Le Gingembre est une plante aux multiples bienfaits. Il a fait l’objet de plusieurs études qui ont observé ses nombreuses propriétés, notamment dans le cadre de la ménopause. En effet, le Gingembre aurait des effets sur plusieurs symptômes de la ménopause : les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les nausées et les vomissements. Des recherches ont aussi pu démontrer que cette plante pouvait aider à lutter contre l’ostéoporose, une maladie des os que connaissent certaines femmes ménopausées et qui peut altérer leur qualité de vie. Cet article permettra alors de mieux comprendre le mécanisme d’action du Gingembre sur les symptômes de la ménopause, mais aussi son utilisation adéquate.

Cet article a été mis à jour le 07/09/2023

En cas de bouffées de chaleur, sueurs nocturnes

Le Gingembre peut aider à diminuer les symptômes de la ménopause. En effet, cette plante a fait l’objet de plusieurs études qui ont observé que ses principes actifs : le 6-gingérol et le 6-shogaol, auraient une action œstrogénique. Il faut savoir que la ménopause commence par une baisse de la synthèse des progestérones, puis des œstrogènes, entraînant par conséquent un arrêt du fonctionnement du cycle ovarien. Le déséquilibre de ces hormones provoquent alors plusieurs changements, notamment des bouffées de chaleur, de l’irritabilité et de l’émotivité, des troubles du sommeil, des sueurs nocturnes, du stress et de l’ostéoporose.

Dans le cadre de l’évaluation de l’effet du Gingembre sur la ménopause, une méta-analyse a recensé et énuméré toutes les principales actions du Gingembre. Il a été observé que ce dernier pouvait aider à réguler le niveau des œstrogènes, contribuant ainsi à diminuer les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes. Le Gingembre pourrait alors venir en soutien dans la lutte contre ces symptômes.

En cas de nausées et de vomissements

Le Gingembre a des propriétés antiémétiques assez intéressantes. En effet, son usage thérapeutique contre les nausées et les vomissements a été démontré à plusieurs reprises par les chercheurs. Durant la ménopause, certaines femmes peuvent avoir des nausées intenses ou des vomissements. Pour d’autres, ces derniers sont accompagnés de vertige, d’une fatigue extrême et de bouffées de chaleur pouvant être assez désagréables. Dans ce cadre, apporter du Gingembre serait bénéfique car il agit, grâce au gingérol, sur le centre du vomissement en inhibant les récepteurs sérotoninergiques 5-HT3. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a également reconnu son usage contre les nausées et vomissements. Il est toutefois recommandé de consulter un médecin car ces désagréments sont liés à des troubles hormonaux.

En cas d’ostéoporose

Le Gingembre pourrait aider à soulager les symptômes de l’ostéoporose. Cette maladie est caractérisée par une diminution de la densité osseuse qui rend l’os plus fragile, entraînant alors un risque accru de fractures. Dans ce cadre, des études ont démontré qu’un des nombreux principes actifs du Gingembre, le 6-paradol, serait impliqué dans l’inhibition des ostéoclastes (responsables de la résorption osseuse), et ce, en augmentant les facteurs de transcription de la famille RUNX. Cela permet d’activer les ostéoblastes (cellules qui permettent de synthétiser les éléments de la matrice osseuse pour permettre sa calcification) et les ostéocytes (cellules du tissus osseux issues de l’ostéoblaste). Le Gingembre aurait alors des effets indirects pour aider à combattre l’ostéoporose. Toutefois, un avis médical reste plus que conseillé en cas d’ostéoporose.

Comment l’utiliser ?

Dosages recommandés

  • Gingembre en poudre :  entre 2 à 5 g par jour, ce qui équivaut à ½ cuillère à 1 cuillère soupe rase environ.
  • Gingembre séché : entre 1 à 2 cuillères à café par jour de plante séchée
  • Gingembre frais : jusqu’à 10 à 15 g par jour de rhizome frais.

Conseils Généraux

  • Il est conseillé d’apporter des œstrogènes végétaux à son alimentation quotidienne. On en retrouve dans les céréales complètes (blé, orge, seigle), dans les fruits (pommes, raisins, etc.), dans les oléagineux (Amandes, Noix de cajou, etc.), dans les légumineuses (pois chiches, haricots blancs, lentilles, etc.) et dans certaines graines (Graines de Lin à raison de 20 g, soit 4 cuillères à café, car elles apportent des omégas-3 et des fibres).

  • Pratiquer une activité physique régulière et adaptée au stade de la ménopause, voire une marche de 30 à 40 minutes quotidienne. Cela pourrait aider à soulager les fluctuations d’humeur qui surviennent durant la ménopause et à réduire le stress ou le surpoids.

  • Une infusion de Sauge Sclarée ou l’Huile essentielle de Sauge Sclarée sont connues pour lutter contre les symptômes de la ménopause, notamment les bouffées de chaleur. Ne pas hésiter à consommer avec du Gingembre. Voir aussi les précautions d’emploi avant de démarrer une cure.

Précautions d’emploi

  • Il est important de respecter les doses journalières recommandées pour ne pas être en surdosage et ressentir des effets indésirables (irritation de la bouche, de la gorge, des brûlures d’estomac, et une diarrhée dans des cas plus extrêmes). Augmenter les doses progressivement si l’on n’a pas l’habitude d’en consommer.

  • Les principes actifs du Gingembre, dont le gingérol, le shogaol et le paradol, peuvent avoir des interactions avec certains traitements médicamenteux : anticoagulants, antidiabétiques et hypotenseurs. Il est donc conseillé de demander un avis médical avant la consommation ou la supplémentation de Gingembre.

  • En cas d’obstruction des voies biliaires, le Gingembre est contre-indiqué car il a des propriétés cholérétiques (stimule la production de la bile par le foie) et contient des minéraux (phosphore, calcium sodium...) qui pourraient potentiellement favoriser l’apparition de calculs biliaires.

  • Hors usage alimentaire, le Gingembre et la supplémentation en gingérol, shogaol ou paradol sont à éviter chez les enfants de moins de 6 ans et avant une intervention chirurgicale. Les femmes enceintes et allaitantes doivent prendre l’avis de leur médecin traitant.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 12 votes )

Bibliographie

Publication : Taavoni S, Ekbatani NN, Haghani H. Effect of Tribulus terrestris, ginger, saffron, and Cinnamomum on menopausal symptoms: a randomised, placebo-controlled clinical trial. Prz Menopauzalny. 2017 Mar;16(1):19-22. doi: 10.5114/pm.2017.67366. Epub 2017 Apr 26. PMID: 28546803; PMCID: PMC5437055.

Publication : Ben-Arye E, Oren A, Ben-Arie A. [Herbal medicine in womens' life cycle]. Harefuah. 2006 Oct;145(10):738-42, 782. Hebrew. PMID: 17111709.

Publication : Kiyama R. Nutritional implications of ginger: chemistry, biological activities and signaling pathways. J Nutr Biochem. 2020 Dec;86:108486. doi: 10.1016/j.jnutbio.2020.108486. Epub 2020 Aug 19. PMID: 32827666.

Site Web : Gingembre — WikiPhyto. (s. d.). http://www.wikiphyto.org/wiki/Gingembre

Site Web : Phytothérapie : Gingembre - VIDAL. (s. d.). VIDAL. https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/gingembre-zingiber-officinalis.html