La hernie hiatale est une remontée d’une portion de l’estomac (cardia) à travers le thorax, par l’orifice hiatal. Rarement symptomatique, la hernie peut provoquer des inconforts digestifs, comme des reflux gastro-œsophagiens. L’alimentation peut alors être modifiée afin d’améliorer le confort digestif. En effet, on recommande d’éviter les aliments susceptibles d’augmenter le travail de l’estomac, ceux qui irritent les parois du tube digestif et enfin de limiter les aliments myorelaxants. À ces évictions, quelques bonnes habitudes peuvent également être mises en place.

Types de hernie et leurs conséquences

La hernie hiatale est une portion de l’estomac (zone haute de l’estomac) hors de l’abdomen, au niveau du thorax. L’estomac remonte par l’orifice hiatal qui laisse normalement passer l’œsophage. Cette pathologie est une lésion digestive fréquente. Les causes de la hernie sont triples : une trop grande laxité des ligaments du diaphragme, un traumatisme ou une malformation congénitale. Le relâchement du diaphragme est la principale cause de la hernie. Elle est favorisée par l’âge, le surpoids et l’obésité.

Il existe quatre types de hernie :

  • La hernie par glissement (la plus fréquente) : elle consiste en un glissement du cardia (zone située entre l’œsophage et l’estomac). Ce type de hernie est souvent associé à des reflux gastro-œsophagiens (RGO).

  • La hernie par roulement (rare) : une portion de l’estomac s’engage dans l’orifice œsophagien du diaphragme. Il n’y a pas de RGO associé à ce type de hernie, en revanche la strangulation de l’estomac est possible.

  • La hernie mixte (très rare) : une combinaison des hernies par glissement et par roulement.

  • La hernie géante (extrêmement rare) : plusieurs organes remontent dans le thorax (généralement estomac, côlon, rate et intestin grêle), c’est une véritable éventration du diaphragme.

Quel que soit le type de hernie, le traitement reste le même : un acte chirurgical qui consiste à réintégrer l’estomac dans la cavité abdominale. L’acte chirurgical est rare, car la hernie est généralement asymptomatique. Seuls des reflux gastro-œsophagiens compliqués et chroniques ou une urgence médicale comme un volvulus herniaire (étranglement de l’estomac) peuvent justifier d’une intervention. Voir les différentes hernies hiatales en images.

Si la hernie empêche l’ingestion des aliments, il est préférable de se rapprocher d’un professionnel de santé.

L'alcool

L’alcool irrite les parois intestinales et perturbe la vidange gastrique. L’ensemble provoque des inconforts digestifs. De plus, il entrainerait une baisse de la contraction du sphincter œsophagien, surtout s’il est consommé en dehors des repas. Ce relâchement est un facteur favorable à la remontée de l’estomac.

Nous vous recommandons :

  • de limiter sa consommation de boissons alcoolisées : maximum 1 verre standard par jour, et pas tous les jours.

  • d’éviter de consommer de l’alcool hors des repas.

Les aliments trop gras

La matière grasse augmente le travail gastrique. En effet, le passage du chyme (contenu de l’estomac) vers le duodénum est conditionné par divers facteurs. Ces facteurs dépendent de la perméabilité du pylore (orifice entre l’estomac et le duodénum) qui comprend la concentration en lipide dans le chyme. Plus un repas sera gras, plus la vidange gastrique sera longue. Ainsi, les aliments trop gras ralentissent la vidange gastrique en augmentant le travail de l’estomac. De plus, ils favorisent la production d’acide chlorhydrique dans l’estomac : un facteur favorable aux reflux gastriques.

Nous vous recommandons :

  • de limiter les fromages les plus riches en matières grasses : le beaufort, le comté, le parmesan, l’Ossau Iraty, le gruyère, le cheddar, etc.

  • de limiter les sauces et les aliments frits.

  • de consommer maximum 50 g de charcuterie par semaine : rillettes, saucissons secs, pâtés, saucisses, etc.

Les épices fortes et les condiments forts

Les épices et les condiments forts sont composés de molécules responsables d’une sensation de chaleur, comme la capsaïcine, l’homodihydrocapsaïcine, la piperine, le shogaol, l’isothiocyanate d’allyle, etc. En excès, ils provoquent des irritations des muqueuses digestives.

Nous vous recommandons :

  • de privilégier les épices douces : la vanille, la badiane, le curcuma, la muscade, le safran, la cardamome, etc.

  • de réduire la consommation des épices fortes : le paprika, le poivre, le piment, le gingembre, le raifort, etc.

  • de limiter les condiments forts : la moutarde, les sauces piquantes, fumées, aigres ou acides, etc.

Les aliments aux goûts acides ou vinaigrés

En excès et à jeun, les aliments acides, dont le pH est inférieur à 7, peuvent entrainer des légères brulures gastriques, mais surtout œsophagiennes. Bien que l’estomac soit adapté à l’acidité par la sécrétion de mucus alcalin. La hernie rend les remontées acides plus fréquentes et pourrait troubler la bonne répartition du mucus sur les parois de l’estomac.

Nous vous recommandons :

  • de limiter les aliments acides : les agrumes, la tomate (et ses dérivés), le cassis, l’oseille, le kiwi, etc.

  • de limiter les aliments vinaigrés : le vinaigre, les cornichons et tous les légumes marinés, etc.

Le café, le thé, les chocolats et la menthe

Le café, le thé et le chocolat contiennent des méthylxanthines, respectivement de la caféine, de la théophylline et de la théobromine. Ces substances ont un pouvoir myorelaxant et diminuent la pression du sphincter œsophagien. Cette baisse de pression augmenterait les risques de remontées gastriques. Concernant la menthe, il semblerait qu’une consommation excessive abaisse également la pression du sphincter œsophagien. 

À noter que le chocolat blanc n’est pas concerné par ces propos puisqu’il est dépourvu de cacao. Cela concerne donc le chocolat noir, le chocolat au lait et leurs produits dérivés (ganaches, les confiseries, les glaces, les gâteaux, les pâtisseries, les viennoiseries, etc.)

Nous vous recommandons :

  • de limiter les boissons à base de thé, café ou de chocolat : 2 tasses par jour maximum.

  • de limiter les aliments contenants du chocolat : 10 carrés de chocolat noir ou au lait maximum par semaine (environ 50 g).

  • de préférer la consommation de tisanes. La mauve, la guimauve ou la réglisse sont préconisées en cas de troubles gastriques.

Les boissons gazeuses

Les boissons gazeuses favorisent les reflux gastro-œsophagiens en augmentant le volume de l’estomac. Néanmoins, les boissons gazeuses bicarbonatées sont indispensables en cas de reflux gastro-œsophagien. On parle des boissons tampons : elles réduisent l’acidité par l’apport en bicarbonate (HCO3-). Une propriété qui aide beaucoup de patients atteints d’aigreur d’estomac et de remontées acides.

Nous vous recommandons :

  • de dégazéifier les boissons gazeuses bicarbonatées. Les boissons les plus riches en bicarbonates sont : Saint-Yorre®, Vichy Célestins® et Arvie®.

  • d’éviter les alcools à bulles et les sodas.

Conseils complémentaires

  • Éviter les repas trop copieux : les repas trop volumineux favorisent les reflux gastro-œsophagiens. Il est préférable de fractionner son alimentation en plusieurs petits repas dans la journée.

  • Éloigner les repas des heures de coucher : on vous conseille de manger 2 à 3 h avant l’heure du coucher pour éviter les reflux digestifs. Au coucher, surélevez la tête à 30° pour éviter les remontées du contenu gastrique et l'inconfort qui s'ensuit.

  • Éviter de boire en mangeant et privilégier les petites gorgées régulières.

  • Éviter les vêtements trop serrés à la taille.

  • Améliorer la gestion du stress : le stress entraine une sécrétion accrue d’acide dans l’estomac (Hcl). À cause de la hernie, l’excès d’acidité peut remonter dans l'œsophage, ce qui provoque des brulures. En outre, le stress ralenti la vidange gastrique en stimulant l’activité des nerfs splanchniques. L’activité de ces derniers diminue la motilité intestinale. Il est donc important de faire appel à différentes techniques pour gérer ses angoisses : méditation, sophrologie, yoga, activité physique, lecture, etc

  • Réduire la consommation de tabac et de chewing-gum : ils entraînent l’ingestion d’air, ce qui augmente le volume gastrique.


Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.6 ( 74 votes )

Bibliographie

Publication : Allemann, P., Guarnero, V., Schoepfer, A., Demartines, N., Schäfer, M. (2017), Hernie hiatale : prise en charge diagnostique et thérapeutique en 2017, Rev Med Suisse, 3, no. 567, 1248-1252. https://doi.org/10.53738/REVMED.2017.13.567.1248

Ouvrage : Auvinet, E. A., Hirschauer, C. H., & Meunier, A. L. M. (s. d.). Alimentation, nutrition et régimes (French Edition). STUDYRAMA.

Site Web : Kahrilas, P. J. (2006). Hiatus hernia : GI Motility online. Nature. https://www.nature.com/gimo/contents/pt1/full/gimo48.html

Site Web : Diète pour personnes souffrant de RGO. (2020). Société gastro-intestinale. https://badgut.org/centre-information/sante-et-nutrition/diete-pour-personnes-souffrant-de-rgo/?lang=fr

Site Web : Hernie Hiatale : Présentation. (2019). Centre Lyonnais de Chirurgie Digestive. https://www.chirurgien-digestif.com/hernie-hiatale-presentation

Site Web : Hernie hiatale | SNFGE.org - Société savante médicale française d’hépato-gastroentérologie et d’oncologie digestive. (s. d.). SNFGE. https://www.snfge.org/content/hernie-hiatale-0