En médecine ayurvédique, le Gingembre est très réputé pour ses vertus médicinales. Il est employé pour soulager les nausées et vomissements, le rhume, les douleurs articulaires, mais aussi les problèmes de digestion. En effet, au-delà d’être un ingrédient phare de la cuisine asiatique, cette plante est avant tout un moyen de lutter efficacement contre des problèmes digestifs plus ou moins contraignants. Le Gingembre faciliterait la digestion après des repas très copieux et lutterait également contre la constipation. Tout cela serait à l’honneur de ses principes actifs, à savoir : le gingérol, le shogaol et le paradol. Ces derniers auraient, entre autres, des propriétés carminatives, tonifiantes et anti-inflammatoires. Cet article permettra d’approfondir ses connaissances sur le Gingembre et son rôle dans la digestion, ainsi que son utilisation adéquate.

Cet article a été mis à jour le 22/12/2023

En cas de digestion difficile

Le Gingembre est composé d’une pléthore de principes actifs, dont le gingérol et le shogaol, qui aide à lutter contre la digestion difficile, également appelée dyspepsie. Cette dernière peut se manifester par une sensation de lourdeur et de mauvaise digestion, par des ballonnements ou par des douleurs à l’estomac. Un repas très copieux, une consommation excessive d’alcool, une déshydratation, une mauvaise hygiène de vie ou une prise de médicaments peuvent être sources récurrentes d’apparition de dyspepsie.

Au vu de cela, plusieurs études ont évalué l’efficacité du Gingembre sur la digestion. Il s’est avéré que cette plante aurait des propriétés cholérétiques, c’est-à-dire qu’elle favoriserait la sécrétion de la bile par le foie. Ce liquide jaune-verdâtre joue un rôle fondamental puisqu’il optimise la digestion des matières grasses qui sont réputées pour provoquer des sensations de lourdeur.

Par ailleurs, le Gingembre stimulerait également certaines enzymes responsables de la digestion, et ce, grâce à ses principes actifs. En effet, une étude aurait démontré que le Gingembre stimulerait les activités de l’amylase et de la lipase, enzymedigestiveresponsablerespectivement de la dégradation d’amidon et des lipides. De cette manière, le Gingembre serait un ingrédient phare pour les estomacs fragiles puisqu’il contribuera à lutter contre la digestion difficile. Toutefois, il est important de rappeler que le Gingembre doit être employé dans une alimentation équilibrée, saine et variée.

En cas de ballonnements et de gaz intestinaux

Grâce à ses principes actifs, le Gingembre jouerait un rôle dans l’amélioration du péristaltisme gastrique et intestinal, ce qui permettrait de faciliter la digestion et de réduire les flatulences et crampes intestinales. Une mauvaise hygiène de vie, une consommation excessive de boissons gazéifiées et d’alcool, d’aliments fermentescibles ou une prise de médicaments peuvent causer à court ou à long terme des ballonnements et des gaz intestinaux, que l’on appelle aussi flatulences ou météorisme. Dans ce cadre, le Gingembre pourrait être bénéfique pour soulager ces symptômes. En effet, cette plante possède du gingérol, du paradol et du shogaol qui vont agir de concert pour améliorer la vidange gastrique. Des études cliniques ont démontré que la consommation de Gingembre pourrait favoriser la relaxation du sphincter de l’œsophage en diminuant la pression de la partie inférieure. Il a été émis que le Gingembre pourrait donc augmenter les chances d’expulser les gaz gastriques ou les flatulences.  

Des chercheurs auraient aussi découvert des propriétés carminatives puissantes au Gingembre. En d’autres termes, celui-ci permettrait d’expulser les gaz intestinaux et de lutter, par conséquent, contre les ballonnements. Par ailleurs, grâce à ces propriétés, il jouerait un rôle dans l’amélioration du péristaltisme gastrique et intestinal (ensemble de contractions musculaires gastriques et intestinales permettant l’avancée et l’évacuation des aliments dans le tube digestif), ce qui permettrait de faciliter la digestion, et de réduire les flatulences et crampes intestinales.

Le Gingembre n'a affecté ni la pression du Sphincter Inférieur Œsophagien (SIO) au repos, ni l'amplitude ou la durée de la contraction œsophagienne lors de la déglutition. À l’inverse, il a entraîné une plus grande relaxation du SIO et une diminution de la vitesse de contraction œsophagienne, ce qui peut augmenter les chances d'expulsion des gaz gastriques ou l'effet antiflatulatoire.

En cas de problèmes de transit

Le Gingembre favoriserait la motilité gastrique et intestinale en raison de ses propriétés carminatives. En effet, ce dernier joue un rôle important dans l’amélioration du transit. Aussi, puisque c’est un tonique digestif, il permet d’améliorer le péristaltisme intestinal et, par conséquent, de lutter contre certains troubles du transit intestinal tels que la constipation. Le Gingembre peut également lutter contre les crampes intestinales liées à ces troubles puisqu’il a des propriétés anti-inflammatoires et antalgiques (qui réduisent la douleur). Pour ce faire, ce dernier inhibe l’activation de certaines cytokines pro-inflammatoires responsables de l’inflammation, notamment les interleukines IL-1a, IL-6 et TNF-alpha.

Recommandations de consommation du Gingembre

Il est recommandé d’augmenter les doses journalières de Gingembre progressivement afin de ne pas perturber la flore digestive ou voir apparaître des effets indésirables.

  • Gingembre en poudre : Entre 2 à 4 g / jour, équivalent à une cuillère à café environ.

  • Gingembre séché : 1 à 2 g / jour, ce qui équivaut à une cuillère café de plante séchée, 250 mg pour femmes enceintes et allaitantes.

  • Gingembre frais : 10 à 15 g / jour de rhizome frais.

Décoction au Gingembre et au citron

Incorporer 2 à 4 g de Gingembre en poudre ou 1 à 2 g de racine séchée dans de l’eau froide. Faire bouillir pendant 3 à 5 minutes puis laisser infuser 10 minutes. Filtrer la boisson puis ajouter du citron et du miel si nécessaire pour sucrer. Boire une à deux tasses par jour après les repas.

Infusion au Gingembre et au citron

Infuser 2 à 4 g de Gingembre en poudre ou 1 à 2 g de racine séchée dans de l’eau chaude. Laisser infuser pendant 5 minutes. Ajouter du citron et du miel si nécessaire pour sucrer. Boire une à deux tasses par jour après les repas.

Précautions d’emploi

  • Comme tout aliment, le Gingembre doit être consommé raisonnablement. Si les doses journalières recommandées ne sont pas respectées, il est possible d’avoir une irritation de la bouche ou de la gorge, des brûlures d’estomac, une diarrhée etc.

  • Le Gingembre contient des principes actifs, dont le gingérol, le shogaol et le paradol, qui peuvent avoir des interactions avec certains traitements médicamenteux : antiacides, anticoagulants et hypotenseurs. Il est donc conseillé de demander un avis médical avant la consommation de Gingembre.

  • En cas d’obstruction des voies biliaires, le Gingembre est contre-indiqué car il a des propriétés cholérétiques et contient des minéraux (phosphore, calcium sodium...) qui pourraient potentiellement favoriser l’apparition de calculs biliaires.

  • Hors usage alimentaire, le Gingembre et la supplémentation en gingérol, shogaol ou paradol sont à éviter chez les femmes enceintes et allaitantes, les enfants de moins de 6 ans et avant une intervention chirurgicale.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 10 votes )

Bibliographie

Publication : BUTIN, A. (2017). Le gingembre : de son utilisation ancestrale à un avenir prometteur. UNIVERSITE DE LORRAINE. https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932085/document

Publication : Platel, K., & Srinivasan, K. (1996). Influence of dietary spices or their active principles on digestive enzymes of small intestinal mucosa in rats. International Journal of Food Sciences and Nutrition, 47(1), 55‑59. https://doi.org/10.3109/09637489609028561

Publication : Hu, M., Rayner, C. K., Wu, K., Chuah, S., Tai, W., Chou, Y., Chiu, Y., Chiu, K., & Hu, T. (2011b). Effect of ginger on gastric motility and symptoms of functional dyspepsia. World Journal of Gastroenterology, 17(1), 105. https://doi.org/10.3748/wjg.v17.i1.105

Publication : Haniadka, R., Saldanha, E., Sunita, V., Palatty, P. L., Fayad, R., & Baliga, M. S. (2013). A review of the gastroprotective effects of ginger (Zingiber officinale Roscoe). Food & Function, 4(6), 845. https://doi.org/10.1039/c3fo30337c

Publication : Effect of ginger on lower esophageal sphincter pressure. (2010, 1 mars). PubMed. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20420113/

Ouvrage : Bode, A. M. (2011). The Amazing and Mighty Ginger. Herbal Medicine - NCBI Bookshelf. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK92775/

Ouvrage : Medical Economics Company (Éd.). (2007). Physician’s Desk Reference (PDR) For Herbal Medicines (4e éd.). https://www.academia.edu/42179490/PDR_for_Herbal_Medicines_4th_Edition

Site Web : Phytothérapie : Gingembre - VIDAL. (s. d.). VIDAL. https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/gingembre-zingiber-officinalis.html

Site Web : Gingembre — WikiPhyto. (s. d.). http://www.wikiphyto.org/wiki/Gingembre

Site Web : Lindenmeyer, C. C., & Msd, M. (2023, 19 avril). Vésicule et voies biliaires. Manuels MSD pour le grand public. https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-du-foie-et-de-la-v%C3%A9sicule-biliaire/biologie-du-foie-et-de-la-v%C3%A9sicule-biliaire/v%C3%A9sicule-et-voies-biliaires