La fabrication des huiles essentielles

Où sont-elles produites ?

Les huiles essentielles sont produites sur tous les continents, dans tous les climats, et à toutes les altitudes. Les climats tropicaux sont particulièrement à l’honneur : la riche biodiversité de certains pays, comme Madagascar, offre régulièrement de belles surprises aux chercheurs ! Quel que soit le mode de production, le rendement en est toujours très faible, il faut souvent plusieurs dizaines de kg de végétal pour produire 1 kg d'huile essentielle ! Ce qui fait que l'immense majorité des huiles essentielles sont produites à proximité de la zone où le végétal est cultivé, parfois même au bord du champ !

Il existe aujourd’hui différentes méthodes de fabrication d’huiles essentielles, d’hydrolats, de concrêtes et d'absolues… Prêts pour un tour ?

Comment sont-elles produites ?

S'il existe différents modes de production des huiles essentielles (et de leurs cousines les concrêtes et les absolues), le plus connu est le plus ancien : la distillation par entraînement à la vapeur d'eau. C'est encore aujourd'hui le plus utilisé. Si le mécanisme est assez simple, sa maitrise demande une grande expérience et un certain doigté : n'est pas Maître Distillateur qui veut ! Mais voyons ensemble comment cela fonctionne !

La distillation à la vapeur d'eau

Mécanisme de la distillation par entraînement à la vapeur d'eau

Alambic, Col de cygne et autres florentins...

La distillation est connue depuis des siècles. Elle consiste à mélanger dans une cuve (corps de l’alambic) la partie de la plante à distiller et de l’eau,  à chauffer le mélange pour que l'eau se transforme en vapeur, puis à récupérer et à refroidir cette vapeur chargée d'essence pour en récupérer l'huile essentielle.

Actuellement, la technique la plus utilisée est la suivante :

  • On fait bouillir de l'eau dans une chaudière pour obtenir de la vapeur.

  • Cette vapeur est envoyée dans le corps de l'alambic B (une grosse cuve en cuivre ou en inox), qui contient le matériel végétal à distiller. En traversant le végétal, la vapeur va faire éclater les sacs aromatiques de la plante, qui en contiennent l'essence. Ces molécules, plus légères que l'eau, vont être entrainées vers le haut de l'alambic par la vapeur, jusqu'à atteindre la sortie haute, que l'on appelle le col de cygne.

  • La vapeur chargée d'essence va ensuite passer dans le serpentin C, qui baigne dans un bain d'eau froide. Elle va donc refroidir petit à petit, et se condenser pour redevenir liquide.

  • A la sortie du serpentin, le liquide est recueilli dans un vase de décantation D, aussi appelé florentin ou encore essencier. C'est dans ce récicpient que l'huile essentielle, plus légère que l'eau, va se séparer de l'eau de distillation, en remontant à la surface du florentin. L'eau de distillation, aussi appelée hydrolat, pour être récupérée, ou renvoyée à la chaudière pour un nouveau cycle.

L'hydro-distillation

L'hydro-distillation, se rapprochant fortement de cette première technique, consiste à mettre dans l’alambic la plante et l’eau, sans aucune séparation. La quantité d’eau peut être de deux à six fois plus importante que la quantité de plantes, réduisant la concentration d’huile essentielle.

La composition biochimique de l’huile essentielle varie quelque peu de celle de l’essence classique, à cause de l’entrainement partiel par la vapeur d’eau, pouvant ainsi augmenter ou diminuer le pourcentage de différents composants.

L'eau florale ou hydrolat

L'eau ayant servi à la distillation, aussi appelée hydrolat, est à l'origine un sous-produit de la production d'huile essentielle. Cependant, elle contient également (en bien plus faible proportions que l'huile essentielle) des molécules aromatiques et peut donc avoir un intérêt thérapeutique ou cosmétique.

C'est pourquoi lors de la distillation de quelques huiles essentielles, le producteur récupère cette eau, puis la fait passer dans des siphons (on parle de cohobation) pour la concentrer. Elle sera ensuite vendue en tant qu'hydrolat.

Attention toutefois, si les huiles essentielles sont des produits stables, ce n'est pas le cas des eaux florales, qui sont très sensibles aux agressions microbiologiques.

Conservation des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont des produits stables et habituellement peu sensibles aux agressions microbiennes. Cependant, les molécules qui les composent sont souvent sensibles à la chaleur et à la lumière. C'est pourquoi elles sont stockées dans des contenants opaques (verre brun, fût en métal).

De plus, la plupart d'entre elles sont corrosives et réagissent avec les matières plastiques, voire avec certains métaux. Les professionnels les conditionnent donc habituellement dans des contenants "inertes", tel que le verre ou l'aluminium.

D'autres méthodes de fabrication

Si la distillation à la vapeur d'eau est le mode de production n° 1, deux autres méthodes permettent d'obtenir des produits que l'on peut qualifier d'huiles essentielles : l'extraction CO2 et l'expression à froid.

L'extraction par CO2 hypercritique

Méthode très moderne et très coûteuse, elle permet pourtant d’obtenir des huiles essentielles de très grande qualité. Les masses végétales sont traversées par un courant de CO2, augmentant ainsi la pression, et faisant éclater « naturellement » les sacs d’arômes.

Les huiles essentielles obtenues de cette manière ont une constitution biochimique beaucoup plus proche de l’essence originelle de la plante.

Plus que d'huiles essentielles, on parle d' extrait CO2. L'un des avantage de cette méthode est que le produit obtenu peut conservé son appelation "Biologique".

L'expression

Ce procédé d’extraction est le plus simple de tous, et est utilisé généralement pour obtenir les essences d’agrumes. Il s’agit tout simplement d’éclater les sacs d’arômes manuellement, en les explosant par pression mécanique.

Les substances aromatiques obtenues sont très appréciées et de bonne qualité. La pulpe est extraite de l’agrume, puis le zeste est pressé. L’essence et l’eau sont enfin séparées par une décantation à froid.

Cousines des huiles essentielles

Il existe d'autres méthodes pour extraire l'essence d'une plante, mais les produits obtenus ne seront pas à proprement parler des huiles essentielles, même si elles sont parfois proches. Voyons comment naissent ces cousines de nos chères huiles essentielles !

La percolation ou hydrodiffusion

La distillation simple consiste à envoyer de la vapeur de bas en haut. Ici, c’est le contraire, elle fait le chemin inverse. Cette méthode a le privilège d’obtenir de l’huile essentielle plus rapidement, mais avec un moins bon contrôle de qualité. Le liquide ainsi obtenu n’est donc pas appelé huile essentielle, mais essence de percolation.

La macération

Les huiles essentielles ne sont pas obtenues par macération, ce sont des huiles florales qui sont le fruit de cette technique. Pendant plusieurs semaines, les plantes sont en macération dans des huiles, à l’abri de la lumière. Ces produits sont lipophiles, ils peuvent se mélanger à un corps gras facilement et sont donc beaucoup utilisés en cosmétologie.

L'enfleurage : concrêtes et absolues

C’est un moyen d’extraction généralement utilisé pour les huiles essentielles de fleurs, parfois trop fragiles pour une distillation propre. Ces dernières sont mises en contact avec des graisses absorbantes, qui vont peu à peu s’imprégner des odeurs de la plante. Après saturation, les graisses subissent la phase d’épuisement : mélangées à l’alcool, le parfum se sépare du reste du corps.

L’enfleurage est aujourd’hui souvent remplacé par l’extraction par solvants. Mélangées à un solvant, les fleurs sont lavées en extracteur. Ensuite, le solvant est concentré en distillation, obtenant ainsi une concrète (macération de fleurs et de solvant, formant une pâte). Après un filtrage et un changement radical de températures (passant du très chaud au grand froid), l’absolu est obtenu. Ce n’est pas une huile essentielle, il est surtout utilisé en parfumerie et cosmétologie.

Les Huiles Végétales

Souvent confondues avec les huiles essentielles, les huiles végétales ne sont pourtant que leurs lointaines cousines. Alors que les huiles essentielles viennent de plantes aromatiques, les huiles végétales viennent de plantes oléagineuses (plantes riches en matières grasses) comme l'olive, le colza, la coco.

On extrait l'huile de ces plantes par pression mécanique à froid et on obtient une huile riche en acides gras, très différente des huiles essentielles, qui, elles, ne sont pas grasses !

Les Macérâts Huileux

Certaines plantes ne sont ni aromatiques (donc il n'est pas possible d'en extraire des huiles essentielles), ni oléagineuses (donc pas d'huile végétale non plus), mais ont des propriétés très intéressantes, en aromathérapie ou en cosmétique. Pour bénéficier de ces bienfaits, la solution consiste à les faire macérer quelques temps dans de l'huile végétale (souvent du tournesol, mais parfois de l'olive). Les molécules de la plantes passent dans l'huile, et leurs propriétés avec ! Il ne reste qu'à filtrer le mélange pour obtenir un macérât facilement utilisable.


Ce produit a bien été ajouté à votre panier
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a un produit dans votre panier.

Frais de ports offerts à partir de 50€ ! (en France et en Belgique)

Prix des produits
Emballages
Frais de port 
Total
Continuer mes achats Régler la commande
Avec cette commande, la Compagnie des Sens vous offre