apaiser et lui apporter un soin particulier anti-oxydant pour limiter les dommages du soleil et les désagréments pour la peau (signes de vieillissement prématurés). Pour cela on peut compter sur des actifs comme la vitamine E, la vitamine C, des phytostérols et bien d’autres.

Parmi les huiles végétales et macérats huileux, le macérat huileux de Calendula est l’indispensable à avoir pour apaiser la peau. Contenant naturellement du faradiol, il soulagera rougeurs et inflammations. Ses acides gras jouent le rôle d’hydratant et d’assouplissant.

En parallèle, l’huile végétale de Rose Musquée permet de réparer les membranes cellulaires lésées par le soleil, elle est régénérante cutanée.

L'huile végétale de Coco et le Macérât huileux de Monoï, délicatement parfumés, apportent un soin hydratant intéressant et agréable.

Aux huiles végétales peuvent s’ajouter des soins en aromathérapie. L’huile essentielle de Lavande Aspic est composée de linalol et camphre, elle est antalgique cutanée et permet notamment d’apaiser la peau en cas de coups de soleil. Elle se dilue généralement à 20 % dans une huile végétale et on la substitue par de la Lavande fine ou vraie diluée pour des plus jeunes enfants. Les huiles essentielles de Céleri ou encore de Carotte sont utiles en cas de tâches pigmentaires, dès 6 ans par voie cutanée diluées à 5 %. En cas d’acné, apparaissant dans certains cas post-exposition, il est possible de se tourner vers l’huile essentielle de Tea Tree, anti-infectieuse majeure. Enfin, pour apaiser la peau et l’hydrater, combiner le gel d’aloe vera avec une huile végétale est souvent bénéfique.

Gommage et exfoliation de la peau

Cette étape de gommage et d’exfoliation permet à la fois de préparer la peau au soleil mais aussi de prolonger le bronzage : le renouvellement cellulaire est continu ! Vous pouvez vous référer aux conseils donnés ci-dessus.

Attention aux produits photosensibilisants !

La photosensibilisation (ou phototoxicité) correspond à une réaction excessive de la peau et du système immunitaire face aux rayons UV. Cette réaction a lieu à la suite de la rencontre des rayons UV et d’une substance dite photosensibilisante. Elle se traduit par des rougeurs (coups de soleil), une coloration anormale de la peau, parfois des boutons et des démangeaisons s’apparentant à une allergie au soleil. Certains médicaments, huiles essentielles mais aussi certaines plantes médicinales sont impliquées.

Les huiles essentielles phototoxiques

Les huiles essentielles contenant des molécules aromatiques bicycliques comme les coumarines sont dites photosensibilisantes, ou phototoxiques. Ces molécules sont souvent retrouvées sous forme de traces dans les huiles essentielles obtenues par expression telles que les essences d’agrumes, mais pas uniquement. On peut citer l’huile essentielle de Citron, l’huile essentielle de Bergamote, les huiles essentielles de Mandarine, celles d’Orange, mais aussi l’huile essentielle d’Angélique, de Fenouil ou encore de Khella. Cette liste n’est pas exhaustive. Pour ces huiles, il faudra donc veiller à ne pas exposer la peau au soleil dans les 8 à 12 heures après application ou ingestion. C’est pour cette raison qu’il existe des huiles essentielles d’agrumes sans coumarines.

Cas particulier du Millepertuis

Le Millepertuis est composé d’hypéricine qui semble être la molécule incriminée. C’est une plante que l’on utilise généralement sous forme de macérat huileux. Que vous connaissiez ou non la concentration exacte d’hypéricine dans votre extrait à base de Millepertuis, il est préférable d’éviter son application si on pense s’exposer au soleil dans les 8 à 12 heures. Toutefois, le macérat huileux de Millepertuis est utile pour soulager les brûlures, rougeurs et coups de soleil justement. Il est anti-inflammatoire, antalgique et favorise la régénération cutanée. L’appliquer à la suite d’un coup de soleil n’est pas incohérent puisque vous ne vous exposerez pas au soleil pendant quelques jours si vous souffrez de vos brûlures.


Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 4 votes )

Bibliographie

Publication : Narayanaswamy, S., Rangaswami, S., & Seshadri, T. R. (1954). Chemistry of pongamol. Part II. Journal of the Chemical Society (Resumed), 1871. doi:10.1039/jr9540001871

Publication : Niculae, G., Lacatusu, I., Badea, N., Stan, R., Vasile, B. S., & Meghea, A. (2014). Rice bran and raspberry seed oil-based nanocarriers with self-antioxidative properties as safe photoprotective formulations. Photochemical & Photobiological Sciences, 13(4), 703. doi:10.1039/c3pp50290b

Publication : Badea, G., Lăcătuşu, I., Badea, N., Ott, C., & Meghea, A. (2015). Use of various vegetable oils in designing photoprotective nanostructured formulations for UV protection and antioxidant activity. Industrial Crops and Products, 67, 18–24. doi:10.1016/j.indcrop.2014.12.049

Publication : Foo, Y. Z., Rhodes, G., & Simmons, L. W. (2017). The carotenoid beta-carotene enhances facial color, attractiveness and perceived health, but not actual health, in humans. Behavioral Ecology, 28(2), 570–578. https://doi.org/10.1093/beheco/arw188

Publication : Stahl, W., & Sies, H. (2005). Bioactivity and protective effects of natural carotenoids. Biochimica et Biophysica Acta (BBA) - Molecular Basis of Disease, 1740(2), 101–107. https://doi.org/10.1016/j.bbadis.2004.12.006

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Ouvrage : Pobeda, M. (2011). Les bienfaits des huiles végétales, apprendre à les connaître et à les utiliser, pour la santé et la beauté. Editions Hachettes Livres (Marabout).

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Depuis ses débuts, l'entreprise a toujours été composée d'une équipe d'experts (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) et la pluralité des profils qui se sont succédés a permis de construire une base de connaissances qui s'enrichit continuellement. Aujourd'hui encore, notre équipe pluridisciplinaire travaille à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits . Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?