La spiruline est une espèce de cyanobactérie filamenteuse utilisée depuis longtemps comme complément alimentaire, et en particulier la Spirulina platensis et la Spirulina maxima. Par abus de langage, elle est considérée comme une micro-algue d’eau douce. Cette dernière est très riche en nutriments, à tel point qu’elle est considérée comme une petite bombe nutritionnelle. En effet, elle possède une très forte teneur en protéines et en micronutriments comme le fer, le cuivre ou encore la vitamine E et les vitamines du groupe B. Elle est utilisée en tant que complément alimentaire afin de renforcer les apports en certains nutriments pouvant être déficients, et particulièrement le fer. C’est d’ailleurs une des principales raisons de consommation de spiruline chez les femmes enceintes, étant donné que les besoins en fer sont renforcés durant la gestation. Concernant les femmes allaitantes, il semblerait que les bienfaits de cette cyanobactérie s’orientent vers une amélioration de la montée du lait et de la qualité de ce dernier. Elle agirait donc comme un aliment galactogène comme les graines de fenouil traditionnellement utilisées dans cette indication. Cet article reprend donc toutes les connaissances nutritionnelles sur les effets de la spiruline chez la femme enceinte et allaitante.

Cet article a été mis à jour le 17/10/2022

Peut-on prendre de la spiruline pendant la grossesse et l'allaitement ?

Dans le cadre de la grossesse, de nombreuses restrictions sont prescrites aux mamans. Néanmoins, il est possible de consommer la spiruline durant les trois trimestres de grossesse. En effet, les fabricants préfèrent la plupart du temps s’affranchir de toute responsabilité en déconseillant la consommation chez la femme enceinte et allaitante. C’est la raison pour laquelle certains stéréotypes ne préconisent pas la consommation de cette bactérie durant ces périodes. Néanmoins, aucune étude scientifique n’a montré un quelconque effet négatif de la spiruline pendant la grossesse et l’allaitement. Nous vous recommandons tout de même de vous orienter vers un médecin pour vous accompagner dans votre démarche. En effet, beaucoup semble bannir la spiruline quant à ses potentiels effets détoxifiants sur l'organisme. Cependant, les quantités de spiruline consommées étant relativement faibles (5 g en moyenne), l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail) ne mentionne pas de risque pour la santé de la maman et de l'enfant. Il est surtout recommandé de privilégier l'utilisation de spiruline de qualité (de préférence bio et / ou française) car les personnes fragiles sont encore plus sensibles aux contaminants éventuels (cyanotoxines, bactéries ou métaux lourds).

Les bienfaits de la spiruline pendant la grossesse

Une source de fer biodisponible pour la femme enceinte

Rôle du fer

Durant la grossesse, il est remarqué une augmentation de la masse sanguine pour la fabrication du placenta et pour les besoins du fœtus. En contrepartie, une diminution du fer est notée due à l’hémodilution et à l’utilisation du fer par le fœtus, ce qui entraîne une fatigue pour la mère. Pour répondre à ces besoins augmentés, l’organisme de la mère s’adapte en augmentant l’absorption du fer jusqu’à 9 fois supérieure au dernier mois par rapport au premier mois. Étant donné ces besoins vitaux, la spiruline permet d’être un complément alimentaire naturel de très bon choix en termes de fer. En effet, le fer de la spiruline serait hautement assimilé contrairement à ses homologues végétaux. Cela est dû à sa structure particulière (absence de membrane cellulosique) et ses composants spécifiques comme le cuivre et les vitamines A, B9 et C qui optimisent l’absorption et le métabolisme du fer. Il est recommandé de consommer de la spiruline avec des jus de fruits ou des smoothies qui sont en général riches en vitamine C. Cette dernière, en effet, est le principal nutriment favorisant l’absorption du fer.

Risques d'une carence en fer chez la femme enceinte et le fœtus

Les conséquences d'une carence en fer durant la grossesse sont principalement la fatigue, l'essoufflement au repos, une certaine pâleur, mais également le risque de développer une anémie ferriprive. En effet, l'anémie ferriprive (guide vers anémie ferriprive et alimentation) est caractérisée par la diminution de l'hémoglobine contenue dans les globules rouges. L'oxygénation des cellules est donc diminuée et favorise la possibilité d'accouchement prématuré.

Supplémenter les besoins en protéines de la femme enceinte

Rôles des protéines

La spiruline permet d’être un complément protéique très intéressant pour les femmes enceintes végétariennes ou véganes. En effet, les protéines sont généralement retrouvées en grande quantité, et de manière plus qualitative et assimilable, chez les produits d’origine animale (viandes, poissons, œufs, produits laitiers). Néanmoins, la spiruline possède la particularité de contenir l’ensemble des 20 acides aminés responsables de la synthèse des protéines, y compris les acides aminés indispensables (AAI) à l’organisme. Ces AAI doivent obligatoirement être apportés par l’alimentation et ils sont primordiaux pour le développement du fœtus. De cette manière, la spiruline est considérée comme très qualitative par rapport à ses homologues végétaux, en plus d’être plus assimilable et d’en contenir en grande quantité (57,2 g de protéines pour 100 g de spiruline).

En effet, les protéines ont plusieurs rôles majeurs durant la grossesse :

  • Entretien protéique de la masse maigre de la mère.

  • Formation du complexe fœtoplacentaire.

  • Formation des réserves au premier trimestre.

  • Apport en acides aminés indispensables non synthétisés par l’organisme.

De cette manière, la spiruline permet d’assurer ces rôles en complémentant les apports journaliers en protéines chez la femme enceinte. Attention, un régime végétarien et végétalien strict chez la mère peut favoriser des malformations génito-urinaires, spécialement pour le garçon, si le régime n'est pas correctement réalisé (non-complémentarité des acides aminés, déficits en nutriments d'origine animale...). C'est pourquoi il est recommandé d’optimiser les apports en protéines pour limiter les risques pour le fœtus et la mère. La spiruline permet d’être un complément judicieux, mais l’accompagnement de diverses sources protéiques végétales, pour les mères végétariennes ou véganes, est nécessaire pour assurer les apports et la diversité des acides aminés. On parle de complémentarité des protéines végétales.

Risques d'une carence en protéines chez la femme enceinte et le fœtus

Les conséquences en cas de carences en protéines chez la mère sont un amincissement, un déficit immunitaire, un accouchement difficile ou encore de la fatigue et une difficulté pour allaiter après l'accouchement. Concernant le fœtus, une carence en protéines peut provoquer une naissance prématurée, un faible poids à la naissance, un développement insuffisant du cerveau, ou encore un diabète et un déficit immunitaire. Il a également été remarqué chez le nouveau-né des malformations congénitales, des risques d'AVC (Accident Vasculaire Cérébral), mais aussi des troubles organiques importants (hormonal, os, système nerveux, cerveau).

Lutter contre le stress oxydatif

Rôle des antioxydants

Le stress oxydatif est un déséquilibre entre les molécules oxydantes (dont les radicaux libres) et antioxydantes. Ces antioxydants permettent de stabiliser les radicaux libres et limitent l’oxydation de l’ADN, des protéines, des lipides ou encore des glucides. Par conséquent, les antioxydants réduisent les risques de vieillissement prématuré des cellules et les pathologies en lien avec ce stress oxydant (cancer, maladies coronariennes, Alzheimer, Parkinson, maladies inflammatoires). La spiruline est un des aliments les plus efficaces en terme d’antioxydant. En effet, la spiruline a la chance d’être riche en certains composants antioxydants comme :

  • le bêta-carotène (provitamine A) : il inhibe l’oxydation des lipides (appelée peroxydation lipidique).

  • la superoxyde dismutase : enzyme spécialisée dans l’élimination des radicaux libres, elle possède une grande biodisponibilité dans la spiruline.

  • la phycocyanine : pigment bleu présent dans la spiruline, elle est reconnue dans la lutte contre les radicaux libres, et plus spécifiquement les radicaux hydroxyles.

  • les polyphénols : ce sont des antioxydants très efficaces qui ont la particularité d’adapter l’équilibre entre les pro-oxydants et les antioxydants.

La spiruline contient également de manière raisonnable d’autres espèces antioxydantes très efficaces comme les vitamines E et C, le sélénium, le zinc et l’acide gamma-linolénique.

Limiter les sources de stress oxydant

Durant une grossesse, une surexposition au stress oxydatif peut avoir des impacts néfastes sur le développement du fœtus. En effet, un excès de production de molécules oxydantes est mis en cause dans de nombreux cas d’avortements spontanés précoces, de prééclampsie, d’accouchement prématuré, mais également de retard de croissance intra-utérine et de syndrome de Down.

Fort heureusement, il est possible de limiter assez facilement l'impact du stress oxydant sur l'organisme. Il est donc recommandé d'éviter les produits contenant des pesticides, des métaux lourds, mais également la cigarette et les cuissons au grill et au barbecue. Il est par ailleurs préférable de privilégier les produits naturels bio pour l'alimentation, les cosmétiques, ou encore, les produits d'entretien.

Les bienfaits de la spiruline pendant l’allaitement

La consommation de spiruline pendant l’allaitement permet plusieurs fonctions. Dans un premier temps, la spiruline permet de soutenir les apports en certains nutriments en cas de carences. En effet, la grossesse demande des besoins supérieurs à la norme pour optimiser le développement du fœtus. Il est donc possible de retrouver ces carences après l’accouchement, la spiruline permet donc de favoriser les apports étant donné sa richesse nutritionnelle. En effet, une femme allaitante est sujet à beaucoup de fatigue, c’est pourquoi il est primordial d’éviter les carences pour limiter l’apparition de cette dernière. De plus, la spiruline favoriserait la montée du lait en agissant comme un aliment galactogène tel que les graines de Fenouil en infusion. Il est d’ailleurs conseillé de consommer la spiruline avec ces dernières pour optimiser la montée du lait. De plus, la spiruline optimise de manière globale la qualité du lait. De cette manière, la spiruline semble être un allié de choix durant l’allaitement.

Les nutriments présents en grande quantité dans la spiruline permettent de jouer un rôle majeur durant l’allaitement :

  • Fer : synthèse d'hémoglobine et de globules rouges, fonctionnement normal du système immunitaire, réduction de la fatigue...

  • Cuivre : fonctionnement du système nerveux, transport du fer dans le sang, fonctionnement du système immunitaire, effet antioxydant…

  • Protéines : augmenter et maintenir la masse musculaire, maintien d'une ossature normale, croissance et développement osseux normaux des enfants…

  • Vitamine C : absorption du fer, effet antioxydant, fonctionnement normal du système immunitaire et réduction de la fatigue…

  • Vitamine E : antioxydant puissant et limite les toxines.

Comment consommer la spiruline en poudre ?

La spiruline est une petite bombe nutritionnelle sous forme de poudre. Il est donc préférable d’augmenter progressivement les doses journalières afin de ne pas trop perturber l’équilibre de la flore intestinale ou induire des troubles digestifs ou des nausées.

  • En cure classique ou pour le plaisir : 1 g de Spiruline par jour, puis augmenter au fur et à mesure jusqu'à 5 g par jour.

  • En cure : augmentez jusqu'à 6 g par jour.

  • En cure pour les périodes intenses : augmentez jusqu'à 10 g par jour, pendant 1 semaine.

Nous vous recommandons :

  • de la consommer durant les trois repas principaux (petit-déjeuner, déjeuner et dîner) afin de profiter au mieux de ses bienfaits.

  • de l’intégrer aux préparations suivantes pour optimiser sa prise : salade, soupe, jus de fruits, smoothies, boisson, eau, yaourt, laitages, plat.

  • de ne pas la consommer si vous êtes atteints de phénylcétonurie ou si vous présentez un terrain allergique.

  • de faire attention à l'origine de la spiruline que vous souhaitez acheter, car cette dernière est souvent contaminée par certaines bactéries lorsque la production est mal réalisée.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 3.7 ( 3 votes )

Bibliographie

Publication : Hovdenak, N., & Haram, K. (2012). Influence of mineral and vitamin supplements on pregnancy outcome. European Journal of Obstetrics & ; Gynecology and Reproductive Biology, 164(2), 127‑132. https://doi.org/10.1016/j.ejogrb.2012.06.020

Publication : Alessandra N. Bazzano, A. N. B., Rebecca Hofer, R. H., Shelley Thibeau, S. T., Veronica Gillispie, V. G., Marni Jacobs, M. J., & Katherine P. Theall, K. P. T. (2016). A Review of Herbal and Pharmaceutical Galactagogues for Breast-Feeding. The Ochsner Journal, 511‑524. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5158159/

Publication : Subramaiam, H., Chu, W. L., Radhakrishnan, A. K., Chakravarthi, S., Selvaduray, K. R., & Kok, Y. Y. (2021). Evaluating Anticancer and Immunomodulatory Effects of Spirulina (Arthrospira) platensis and Gamma-Tocotrienol Supplementation in a Syngeneic Mouse Model of Breast Cancer. Nutrients, 13(7), 2320. https://doi.org/10.3390/nu13072320

Publication : Sinha, S., Patro, N., Tiwari, P., & Patro, I. K. (2020). Maternal Spirulina supplementation during pregnancy and lactation partially prevents oxidative stress, glial activation and neuronal damage in protein malnourished F1 progeny. Neurochemistry International, 141, 104877. https://doi.org/10.1016/j.neuint.2020.104877

Publication : Basaran, A., & Basaran, M. (2013). Vitamin C and E supplementation during pregnancy. European Journal of Obstetrics & ; Gynecology and Reproductive Biology, 171(1), 192‑193. https://doi.org/10.1016/j.ejogrb.2013.06.048

Publication : McCarty, M. F., Barroso-Aranda, J., & Contreras, F. (2010). Potential complementarity of high-flavanol cocoa powder and spirulina for health protection. Medical Hypotheses, 74(2), 370‑373. https://doi.org/10.1016/j.mehy.2008.09.060

Publication : Hussain, T., Murtaza, G., Metwally, E., Kalhoro, D. H., Kalhoro, M. S., Rahu, B. A., Sahito, R. G. A., Yin, Y., Yang, H., Chughtai, M. I., & Tan, B. (2021). The Role of Oxidative Stress and Antioxidant Balance in Pregnancy. Mediators of Inflammation, 2021, 1‑11. https://doi.org/10.1155/2021/9962860

Publication : Chiarello, D. I., Abad, C., Rojas, D., Toledo, F., Vázquez, C. M., Mate, A., Sobrevia, L., & Marín, R. (2020). Oxidative stress : Normal pregnancy versus preeclampsia. Biochimica et Biophysica Acta (BBA) - Molecular Basis of Disease, 1866(2), 165354. https://doi.org/10.1016/j.bbadis.2018.12.005

Publication : Vure ANNAPURNA, V. A., Nisha SHAH, N. S., Padbidri BHASKARAM, P. B., Mahtab S. BAMJI, M. S. B., & Vinodini REDDY, V. R. (1991). Bioavailability of Spirulina Carotenes in Preschool Children. Journal Clinique Biochem. Nutr., 145‑151. https://www.jstage.jst.go.jp/article/jcbn1986/10/2/10_2_145/_pdf

Publication : Annapurna, V. V., Deosthale, Y. G., & Bamji, M. S. (1991). Spirulina as a source of vitamin A. Plant Foods for Human Nutrition, 41(2), 125‑134. https://doi.org/10.1007/bf02194081

Publication : Malinowski, A. K., & Murji, A. (2021). Carence en fer et anémie ferriprive durant la grossesse. Canadian Medical Association Journal, 193(39), E1545‑E1546. https://doi.org/10.1503/cmaj.210007-f

Site Web : Les bienfaits de la spiruline - FSF. (s. d.). Fédération des Spiruliniers de France. https://www.spiruliniersdefrance.fr/les-bienfaits-spiruline/

Site Web : Oméga-6 - Complément alimentaire. (2014, août 18). VIDAL. https://www.vidal.fr/parapharmacie/complements-alimentaires/omega-6-acide-gamma-linolenique-acide-linoleique.html

Site Web : Les références nutritionnelles en vitamines et minéraux. (2022, 12 mai). Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. https://www.anses.fr/fr/content/les-r%C3%A9f%C3%A9rences-nutritionnelles-en-vitamines-et-min%C3%A9raux