Toutes les deux des indispensables de l’hiver, les huiles essentielles de Ravintsara et d’Eucalyptus Radiata sont efficaces pour soulager les infections de la sphère ORL : elles aident à combattre certains germes pathogènes et possèdent des propriétés expectorante et mucolytique. Elles sont aussi connues pour leurs propriétés anti-inflammatoires ainsi que pour stimuler, voire moduler les défenses immunitaires. Elles sont en effet grandement similaires dans leurs propriétés et dans leur utilisation, malgré quelques différences.

Cet article a été mis à jour le 07/12/2022

Très similaires et souples d’utilisation

L'huile essentielle de Ravintsara et d'Eucalyptus Radiata sont très proches sur plusieurs aspects, notamment par leur richesse en 1,8-cinéole (ou eucalyptol). Cela en fait des huiles essentielles particulièrement utiles contre les maux de l’hiver, pour lesquels elles sont généralement interchangeables.

Elles ont également la particularité d’être des huiles essentielles souples d’utilisation, de par leur composition. Toutes les voies d’administration sont envisageables selon les âges, à condition bien sûr de tenir compte des conseils d’utilisation et précautions d’emploi à respecter. Même s’il est préférable de les utiliser diluées, surtout chez les enfants, ces deux huiles essentielles sont bien tolérées sur la peau et les muqueuses. En diffusion, elles peuvent aussi être utilisées seules ou en mélange.

Des précautions d’emploi communes

Comme toutes les huiles essentielles, rappelons qu’elles sont contre-indiquées pour les femmes enceintes de moins de 3 mois et les nourrissons de moins de 3 mois. Par ailleurs, compte tenu de leurs compositions chimiques très proches, notamment leur teneur en 1,8-cinéole, il est important de respecter les conseils d’utilisation suivants :

  • Elles sont déconseillées pour les enfants de moins de 3 ans et contre-indiquées pour les enfants de moins de 6 ans ayant des antécédents d’épilepsie ou de convulsions.   
  • Par voie cutanée, elles sont contre-indiquées chez les enfants de moins de 6 ans en application sur le cou, le visage et déconseillées en haut de la poitrine. On privilégiera une application derrière les oreilles, dans le dos ou sur la voute plantaire.
  • L’utilisation par voie orale est déconseillée avant l’âge de 6 voire 12 ans et pendant toute la grossesse, sauf avis d’un professionnel de santé.
  • En diffusion et en inhalation, elles sont déconseillées pour les personnes asthmatiques ou présentant des dessèchements de la cornée.
  • Pour les personnes sous immunosuppresseurs ou prenant des médicaments à marge thérapeutique étroite, il est préférable de demander un avis médical.

Antivirales, antibactériennes et antifongiques

Les huiles essentielles de Ravintsara et d’Eucalyptus Radiata possèdent de puissantes propriétés antivirales, notamment dû à leur forte concentration en 1,8-cinéole (eucalyptol) : 50 à 60 % pour le Ravintsara et 60 à 80 % pour l’Eucalyptus Radiata. Certains virus, comme ceux responsables de la grippe, sont dits « enveloppés » c’est-à-dire qu’ils possèdent une enveloppe comprenant des lipides. Les huiles essentielles étant liposolubles, elles ont la capacité de pénétrer cette enveloppe. Par la suite, elles inhibent le virus notamment durant sa phase de réplication intracellulaire. Ainsi, ces deux huiles essentielles sont idéales en cas d’infection virale sur la sphère ORL comme une grippe ou une angine. Par ailleurs, le Ravintsara est aussi couramment utilisé pour soulager un herpès ou un zona.

Ces deux huiles essentielles sont aussi antibactériennes : elles empêchent le développement et la prolifération des bactéries. Cette propriété est permise par la présence de 1,8-cinéole (eucalyptol), accompagné de l’α-terpinéol dans les deux huiles essentielles. Ainsi, elles sont utilisées pour soulager une bronchite, une angine bactérienne, ou pour aider en cas d’acné. L’huile essentielle d’Eucalyptus Radiata est aussi conseillée en cas d’otite.

Enfin, les deux huiles essentielles agissent aussi sur les champignons responsables de mycoses et d’infections pulmonaires, digestives ou cutanées. En effet, d’après une étude de 2015 , il en ressort que le 1,8-cinéole a montré des effets toxiques sur la croissance mycélienne de nombreuses espèces fongiques.

Expectorantes et mucolytiques

Ces deux huiles essentielles sont également des expectorants et mucolytiques puissants, favorisant ainsi l’expulsion par la bouche des sécrétions encombrant les voies respiratoires. Elles peuvent ainsi être utilisées dans le cas de toux, notamment grasse. Ces propriétés sont notamment dues à leur forte concentration en 1,8-cinéole (eucalyptol). D’après une étude de V. Laguerre en 2015, cette molécule agit à deux niveaux : en fluidifiant les sécrétions respiratoires et en augmentant la fréquence des battements ciliaires permettant une potentialisation de la clairance mucociliaire. Cependant, même si ce composé est majoritaire, on ne peut pas exclure un lien entre ses effets et son association avec l’alpha-pinène (présent dans le Ravintsara) et le limonène (présent dans l’Eucalyptus Radiata).

Anti-inflammatoires

Ces deux huiles essentielles se ressemblent aussi sur leur propriété anti-inflammatoire, permise par la présence de 1,8-cinéole (eucalyptol), notamment sur l’arbre respiratoire. Des études ont permis de démontrer l’activité anti-inflammatoire de l’eucalyptol par inhibition des médiateurs de l’inflammation : les prostaglandines (PGE2, LTB4 et thromboxane B2) via le métabolisme de l’acide arachidonique d’une part et les cytokines pro-inflammatoires (IL-1β, TNF-α) d’autre part. Ainsi, elles sont efficaces dans le cas de bronchite ou d’angine par exemple.

Immunomodulantes

Ces deux huiles essentielles sont aussi réputées pour booster l’organisme lorsque l’hiver arrive, en renforçant les défenses immunitaires. On lit souvent qu’elles sont immunostimulantes, or il serait plus juste de dire qu’elles sont immunomodulantes. Elles augmentent ou activent les capacités de l’organisme à combattre les agressions bactériennes, virales ou mycosiques. C’est principalement la molécule de 1,8-cinéole, accompagnée du terpinène-4-ol, d’α-terpinéol, de bornéol pour l’Eucalyptus Radiata et du α -terpinéol, sabinène et du β-pinène pour le Ravintsara, qui leur procure cette propriété. Généralement, en réflexe rapide, le Ravintsara est couramment plus conseillé.

Quelques différences

La particularité de l’huile essentielle de Ravintsara repose sur ses vertus rééquilibrantes et apaisantes du système central, permises par certaines molécules de la famille des esters, soit l’acétate de linalyle et l’acétate de terpényle. Associé aux propriétés neurotoniques du 1,8-cinéole, le Ravintsara est proposé dans les troubles du sommeil et peut soutenir le mental lors de périodes plus difficiles. Cette plante est dite adaptogène, elle serait ainsi stimulante ou relaxante suivant les besoins de l’organisme et le moment de la prise. Elle permet donc la régénération du corps physique et mental lorsque celui-ci est épuisé, sans toutefois le soumettre à une sur-stimulation.

De plus, le Ravintsara serait légèrement spasmolytique, il aurait une action sur les contractions involontaires des muscles lisses (les muscles qu’on ne peut pas contrôler). Il diminuerait ainsi les spasmes pour soulager les crampes par exemple. Cette propriété serait conférée par la présence d’alcools monoterpéniques et d’esters. Ce n’est néanmoins pas l’huile essentielle la plus utilisée, ni la plus courante pour cette propriété.

De son côté, l’huile essentielle d’Eucalyptus Radiata est dite promotrice d’absorption cutanée, c’est-à-dire qu’elle favorise l’absorption d’un produit lorsqu’on l’applique sur l’épiderme. Par ailleurs, elle est considérée comme un inducteur enzymatique, c’est-à-dire qu’elle augmente l'activité de très nombreux systèmes enzymatiques de l'organisme.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.6 ( 5 votes )

Bibliographie

Publication : Virginie Laguerre. Huiles essentielles et 1,8-cinéole. Sciences pharmaceutiques. 2015. hal-01770640

Ouvrage : Dufour, A. (2022b, mars 9). Le guide Leduc des huiles essentielles pour toute la famille. LEDUC.

Ouvrage : Blondeau, S., & Baudoux, D. (2022). Les molécules amusantes : Quand découvrir la science des huiles essentielles devient un jeu. AMYRIS.

Ouvrage : Millet, F. (2022). Le grand guide des huiles essentielles. Marabout.

Ouvrage : Couic Marinier, F., & Touboul, A. (2017). Le guide Terre vivante des huiles essentielles. Terre Vivante Editions.

Ouvrage : Festy, D. (2018). Ma bible des huiles essentielles: Guide complet d'aromathérapie. Leduc.s éditions.

À propos de ces conseils

Cet article d'aromathérapie a été rédigé par Théophane de la Charie, auteur du livre "Se soigner par les huiles essentielles", accompagné d'une équipe pluridisciplinaire composée de pharmaciens, de biochimistes et d'agronomes. 

La Compagnie des Sens et ses équipes n'encouragent pas l'automédication. Les informations et conseils délivrés sont issus d'une base bibliographique de référence (ouvrages, publications scientifiques, etc.). Ils sont donnés à titre informatif, ou pour proposer des pistes de réflexion : ils ne doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, une consultation ou un suivi médical, et ne peuvent engager la responsabilité de la Compagnie des Sens.