Les graines de Fenugrec sont reconnues comme plante médicinale dans divers pays du monde. Les graines sont dotées de protéines, fibres ou saponines. Ces derniers seraient impliqués dans certaines propriétés des graines de Fenugrec, comme leur capacité à moduler la glycémie. En effet, la littérature scientifique semble s’accorder sur le potentiel hypoglycémiant des graines de Fenugrec. Les graines de Fenugrec amélioreraient la sensibilité à l’insuline, réduiraient la charge glycémique d'autres aliments, ou encore, elles réduiraient les risques de complication du diabète. Cela supposerait qu’elles peuvent être envisagées en complément d’un mode de vie sain pour stabiliser l’évolution du diabète.

Cet article a été mis à jour le 02/01/2024

Elles amélioreraient la sensibilité à l’insuline

Utilisation du Fenugrec par les médecines traditionnelles

Les graines de Fenugrec sont couramment utilisées comme épice dans la cuisine indienne, asiatique et orientale. Ces mêmes régions considèrent également les graines de Fenugrec dans leurs médecines traditionnelles. C’est davantage la médecine traditionnelle indienne qui recommande les graines de Fenugrec pour réguler la glycémie.

Retour sur des études scientifiques

Des scientifiques se sont donc penchés sur cette supposée vertu. Les études sont nombreuses, mais les résultats divergent. Plusieurs études cliniques ont été menées sur des patients diabétiques de type 2. Ces dernières souhaitaient observer l’impact de la consommation des graines de Fenugrec sur des indicateurs biologiques, tels que la glycémie (concentration en glucose dans le sang) à jeun, l’hémoglobine glyquée (Hb1AC, un indicateur des glycémies des derniers mois), etc. Par exemple, 24 patients diabétiques de type 2 ont reçu 10 g par jour de graines de Fenugrec en poudre mélangées dans de l’eau, pendant huit semaines. Les résultats indiquent que la glycémie à jeun et l’HbA1C des patients ont significativement été diminuées. Cette étude conclue que les graines de Fenugrec peuvent aider à contrôler un diabète de type 2 mal équilibré. Sur d’autres paramètres, une autre étude clinique a cette fois-ci proposée 100 g de graines de Fenugrec dégraissées, pendant 10 jours. Après cette période, des tests de tolérance au glucose ont été faits. L’étude indique que les individus normalisent nettement mieux leur glycémie.

Or, ces études cliniques intègrent peu de patients. Il est donc nécessaire de remettre en question ces observations. Pour remédier à cela, deux méta-analyses ont été menées. Une méta-analyse est "une analyse des études scientifiques" faites sur un thème donné. En bref, elles regroupent les résultats des études scientifiques pour conclure si l’on observe réellement un changement, ou si c’est un cas isolé.

Les deux méta-analyses s'entendent pour dire que les graines de Fenugrec modulent la glycémie. En effet, sur les 12 études et 10 essais sélectionnés, les graines de Fenugrec diminueraient respectivement de -0,84 mmol/L et -0,96 mmol/L la glycémie à jeun, ainsi que – 1,16 % et -0,85 % le taux d’HbA1C.

Mécanisme d’action des graines de Fenugrec

Les graines de Fenugrec sont riches en protéines. Ces dernières contiennent un acide aminé particulier nommé 4-hydroxyisoleucine. On a observé que cet acide aminé stimule directement la sécrétion d’insuline par le pancréas (plus précisément, ils favorisent la phosphorylation de la tyrosine et de la sous-unité phosphatidylinositol 3-kinase). C'est-à-dire qu’en sa présence, le pancréas sécrète plus d’insuline (augmentation de l’insulinémie). L’insuline est une hormone hypoglycémiante : elle entraine l’absorption du glucose par les cellules pour baisser la glycémie. De ce fait, plus le pancréas sécrète de l’insuline, plus la glycémie baisse.

Il a également été suggéré que les graines de Fenugrec limiteraient l’absorption du glucose en inhibant les disaccharidases intestinales. Ceci impliquerait que la digestion du glucose est diminuée en présence des graines de Fenugrec. Cette propriété n’est pas encore bien étayée. L’on peut aussi suggérer que les fibres des graines de Fenugrec participent à baisser l’absorption des sucres. Les graines de Fenugrec sont riches en fibres : environ 24 g pour 100 g. Les fibres ne peuvent pas être digérées par l’organisme, de ce fait, elles gênent l’accès des enzymes digestives pour leurs substrats.

Conclusion

Les graines de Fenugrec stimuleraient la sécrétion d’insuline, procurant ainsi une action hypoglycémiante. Grâce à cette propriété, les graines de Fenugrec peuvent être envisagées en complément d’un mode de vie sain, pour aider à normaliser un diabète de type 2.

Elles ont un indice glycémique bas

En comparaison aux autres graines, les graines de Fenugrec ont un profil glucidique un peu particulier. En effet, elles sont plus riches en glucides (33 g pour 100 g) que les autres graines (environ 10 g pour 100 g). Néanmoins, cette richesse glucidique ne contre-indique pas aux diabétiques d’en consommer. Ces glucides sont en majorité des glucides complexes. L’organisme a besoin de temps et d’énergie pour réussir à casser les glucides complexes en petits glucides absorbables.

Les graines de Fenugrec ont également beaucoup de fibres (24,6 g pour 100 g) et de protéines (27,1 g pour 100 g). Ces deux macronutriments ralentissent l’absorption des glucides en limitant l’accès des enzymes pour les glucides.

De ce fait, les graines de Fenugrec ont un indice glycémique estimé faible. Cela signifie qu’elles n’induisent pas de pic de la glycémie après consommation. Par ailleurs, elles auront tendance à diminuer l’impact glycémique d'autres aliments.

En définitive, les graines de Fenugrec ont un indice glycémique bas. Elles n’augmentent pas ou peu la glycémie après ingestion et elles sont idéales pour accompagner des repas déséquilibrés.

Elles limiteraient les complications des diabètes

En diététique, il est recommandé de prendre en compte les complications du diabète. Cela signifie qu’il faut favoriser les nutriments qui réduisent l’avancée des complications du diabète comme les pathologies cardio-vasculaires.

Les mêmes méta-analyses indiquées ci-dessus ont intégré d’autres paramètres à leurs recherches, comme les triglycérides, le cholestérol total, le LDL-cholestérol (« mauvais cholestérol »), le HDL-cholestérol (« bon cholestérol »). Ces dernières concluent également que les graines de Fenugrec ont un impact positif sur la cholestérolémie. En effet, les graines de Fenugrec auraient tendance à réduire la cholestérolémie, le LDL-cholestérol, la triglycéridémie et à augmenter le HDL-cholestérol. Néanmoins, la diminution du LDL-cholestérol, des triglycérides et l’augmentation du HDL-cholestérol ne seraient pas significatifs. Des confirmations supplémentaires seraient nécessaires pour affirmer cette tendance.

On peut tout de même retenir que les graines de Fenugrec diminueraient la cholestérolémie totale. En modérant la cholestérolémie, les graines de Fenugrec diminueraient les risques de dépôt de cholestérols sur les parois des artères (athérosclérose), un facteur des maladies cardiovasculaires. Ainsi, les graines de Fenugrec limiteraient l’avancée des complications cardio-vasculaires du diabète.

Elles ralentiraient les risques d’apparition d’un diabète

Depuis quelque temps, le terme prédiabète est de plus en plus récurrent. Un prédiabète n’est pas une pathologie, mais plutôt une observation, la présence de plusieurs « symptômes ». L’organisme présenterait déjà des difficultés à tolérer le glucose. Une personne prédiabétique a plus de risques de développer un diabète de type 2.

Une étude randomisée, contrôlée et parallèle de 3 ans a évalué l’efficacité des graines de Fenugrec sur 66 patients prédiabétiques (des femmes et des hommes de 30 à 70 ans). Pendant 3 ans, les patients devaient consommer 5 g de graines de Fenugrec, deux fois par jour. Tous les trois mois, des prélèvements sanguins ont été faits sur les patients. Après les 3 ans de supplémentation, les risques de développer un diabète de type 2 auraient diminué. En effet, les chercheurs indiquent que le taux d’incidence cumulé a baissé de manière significative par rapport au groupe témoin (sans supplémentation). Le groupe témoin aurait 4,2 fois plus de risques de développer un diabète à l’avenir. Les auteurs prouvent leurs résultats grâce aux analyses sanguines. En effet, les patients supplémentés en graines de Fenugrec ont une glycémie à jeun, une glycémie post-prandiale, une cholestérolémie et un taux de LDL-cholestérol significativement plus faible que le groupe non supplémenté.

Cette étude suggère que les graines de Fenugrec peuvent être intégrées au quotidien. Elles agiraient en prévention et différeraient ou limiteraient la survenue d’un diabète de type 2.

Attention, elles ne sont pas efficaces seules !

Bien que les preuves scientifiques soient plutôt positives sur les bienfaits des graines de Fenugrec en cas de diabète. Il est nécessaire de prendre du recul ! Les graines de Fenugrec n’auront aucun effet si l’hygiène de vie est malsaine. L’équilibre alimentaire et l’activité physique sont les premiers « médicaments » du diabète de type 2.

Davantage, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a conclu que les graines de Fenugrec ne peuvent pas prétendre diminuer la glycémie post-prandiale.

Les graines de Fenugrec sont à envisager comme « coup de pouce », en accompagnement d’une alimentation variée, équilibrée et d’une activité physique adaptée.

Comment les consommer ?

Il n’existe pas de recommandation sur les quantités de graines de Fenugrec nécessaires en cas de diabète ou non. Selon la méta-analyse préalablement citée, les protocoles employés utilisaient 1 g à 100 g de graines de Fenugrec par jour, avec une médiane à 25 g. La durée des protocoles varie également entre 10 à 84 jours (médiane à 30 jours).

Il semblerait que 10 g de graines de Fenugrec par jour soit suffisant pour observer des résultats. Il serait donc recommandé de consommer 5 g de graines de Fenugrec, deux fois par jour, avant le repas, pendant 30 jours minimum.

Nous vous recommandons fortement de vous rapprocher de votre médecin traitant si vous souhaitez consommer des graines de Fenugrec dans une optique de soin. Les effets secondaires de cette supplémentation ne doivent pas être négligés, surtout en cas de traitement antidiabétique.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 15 votes )

Bibliographie

Publication : Sharma RD, Raghuram TC, Rao NS. Effet des graines de fenugrec sur la glycémie et les lipides sériques dans le diabète de type I. Journal européen de nutrition clinique. 1990 avril ; 44(4) : 301-306. PMID : 2194788.

Publication : Jing Gong, Ke Fang, Hui Dong, Dingkun Wang, Meilin Hu, Fuer Lu, Effect of fenugreek on hyperglycaemia and hyperlipidemia in diabetes and prediabetes: A meta-analysis, Journal of Ethnopharmacology, Volume 194, 2016, Pages 260-268, ISSN 0378-8741, https://doi.org/10.1016/j.jep.2016.08.003. (https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378874116305232)

Publication : SameerMohammadS. Mohammad, AsiaTahaA. Taha, KamalAkhtarK. Akhtar, R.N.K. BamezaiR. Bamezai, and Najma ZaheerBaquerN.Z. Baquer. 2006. In vivo effect of Trigonella foenum graecum on the expression of pyruvate kinase, phosphoenolpyruvate carboxykinase, and distribution of glucose transporter (GLUT4) in alloxan-diabetic rats. Canadian Journal of Physiology and Pharmacology. 84(6): 647-654.

Publication : Gaddam, A., Galla, C., Thummisetti, S. et al. Rôle du Fenugrec dans la prévention du diabète sucré de type 2 chez le prédiabète. J Diabète Métab Disord 14 , 74 (2015).

Publication : Losso JN, Holliday DL, Finley JW, Martin RJ, Rood JC, Yu Y, Greenway FL. Fenugreek bread: a treatment for diabetes mellitus. J Med Food. 2009 Oct;12(5):1046-9. doi: 10.1089/jmf.2008.0199. PMID: 19857068.

Publication : Riyad, M. A., Sarin, A., & Mohammad, S. (1988). Effect of fenugreek and lupine seeds on the development of experimental diabetes in rats. Planta Medica, 54(04), 286‑290. https://doi.org/10.1055/s-2006-962434

Publication : Neelakantan N, Narayanan M, de Souza RJ, van Dam RM. Effect of fenugreek (Trigonella foenum-graecum L.) intake on glycemia: a meta-analysis of clinical trials. Nutr J. 2014 Jan 18;13:7. doi: 10.1186/1475-2891-13-7. PMID: 24438170; PMCID: PMC3901758.

Publication : Stacy L. Haber, Jennifer Keonavong, Utilisation du fenugrec chez les patients atteints de diabète sucré, American Journal of Health-System Pharmacy , volume 70, numéro 14, 15 juillet 2013, pages 1196-1203,

Site Web : ANSES. (s. d.). Ciqual. Ciqual Table de composition nutritionnelle des aliments. https://ciqual.anses.fr/