Le Gingembre est l’une des plantes les plus réputées pour son action anti-inflammatoire. Elle est utilisée depuis des siècles en médecine ayurvédique (indienne) et chinoise, et même dans les remèdes de grand-mère, afin de soulager différents maux. Les mécanismes d’action n’étaient pas encore définis et très peu d’études existaient. Or le Gingembre a toujours été un allié pour soulager les maux digestifs, les douleurs musculaires, les règles douloureuses, le rhume et la grippe. Aujourd’hui plusieurs usages thérapeutiques du Gingembre ont été vérifiés par des recherches scientifiques et l’Organisation Mondiale de la Santé a également reconnu leur intérêt en utilisation traditionnelle. Toutefois, il est toujours recommandé d’avoir l’avis d’un médecin avant de démarrer une cure. Cet article reprendra tous les bienfaits anti-inflammatoires du Gingembre ainsi que son utilisation adéquate et les précautions d’emploi.

Cet article a été mis à jour le 07/09/2023

En cas de rhume, grippe

Le Gingembre permet de lutter contre les maux d’hiver grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. L’usage thérapeutique de cette plante a été reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé comme traditionnel pour lutter contre le rhume et la grippe. En effet, le Gingembre permet de lutter contre plusieurs symptômes, notamment la toux, les maux de gorge et le rhume. Cela est principalement dû à ses principes actifs : le gingérol et le shogaol, qui permettent de réduire l’inflammation des voies respiratoires. Il est évident que des propriétés anti-inflammatoires sont insuffisantes pour lutter contre tous ces maux. C’est pourquoi, le Gingembre a d’autres propriétés qui vont agir de concert pour lutter d’abord contre les bactéries, mais aussi contre la charge virale lorsque la grippe est d’origine virale.

En cas de troubles digestifs

  • Maux d’estomac : le Gingembre permet de lutter contre plusieurs maux gastriques, à savoir les crampes, les brûlures gastriques, les nausées, les torsions, etc. Des études ont démontré que son action anti-inflammatoire reposait sur l’inhibition de cytokines pro-inflammatoires : Interleukines (IL-6, IL-1) responsables des douleurs et de l’inflammation de l’estomac.

  • Ulcères gastriques : le Gingembre semblerait être efficace contre les ulcères gastriques dus à Helicobacter Pylori. Cette épice a des propriétés gastroprotectrices, notamment antibactérienne et anti-inflammatoire. Celles-ci ont pour rôle d’inhiber la croissance de nombreuses souches d’Helicobacter Pylori, impliquées dans l’apparition des ulcères gastriques, mais aussi, de réduire la réponse inflammatoire lorsqu’ils sont déjà installés. Aussi, l’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont responsables de l’apparition des ulcères gastriques. Les scientifiques auraient alors énoncé que le Gingembre pouvait réduire l’inflammation et qu’il serait même une alternative assez intéressante puisqu’il existe très peu d’effets indésirables, sous respect des doses journalières recommandées.

  • Gastroentérite : cette maladie, caractérisée par une inflammation des parois gastriques et intestinales est due à une infection par des bactéries, des virus, des parasites, ou des médicaments. Le Gingembre contribue à lutter contre l’inflammation de l’estomac et des intestins grâce à ses principes actifs : le 6-gingérol et le 6-shogaol. L’action anti-inflammatoire de ces derniers reposait dans la diminution de la production de PGE2, des prostaglandines qui sont impliquées dans l’inflammation et la fièvre, mais aussi, en inhibant les cytokines pro-inflammatoires telles que les interleukines : IL1-B, IL-6, TNF-alpha et COX-2, tous jouant un rôle dans l’apparition de l’inflammation. Ces actions-là sont dues au fait que les principes actifs du Gingembre régulent à la baisse les facteurs de transcription de l’inflammation : p38MAPK, NF-kB et Nrf-2. Le Gingembre permet alors de soulager les douleurs de la gastroentérite par le biais de ses propriétés anti-inflammatoires.

  • Syndrome de l’Intestin Irritable : les principes actifs du Gingembre permettent de soulager les douleurs abdominales lors des périodes de poussée du Syndrome de l’Intestin Irritable. En effet, ces derniers sont considérés par les chercheurs comme de potentiels agents protecteurs de l’hypersensibilité intestinale. Les propriétés anti-inflammatoires du Gingembre ont été mis à l’étude dans le cadre du SII. Ils ont permis de réduire la réponse pro-inflammatoire des douleurs abdominales, mais aussi, d’inhiber l’expression pro-inflammatoire des facteurs TNF-alpha, IL-6 et iNOS qui sont impliqués dans les douleurs intestinales.

En cas de douleurs musculaires ou articulaires

L’usage thérapeutique du Gingembre a été reconnu comme traditionnel par l’OMS dans la lutte contre les douleurs musculaires et articulaires. Le Gingembre est connu depuis la nuit des temps pour ses puissantes propriétés anti-inflammatoires puisqu’il était utilisé dès lors en médecine ayurvédique pour soulager les tensions et douleurs musculaires et articulaires. Cela est dû à plusieurs mécanismes d’action, démontré à travers des recherches in vivo. Grâce aux 6-gingérol et 6-shogaol, le Gingembre module les voies de signalisation cellulaires impliquées dans les douleurs et l’inflammation. Ce dernier inhibe deux enzymes : COX-1 et COX-2 impliquées dans la production des prostaglandines, hormones responsables entre autres de l’inflammation et de la douleur.

Aussi, il a été démontré que le 6-paradol, un des principaux principes actifs du Gingembre, et le 6-gingérol modulaient la douleur de l’ostéoporose chez les femmes ménopausées. Cela est non seulement dû aux propriétés anti-inflammatoires, mais aussi, par le biais de l’inhibition des ostéoclastes, des cellules de l’os qui détruisent le tissu osseux.

En cas de règles douloureuses

Il a été démontré par le biais d’essais cliniques que le Gingembre pouvait diminuer les douleurs menstruelles. Cela concerne uniquement les dysménorrhées primaires (absence de pathologies), les dysménorrhées secondaires étant plus complexes puisqu’elles sont accompagnées de pathologies nécessitant une prise en charge particulière : endométriose, fibrome, adénomyose utérine (présence de glandes de l’endomètre et du stroma de la musculature utérine). Dans ce cadre, le Gingembre permet d’inhiber la production des prostaglandines, hormones et substances inflammatoires qui privent les tissus de l’utérus d’oxygène lorsqu’elles sont sécrétées de manière excessive. Cet excès entraîne une compression des petits vaisseaux de l’utérus et provoque alors les fameuses crampes menstruelles, causée par l’inflammation.

Aussi, le Gingembre permet aussi d’inhiber les cytokines pro-inflammatoires, à savoir les IL-1, IL-6 et le TNF-alpha, qui sont fortement impliquées dans les règles douloureuses. Par ailleurs, les scientifiques auraient même suggéré que le Gingembre serait aussi efficace que les AINS contre les dysménorrhées primaires seulement.

Comment l’utiliser ?

Conseils généraux

  • Un avis médical ou d’un professionnel de santé est recommandé avant de démarrer une cure de Gingembre. Cela concerne toutes les pathologies, étant donné que chaque individu est différent.

  • Il est possible d’incorporer du Gingembre dans tout type de préparation : sauces, plats salés ou sucrés, chutneys (d’oignons et d’ail…), confitures (pamplemousses, rhubarbes, poires…) marinades, soupes et boissons diverses.

  • Un bon équilibre entre les omégas-3 et omégas-6 est recommandé afin de lutter contre l’inflammation.

  • Éviter tout aliment ou boisson pouvant favoriser un terrain inflammatoire, notamment ceux riches en acides gras saturés, trop sucrés ou trop salés, les boissons caféinées ou alcoolisées, etc. En revanche, bien s'hydrater à raison de 1,5 à 3 litres d'eau par jour, en fonction des besoins.

  • Pratiquer une activité physique régulière et adaptée.

Dosages recommandés

  • Gingembre en poudre :  jusqu’à 4 à 5 g par jour, ce qui équivaut à une cuillère à soupe rase environ.
  • Gingembre séché : entre 1 à 2 cuillères à café par jour de plante séchée, 250 mg pour les femmes enceintes et allaitantes.
  • Gingembre frais : jusqu’à 10 à 15 g par jour de rhizome frais.

Précautions d’emploi

  • Augmenter progressivement les doses de Gingembre jusqu’à la dose journalière est recommandée pour éviter tout effet indésirable. Un surdosage se manifeste par une irritation de la langue, de la bouche, de la gorge, des brûlures gastriques, voire une diarrhée et des nausées dans des cas plus extrêmes.

  • Le gingérol, le shogaol et le paradol sont les principaux bioactifs du Gingembre. Toutefois, ils peuvent avoir des interactions avec certains traitements médicamenteux : anticoagulants et antiagrégants plaquettaires, antidiabétiques et hypotenseurs. Il est donc conseillé de demander un avis médical avant la consommation ou la supplémentation de Gingembre.

  • Le Gingembre est contre-indiqué en cas de calculs biliaires ou d’obstruction des voies biliaires. Ce dernier a propriétés cholérétiques (stimulent la production de la bile par le foie) et contient des minéraux (phosphore, calcium sodium...) qui pourraient favoriser l’apparition de calculs biliaires, en particulier si consommé de manière excessive.

  • Le Gingembre est contre-indiqué avant toute intervention chirurgicale, les accouchements par césarienne et par voie basse compris. Ce dernier a des propriétés anticoagulantes qui pourraient provoquer des saignements, voire une hémorragie, entraînant des complications assez lourdes.

  • Le Gingembre n’est pas indiqué chez les nourrissons ni les enfants de moins de 6 ans en cas d’inflammation gastrique ou autres. Les études sont limitées à ce sujet, il est donc préférable de consulter un médecin rapidement.

  • En usage alimentaire, les femmes enceintes et allaitantes peuvent consommer du Gingembre sans danger, dans la mesure des doses recommandées.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.5 ( 18 votes )

Bibliographie

Publication : Askari, G., Aghajani, M., Salehi, M., Najafgholizadeh, A., Keshavarzpour, Z., Fadel, A., Venkatakrishnan, K., Salehi-Sahlabadi, A., Hadi, A., & Pourmasoumi, M. (2020). The effects of ginger supplementation on biomarkers of inflammation and oxidative stress in Adults : a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of Herbal Medicine, 22, 100364. https://doi.org/10.1016/j.hermed.2020.100364

Site Web : Gingembre — WikiPhyto. (s. d.). http://www.wikiphyto.org/wiki/Gingembre