L’arthrite est un terme regroupant toutes les maladies caractérisées par l’inflammation des articulations, dont l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. L’arthrose est une maladie chronique dégénérative, entraînant une dégradation du cartilage et de l’os qu’il protège. Cette dégradation se manifeste par des inflammations et des lésions articulaires. Elle touche principalement les genoux, les hanches, les mains, la colonne vertébrale ou toute autre articulation souvent sollicitée. Normalement, l’organisme est capable de réparer les lésions du cartilage, mais chez les personnes atteintes de l’arthrose ce processus est défectueux. La polyarthrite rhumatoïde (PR) est très similaire à l’arthrose dans les symptômes mais c’est une maladie auto-immune, dans ce cas, le système immunitaire s’attaque par erreur au cartilage qui recouvre les articulations. Les articulations les plus touchées sont les chevilles, les coudes, les doigts, les épaules, les genoux, les hanches, la nuque et les pieds ou encore les poignets. Ces deux maladies ne peuvent pas être guéries mais il est possible de mettre en place des traitements pour soulager les symptômes et réussir à maintenir un mode de vie actif. Ces traitements peuvent être naturels comme le recours à l’huile de Bourrache. Cet article expliquera l’intérêt, le mode d’action et le mode d’application de l’huile de Bourrache pour soulager les symptômes des maladies arthritiques.

Cet article a été mis à jour le 01/12/2023

Un anti-inflammatoire naturel

La composition de l’huile de Bourrache est particulièrement riche en acide gamma-linolénique (AGL) (entre 17 et 27 % suivant le processus d’extraction), un acide gras essentiel oméga-6. C’est un acide gras que le corps n’arrive pas à synthétiser par lui-même et est donc nécessaire à apporter par l’alimentation ou les compléments alimentaires. L’huile de Bourrache est l’huile végétale la plus riche en AGL, ce qui la rend particulièrement intéressante. Mais en quoi cet AGL est-il si intéressant dans le cas des maladies arthritiques ?

L’AGL est synthétisé par l’organisme en acide dihomo-gamma-linolénique (ADGL), qui est un précurseur direct des prostaglandines E1 (PGE1). Or, les PGE1 sont les hormones mises en jeu dans les réactions anti-inflammatoires. En parallèle, l’AGL inhibe les PEG2, des hormones responsables des réactions pro-inflammatoires, ce qui explique les propriétés anti-inflammatoires de l’huile de Bourrache.

Concernant la polyarthrite rhumatoïde (PR), le mécanisme biochimique exact n’a pas encore été scientifiquement prouvé, mais une hypothèse très probable a été émise. Les PGE1, dont la synthèse a été favorisée par l’AGL, permettraient d’augmenter le niveau d’adénosines monophosphates cycliques (AMPc), des neurotransmetteurs de l’organisme. Cette augmentation d’AMPc permet d’inhiber le facteur de nécrose tumorale-alpha (TNFα) qui est une cytokine médiatrice centrale des processus inflammatoires et de destruction des articulations dans la PR. Ainsi, l’AGL contenu dans l’huile de Bourrache participe à protéger les articulations de la destruction auto-immune de la PR.

Les traitements disponibles aujourd’hui pour soulager ces maladies sont des anti-inflammatoires. Les études ont réussi à prouver que l’huile de Bourrache constituait donc une réelle alternative naturelle à ces traitements médicamenteux, grâce à sa puissante et efficace activité anti-inflammatoire. Elle permet de soulager la douleur des articulations et de retrouver la mobilité.

Comment utiliser l’huile de Bourrache en cure ?

Les études ont montré que l’administration de 1,4 grammes d’AGL par jour permettait de soulager efficacement les symptômes de l’arthrose ou de la polyarthrite rhumatoïde. Cette quantité correspond à environ 6 à 10 grammes d’huile de Bourrache par jour, soit 2 grosses cuillères à café. Les cures doivent durer entre 3 et 4 semaines. De plus, il est conseillé de ne pas dépasser 3 à 4 cures par an. Ces posologies étant élevées dans le cadre de l’huile de Bourrache, il est nécessaire de consulter l’avis d’un médecin avant de réaliser ces cures. En effet, l’huile de Bourrache peut s’avérer être hépatotoxique si elle est prise en trop grande quantité. De plus, les femmes enceintes et les enfants ne doivent pas consommer de l’huile de Bourrache, en raison de sa forte influence sur le système hormonal.

Comment utiliser l’huile de Bourrache par voie cutanée ?

Pour soulager l'arthrose

Cette synergie anti-arthrose permet de soulager les douleurs de l’arthrose au quotidien et ainsi de faciliter la mobilité.

  • 20 gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus Citronné

  • 20 gouttes d’huile essentielle de Muscade

  • 20 gouttes d’huile essentielle de Gaulthérie Odorante

  • 60 gouttes (3 mL) d’huile végétale de Bourrache

Mélanger tous les ingrédients dans un flacon en verre ambré. Appliquer le mélange sur la zone douloureuse 3 fois par jour. L’utiliser 5 fois par semaine avec 2 jours de pause.

Pourquoi ces huiles ? L’huile essentielle d’Eucalyptus Citronné est réputée pour ses effets anti-inflammatoires et antalgiques grâce au citronellal qu’elle contient. L’huile essentielle de Muscade agit comme antalgique cutané local et comme un tonique général, favorisant la reprise de l’activité. Enfin, l’huile essentielle de Gaulthérie Odorante renforce le pouvoir anti-inflammatoire et antalgique de la synergie.

Précautions d’utilisation ? Un avis médical est nécessaire pour les personnes asthmatiques. Ne pas utiliser en cas de traitement anticoagulant, en cas d’eczéma, d’ulcère, de hernie hiatale ou d’intervention chirurgicale. Il est aussi recommandé de réaliser un test allergique dans le creux du coude avec le mélange avant toute utilisation.

Contre la polyarthrite rhumatoïde

Mélanger les ingrédients et appliquer le mélange en massant 4 fois par jour.

Pourquoi ces huiles ? L’huile essentielle de Basilic est excellente pour lutter contre la douleur. C’est aussi une huile essentielle anti-inflammatoire et antirhumatismale, connue pour être utilisée contre la PR. L’huile essentielle de Ciste est très utile dans le cas des maladies auto-immunes grâce à ses propriétés immunostimulantes. L’huile essentielle de Laurier Noble est intéressante pour ses propriétés antalgiques. De même, celle d’Hélichryse Italienne renforce les propriétés anti-inflammatoires et antalgiques de la synergie. Et enfin, l’huile essentielle de Thym à feuilles de Sarriette est intéressante dans le cadre de la PR pour ses propriétés immunomodulatrices.

Précautions d’utilisation : Cette synergie ne peut pas être utilisée par les femmes enceintes ou allaitantes ni sur les bébés de moins de 3 mois. L’huile essentielle de Thym à feuilles de Sarriette est cortison-like et allergène. Un test allergique est donc conseillé avant utilisation de la synergie.

Source : Zahalka, J. (2017). Dictionnaire complet d’aromathérapie : 255 huiles essentielles, 32 hydrolats, 34 huiles végétales, 309 pathologies traitées, p445

Contre les douleurs articulaires aiguës

10 gouttes d’huile essentielle de Copahu ou Copaïba

10 gouttes d’huile essentielle de Gaulthérie Odorante

5 mL d’huile végétale de Bourrache

Mélanger les ingrédients et appliquer le mélanger 2 fois par jour sur les zones douloureuses.

Pourquoi ces huiles ? Les huiles essentielles de Copahu et de Gaulthérie Odorante sont des puissants anti-inflammatoires et antalgiques, permettant de réduire la douleur des inflammations.

Précautions d’utilisation : Cette synergie ne doit pas s’utiliser sur les femmes enceintes et allaitantes. Les personnes épileptiques doivent demander conseil à un médecin avant d’utiliser l’huile essentielle de Gaulthérie Odorante. Un test allergique dans le creux du coude doit être réalisé avant utilisation plus généralisée.

Source : Zahalka, J. (2017). Dictionnaire complet d’aromathérapie : 255 huiles essentielles, 32 hydrolats, 34 huiles végétales, 309 pathologies traitées, p129

Bourrache ou Arnica ?

Le macérât huileux d’Arnica est généralement le premier conseillé en cas de maladies inflammatoires car il a des propriétés anti-inflammatoires très efficaces. Pour un usage externe, il sera plus efficace que l’huile de Bourrache pour soulager les douleurs et les inflammations. Il peut cependant s’utiliser en association avec les cures de Bourrache dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 4 votes )

Bibliographie

Publication : Kast, R. E. (2001). Borage oil reduction of rheumatoid arthritis activity may be mediated by increased cAMP that suppresses tumor necrosis factor-alpha. International Immunopharmacology, 1(12), 2197 2199. https://doi.org/10.1016/s1567-5769(01)00146-1

Publication : Setty, A. R., & Sigal, L. H. (2005b). Herbal Medications Commonly Used in the Practice of Rheumatology : Mechanisms of Action, Efficacy, and Side Effects. Seminars in Arthritis and Rheumatism, 34(6), 773 784. https://doi.org/10.1016/j.semarthrit.2005.01.011

Ouvrage : Zahalka, J. (2017). Dictionnaire complet d'aromathérapie. Editions du Dauphin.

Site Web : Quelle est la différence entre l’arthrite rhumatoïde et l’arthrose ? - Proxim. (s. d.). Proxim. https://www.groupeproxim.ca/fr/article/polyarthrite-arthrite-et-arthrose#section3