Le Gingembre est une épice aux multiples bienfaits. Ses principes actifs, en particulier le 6-gingérol et le 6-paradol, ont fait l’objet de plusieurs recherches in vitro et in vivo afin d’évaluer leurs effets antitumoraux. Les chercheurs ont pu observer que ces derniers avaient des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes capables de moduler l’inflammation et d’inhiber certaines protéines impliquées dans le développement d’un cancer, respectivement. Aussi, le Gingembre a des effets antiémétiques très intéressants qui permettent de soulager les nausées et les vomissements durant la chimiothérapie. Cet article reprendra les bienfaits anti-inflammatoires, antioxydants et antiémétiques du Gingembre, ses mécanismes d’action dans sa lutte contre le cancer, ainsi que son utilisation adéquate.

Cet article a été mis à jour le 06/09/2023

Des propriétés anticancéreuses à l’étude

Module l’inflammation

Le Gingembre est une épice qui permet de moduler certains marqueurs de l’inflammation impliqués dans la formation des tumeurs (tumorigenèse). Un état inflammatoire chronique est lié à la progression ou au développement de certains cancers (cancers au niveau digestif, du sein, etc.). Dans ce cadre, plusieurs recherches ont mis en évidence que le facteur de transcription pro-inflammatoire (NF-kB) était fortement impliqué dans la tumorigenèse et qu’il serait actif dans la plupart des cellules tumorales. De nombreuses recherches sur le Gingembre ont démontré plusieurs faits dus à ses effets anti-inflammatoires.

D’abord, le Gingembre aurait bloqué l’activation de NF-kB, via l’inhibition d’une cytokine pro-inflammatoire : TNF-alpha (α) (responsable de l’inflammation). Ensuite, le principe bioactif du Gingembre, le 6-gingérol, aurait inhibé l’expression de la cyclooxygénase 2 (COX-2). Il a été démontré que l’inhibition de cette enzyme permettait de rendre les cellules tumorales plus sensibles à la chimiothérapie. Enfin, les 6-gingérol et 6-paradol ont une forte activité anti-inflammatoire qui permet de supprimer la production du TNF-α.

Dans le cadre d’une étude sur le cancer du foie chez des rats, le Gingembre a pu avoir une action antitumorale et anti-inflammatoire en inactivant le NF-kB via la suppression des TNF-α. En effet, ce dernier a pu réduire significativement les expressions élevées des NF-kB et TNF-α. Plus d’études sur les humains ont besoin de voir le jour afin de confirmer les résultats obtenus sur les animaux. Mais le Gingembre a un potentiel anticancéreux très intéressant et peut être utilisé en prévention.

Induit la mort des cellules cancéreuses

Le Gingembre permet d’inhiber différentes protéines impliquées dans le développement du cancer. En effet, cette épice a un fort pouvoir antioxydant qui n’est pas négligeable. C’est pourquoi le Gingembre a fait l’objet de plusieurs recherches, notamment sur des cellules leucémiques. Une étude a pu démontrer que le 6-gingérol était impliqué dans le processus d’apoptose (mort de cellules cancéreuses). Selon cette étude, le Gingembre a pu influer la production d’espèces réactives à l’oxygène (ROS) d’un côté, et inhiber l’expression des protéines Bcl-2 d’un autre. Lorsqu’au contraire ces protéines sont surexprimées, elles favorisent la survie des cellules tumorales. Leur inhibition permet alors l’apoptose.

D’autres études plus approfondies ont été réalisées in vitro sur des cellules infectées par le papillomavirus, et in vivo sur des souris ayant reçu le même virus, et ce, pour évaluer le mécanisme d’action du 6-gingérol. Les résultats observés ont permis de déduire que ce dernier inhibait non seulement la prolifération des cellules tumorales, mais qu’il induisait également leur mort. L’effet anticancéreux du 6-gingérol est dû en partie à l’inhibition du protéasome du papillomavirus humain (une protéine qui aide à décomposer d’autres protéines dont les cellules n’ont pas besoin). En bloquant donc ces protéasomes, les protéines s’accumulent au sein des cellules cancéreuses et les détruisent. Mais ce n’est pas tout car cette inhibition permet aussi de réactiver une protéine (p53) qui permet de protéger le génome contre les oncogènes (gènes qui favorisent la survenue de cancers).  

Ainsi, selon les chercheurs, le Gingembre serait une alternative antitumorale très intéressante car il est sans toxicité particulière. Il serait bien évidemment nécessaire que des essais cliniques voient le jour afin de confirmer toutes les propriétés du Gingembre, mais aussi d’évaluer à quelle dose il serait efficient afin d’utiliser ses composants pour de futurs traitements.

Soulage les nausées et les vomissements durant la chimiothérapie

Le Gingembre permet d’atténuer les nausées et les vomissements provoqués par une chimiothérapie anticancéreuse. En effet, ce dernier est utilisé depuis la nuit des temps en médecine traditionnelle chinoise et indienne pour lutter contre les nausées et les vomissements dans différentes situations : durant la grossesse, le mal de mer et des transports. Les scientifiques se sont alors penchés sur l’effet du Gingembre durant la chimiothérapie, et les résultats étaient très favorables.

Dans ce cadre, différentes études ont été réalisées, dont une qui a démontré que le Gingembre avait le même mécanisme d’action que certains traitements antivomitifs, dont les antagonistes 5-HT3. Ces derniers agissent en périphérie en bloquant le tonus du nerf vague, et au niveau central (au niveau de la zone de déclenchement des chimiorécepteurs et du centre du vomissement). Les antagonistes 5-HT3 présentent plusieurs effets indésirables dont le Gingembre est dépourvu. Ces derniers sont principalement des céphalées, une constipation, des réactions anaphylactiques pour les formes injectables et des syndromes extrapyramidaux (tremblement de repos, akinésie : difficultés à initier les mouvements, et hypertonie : contractions involontaires et anormales des muscles).

Plusieurs études ont été réalisées sur des femmes atteintes de cancer du sein, sous chimiothérapie, et souffrant de nausées et de vomissements. Les résultats des différentes études ont permis de conclure que le Gingembre avait permis de réduire les nausées de 40 % avec une dose minimale de 1 à 1,5 g de Gingembre en poudre, qu’il pouvait réduire l’intensité et la fréquence des nausées, la fréquence des vomissements mais pas l’intensité des vomissements.

Plusieurs chercheurs ont énoncé que le Gingembre serait une alternative assez intéressante aux traitements antiémétiques, en particulier les antagonistes 5-HT3.

Conseils d’utilisation du Gingembre

Il est important d’avoir une hygiène de vie saine et une alimentation équilibrée et variée. Cela fait partie de la prévention primaire, afin de diminuer le risque de survenue d’un cancer. Cela consiste alors à apporter plus de fruits et de légumes, d’aliments antioxydants et riches en fibres, de privilégier les volailles, les poissons, les œufs, les légumes secs et de consommer moins d’alcool, de viandes rouges et de charcuterie étant donné qu’ils constituent un facteur de risque pour le cancer du côlon et du rectum. Une activité physique régulière adaptée est recommandée, ainsi qu’une hydratation optimale, à raison de 1,5 à 3 L d’eau par jour en fonction des besoins. 

Le Gingembre pourrait être utilisé sans risque, dans la mesure des doses recommandées, et ce pour accompagner tout type de préparation (plats salés ou sucrés, sauces, confitures et chutneys, marinades, soupes et boissons diverses). Il peut être utilisé sous différentes formes :

  • Moulue : jusqu'à 5 g par jour, ce qui équivaut à environ une cuillère à soupe rase.

  • Séchée : entre 1 à 2 cuillères à café par jour de plante séchée. 250 mg pour les femmes enceintes et allaitantes.

  • Fraîche : jusqu’à 10 à 15 g par jour de rhizome frais.

Recettes de tisanes à base de Gingembre

Décoction au Gingembre

Faire bouillir l’équivalent d’un litre d’eau en y ajoutant 5 g de Gingembre en poudre, ou 1 g de Gingembre séché pour mieux libérer ses saveurs et 1 cuillère de Mélisse ou de Camomille Matricaire, plantes utilisées pour leur propriété antinauséeuse. Plus la préparation infusera longtemps, plus elle sera piquante. Au bout de 10 à 15 minutes, filtrer la boisson et ajouter du miel si nécessaire pour sucrer. Boire 1 à 2 tasses par jour.

Infusion au Gingembre

Ajouter 1 à 2 cuillères à café de Gingembre en poudre dans un litre d’eau préalablement chauffé. Ajouter 1 cuillère à soupe de plantes à infuser de son choix (menthe poivrée plante antioxydante et antinauséeuse) et laisser infuser. Au bout de 10 à 15 minutes, filtrer la boisson et ajouter du miel si nécessaire pour sucrer. Boire 1 à 2 tasses par jour.

Précautions d'emploi

  • Il est conseillé d’augmenter progressivement les doses journalières recommandées (DJR) de Gingembre, en particulier si l’on n’a pas l’habitude d’en consommer. Des effets indésirables peuvent rapidement s’installer le cas échéant : une irritation de la langue, de la bouche ou de la gorge, des brûlures gastriques, des gaz, des ballonnements, des nausées et des diarrhées.

  • Les principes actifs du Gingembre, à savoir le gingérol, le shogaol et la paradol, peuvent avoir des interactions avec des traitements anticoagulants, antidiabétiques et hypotenseurs, en particulier si les DJR ne sont pas respectées.

  • Le Gingembre est fortement contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires. Non seulement il contient des minéraux (phosphore, calcium, sodium…) qui pourraient favoriser l’apparition de calculs biliaires, mais il a aussi des propriétés cholérétiques (qui favorisent la production de la bile par le foie).

  • Hors usage alimentaire, le Gingembre et la supplémentation en gingérol, shogaol ou paradol sont à éviter chez les femmes enceintes et allaitantes sans avis médical, et les enfants de moins de 6 ans.

  • Avant une intervention chirurgicale, ou avant l’accouchement, le Gingembre est fortement contre-indiqué en raison d’un risque de saignement ou hémorragique, étant donné ses propriétés vasodilatatrices.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.4 ( 16 votes )

Bibliographie

Publication : Butin, A. (2017). Le gingembre: de son utilisation ancestrale à un avenir prometteur (Thèse). https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932085

Publication : Habib, S. H. M., Makpol, S., Hamid, N. A. A., Das, S., Ngah, W. Z. W., & Yusof, Y. A. M. (2008). Ginger extract (Zingiber officinale) has Anti-Cancer and Anti-Inflammatory effects on Ethionine-Induced hepatoma rats. Clinics, 63(6), 807‑813. https://doi.org/10.1590/s1807-59322008000600017

Publication : Fitriyanti, D., & Sulung, R. (2020b). PERSPECTIVES INTERNATIONALES Efficacité du gingembre pour calmer les nausées et les vomissements causés par la chimiothérapie chez les patientes atteintes d’un cancer du sein. Canadian oncology nursing journal. https://doi.org/10.5737/2368807630168

Publication : Hamza, A. A., Heeba, G. H., Hamza, S., Abdalla, A., & Amin, A. (2021). Standardized extract of ginger ameliorates liver cancer by reducing proliferation and inducing apoptosis through inhibition oxidative stress/ inflammation pathway. Biomedicine & Pharmacotherapy, 134, 111102. https://doi.org/10.1016/j.biopha.2020.111102

Site Web : Tisane de mélisse : bienfaits et propriétés. (2023, août 2). https://www.compagnie-des-sens.fr/melisse-plante/

Site Web : Infusion de menthe poivrée : bienfaits et propriétés. (2023, août 2). https://www.compagnie-des-sens.fr/menthe-poivree-plante/

Site Web : Noel, Z. (s. d.). *Antiémétiques : les points essentiels. Pharmacomedicale. https://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/antiemetiques-les-points-essentiels#:~:text=M%C3%A9canismes%20d'action%20des%20diff%C3%A9rentes,et%2Fou%20une%20action%20centrale.

Site Web : Phytothérapie : Gingembre - VIDAL. (s. d.). VIDAL. https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/gingembre-zingiber-officinalis.html

Site Web : Gingembre — WikiPhyto. (s. d.). http://www.wikiphyto.org/wiki/Gingembre

Site Web : Tisane de camomille matricaire : Bienfaits et propriétés. (s. d.). https://www.compagnie-des-sens.fr/camomille-matricaire-plante/

Site Web : Inhibiteurs du protéasome | Lexique | Fondation contre le cancer. (s. d.). https://www.cancer.be/lexique/i/inhibiteurs-du-prot-asome#:~:text=Les%20inhibiteurs%20du%20prot%C3%A9asome%20sont,des%20cellules%20et%20les%20d%C3%A9truisent.