Les huiles essentielles de Tea Tree et de Ravintsara font depuis longtemps partie des huiles essentielles les plus connues du grand public, et les plus populaires en période hivernale. Bien qu’elles soient toutes les deux anti-infectieuses, l’huile essentielle de Ravintsara est traditionnellement utilisée en cas d’infections virales (même si elle est également un bon antibactérien à large spectre d‘action), alors que le Tea Tree est plus couramment utilisé en cas d’infections bactériennes et de mycoses. De plus, ces deux huiles essentielles sont réputées pour être immunostimulantes, bien que leurs modes d’action soient différents.

Cet article a été mis à jour le 23/11/2022

Différences et points communs

Deux huiles essentielles issues de plantes différentes

L’huile essentielle de Tea Tree et l’huile essentielle de Ravintsara sont toutes deux obtenues par distillation de feuilles, mais issues de deux plantes différentes :

  • Le Tea Tree (Melaleuca alternifolia), également appelé Arbre à Thé, est un arbuste de 3 à 5 mètres de hauteur. Cette plante de la famille des Myrtacées pousse majoritairement en Australie mais également à Madagascar et en Nouvelle-Calédonie.
  • Le Ravintsara (Cinnamomum camphora), est quant à lui un arbuste de la famille des Lauracées mesurant entre 5 et 8 mètres de hauteur, mais pouvant atteindre les 15 mètres. Le Ravintsara est cultivé à Madagascar, son nom veut d’ailleurs dire « feuille bonne à tout » en malgache.

Des compositions chimiques différentes

La deuxième grande différence entre les huiles essentielles de Ravintsara et de Tea Tree repose sur leur composition.

L’huile essentielle de Tea Tree contient les molécules suivantes :

  • Terpinène-4-ol : 30 à 50 %
  • γ-terpinène : 10 à 28 %
  • 1,8-cinéole : jusqu’à 15 %
  • α-terpinène : 5 à 13 %
  • Paracymène : jusqu’à 12 %

Tandis que l’huile essentielle de Ravintsara contient les molécules suivantes :

  • 1,8-cinéole : 51 à 60 %
  • Sabinène : 10 à 18 %
  • α-terpinéol : 5 à 11 %
  • Acétate de linalyle, acétate de terpényle : 10 %

Par la présence de 1,8-cinéole, molécule de la famille des oxydes terpéniques, en grande quantité (50 à 60 %), ainsi que des molécules de la famille des monoterpènes (sabinène, α-pinène, β-pinène), le Ravintsara favorise entre autres l’expectoration par stimulation de la sécrétion de mucus et l’activité ciliomotrice de la muqueuse de l’appareil respiratoire. Cette agitation permet la circulation des fluides et aide ainsi à l’évacuation du mucus. L’huile essentielle de Tea Tree contient également du 1,8-cinéole (aussi appelé eucalyptol), mais en plus faible concentration (jusqu’à 15 %). Dans le cas du Tea Tree, l’eucalyptol agit en synergie avec le principe actif : le terpinène-4-ol, afin d’apporter des propriétés anti-infectieuses à cette huile essentielle.

L’huile essentielle de Ravintsara contient des molécules de la famille des esters terpéniques tels que l’acétate de terpényle et l’acétate de linalyle (10 %). Ces molécules lui confèrent des propriétés spasmolytiques et antalgiques. Ainsi, l’huile essentielle de Ravintsara est quelques fois utilisée en cas de troubles du sommeil.

Des propriétés similaires et complémentaires

Les huiles essentielles de Ravintsara et de Tea Tree sont toutes les deux connues pour leurs propriétés anti-infectieuses à large spectre. Le Ravintsara doit cette propriété à la synergie qui a lieu entre 2 de ses molécules principales : le 1,8-cinéole (51 à 60 %) et l’α-terpinéol (5 à 11 %), une molécule de la famille des monoterpénols. Il en est de même pour le Tea Tree, riche en terpinène-4-ol (30 à 50 %), également un monoterpénol, et contenant du 1,8-cinéole (jusqu’à 15 %).

Bien qu’elle soit également un bon antibactérien à large spectre d‘action, l’huile essentielle de Ravintsara est davantage recommandée en cas d’infections virales, surtout celles concernant l’axe ORL car elle est expectorante, alors que le Tea Tree est plus couramment utilisé en cas d’infections cutanées et buccales, d’origine bactérienne, et de mycoses.

Les huiles essentielles de Ravintsara et de Tea Tree ont également un effet immunostimulant sur l’organisme. En effet, le 1,8-cinéole présent en grande quantité dans le Ravintsara permet à cette huile essentielle d’augmenter le nombre d’anticorps dans l’organisme lorsqu’il se trouve attaqué par des microorganismes pathogènes. Le Tea Tree, quant à lui, stimule l’activité des globules blancs grâce au terpinène-4-ol, un alcool monoterpénique présent dans cette huile essentielle. Cela a pour action de diminuer la réponse anti-inflammatoire.

Quand et comment les utiliser ensemble ?

Par voie orale

Cette voie d’utilisation est particulièrement indiquée en cas de grippe.

À partir de 6 ans. Déposer 1 goutte d’huile essentielle de Tea Tree et 1 goutte d’huile essentielle de Ravintsara sur une boulette de mie de pain ou un comprimé neutre à ingérer après les repas. Répéter cette opération matin et soir pendant 5 jours.

Déconseillé aux femmes allaitantes, sauf sur prescription médicale, et interdit aux femmes enceintes de moins de 3 mois. Les personnes asthmatiques et épileptiques doivent demander un avis médical.

Par voie cutanée

Cette voie d’utilisation est particulièrement indiquée en cas d’herpès, sinusite, grippe ou rhume par exemple. Dans un flacon vide, ajouter :

  • 40 gouttes d’huile essentielle de Ravintsara
  • 20 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree
  • 8 mL d’huile végétale d’Amande Douce

À partir de 6 ans. Appliquer quelques gouttes sur le thorax et le haut du dos. Répéter 3 fois par jour pendant 5 jours.

À partir de 3 ans. Réduire de moitié la quantité d’huiles essentielles et appliquer quelques gouttes sur le dos. Répéter 3 fois par jour pendant 5 jours.

En cas d’herpès, appliquer le mélange directement sur le bouton, 6 à 8 fois par jour jusqu’à disparition. En cas de sinusite, appliquer le mélange derrière l’oreille, 3 fois par jour pendant 5 jours.

Interdite aux femmes enceintes de moins de 3 mois. Les personnes asthmatiques et épileptiques doivent demander conseil à leur médecin. Il est aussi recommandé de réaliser un test allergique avec le mélange dans le creux du coude 24h avant toute utilisation.

En inhalation

Cette voie d’utilisation est particulièrement indiquée en cas de rhume ou de sinusite.

À partir de 3 ans. En inhalation sèche, déposer 1 goutte de Tea Tree et 1 goutte de Ravintsara sur un mouchoir ou la mèche d'un inhalateur puis inhaler directement. Pour les bébés, déposer quelques gouttes de Tea Tree et de Ravintsara sur un mouchoir disposé près du bébé sans qu’il ne puisse l’atteindre. Répéter cette opération 3 fois par jour pendant 5 jours.

À partir de 6 ans. En inhalation humide, verser 5 gouttes de Tea Tree et 5 gouttes de Ravintsara dans un bol d’eau frémissante et inhaler pendant 10 minutes. Si nécessaire, laver les sinus à l’eau de mer au préalable. Répéter 2 fois par jour pendant 5 jours.

Interdit aux femmes enceintes de moins de 3 mois. Les personnes asthmatiques et épileptiques doivent demander un avis médical.

En diffusion

Cette voie d’utilisation est particulièrement indiquée en cas de grippe, pour assainir l’air ou encore pour prévenir les maux de l’hiver.

À partir de 3 mois. Selon le nombre de gouttes indiqué sur la notice du diffuseur, ajouter autant d'huile essentielle de Ravintsara que de Tea Tree. Diffuser 10 min 3 fois par jour pendant 5 jours. Pour les moins de 3 ans, diffuser en l’absence de l’enfant ou du bébé.

Interdit aux femmes enceintes de moins de 3 mois. Les personnes asthmatiques et épileptiques doivent demander un avis médical.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 176 votes )

Bibliographie

Publication : Özfenerci, Müjgan & Koca, Ufuk. (2018). Tea Tree Oil and Its Use in Aromatherapy. Current Perspectives on Medicinal & Aromatic Plants, 2, 90-102.

Publication : MANSARD, M., LAURAIN-MATTAR, D. & COUIC-MARINIER, F. (2019). Huile essentielle de Ravintsara. https://www.betsara.com/wp-content/uploads/2021/09/HE-Ravintsara-Mansard-2019.pdf

Publication : Bakkali, F., Averbeck, S., Averbeck, D., Zhiri, A. & Idaomar, M. (2005, août). Cytotoxicity and gene induction by some essential oils in the yeast Saccharomyces cerevisiae. Mutation Research/Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis, 585(1‑2), 1‑13. https://doi.org/10.1016/j.mrgentox.2005.03.013

Ouvrage : Baudoux, D. (2017). Aromathérapie. Dunod.

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Ouvrage : Couic Marinier, F., & Touboul, A. (2017). Le guide Terre vivante des huiles essentielles. Terre Vivante Editions.

Ouvrage : Festy, D. (2018). Ma bible des huiles essentielles: Guide complet d'aromathérapie. Leduc.s éditions.

Ouvrage : Franchomme, P., Jollois, R., & Pénoël, D. (1990). L'aromathérapie exactement : encyclopédie de l'utilisation thérapeutique des huiles essentielles : fondements, démonstration, illustration et applications d'une science médicale naturelle. France: R. Jollo

Ouvrage : Blondeau, S., & Baudoux, D. (2022). Les molécules amusantes : Quand découvrir la science des huiles essentielles devient un jeu. AMYRIS.

À propos de ces conseils

Cet article d'aromathérapie a été rédigé par Théophane de la Charie, auteur du livre "Se soigner par les huiles essentielles", accompagné d'une équipe pluridisciplinaire composée de pharmaciens, de biochimistes et d'agronomes. 

La Compagnie des Sens et ses équipes n'encouragent pas l'automédication. Les informations et conseils délivrés sont issus d'une base bibliographique de référence (ouvrages, publications scientifiques, etc.). Ils sont donnés à titre informatif, ou pour proposer des pistes de réflexion : ils ne doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, une consultation ou un suivi médical, et ne peuvent engager la responsabilité de la Compagnie des Sens.