La radiothérapie peut être à l'origine de ce que l’on appelle une brûlure de radiothérapie. A l’échelle corporelle, cela se manifeste plusieurs jours après le traitement par l’apparition d’une rougeur sur la peau couvrant la zone traitée. Ensuite, cette partie de la peau s’assombrit légèrement, se dessèche et parfois desquame: c'est la mort-cellulaire. Bien connue pour d'autres raisons, l’huile essentielle de Tea Tree permet également de pallier cet effet indésirable.

Cet article a été mis à jour le 25/01/2023

Par voie cutanée

  • Deux ou trois jours avant la séance, on peut commencer l’application.
Chaque jour, il s’agit de déposer 3 à 5 gouttes de Tea Tree sur la zone de derme concernée.
En faisant cela, il est crucial de soigneusement éviter les traits de marquage qui risquent autrement d’être effacés. Lors de ces deux ou trois jours, vous pouvez vérifier que votre peau tolère parfaitement cette huile. C’est-à-dire qu’il n’intervient pas d’irritation ou de rougeur.

  • Trente minutes environ avant le début de la séance, on peut appliquer 3 à 5 gouttes à nouveau sur la zone de peau.
Cette application préalable permettra de préparer la peau et de faire en sorte que les cellules résistent mieux aux radiations.

  • Enfin, quinze minutes après la séance, si possible, on peut renouveler l’opération.
On s’assurera ainsi que l’huile essentielle de Tea Tree fera son effet. Notons toutefois que les « brûlures » ne peuvent être évitées à 100%. Mais elles peuvent être considérablement atténuées.

Les crème grasse et huile végétale sont fortement déconseillées par les radiothérapeutes. L’huile essentielle de Tea Tree est bien tolérée par la peau et autorisée avant une séance de radiothérapie. Il faut cependant veiller à deux choses : 

  • D’abord, seul le radiothérapeute est en mesure de déterminer si son application avant la séance n’aura pas d’effet négatif. Il convient donc d’en parler préalablement avec lui.
  • Ensuite, elle peut effacer les traces de marquage. Veillez donc à ce que son application ne complique pas le processus. On peut l’appliquer à nouveau après la séance, et ce, pour faire perdurer ses effets radioprotecteurs.

Comment fonctionne-t-elle ?

L’huile essentielle de Tea Tree, parmi ses nombreuses propriétés, présente beaucoup de vertus permettant de soulager ces désagréments. Elle est en effet radioprotectrice et légèrement cicatrisante. Elle sera donc précieuse pour prévenir et guérir les "brûlures" liées à la radiothérapie, phénomène relativement fréquent et assez désagréable.

Ainsi, on pourra diminuer les effets négatifs de la radiothérapie sur la peau couvrant la zone traitée, à savoir rougeur, assombrissement, assèchement, desquamation. L’huile essentielle de Tea Tree agira comme un rempart. Elle constituera une solution bio, accompagnée d’un parfum naturel.

Par ailleurs, elle possède des vertus immunomodulantes. Elle peut donc être particulièrement appréciable dans le cas où la radiothérapie s’accompagne d’une chimiothérapie, traitement réellement éprouvant.

Elle est reconnue pour être radioprotectrice. Cela signifie concrètement qu’elle diminue l’intensité des lésions létales des cellules décrites précédemment. En effet, elle contribue à l’annulation de cet effet secondaire qui consiste à l’origine en l’ionisation de certaines molécules dont des molécules d’ADN. Ainsi, elle est un rempart contre la dégénérescence de cellules de peau autour de la zone traitée et agit comme un écran.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.6 ( 198 votes )

Bibliographie

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

À propos de ces conseils

Cet article d'aromathérapie a été rédigé par Théophane de la Charie, auteur du livre "Se soigner par les huiles essentielles", accompagné d'une équipe pluridisciplinaire composée de pharmaciens, de biochimistes et d'agronomes. 

La Compagnie des Sens et ses équipes n'encouragent pas l'automédication. Les informations et conseils délivrés sont issus d'une base bibliographique de référence (ouvrages, publications scientifiques, etc.). Ils sont donnés à titre informatif, ou pour proposer des pistes de réflexion : ils ne doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, une consultation ou un suivi médical, et ne peuvent engager la responsabilité de la Compagnie des Sens.