Le Gingembre, ou Zingiber officinale, est une plante herbacée cultivée dans des pays tropicaux bien ensoleillés. Au-delà de n’être qu’une simple épice qui parfumera vos mets et boissons, le Gingembre est une plante aux vertus médicinales très intéressantes et connue des Indiens depuis des milliers d’années. En effet, son usage traditionnel était reconnu pour stimuler la libido, soulager certains maux digestifs, mais aussi, pour prévenir ou réduire les nausées et vomissements, qu’ils soient liés au mal de transport, à la grossesse, à une intervention chirurgicale et même à une gueule de bois. Depuis des décennies, le Gingembre a fait l’objet de plusieurs études afin de mieux comprendre son action et de démontrer son efficacité contre les nausées et vomissements. Cet article reprendra donc toutes les connaissances autour de l’action et l’utilisation adéquate du Gingembre.

Cet article a été mis à jour le 04/12/2023

En utilisations simples

Gingembre frais

Pour le mal des transports : mâcher 10 g de Gingembre frais, 30 min avant le départ. Aussi, il est recommandé d’effectuer des exercices de respiration abdominale et d’éviter de boire de l’alcool, du café ou de fumer du tabac pour diminuer le risque d’avoir des nausées ou une envie de vomir dans les transports.

Gingembre en poudre

Pour la gueule de bois : Opter pour un smoothie antioxydant à base de fruits et de légumes de saison, accompagnés de Gingembre. Par exemple : 

  • 1 carotte 
  • 1 céleri blanche 
  • 1 kiwi 
  • 1 pomme 
  • 5 g de Gingembre en poudre 

Mixer les fruits et légumes avec de l’eau ou du pur jus d’orange frais puis passer la préparation dans un filtre pour obtenir un jus liquide. Utiliser le reste de fibres pour l’incorporer dans un cake ou une compote afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. 

La fraîcheur des fruits et légumes associée à celle du Gingembre ne vous apportera que du bonheur, en plus des vitamines antioxydantes et minéraux contenus à l’intérieur. De cette manière, les nausées qui accompagnent la gueule de bois s’estomperont au bout de 30 minutes voire une heure après ingestion. Notez que l’abus de l’alcool est dangereux pour la santé.

Gingembre séché

En post-opératoire / chimiothérapie ou radiothérapie : L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît l’usage du Gingembre dans la prévention des nausées et vomissements chez les personnes ayant subi une intervention chirurgicale mineure. De cette manière, utilisez le Gingembre en infusion :  

Faire bouillir l’équivalent d’une tasse d’eau ou de lait (ou boisson végétale) dans une casserole. Retirer ensuite la casserole du feu et y ajouter 10 à 15g de Gingembre frais râpé pour mieux libérer ses saveurs. Plus la préparation va infuser, plus elle sera piquante. Au bout de 10 à 15 minutes, filtrer la boisson et y ajouter ni nécessaire une pointe de miel pour sucrer. 

Chez la femme enceinte

En usage alimentaire, le Gingembre est autorisé chez la femme enceinte et allaitante. Ce dernier est également permis dans le traitement contre les nausées et vomissements liés à la grossesse, dans la limite de la dose recommandée, à savoir 5 g/j de Gingembre en poudre. Par ailleurs, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a admis l’usage du Gingembre, à hauteur de 250 mg de rhizome séché, en infusion quatre fois par jour, ou 10 g de Gingembre frais par jour (une tranche de 6 à 7 mm d’épaisseur). Plusieurs études ont été entreprises au premier trimestre de gestation de femmes enceintes afin d’évaluer l’efficacité du Gingembre dans la lutte contre les nausées et vomissements. Les résultats ont permis de démontrer que non seulement cette plante était efficiente, mais aussi, à une dose fractionnée entre 500 et 1500 mg/j, l'incidence des malformations congénitales, des fausses couches ou des anomalies est beaucoup moins élevée que dans la population générale.  

Par ailleurs, une cure aux compléments alimentaires à base de gingérol ou de shogaol est contre-indiquée car il n’existe que très peu d’études réalisées sur les femmes enceintes. Certaines données cliniques évoqueraient un risque de saignement, d’hémorragie ou de contraction utérine avant terme chez des femmes qui présentent des antécédents de fausses couches, de saignement vaginal ou de trouble de la coagulation. Il est donc recommandé d’éviter de consommer du Gingembre peu avant l’accouchement et de demander conseil à son médecin traitant.  

L’usage d’huile essentielle est contre-indiquée chez la femme enceinte de moins de 3 mois et les nourrissons. Les femmes enceintes de plus de 3 mois peuvent l'utiliser en ingestion ou par voie cutanée, diluée dans une huile végétale et sous prescription médicale. 

Précautions d'emploi

Consommé à forte dose, le Gingembre, considéré comme aliment sûr à dose recommandée, peut provoquer des effets indésirables. Ces derniers peuvent se manifester par une irritation de la bouche ou de la gorge, des brûlures d’estomac, des diarrhées ou une gêne abdominale.  

Il est important de respecter les doses recommandées pour éviter les effets secondaires d’une forte consommation :

  • Gingembre en poudre : jusqu’à 5 g/j, ce qui équivaut à une cuillère à café environ. 

  • Racine de Gingembre séché : jusqu’à 1 cuillère à café /j de plante séchée ou 250 mg pour les femmes enceintes et allaitantes. 

  • Gingembre frais : 10 à 15 g/j de rhizome frais. 

Dans certains cas pathologiques, le Gingembre ou la supplémentation en gingérol ou shogaol sont contre-indiqués au vu de leur forte interaction avec certains traitements médicamenteux, à savoir : obstruction des voies biliaires (calculs biliaires), traitements anticoagulants, antiacides, contre l’hypertension artérielle, d’ulcères gastriques. Cette plante est déconseillée avant toute intervention chirurgicale car il existe des risques de saignement excessif, voire d’hémorragie, et aux enfants de moins de 6 ans. 

Pourquoi est-il efficace ?

Traditionnellement considéré comme un remède de grand-mère, le Gingembre est utilisé depuis la nuit des temps dans la lutte contre les nausées et vomissements. Aujourd’hui, l’action thérapeutique du Gingembre a été étudiée scientifiquement et cette épice s’est placée comme une alternative assez intéressante aux médicaments antiémétiques. Pour mieux comprendre son action, il existe des récepteurs situés dans notre système nerveux périphérique et central dont le 5-HT3. Lorsque ce dernier est stimulé, il envoie un signal via la moelle épinière jusqu’au centre de contrôle du vomissement et induit une sensation de nausée, provoquant ainsi le vomissement. Les médicaments antiémétiques sont considérés comme des antagonistes de ce récepteur, c’est-à-dire qu’ils empêchent son activation, afin de lutter contre les nausées et vomissements. Le Gingembre, grâce à ses molécules actives, notamment le gingérol et le shogaol, agit de la même manière.  

Par ailleurs, plusieurs études ont évoqué que le Gingembre pouvait être une meilleure alternative, étant donné le faible coût, l’origine naturelle et l’absence d’effets indésirables. En effet, l’usage de médicaments antiémétiques, comparé au Gingembre, est souvent accompagné d’effets secondaires, notamment de vertiges, de somnolence, d'asthénie (forte fatigue), voire parfois d’hypotension, d’acouphènes, de vision trouble... 

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.9 ( 22 votes )

Bibliographie

Publication : Can nausea and vomiting be treated with ginger extract ? (2015, 1 avril). PubMed. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25912592/

Publication : Phytothérapie : Article pp.87-91 du Vol.10 n°2 (2012). (s. d.). lavoisier.fr. https://archives-phyto.revuesonline.com/article.jsp?articleId=28521

Publication : Thompson, A. S., & Lummis, S. C. R. (2006). 5-HT3 Receptors. Current Pharmaceutical Design, 12(28), 3615‑3630. https://doi.org/10.2174/138161206778522029

Publication : Palatty, P. L., Haniadka, R., Valder, B. K. A., Arora, R., & Baliga, M. S. (2013). Ginger in the Prevention of Nausea and Vomiting : A Review. Critical Reviews in Food Science and Nutrition, 53(7), 659‑669. https://doi.org/10.1080/10408398.2011.553751

Publication : BUTIN, A. (2017). Le gingembre : de son utilisation ancestrale à un avenir prometteur. UNIVERSITE DE LORRAINE. https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01932085/document

Publication : Gigon, F. (2012). Le gingembre, une épice contre la nausée. Phytothérapie. https://doi.org/10.1007/s10298-012-0695-4

Publication : Abdel-Aziz, H., Windeck, T., Ploch, M., & Verspohl, E. J. (2006). Mode of action of gingerols and shogaols on 5-HT3 receptors : Binding studies, cation uptake by the receptor channel and contraction of isolated guinea-pig ileum. European Journal of Pharmacology, 530(1‑2), 136‑143. https://doi.org/10.1016/j.ejphar.2005.10.049

Publication : Suciyati, S. W.1 ; Adnyana, I K. (2017). Red ginger (Zingiber officinale Roscoe var rubrum) : a review. Pharmacologyonline. https://pharmacologyonline.silae.it/files/archives/2017/vol2/PhOL_2017_2_A006_Suciyati_60_65.pdf

Publication : Boone, S., & Shields, K. M. (2005). Treating Pregnancy-Related Nausea and Vomiting with Ginger. Annals of Pharmacotherapy, 39(10), 1710‑1713. https://doi.org/10.1345/aph.1g086

Publication : Fitriyanti, D., & Sulung, R. (2020). PERSPECTIVES INTERNATIONALES Efficacité du gingembre pour calmer les nausées et les vomissements causés par la chimiothérapie chez les patientes atteintes d’un cancer du sein. Canadian oncology nursing journal. https://doi.org/10.5737/2368807630168

Site Web : Phytothérapie : Gingembre - VIDAL. (s. d.). VIDAL. https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/gingembre-zingiber-officinalis.html

Site Web : Ginger Benefits. (2022, 1 novembre). Johns Hopkins Medicine. https://www.hopkinsmedicine.org/health/wellness-and-prevention/ginger-benefits

Site Web : Le gingembre - plus de 3000 ans d’histoire - Article. (s. d.). http://www.foodavenue.fr/article/le-Gingembre-plus-de-3000-ans-d-histoire.html

Site Web : Gingembre — WikiPhyto. (s. d.). http://www.wikiphyto.org/wiki/Gingembre