La prostate est une petite glande chez les hommes situés sous la vessie et devant le rectum. Sa fonction est de produire le liquide séminal qui, avec les spermatozoïdes, constitue le sperme. La prostate peut être sujette à différents problèmes de santé, tels que l'hyperplasie bénigne et les cancers. Le Fenugrec renferme plus de 100 composés chimiques d'origine végétale, dont des saponines stéroïdiennes appelées diosgénines. Des études antérieures ont montré que l’extrait de Fenugrec peut influencer le métabolisme de la testostérone. Sur cette base, d'autres chercheurs ont exploré les bienfaits potentiels des graines de Fenugrec sur la prostate. Cependant, sur ce sujet, l’état actuel des connaissances reste confus. La science serait encore aux prémices des recherches sur ce sujet.

Cet article a été mis à jour le 23/04/2024

Pas d’efficacité en cas d’hyperplasie bénigne de la prostate

L’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) est une augmentation de la taille de la prostate dont les causes ne sont pas cancéreuses. L’HBP peut entrainer divers symptômes impactant la qualité de vie, tels que des envies urinaires fréquentes, des difficultés à uriner, une sensation de vidange incomplète. Les traitements médicamenteux sont efficaces et arrivent régulièrement à calmer les symptômes.

Certains chercheurs se sont donc penchés sur l'existence de solutions naturelles en complément des traitements médicamenteux. À cet effet, ils ont évalué l'efficacité d'un extrait standardisé de Fenugrec chez 100 hommes âgés de 45 à 80 ans présentant des symptômes d'HBP. Chaque jour, les patients ont reçu 600 mg d'extrait de Fenugrec et ont noté l'évolution de leurs symptômes à l'aide de l'indice international des symptômes de la prostate (IPSS), un outil couramment utilisé pour évaluer la gravité des symptômes urinaires liés à l'HBP. Les chercheurs ont également évalué l'effet de l'extrait de Fenugrec sur les niveaux sanguins de PSA, un marqueur utilisé dans le suivi des maladies de la prostate, ainsi que sur certaines hormones telles que la testostérone. Après 12 semaines de supplémentation orale, l'extrait de Fenugrec n'a entraîné aucun changement par rapport au début de l'étude.

Ainsi, il apparaît que l’extrait de Fenugrec n’améliore pas les symptômes de l’hyperplasie bénigne de la prostate et ne module pas les concentrations de marqueurs de santé de la prostate, tels que le PSA ou la testostérone.

Des études en cours contre le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l'homme, ce qui incite de nombreux scientifiques à rechercher des alternatives ou des compléments aux traitements thérapeutiques actuels. L'efficacité des composants des graines de Fenugrec a été évaluée dans le traitement de divers cancers, tels que le carcinome épidermoïde oral, le cancer du larynx, le cancer de l'œsophage, le cancer du foie, le cancer gastrique, le cancer du poumon, le cancer du col de l'utérus, le gliome, la leucémie et le cancer de la prostate.

En effet, une étude in silico (simulation informatique) a exploré l’activité anticancéreuse de divers composés des graines de Fenugrec, en particulier leur capacité à inhiber l'activité des récepteurs des androgènes. Ces récepteurs se lient aux hormones androgènes comme la testostérone. Certaines cellules cancéreuses, telles que celles du cancer de la prostate, en possèdent. L'inhibition de la liaison récepteur-hormone pourrait affecter la croissance et la propagation des cellules cancéreuses. Selon les modèles mathématiques des chercheurs, les molécules de kaempférol, d'acide chlorogénique et d'hydroxyflutamide, toutes présentes dans les graines de Fenugrec, présentent une liaison stable avec les récepteurs d'androgènes, suggérant des pistes prometteuses pour de futures études.

De plus, la diosgénine, une sapogénine stéroïdienne, extraite des graines de Fenugrec, fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Des études précliniques démontrent des effets prometteurs de la diosgénine sur l'inhibition de la prolifération et de la croissance des cellules tumorales, la promotion de l'apoptose (mort des cellules), l'inhibition des métastases et de l'invasion des cellules tumorales, etc. Bien qu'aucune étude clinique n'ait été menée à ce jour sur le cancer de la prostate, des études in vitro ont montré que la diosgénine inhibe le développement de certains cancers de la prostate (DU145, PC3 et LNCaP). Les chercheurs supposent que la diosgénine modifie les voies de communication de la cellule cancéreuse. Ces résultats encourageants soulignent un nouveau potentiel thérapeutique de la diosgénine pour le traitement contre le cancer de la prostate.

Toutefois, les graines de Fenugrec sont inefficaces en cas de cancer de la prostate. À ce jour, aucune étude n'a évalué l'efficacité de la graine de Fenugrec entière chez les hommes atteints de cancer de la prostate. Les résultats concernant les constituants du Fenugrec ne peuvent pas être extrapolés à la graine entière. Par ailleurs, de nombreux facteurs peuvent influencer l’efficacité de la graine, tels que sa qualité, la quantité consommée, la forme de consommation, l’absorption, la biodisponibilité des constituants, etc. Sans oublier que les graines de Fenugrec peuvent être utilisées pour soigner ou accompagner un cancer de la prostate. Certes, certains de ses constituants peuvent être extraits, purifier et concentrer dans l’optique de créer de nouveau traitement, mais ce ne sera jamais le cas des graines de Fenugrec naturelles.

Il est important de souligner que seul un professionnel de la santé est habilité à prescrire le traitement adapté à chaque individu et à sa pathologie. Les avancées médicales sont considérables, et de nos jours, le cancer de la prostate bénéficie d'un pronostic favorable.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 2 votes )

Bibliographie

Publication : VILLA, Giulia et al., 2022. Phytotherapy in urological benign disease: A systematic review. International Journal of Urological Nursing. Vol. 16, no. 3, pp. 174–195. DOI 10.1111/ijun.12328.

Publication : RAO, Amanda and GRANT, Ross, 2020. The effect of Trigonella foenum-graecum extract on prostate-specific antigen, and prostate function in otherwise healthy men with benign prostate hyperplasia. Phytotherapy Research. Vol. 34, no. 3, pp. 634–639. DOI 10.1002/ptr.6554.

Publication : Olugbogi EA, Arobadade OA, Bodun DS, Omoseeye SD, Omirin ES, Fapohunda O, Ekun OE, Metibemu DS, Shodehinde SA, Saliu JA, Omotuyi OI. Identification of apposite antagonist for androgen receptor in prostate cancer: an in silico study of fenugreek compounds. J Biomol Struct Dyn. 2023 Oct 28:1-17. doi: 10.1080/07391102.2023.2273988. Epub ahead of print. PMID: 37897191.

Publication : REN, Qun-li et al., 2023. Anticancer Activity of Diosgenin and Its Molecular Mechanism. Chinese Journal of Integrative Medicine. pp. 1–12. DOI 10.1007/s11655-023-3693-1.

Publication : Arya P, Kumar P. Diosgenin a steroidal compound: An emerging way to cancer management. J Food Biochem. 2021 Dec;45(12):e14005. doi: 10.1111/jfbc.14005. Epub 2021 Nov 19. PMID: 34799857.

Publication : SHABBEER, Shabana et al., 2009. Fenugreek: A naturally occurring edible spice as an anticancer agent. Cancer Biology & Therapy. Vol. 8, no. 3, pp. 272–278. DOI 10.4161/cbt.8.3.7443.

Publication : NAGULAPALLI VENKATA, Kalyan C. et al., 2017. A small plant with big benefits: Fenugreek (Trigonella foenum-graecum Linn.) for disease prevention and health promotion. Molecular Nutrition & Food Research. Vol. 61, no 6, p. 1600950. DOI 10.1002/mnfr.201600950.

Site Web : Le cancer de la prostate - Les cancers les plus fréquents, [online]. Retrieved from : https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Les-cancers-les-plus-frequents/Cancer-de-la-prostate.