Qu'est ce qui fait la qualité d'une huile essentielle ? Vous faites confiance au label BIO, et vous avez raison. Mais sachez-le, si c'est un gage de qualité qui vous assure d'avoir une huile essentielle ou végétale pure, naturelle et intégrale, ça n'en fait pas pour autant une huile efficace d'un point de vue cosmétique et/ou thérapeutique : produit naturel et donc de qualité très variable, des tests en laboratoire et une sélection exigeante s'imposent !

N’utilisez jamais d’huiles essentielles non naturelles, mélangées à des parfums, ou créées à partir de molécules de synthèse. Cela pourrait provoquer des allergies et des effets toxiques sur votre organisme.

En outre, les huiles essentielles doivent être pures à 100%, et non mélangées à d’autres huiles essentielles souvent moins chères, et altérant considérablement les vertus thérapeutiques.

Les critères de qualité à vérifier

Importance des certifications

L’un des points essentiels garantissant la qualité d’une huile essentielle, est la présence de labels. Le plus connu, celui que vous trouverez très fréquemment sur vos petits flacons, c’est le label AB. Celui-ci garantit l’absence de pesticides et engrais chimiques de synthèse dans les plantes (et donc potentiellement dans l’huile essentielle), mais il assure aussi et surtout la traçabilité de l’huile, très important quand celle-ci est produite à l’autre bout du monde !

D’autres labels peuvent également figurer sur vos petits flacons d’huiles essentielles. En effet, le label AB est réservé aux produits de type alimentaire, comme vos œufs ou votre pain. Or, toutes les huiles essentielles ne peuvent pas être ingérées, comme la fameuse Gaulthérie Odorante par exemple. La réglementation actuelle exige que chaque produit soit rangé dans la bonne catégorie : produit cosmétique, alimentaire, biocide, etc. Il en va de-même pour les huiles essentielles ! Pour cette raison, certaines huiles essentielles sont donc classées en tant que produit cosmétique. Elles sont labellisées en conséquence, grâce au label Cosmos, qui présente de nombreux points communs avec le label AB !

Contrôle qualité du laboratoire

Il existe trois types de contrôles de la qualité de l’huile essentielle. Ceux-ci doivent être réalisés par des laboratoires spécialisés avant mise en vente du produit.

  • Contrôle des caractères organoleptiques. Chaque huile essentielle a une couleur, une odeur et un aspect unique, identifiable parmi les autres huiles essentielles, même celles provenant de la même famille de plantes.
  • Analyse des mesures physiques et chimiques. Plusieurs tests sont réalisés afin de définir la densité, l'indice de réfraction, le pouvoir rotatoire, le point éclair...
  • Et enfin, l’étape la plus importante, et qui devrait devenir une norme du marché : l’analyse chromatographique, qui donne la quantité de chaque constituant biochimique présent dans l’huile essentielle. L’analyse chromatographique est LA méthode permettant de s’assurer que l’huile essentielle est bonne.

En effet, vous pouvez avoir respecté toutes les règles, mis en place toutes les bonnes pratiques de fabrication et de culture, les huiles essentielles n’en demeurent pas moins des produits naturels, et donc variables. D’une année sur l’autre, d’une plantation à l’autre, la constitution biochimique sera différente, avec des variations parfois étonnantes !

Bref, si vous voulez être sûrs de la qualité d’une huile essentielle, comparez sa constitution biochimique avec les spécifications données dans notre base de données. Le vendeur ne la connaît pas ? C’est mauvais signe.

Les mentions sur l'étiquette

L’étiquette de l’huile essentielle que vous achetez doit comporter plusieurs mentions :

  • La dénomination botanique en français et en latin : la dénomination française manque souvent de précision sur l’origine de la plante, et la distinction avec des plantes de la même famille est parfois compliquée. Le nom latin renseigne mieux sur le type de plante, et donc finalement sur les vertus de l'huile essentielle.

  • La partie de la plante distillée : feuilles, racines, fruits… Différentes parties peuvent être distillées dans une seule plante, n’offrant pas les mêmes composants biochimiques et donc les mêmes vertus thérapeutiques.

  • L’origine géographique : cette précision permet d’attester de la qualité de la plante. En effet, cette dernière peut provenir de plusieurs endroits sur Terre, mais sa qualité sera différente d’une région à l’autre.

  • Les molécules principales et le chémotype (s’il existe) : ces données permettent de connaître vis-à-vis de quel problème l’huile essentielle sera la plus efficace. De plus, les personnes allergiques à certains composants sont ainsi averties. Bien sûr, il est important d’effectuer un test allergique (cf. ci-dessus) avant utilisation de toute nouvelle huile essentielle.

  • La culture biologique : en culture ou sauvage, les plantes ne donnent pas les mêmes propriétés, car le sol est différent, et des produits chimiques peuvent se mélanger à la culture.

  • La méthode d’obtention : comme vu ci-dessus, il existe de nombreuses méthodes pour obtenir une huile essentielle, un hydrolat, un absolu… Il faut bien faire attention à cette notion sur l’étiquette, car certains produits sont vendus sous la mention « huile essentielle » alors qu’ils n’en sont pas.

  • La quantité en volume, avec le numéro de lot, sont également des notions importantes à retrouver sur une étiquette d’huile essentielle.

Quels facteurs peuvent faire varier la qualité d'une huile essentielle ?

Le choix de la plante à distiller

De même origine, de même famille, de même espèce… Les plantes utilisées ne sont malgré tout pas forcément de même qualité.

Deux plantes poussant à quelques kilomètres d’intervalle peuvent ne pas avoir la même composition biochimique, à cause d’un sol différent, d'un ensoleillement distinct… Il existe donc, tout comme en œnologie, des « crus » de plantes, en fonction de l’endroit où elles ont poussé.

Cette dépendance géographique est d’autant plus critique lorsqu’on a affaire à des plantes pouvant pousser sous différents climats.

La méthode de récolte des plantes

Chaque plante est délicate, et a un horaire de récolte précis, afin de garder toute sa qualité aromatique.

Il faut donc connaître précisément le genre, la famille et le chémotype de la plante afin de la cueillir dans les meilleures conditions. Par exemple, la lavande sauvage se cueille après la rosée du matin, alors que le thym sauvage se cueille l’après-midi.     

                                                 

La méthode d'extraction de l'huile essentielle

Beaucoup de facteurs entrent en considération dans la manière dont est extraite l’huile essentielle, afin de ne pas diminuer sa qualité.

  • Le métal de l’alambic dans lequel sera distillé la plante peut modifier la composition biochimique de son huile essentielle.
  • La durée de la transformation a également son importance ; plus elle sera longue, mieux ce sera, même si la plus grande partie de l’huile essentielle est récupérée dans les 30 premières minutes.
  • De plus, la chauffe ne doit pas être sous trop haute pression, afin de ne pas oxyder les molécules. Enfin, l’eau utilisée ne doit pas être calcaire, afin de ne pas retrouver de résidus dans le produit final.
  • Enfin, après sa distillation, l’huile essentielle ne doit être filtrée qu’une seule fois, dans des cuves hermétiques à l’abri de toute agression extérieure. Il faut ainsi éviter tout contact avec la lumière, la chaleur et l’air.
  • Et enfin, durant tout le transport, les huiles essentielles doivent être préservées des mêmes agressions.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.7 ( 302 votes )

Bibliographie

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Depuis ses débuts, l'entreprise a toujours été composée d'une équipe d'experts (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) et la pluralité des profils qui se sont succédés a permis de construire une base de connaissances qui s'enrichit continuellement. Aujourd'hui encore, notre équipe pluridisciplinaire travaille à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits . Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?