L’aphte est une petite ulcération douloureuse inoffensive qui se présente sous la forme d’une tache rouge au fond jaunâtre ou grisâtre dans la bouche. Les aphtes sont de petites plaies qui peuvent toucher la plupart de la population française et les données épidémiologiques estiment que toute personne au cours de sa vie serait sujette à avoir un aphte. L’alimentation joue un rôle primordial dans la prévention et le soulagement des aphtes à répétitions. Ainsi, trois axes peuvent être étudiés dans notre alimentation. Premièrement, limiter sa consommation d’aliments aphtogènes tels que les aliments acides, les épices, les fruits secs et certains fromages qui déclenchent la formation d’aphtes. Deuxièmement, apporter des aliments riches en oméga-3 qui réduisent les inflammations causées par les aphtes et donc la douleur. Enfin, il convient de prévenir les carences nutritionnelles qui peuvent favoriser les aphtes chroniques à répétitions.

Cet article a été mis à jour le 01/09/2022

Le rôle de l’alimentation dans l’apparition des aphtes

Les aphtes sont des lésions dans la bouche qui peuvent produire des inflammations. Ainsi, pour prévenir et soulager les aphtes, il est essentiel :

  • d'éviter les aliments aphtogènes qui participent à la formation des aphtes. Parmi eux, les aliments pointus ou croustillants et les aliments épicés peuvent irriter l'intérieur de la bouche. De plus, les fruits secs, le fromage ou encore le chocolat peuvent déclencher une réaction pro-inflammatoire et donc des aphtes. Cependant, les études restent pour le moment incertaines sur le sujet. Malgré, un engouement général sur l’arrêt définitif de ces aliments lors d’aphtes récurrents, l’apparition d’un aphte reste très spécifique de l’aliment consommé.

  • de limiter les aliments riches en acide citrique qui ont la particularité de conduire à des picotements et des brûlures au niveau de la muqueuse buccale. L’acide citrique est un acide naturellement présent à l’état naturel dans les aliments. Il est également utilisé en adjonction dans les produits alimentaires par l’industrie agroalimentaire comme additif alimentaire sous son code E330. L’acide citrique est inoffensif pour notre organisme. Néanmoins, à forte dose, il provoque une érosion de l’émail dentaire et une agression au niveau de la muqueuse de la bouche. C’est ce que confirme un fait clinique publié dans la Revue Française d’Allergologie et d’Immunologie Clinique. En effet, deux sujets de sexe masculin présentaient une hypersensibilité à l’acide citrique conduisant à la formation d’une aphtose buccale quelques heures après.

  • de privilégier les aliments riches en omégas-3 pour soulager l'inflammation. Les omégas-3 sont des acides gras polyinsaturés qui contribuent à la réduction de l’inflammation des aphtes. Des récentes études montrent leurs rôles dans l’amélioration globale de la santé bucco-dentaire, et notamment dans le cas des aphtes récurrents. Deux études publiées dans le journal International Journal of Dentistry et la revue médicale Oral Surgery, Oral Medecine, Oral Pathology, and Oral Radiology démontrent qu’une supplémentation quotidienne en oméga-3 pendant 6 mois a réduit de façon significative le nombre et la durée des aphtes, ainsi que leur douleur. Un apport suffisant en oméga-3 permet de réduire la formation des aphtes.

  • de prévenir les carences nutritionnelles. Les carences en micronutriments telles que le fer, la vitamine B9, la vitamine B12 et le zinc peuvent causer des aphtes. En effet, certains de ces micronutriments sont impliqués dans l’immunité, la production cellulaire et la cicatrisation. L’ensemble de ces rôles permettent de lutter contre l’apparition d’aphtes

Éviter les aliments aphtogènes

Les aliments riches en acide citrique

Les aliments riches en acide citrique ont la particularité de conduire à des picotements et des brûlures au niveau de la muqueuse buccale, voire même à une hypersensibilité à l'acide citrique.

Nous vous recommandons :

  • de limiter votre consommation d’agrumes dont le citron, le pamplemousse, l’orange, et la clémentine ainsi que leurs jus. La tangerine est la numéro 1 des agrumes la plus riche en acide citrique, donc elle est à éviter surtout si vous l’appréciez. Si vous souhaitez manger un agrume, préférez les agrumes bien mûrs car ils contiennent moins d’acide citrique.

  • d’éviter de manger des baies (fraises, framboises et groseilles) et remplacez-les par des bleuets qui eux ne contiennent pas d’acide citrique.

  • de restreindre sa consommation de tomates, d’ananas et de cerises, des fruits également riches en acide citrique. La banane, quant à elle, est un fruit qui ne contient pas d'acide citrique.

  • de réduire, voire supprimer, sa consommation de boissons alcoolisées. Les boissons alcoolisées fermentées dont le vin, la bière et le cidre, produisent de l’acide citrique à partir de l’oxydation des sucres par les champignons. De plus, Manger Bouger recommande à la population française de ne pas boire plus de deux verres d’alcool par jour et pas tous les jours.

  • de diminuer l’ingestion de boissons gazeuses et de sodas. Ils contiennent de l’acide leur conférant plus de goût et d’acidité.

  • de limiter l’usage de vinaigres et de produits vinaigrés comme les cornichons vinaigrés.  

  • dans la mesure du possible, d’éviter l’achat de tous les produits alimentaires contenant l’additif alimentaire : acide citrique ou E330. De ce fait, il convient de vérifier la liste des ingrédients des produits.

Les fruits secs, les fromages et le chocolat

Les fruits secs, les fromages ou encore le chocolat peuvent être impliqués dans l’apparition d’aphtes récurrents. Il semblerait que ces types d’aliments entraînent le déclenchement d’une réaction pro-inflammatoire dans l’organisme. 

Nous vous recommandons :

  • d’observer si les aphtes apparaissent après avoir consommé un de ces types d’aliments. Il est dommage de se priver de fruits secs, de fromages à pâte cuite ou de chocolat si aucun aphte ne survient !

  • d’éviter de consommer des fromages à pâte cuite comme le gruyère, le gouda, le parmesan, et de se tourner vers des fromages à pâte molle tels que le camembert.

  • de manière générale, de limiter sa consommation de chocolat et de fruits secs (dont les noix) pour diminuer le risque d’apparition d’aphtes.

Les aliments pointus ou croustillants

Dans notre alimentation, certains aliments peuvent être irritants pour les muqueuses buccales par leur texture ou leur forme. On pense notamment aux miettes de pain qui se collent sur le palais, ou aux chips qui ont tendance à blesser les muqueuses de la bouche. De petites astuces doivent être adoptées au quotidien pour éviter ce désagrément.

Nous vous recommandons :

  • de tremper vos biscottes dans votre soupe au lieu de les manger telles qu’elles.

  • de préférer tremper vos biscuits secs dans votre boisson : lait ou thé.

  • d’éviter de manger des chips qui irritent la muqueuse buccale.  

Le piment, le curry et le poivre

Un ensemble d’articles scientifiques déconseille l’usage d’épices dans le cas d’aphtes récurrents. Connues pour leur effet irritant sur le système digestif, les épices fortes peuvent également irriter l’intérieur de la bouche.

Nous vous recommandons :

  • d’éviter d’agrémenter vos plats par des épices fortes telles que le piment, le curry ou le poivre.

  • d’opter pour des herbes aromatiques comme le persil, le basilic et la coriandre, qui apporteront également du goût à vos plats.

Privilégier les aliments riches en oméga-3 en cas d'aphtes chroniques

Les omégas-3 permettent de soulager les aphtes récurrents grâce à leur action anti-inflammatoire. Ils agissent également sur le nombre et la durée des aphtes. Un apport suffisant en oméga-3 est donc recommandé.

Nous vous recommandons :

  • d’assaisonner vos plats d’huiles végétales, notamment, l’huile végétale de Lin et l’huile végétale de Périlla, pour leur richesse en oméga-3.

  • de pratiquer des cures d’huiles de poissons (dont l’huile de foie de morue). Ces types d’huiles ont la particularité d’avoir un bon ratio oméga-3/oméga-6 et des acides gras disponibles.

  • d’introduire dans vos repas au moins un poisson gras par semaine. Le maquereau, le hareng, la sardine et le saumon sont des poissons naturellement riches en oméga-3.

  • de privilégier dans la mesure du possible l’achat de produits possédant le label Bleu-Blanc-Cœur qui concentre une teneur importante d’oméga-3. Cela concerne une liste importante de produits dont les œufs, le lait ou encore les viandes. Pour faire simple, l’alimentation des animaux d’élevages reflètent notre alimentation au quotidien. Pour ce faire, Blanc-Blanc-Cœur assiste les agriculteurs dans cette démarche de qualité en introduisant dans l’alimentation de leur élevage des plantes de luzerne, de colza ou de lin pour leur richesse en oméga-3. À titre indicatif, un œuf Bleu-Blanc-Cœur contient en moyenne 2,5 fois plus d’oméga-3 qu’un œuf "normal".

Attention aux carences !

Certains micronutriments tels que le fer, la vitamine B9, la vitamine B12 et le zinc sont impliqués dans l’immunité, la production cellulaire et la cicatrisation. Une carence en ces micronutriments peut causer des aphtes chroniques et récurrents. Parmi ces carences, on retrouve : 

Il convient de vérifier que l’alimentation couvre bien les apports quotidiens en ces micronutriments auprès d'un professionnel de santé.

Conseils complémentaires

  • Lister dans un carnet les aliments que vous avez mangés la veille, après l’apparition d’aphtes. Le listing régulier de vos aliments vous permet d’identifier les aliments aphtogènes. 

  • Éviter de manger votre repas très chaud ! Manger trop chaud induit l’apparition d’aphtes dans la bouche.

  • Favoriser la consommation d’aliments à température froide. Le froid est reconnu pour ses effets anesthésiants et atténue ainsi la douleur.

  • Boire des infusions de Sauge officinale ou des décoctions de racines de Guimauve qui contribuent au soulagement des aphtes. Il convient de consulter les précautions d’utilisation de chacune de ces plantes avant utilisation.

  • Demander à votre médecin-généraliste de vous prescrire une analyse sanguine. Cette analyse a pour objectif de vérifier que vous n’avez aucune carence nutritionnelle qui pourrait favoriser l’apparition d’aphtes.

  • Opter pour l’utilisation d’une brosse à dents à poils souples plutôt qu’à poils durs. Les brosses à dents à poils durs ne sont pas les meilleures, détrompez-vous ! Une mauvaise manipulation d’une brosse à dents à poils durs peut avoir tendance à détériorer vos dents et vos gencives.

  • Éviter d’acheter un dentifrice contenant du Sodium Lauryl Sulfate (SLS). Ce composé est présent dans la plupart des dentifrices en vente dans nos commerces et possède un puissant effet détergent. Aujourd’hui, ce composé fait l’objet de nombreuses controverses puisqu’il serait à l’origine de pouvoir irritant dans la bouche.

  • Penser à faire des visites régulières chez un chirurgien-dentiste afin de contrôler sa santé bucco-dentaire. L’HAS (Haute Autorité de Santé) recommande de se rendre au moins une fois par an chez son dentiste. Rappelez-vous qu’il ne suffit pas d’avoir un quelconque problème bucco-dentaire pour se rendre chez son dentiste !

  • Faire usage de bains de bouche à base de bicarbonate de soude en complément de votre brossage de dents quotidien. Le bicarbonate de soude contient des principes actifs jouant le rôle d’anti-inflammatoire, d’anti-infectieux et régulateur de pH au niveau buccal.

  • Profiter du pouvoir des huiles essentielles pour vous débarrasser rapidement d’un vilain aphte. Connu pour être efficace contre les infections buccales, l'huile essentielle de Laurier Noble peut vous aider à faire disparaître un aphte en quelques jours ; en plus d'atténuer instantanément la douleur ressentie.


Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 40 votes )

Bibliographie

Publication : el Khouli, A. M., & El-Gendy, E. A. (2014). Efficacy of omega-3 in treatment of recurrent aphthous stomatitis and improvement of quality of life : a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Oral Surgery, Oral Medicine, Oral Pathology and Oral Radiology, 117(2), 191‑196. https://doi.org/10.1016/j.oooo.2013.09.003

Publication : Hadian, Z., Moghadamnia, A. A., & Kazemi, S. (2021). Effect of Omega-3 on Recurrent Aphthous Stomatitis and Improvement Quality of Life. International Journal of Dentistry, 2021, 1‑9. https://doi.org/10.1155/2021/6617575

Publication : Pradalier, A., di Palma, M., & Dry, J. (1984). Aphtose buccale induite par l’acide citrique. Revue Française d’Allergologie et d’Immunologie Clinique, 24(1), 47‑49. https://doi.org/10.1016/s0335-7457(84)80038-6

Publication : Saikaly, S. K., Saikaly, T. S., & Saikaly, L. E. (2018). Recurrent aphthous ulceration : a review of potential causes and novel treatments. Journal of Dermatological Treatment, 29(6), 542‑552. https://doi.org/10.1080/09546634.2017.1422079

Publication : ŚLebioda, Z., Szponar, E., & Kowalska, A. (2013). Etiopathogenesis of Recurrent Aphthous Stomatitis and the Role of Immunologic Aspects : Literature Review. Archivum Immunologiae et Therapiae Experimentalis, 62(3), 205‑215. https://doi.org/10.1007/s00005-013-0261-y

Publication : Vaillant, L., & Samimi, M. (2016). Aphtes et ulcérations buccales. La Presse Médicale, 45(2), 215‑226. https://doi.org/10.1016/j.lpm.2016.01.005

Publication : Wuyts, D. (2011). Juglans regia, fructus, la noix. Phytothérapie, 9(6), 359‑361. https://doi.org/10.1007/s10298-011-0672-z

Site Web : Aphte de la bouche : symptômes et causes. (2020, 18 décembre). ameli.fr | Assuré. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/aphte/definition-symptomes-facteurs-favorisants-causes

Site Web : Campus Cerimes. Fiche pathologie. http://campus.cerimes.fr/media/campus/uvp5/dermatologie/pathologies-de-la-muqueuse-buccale/erosionsetulcerations/Cours/3200faq.htm.

Site Web : Carences en vitamine B12 et fer : du diagnostic au suivi. (2012, 20 juin). Revue Medicale Suisse. https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2012/revue-medicale-suisse-346/carences-en-vitamine-b12-et-fer-du-diagnostic-au-suivi#tab=tab-toc

Site Web : https://doi.org/10.1155/2021/6617575 Les minéraux. (2022, 16 mars). Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. https://www.anses.fr/fr/content/les-min%C3%A9raux