Le Curcuma Longa, plante herbacée à rhizome, aussi connu sous le nom de safran indien, est une épice adoptée en cuisine indienne depuis l’Antiquité. Elle parfume et donne un goût particulier aux plats. Cette dernière est d’une couleur jaune-orangé grâce à la curcumine, principale molécule active. Le curcuma est aussi utilisé en médecine ayurvédique depuis des années pour ses pouvoirs anti-inflammatoires, antioxydants, mais aussi pour soulager certains maux ou troubles digestifs. Aujourd’hui, la consommation de curcuma ou de compléments alimentaires à base de curcumine fait débat. En effet, plusieurs effets indésirables ont été enregistrés dont 15 cas d’hépatite en France. Cet article permettra de connaître les risques et les bienfaits du curcuma sur le foie et son utilisation adéquate.

Cet article a été mis à jour le 19/01/2023

Le curcuma est-il dangereux pour le foie ?

En cas de surdosage

De nouvelles formulations de compléments alimentaires à base de curcumine ont vu le jour. Ces dernières contiennent de la curcumine « optimisée », c’est-à-dire dont on a amélioré la biodisponibilité pour une meilleure assimilation (complexe phytosomal, nanoparticules, forme micellaire, encapsulation par cyclodextrines, en association avec la pipérine…). Toutefois, les producteurs ont développé certaines formules sans forcément fournir la composition des données de biodisponibilité de leurs produits, voire ne précisent que rarement s’il s’agit d’une formulation classique ou nouvelle. Le curcuma est donc au centre de l’attention depuis plusieurs mois. En effet, le dispositif de nutrivigilance de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) a récemment enregistré plus de 100 effets indésirables liés à la consommation de compléments alimentaires contenant du curcuma ou de la curcumine. L’ANSES a dès lors publié les données pharmacocinétiques des sujets ayant utilisé ces compléments, et a recensé 15 cas d’hépatites avec des niveaux de sévérité allant de 1 à 3, dont un avec une menace du pronostic vital. Pour huit autres cas, les compléments alimentaires consommés avaient une biodisponibilité améliorée pour la curcumine. De ce fait, il faudra être vigilant quant aux compositions des compléments alimentaires de curcumine optimisée et prendre l’avis de son médecin traitant avant d’entamer une cure. 

En cas de pathologie

L’ANSES a enregistré plusieurs effets indésirables liés à la consommation de compléments alimentaires à base de curcumine, dont trois cas présentaient des antécédents médicaux de nature hépatique. Par ailleurs, l’ANSES a contre-indiqué de consommer des compléments alimentaires à base de curcuma en cas de pathologies biliaires. En effet, la consommation de compléments alimentaires n’est pas anodine ou sans risque. Le curcuma possède des propriétés cholérétiques(qui stimulent la sécrétion de la bile) qui peuvent aggraver les conséquences des pathologies des voies biliaires, notamment les calculs biliaires. En ce qui concerne les pathologies hépatiques, il est important de prendre l’avis de son médecin traitant avant de consommer du curcuma car tout dépend de la sévérité de cette dernière. Cela va de soi dans l’usage du curcuma en poudre, frais ou en compléments alimentaires à base de curcumine optimisée.

Bienfaits du curcuma sur le foie

Effet hépatoprotecteur

Depuis des années, la curcumine a fait ses preuves dans le monde scientifique grâce à ses vertus thérapeutiques. Aujourd’hui, plusieurs études sont réalisées sur des animaux et des essais cliniques voient le jour afin d’évaluer l’effet hépatoprotecteur de la curcumine. Grâce à son effet antioxydant, des expériences ont démontré que la curcumine pourrait améliorer certains paramètres biochimiques impliqués dans la cirrhose du foie, par exemple. D’autres études et essais cliniques plus poussés devraient être réalisés afin de confirmer ces hypothèses. Cela laisse présager tout de même l’efficacité de la curcumine sur son activité hépatoprotectrice.

Par ailleurs, la Coordination scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage du curcuma dans « le traitement symptomatique des troubles digestifs légers et des problèmes biliaires mineurs ».

Toutefois, il est important de prendre l’avis de son médecin traitant avant d’entamer une cure de curcuma / curcumine.

Nettoie le foie ?

Aucun aliment ne peut prétendre nettoyer le foie. Le curcuma, tout comme d’autres aliments, semble avoir cette réputation depuis quelque temps. Ce qu’il faut savoir est que le curcuma contribue à stimuler la production de la bile. Cette dernière est synthétisée au niveau du foie et est stockée au niveau de la vésicule biliaire pour être libérée par la suite afin de digérer les graisses. Toutefois, la détoxification du foie se fait principalement par des enzymes hépatiques qui permettent d’assurer une protection en transformant les toxines pour les rendre moins nocives et de les évacuer de l’organisme. Le curcuma n’a malheureusement pas le pouvoir de stimuler ces enzymes hépatiques, contrairement aux aliments riches en glucosinolates qui ont cette particularité (les choux, les radis, le colza, la moutarde blanche…).

Comment l’utiliser sans danger ?

L’Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire (EFSA) a fixé une dose journalière admissible (DJA) de curcumine à raison de 180 mg/j de curcumine pour un adulte de 60 Kg. L’ANSES, quant à elle, a déterminé que la dose apportée par les compléments alimentaires optimisés ne doit pas dépasser 153 mg/j de curcumine pour un adulte de 60 Kg.

De cette manière, pour une consommation de curcuma sans danger, il est recommandé d’apporter jusqu’à 6g de curcuma en poudre par jour. Il est conseillé d’augmenter progressivement les doses journalières pour éviter de subir des effets secondaires. Notez bien que 1 cuillère à café équivaut à environ 5 g de curcuma.

Si vous souhaitez l’associer au poivre, il est recommandé de respecter le rapport de 1 : 9, c’est-à-dire : 1 dose de poivre pour 9 doses de curcuma.

Dans le cas où la consommation de poivre / pipérine vous est contre-indiquée, il est possible d’améliorer l’absorption de la curcumine d’autres manières. La curcumine étant liposoluble, il est recommandé de consommer le curcuma avec un corps gras, que ce soit un produit laitier ou une boisson végétale, de l’huile végétale … Il est conseillé également d'ajouter le curcuma dans le corps gras lors de la cuisson afin que les molécules puissent se disperser et de bénéficier par la suite de tous ses bienfaits.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.6 ( 28 votes )

Bibliographie

Publication : Avis de l’ANSES relatif à « L’évaluation des risques liés à la consommation de compléments alimentaires contenant du curcuma ». (2022, mai). ANSES. https://www.anses.fr/en/system/files/NUT2019SA0111.pdf

Publication : Bruck, R., Ashkenazi, M., Weiss, S., Goldiner, I., Shapiro, H., Aeed, H., Genina, O., Helpern, Z., & Pines, M. (2007). Prevention of liver cirrhosis in rats by curcumin. Liver International, 27(3), 373‑383. https://doi.org/10.1111/j.1478-3231.2007.01453.x

Site Web : Wikipedia contributors. (2017, août 4). Cholérétique. https://fr.wikipedia.org/wiki/Chol%C3%A9r%C3%A9tique

Site Web : Les Fonctions du Foie. (2014, 6 octobre). Centre Hépato-Biliaire Paul Brousse. https://www.centre-hepato-biliaire.org/maladies-foie/fonctions-h%C3%A9patiques.html

Site Web : La détoxication : Mode d’emploi. (2019, 15 avril). PiLeJe Micronutrition. https://www.pileje.fr/revue-sante/la-detoxication-mode-demploi

Site Web : Curcuma - Phytothérapie. (s. d.). VIDAL. https://www.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes/curcuma-longa.html

Site Web : Des effets indésirables liés à la consommation de compléments. (2022, août 18). Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. https://www.anses.fr/fr/content/des-effets-ind%C3%A9sirables-li%C3%A9s-%C3%A0-la-consommation-de-compl%C3%A9ments-alimentaires-contenant-du