Souvent réalisée aux changements de saison, la « cure détox » a généralement pour objectif de nettoyer l’organisme en stimulant l’élimination des toxines. Pour cela, l’utilisation d’huiles essentielles est possible : elles agissent en favorisant les fonctions biliaires ou en protégeant les cellules du foie. Le Ravintsara n’est pas le plus conseillé dans ce domaine. On lui préfère le plus souvent l’huile essentielle de Citron ou l’huile essentielle de Romarin à Verbénone.

Cet article a été mis à jour le 21/11/2022

Des effets limités sur le foie

Le foie remplit de nombreuses fonctions, aussi bien au niveau de la digestion que de l’épuration du sang. Il est l’un des principaux émonctoires de l’organisme, c’est-à-dire qu’il joue un rôle majeur dans le processus d'élimination des toxines aussi bien endogènes (produites par nos cellules) qu’exogènes (provenant de l’extérieur). Chaque minute, 1,5 L de sang sont ainsi filtrés par le foie. Le foie permet notamment de dégrader les xénobiotiques comme des médicaments, des polluants ou l’alcool. De plus, le foie produit la bile, qui facilite la digestion des graisses dans l’intestin grêle.

Bien que le terme "détox" ne soit pas très scientifique, il est utilisé sans distinction pour faire référence à tous ces processus. Pour « détoxifier » le corps avec les huiles essentielles, on cherche avant tout à soutenir le foie et ses fonctions de deux manières différentes :

  • Par une action cholagogue ou cholérétique, c’est-à-dire qui stimule l’évacuation ou la production de la bile. Or, celle-ci permet d’éliminer certaines toxines et contient des sels biliaires qui permettent la digestion des graisses.
  • Par un effet hépato-protecteur grâce à des propriétés antioxydantes et/ou la stimulation de la régénération des cellules du foie. Cependant, cet effet est souvent dose dépendant, avec une toxicité qui peut apparaitre si la dose utilisée est trop importante.

Les connaissances actuelles sur l'huile essentielle de Ravintsara ne mentionnent pas d'action cholagogue ou cholérétique. Toutefois, par ses propriétés secondaires antioxydantes, elle pourrait avoir des propriétés hépato-protectrices mais il n’existe pas d’études scientifiques permettant de le confirmer et ce n’est pas sa principale utilisation. On lui préfère ses propriétés anti-infectieuse et immunostimulante qui sont largement citées dans ses usages traditionnels et les ouvrages de référence. Elle est d’ailleurs indiquée en cas d’hépatites virales.

Enfin, l’huile essentielle de Ravintsara n’est pas considérée comme hépatotoxique. Il faudra néanmoins tenir compte de sa concentration en 1,8-cinéole, qui pourrait perturber le métabolisme de certains médicaments à faible marge thérapeutique (médicaments sensibles aux variations de concentrations avec un risque de toxicité). L’avis d’un professionnel de santé est alors nécessaire.

Autres huiles essentielles plus efficaces

Malgré un effet anti-oxydant, l’huile essentielle de Ravintsara n’est pas la plus recommandée pour « détoxifier » l’organisme. On se tournera plutôt vers :

  • L’huile essentielle de Citron  : la présence importante de d-limonène (60 à 80 %) apporte à cette huile essentielle des propriétés cholagogues, favorisant l’évacuation du bol alimentaire, ainsi que des propriétés hépato-protectrice, en protégeant les lipides hépatiques. De plus, ce monoterpène ainsi que d’autres comme le γ-terpinène ou le β-pinène ont la particularité d’être antioxydants. Ainsi leur synergie fait de cette huile essentielle une incontournable pour la détoxification. Elle forme donc un réflexe rapide pour nettoyer, aider et régénérer les organes de détoxication (le foie et la bile).
  • L’huile essentielle de Romarin à Verbénone : l’huile essentielle de Romarin à verbénone est aussi très utilisée comme détoxifiante hépatique. C’est la verbénone, une cétone monoterpénique présente à une teneur de 4 à 14 % qui aurait une activité régénératrice des cellules du foie mais aussi une activité drainante par ses propriétés cholagogues. En facilitant la libération de la bile vers les intestins, elle permet à la fois d'évacuer certains déchets (ensuite acheminés par les mouvements intestinaux jusqu'à leur expulsion ) et de favoriser la digestion des graisses, un effet notamment recherché dans le cas de détox après les fêtes. Il est cependant important de tenir compte du fait qu’elle est contre-indiquée en cas d'obstruction et d'inflammation des voies biliaires ou pancréatiques.

Bibliographie

Ouvrage : Blondeau, S., & Baudoux, D. (2022). Les molécules amusantes : Quand découvrir la science des huiles essentielles devient un jeu. AMYRIS.

Ouvrage : Couic-Marinier, F., & Frély, R. (2019). Huiles essentielles - Le guide complet pour toute la famille. SOLAR

Ouvrage : Géa, A. & Banel, P. (2022, 23 février). Physiologie et huiles essentielles : Comment les huiles essentielles agissent sur les différents systèmes de l’organisme ? DUNOD.

Ouvrage : Baudoux, D. (2017). Aromathérapie. Dunod.