La spiruline a de nombreux bienfaits thérapeutiques sur l’organisme. Cette cyanobactérie, souvent confondue avec une micro-algue, possède des valeurs nutritionnelles impressionnantes lui permettant d’être un soutien pour certaines populations (végétariens, femmes enceintes et allaitantes…). Cependant, il semblerait qu’un nouveau rôle s’ajoute à la spiruline, celui de diminuer l’hypertension. En effet, plusieurs études ont été réalisées dans ce sens et elles sont prometteuses. La spiruline comprend des composants très spécifiques comme le peptide SP6 (protéines de petite taille) qui serait une piste de traitement de l’hypertension. De plus, la spiruline aurait des effets assez impressionnants sur la diminution du taux de cholestérol sanguin. En effet, les taux de lipides sanguins semblent intimement liés à l’hypertension. Cela limite la circulation sanguine et augmente ainsi la pression sanguine. Cet article reprend donc l’ensemble des connaissances sur les effets bénéfiques de la spiruline sur l’hypertension.

Mise à jour : 10-08-2022

La spiruline peut-elle provoquer de l’hypertension ?

La réponse est non, la spiruline a justement un rôle contraire. En effet, cette cyanobactérie est riche en nutriments permettant de réguler la tension artérielle, et n’entraînent donc pas d’hypertension. De nombreuses études sont actuellement en cours pour valider les effets régulateurs de tension de la spiruline, ainsi que son potentiel rôle dans la diminution de l’hypertension.

Néanmoins, il est recommandé de faire attention à l’origine de la spiruline car cette dernière peut avoir été contaminée par le milieu dans laquelle elle est cultivée. En effet, la spiruline puise ses éléments dans l’environnement dans laquelle elle est cultivée. De ce fait, si la spiruline est produite dans un milieu contaminé ou pollué, elle peut contenir des métaux lourds que cette dernière est capable d’absorber en grande quantité. Ce sont ces métaux lourds qui sont responsables d’une potentielle augmentation de la tension (plomb, mercure, arsenic). Ainsi, il est préférable de s’orienter vers une spiruline française ou bio (extérieur du continent européen), afin de limiter les possibilités de tomber sur une spiruline de mauvaise qualité.

De plus, il semblerait que des effets indésirables aient été remarqués dans des cas de surdosage. Les symptômes ressentis étaient notamment des troubles intestinaux, des maux de tête, des douleurs musculaires et des éruptions cutanées. De cette manière, la spiruline est déconseillée aux personnes souffrant d’hémochromatose (excès de fer dans le sang), d’insuffisance rénale et de phénylcétonurie (impossibilité de métaboliser la phénylalanine). En effet, la spiruline est riche en fer et en phénylalanine, qui est un acide aminé (unité structurelle d’une protéine).

Ainsi, la spiruline ne provoque pas d’hypertension lorsque les dosages sont respectés et lorsque l’origine de cette dernière est qualitative.

La spiruline peut-elle baisser l’hypertension ?

Selon certaines études, la réponse est oui. L’hypertension (tension supérieure à 14/9 cmHg) est intimement liée au taux de cholestérol sanguin. Plus la concentration sanguine en lipides est élevée, plus il y a de possibilité de souffrir d’hypertension. En effet, des plaques de cholestérol se forment dans les vaisseaux sanguins en cas d’excès d’apports alimentaires. Parallèlement, la spiruline possède des effets bénéfiques sur le profil lipidique sanguin. Ces derniers sont retrouvés notamment sous 3 formes : les triglycérides, le cholestérol LDL (Low Density Lipoprotein, « mauvais cholestérol ») et le cholestérol HDL (High Density Lipoprotein, « bon cholestérol »).

Une étude menée en Crète auprès de 52 personnes ayant des troubles du métabolisme (surpoids, obésité, hypertension…) a montré de puissants effets sur les taux de lipides sanguins, et ce, malgré une dose administrée très faible (1 g). Cette étude sur 12 semaines a abouti à une diminution de 16,3 % du taux de triglycérides, de 8,9 % du cholestérol total et de 10,1 % du LDL.

De cette manière 10 essais cliniques ont été réalisés, incluant plus de 700 personnes, afin d’évaluer les effets de la prise de spiruline sur différents paramètres importants pour la fonction cardiovasculaire. Cela a donné lieu à une analyse de la littérature concernant cet ensemble d’études. Cette dernière a conclu que les bénéfices observés se manifestaient lorsque les cures de spiruline duraient suffisamment longtemps, en l’occurrence 12 semaines. De plus, il a été clairement admis que cette cure de spiruline permettait une diminution du taux de cholestérol total et de cholestérol LDL. Il est aussi dit que cette diminution n’est pas à négliger puisqu’elle serait comparable aux effets des médicaments anticholestérols. Cette information est à prendre avec des pincettes, mais c’est une piste très favorable à la recherche.

Ainsi, il est indiqué que la posologie minimale pour obtenir des résultats positifs est de 2 g par jour. Pour finir, une autre étude sur des patients en surpoids et en obésité a permis d’affirmer les effets bénéfiques de la spiruline sur l’hypertension, puisque les patients ont été témoin d’une diminution significative de leur taux de cholestérol. En effet, pour ces populations, une diminution du taux de cholestérol sanguin induit généralement une diminution de l’hypertension. Cela a donc exprimé un réel bénéfice potentiel de la spiruline contre l’hypertension liée au cholestérol.

La spiruline peut-elle générer de l’hypotension ?

Aucune étude ne montre de lien entre la spiruline et les risques d’hypotension chez des personnes ayant une tension normale (12/8 cmHg ou 13/8 cmHg). En effet, il semblerait que la spiruline possède un rôle de régulation de la pression artérielle. De récentes études semblent montrer que le peptide SP6, retrouvé en partie dans la spiruline, induisait une action vasodilatatrice (dilatation des vaisseaux sanguins).

Cette action a potentiellement un effet hypotenseur chez des personnes en hypertension. Ainsi, une nouvelle étude a été menée chez les rats et s’est intéressée aux barorécepteurs et à leurs baroréflexes. Ces derniers permettent de contrôler la pression sanguine afin que l’organisme puisse surmonter les changements de pression sanguine sans s’évanouir. Ces barorécepteurs sont sensibles à l’étirement des vaisseaux sanguins et indiquent au cerveau que la fréquence cardiaque augmente ou diminue, ce qui permet d’assurer une pression artérielle constante.

Ainsi, le peptide SP6 est capable de détecter la pression artérielle et de contrôler le réflexe des barorécepteurs, une véritable avancée dans la théorie de la mécano-transduction (détection de changements de pression sanguine). De cette manière, il optimise la dilatation des vaisseaux sanguins, permettant au sang de circuler plus rapidement et plus facilement, ce qui régule la pression artérielle. Ces conclusions chez les rats sont prometteuses, c’est pourquoi de nombreuses recherches sont en cours pour conclure sur une possible amélioration thérapeutique de l’hypertension chez l’homme.

Néanmoins, à l’heure actuelle, il n’est pas admis que ces études soient extrapolées chez l’homme. Cependant, il est reconnu que la spiruline ne provoque pas d’hypotension chez des personnes ayant une tension artérielle normale car elle possède un rôle de régulation et non d’hypotension.


Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 0 ( 0 votes )

Bibliographie

Publication : M. SZULINSKA, M. GIBAS-DORNA, E. MILLER-KASPRZAK, J. SULIBURSKA, A. MICZKE, M. WALCZAK-GAŁEZEWSKA, M. STELMACH-MARDAS, J. WALKOWIAK, & P. BOGDANSKI. (2017). Spirulina maxima improves insulin sensitivity, lipid profile, and total antioxidant status in obese patients with well-treated hypertension : a randomized double-blind placebo-controlled study. European Review for Medical and Pharmacological Sciences. https://www.researchgate.net/profile/Marta-Stelmach-Mardas/publication/317351299_Spirulina_maxima_improves_insulin_sensitivity_lipid_profile_and_total_antioxidant_status_in_obese_patients_with_well-treated_hypertension_a_randomized_double-blind_placebo-controlled_study/links/59f08835458515bfd07bfd65/Spirulina-maxima-improves-insulin-sensitivity-lipid-profile-and-total-antioxidant-status-in-obese-patients-with-well-treated-hypertension-a-randomized-double-blind-placebo-controlled-study.pdf

Publication : Suliburska, J., Szulińska, M., Tinkov, A. A., & Bogdański, P. (2016). Effect of Spirulina maxima Supplementation on Calcium, Magnesium, Iron, and Zinc Status in Obese Patients with Treated Hypertension. Biological Trace Element Research, 173(1), 1‑6. https://doi.org/10.1007/s12011-016-0623-5

Publication : A. MICZKE, M. SZULIŃSKA, R. HANSDORFER-KORZON, M. KRęGIELSKA-NAROżNA, J. SULIBURSKA, J. WALKOWIAK, & P. BOGDAŃSKI. (2016). Effects of spirulina consumption on body weight, blood pressure, and endothelial function in overweight hypertensive Caucasians : a doubleblind, placebo-controlled, randomized trial. European Review for Medical and Pharmacological Sciences. http://www.europeanreview.org/wp/wp-content/uploads/150-156.pdf

Publication : Carrizzo, A., Conte, G. M., Sommella, E., Damato, A., Ambrosio, M., Sala, M., Scala, M. C., Aquino, R. P., de Lucia, M., Madonna, M., Sansone, F., Ostacolo, C., Capunzo, M., Migliarino, S., Sciarretta, S., Frati, G., Campiglia, P., & Vecchione, C. (2019). Novel Potent Decameric Peptide of Spirulina platensis Reduces Blood Pressure Levels Through a PI3K/AKT/eNOS-Dependent Mechanism. Hypertension, 73(2), 449‑457. https://doi.org/10.1161/hypertensionaha.118.11801

Publication : Martínez-Sámano, J., Torres-Montes De Oca, A., Luqueño-Bocardo, O., Torres-Durán, P., & Juárez-Oropeza, M. (2018). Spirulina maxima Decreases Endothelial Damage and Oxidative Stress Indicators in Patients with Systemic Arterial Hypertension : Results from Exploratory Controlled Clinical Trial. Marine Drugs, 16(12), 496. https://doi.org/10.3390/md16120496

Publication : Zeng, W. Z., Marshall, K. L., Min, S., Daou, I., Chapleau, M. W., Abboud, F. M., Liberles, S. D., & Patapoutian, A. (2018). PIEZOs mediate neuronal sensing of blood pressure and the baroreceptor reflex. Science, 362(6413), 464‑467. https://doi.org/10.1126/science.aau6324

Publication : Huang, H., Liao, D., Pu, R., & Cui, Y. (2018). Quantifying the effects of spirulina supplementation on plasma lipid and glucose concentrations, body weight, and blood pressure. Diabetes, Metabolic Syndrome and Obesity : Targets and Therapy, Volume 11, 729‑742. https://doi.org/10.2147/dmso.s185672

Publication : Nagaoka, S., Shimizu, K., Kaneko, H., Shibayama, F., Morikawa, K., Kanamaru, Y., Otsuka, A., Hirahashi, T., & Kato, T. (2005). A Novel Protein C-Phycocyanin Plays a Crucial Role in the Hypocholesterolemic Action of Spirulina platensis Concentrate in Rats. The Journal of Nutrition, 135(10), 2425‑2430. https://doi.org/10.1093/jn/135.10.2425

Publication : Mazokopakis, E. E., Starakis, I. K., Papadomanolaki, M. G., Mavroeidi, N. G., & Ganotakis, E. S. (2013). The hypolipidaemic effects of Spirulina (Arthrospira platensis) supplementation in a Cretan population : a prospective study. Journal of the Science of Food and Agriculture, 94(3), 432‑437. https://doi.org/10.1002/jsfa.6261

Publication : Reboleira, J., Freitas, R., Pinteus, S., Silva, J., Alves, C., Pedrosa, R., & Bernardino, S. (2019). Spirulina. Nonvitamin and Nonmineral Nutritional Supplements, 409‑413. https://doi.org/10.1016/b978-0-12-812491-8.00055-2

À propos de ces conseils

Cet article a été rédigé et mis à jour par Théophane de la Charie et l'équipe de la Compagnie des Sens. Depuis ses débuts, l'entreprise est composée d'une équipe d'experts (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) et la pluralité des profils qui se sont succédés a permis de construire une base de connaissances qui s'enrichit continuellement. 

La Compagnie des Sens et ses équipes n'encouragent pas l'automédication. Les informations et conseils délivrés sont issus d'une base bibliographique de référence (ouvrages, publications scientifiques, etc.). Ils sont donnés à titre informatif, ou pour proposer des pistes de réflexion : ils ne doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, une consultation ou un suivi médical, et ne peuvent engager la responsabilité de la Compagnie des Sens.