+

Le 25 mars 2020, nous avons publié une première version de cet article sur les huiles essentielles anti-inflammatoires en période d’épidémie de Covid-19. En fonction de l’évolution des connaissances sur le coronavirus et des publications qui sont faites sur ce sujet, nous mettons régulièrement cet article à jour. Article mis à jour le 03 avril 2020.

Nous vous rappelons que nous ne sommes pas médecins. Nos recommandations ne remplacent pas les conseils donnés par un professionnel de santé. En cas de doute ou de situation à risque, nous vous recommandons très sérieusement de vous tourner vers un professionnel.

Précisions sur les recommandations de la DGS

La Direction Générale de la Santé a alerté sur la prise d'anti-inflammatoires en cas de fièvre : "Nous rappelons que le traitement d'une fièvre mal tolérée ou de douleurs dans le cadre du COVID19 ou de toute autre virose respiratoire repose sur le paracétamol, sans dépasser la dose de 60 mg/kg/jour et de 3 g/jour. Les AINS doivent être proscrits". Pour rappel, AINS = anti-inflammatoires non stéroïdiens. Dans le viseur de la DGS, l'Ibuprofène, massivement utilisé par les Français en cas de fièvre. Ils précisent cependant que «les patients sous corticoïdes ou autres immunosuppresseurs pour une pathologie chronique ne doivent pas interrompre leur traitement, sauf avis contraire du médecin qui les suit pour cette pathologie».

La recommandation de la DGS peut se résumer ainsi : en cas de fièvre, ne prenez pas d'anti-inflammatoire pour lutter contre cette fièvre. Bien entendu, il n'y a pas aujourd'hui de preuve scientifique associant la prise d’AINS et l’aggravation d’une infection à COVID-19. Mais dans le doute, le principe de précaution s’applique (source).

Attention. La recommandation de la DGS est déjà sujette à débat. L'Agence Européenne des médicaments (EMEA) n'est pas d'accord avec cette approche par exemple (source). L'élargissement de cette recommandation aux huiles essentielles est d'autant plus spéculatif, et tient surtout du principe de précaution. Ne vous attendez pas à des études poussées, elles n'existent pas : nous n'avons pas le recul suffisant pour être catégorique, d'où l'utilisation du principe de précaution à son maximum.

Si vous avez de la fièvre, n'utilisez pas les huiles essentielles pour la faire baisser

En ce moment, avoir de la fièvre est une sérieuse piste pour commencer à suspecter un coronavirus. Dans ce cas :

  • Commencez par utiliser cette merveilleuse application qui vous aidera à définir qui vous devez contacter : https://maladiecoronavirus.fr/.
  • Pour faire baisser la fièvre, respectez les consignes de la DGS, utilisez du paracétamol.
  • N'utilisez pas d'autres produits (y compris des huiles essentielles) dans l'optique de faire baisser la fièvre en faisant baisser l'inflammation. Les huiles essentielles peuvent aider par leurs propriétés antivirales, mais pas en baissant l'inflammation en automédication.

Éviter tant que possible l'utilisation de Gaulthérie Odorante

Parmi les huiles essentielles qui ont des propriétés anti-inflammatoires, la Gaulthérie Odorante occupe une place à part. Elle est en effet quasiment constituée que d'une seule molécule, le salicylate de méthyle, anti-inflammatoire très efficace dont le fonctionnement est proche des AINS traditionnels, notamment l'aspirine. Cette très forte concentration doit nous interpeler, et nous permet de faire le lien avec les recommandations de la DGS.

Nous vous conseillons donc de ne pas utiliser de Gaulthérie Odorante durant la durée de l'épidémie Covid-19, que vous ayez des symptômes ou non. Cette recommandation ne s'appuie pas sur des tests spécifiques, mais sur un principe de précaution. Si la DGS recommande d'éviter l'Ibuprofène, vous devriez éviter cette huile essentielle.

Si vous devez tout de même l'utiliser par besoin réel :

  • ne dépassez pas les doses indiquées ;
  • demandez l'avis de votre médecin traitant ;
  • surtout ne l'utilisez pas pour vous débarrasser d'une fièvre soudaine !

Les autres huiles essentielles anti-inflammatoires

La Gaulthérie Odorante est la seule huile essentielle que nous déconseillons durant toute la durée de l'épidémie, avec ou sans symptômes, du fait de sa composition très particulière. Mais elle n'est pas la seule huile essentielle anti-inflammatoire. ll en existe de nombreuses autres, bien connues : Eucalyptus Citronné, Achillée Millefeuille, Gingembre, Verveine Odorante (liste complète ici)… Ces huiles essentielles contiennent certaines molécules en forte concentration, qui expliquent en partie leurs propriétés anti-inflammatoires.

Faut-il donc les éviter durant la période de pandémie Covid-19 ?

Si vous n’avez pas de symptômes de Covid-19, la question est vite réglée : le principe de précaution ne s’étend pas à ces huiles essentielles anti-inflammatoires, vous pouvez les utiliser.

En cas de symptômes du coronavirus, les éviter à tout prix est aussi un excès de précautions. En effet : 1/ L’action d’une huile essentielle ne se résume pas à une seule molécule (sauf la Gaulthérie…). Elles en contiennent des centaines, et c’est l’ensemble qui va déterminer les propriétés et actions de l’huile essentielle. C’est la notion de totum. Il n’est de ce fait pas possible de comparer une huile essentielle à l’action pharmacologique d’un médicament, composé généralement d’un seul principe actif. 2/ En outre, toutes les voies d’utilisation ne sont pas comparables. Beaucoup d'huiles essentielles anti-inflammatoires seront utiles pour une action localisée par voie cutanée, via une action directe sur le derme, sur le système nerveux, circulatoire ou encore musculaire et articulaire. On ne peut comparer une utilisation par voie cutanée d’une prise par voie orale. 3/ Et enfin, il serait dommage d’éviter une huile essentielle aux propriétés anti-inflammatoires mais qui présenterait des propriétés immunostimulantes ou anti-virales par ailleurs.

C’est pourquoi, en cas de symptômes Covid-19, vous pouvez utiliser les huiles essentielles anti-inflammatoires, mais :

  • en respectant plus que jamais les dosages, dilutions et fréquences d’utilisation recommandés, 

  • et si possible en évitant la voie orale.

Contre cette épidémie, quelles huiles essentielles seraient adaptées ?

En prévention

En prévention, nous restons sur la même recommandation qu'ici :

  • mélanger ces deux huiles essentielles de Tea Tree et Ravintsara à 50/50, et en appliquer 3 fois par jour 2 gouttes sur les poignets internes, suivi de quelques inhalations profondes.
  • pour les femmes enceintes et les bébés, reportez-vous aux précautions d'utilisation de ces huiles essentielles (Tea Tree et Ravinstara).
  • si vous voulez les diluer dans une huile végétale, l'huile de Nigelle est parfaite.
  • les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées pour un usage prolongé, réaliser une pause d'une semaine au bout de 3 semaines d'utilisation au moins.

Cette prévention ne permet bien sur de se dispenser d'aucun geste barrière. Navré si vous les avez déjà vus 100 fois, mais un rappel ne fait jamais de mal :

  • Lavez-vous très régulièrement les mains
  • Toussez ou éternuez dans votre coude ou dans un mouchoir
  • Saluez sans serrer la main, n'embrassez personne
  • Utilisez un mouchoir à usage unique et jetez-le
  • Portez un masque si vous êtes malade.
  • Restez chez vous, évitez tout contact avec les autres. Certaines personnes transmettent le virus sans en ressentir les symptômes.

En cas de symptômes

En cas de symptômes, les huiles essentielles ne sont pas le premier réflexe à avoir. Avant cela, nous vous conseillons à nouveau de remplir ce formulaire qui vous permettra de savoir comment réagir au mieux. Merci aux acteurs de ce projet solidaire d'urgence, compétents et dévoués. Mais si votre médecin traitant vous dit de rester chez vous et de supporter les symptômes en attendant qu'ils passent, voici les huiles essentielles que je conseille à mes proches d'utiliser :

  • Ravintsara toujours par voie cutanée : 3 gouttes de Ravintsara à répartir dans le bas du dos, le long de la colonne vertébrale et sur le thorax, 3 fois par jour, jusqu’à amélioration (précautions d'emploi spécifiques ici).
  • Origan Compact ou Sarriette des Montagnes pour leur teneur en carvacrol. Pour adultes et adolescents seulement, par voie cutanée, 1 goutte d'huile essentielle d'Origan Compact dans 9 gouttes d'huile végétale en application locale sur le plexus solaire, 2 fois par jour, pendant 5 jours maximum. ATTENTION : huiles essentielles très puissantes, bien vérifier leurs précautions d'utilisation ici et ici.
  • Thym à Thymol, pour avoir... du thymol : par voie cutanée, diluez 1 goutte de Thym à Thymol dans 20 gouttes d'huile végétale à appliquer sur la plante des pieds, 2 fois par jour pendant 5 jours maximum. Attention à nouveau, précautions d'utilisation précises ici.
Vigilance à nouveau, ces 3 dernières huiles essentielles citées sont à utiliser avec plus de précautions que le Ravintsara et le Tea Tree : attention aux mésusages !

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Depuis ses débuts, l'entreprise a toujours été composée d'une équipe d'experts (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) et la pluralité des profils qui se sont succédés a permis de construire une base de connaissances qui s'enrichit continuellement. Aujourd'hui encore, notre équipe pluridisciplinaire travaille à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits . Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?