Huiles essentielles indispensables pour lutter contre les maux de l’hiver, le Niaouli et le Ravintsara ont des compositions très proches, notamment par leur concentration en eucalyptol (50 à 60% en moyenne), qui leur confère des propriétés communes. Elles ont toutes les deux de très bonnes propriétés anti-infectieuses, mucolytiques et expectorantes, ce qui les rend très efficaces contre les infections ORL mais aussi sur certains troubles cutanés comme l’herpès et le zona. Malgré cela, l’huile essentielle de Niaouli et celle de Ravintsara se différencient sur le reste de leur composition, sur quelques propriétés mais surtout sur leurs précautions d’utilisation : en effet, le Ravintsara est plus souple d’utilisation et adapté à toute la famille, même les femmes enceintes, tandis que le Niaouli est principalement réservé aux plus de 6 ans, et déconseillée en cas de pathologies hormonodépendante (risque oestrogen-like).

Cet article a été mis à jour le 04/07/2023

Points communs

Composition majoritaire très proche

Le Niaouli et le Ravintsara possèdent des molécules en commun dans leurs compositions :

  • Ces deux huiles essentielles sont en majorité composées d’eucalyptol, appelé aussi 1,8-cinéole, qui appartient à la famille des oxydes monoterpéniques (environ 60% en moyenne).
  • Certains monoterpènes sont également présents dans ces deux huiles essentielles (10% environ), notamment l’alpha-pinène et le béta-pinène.
  • L’alpha-terpinéol, un monoterpénol, est aussi dans la composition des huiles essentielles de Niaouli (15%) et du Ravintsara (10%).

Ces molécules qu’elles partagent, présentes en plus ou moins forte concentration, font du Niaouli et du Ravintsara deux huiles essentielles aux propriétés principales très similaires.

Propriétés analogues

Anti-infectieuses

Les huiles essentielles de Niaouli et de Ravintsara sont reconnues comme étant de très bonnes anti-infectieuses. En effet, elles possèdent de puissantes propriétés :

  • Antivirales : elles sont couramment utilisées en cas d’infections ORL ou cutanées. L’eucalyptol et les alcools monoterpéniques comme l’alpha-terpinéol contenus dans ces deux huiles essentielles jouent un grand rôle pour lutter contre les virus. Ils agissent sur la phase d’éclipse de la multiplication virale : en inhibant la réplication intracellulaire du virus dans la cellule, ces molécules peuvent empêcher l’infection d’autres cellules par des virions. Des études ont également prouvé leur efficacité sur la famille des herpèsvirus, responsables entre autres, de l’herpès et du zona.
  • Antibactériennes : cela est dû aux carbures et alcools monoterpéniques présents dans leur composition, notamment l’alpha-terpinéol et le terpinène-4-ol. L’action bactéricide du Niaouli est notamment reconnue sur différents germes, en particulier les bactéries à Gram positif (Staphylococcus aureusPseudomonas aeruginos et Streptococcus pyogenes).
  •  Antifongiques : ces huiles essentielles sont enfin indiquées contre les mycoses. Elles luttent ainsi contre les infections dues à des champignons microscopiques et, en particulier pour le Niaouli, contre les candidoses (infections dues à Candida spp, une famille de levures). Cette propriété intrinsèque au Niaouli serait due au nérolidol. Bien qu’il soit un composé minoritaire dans la composition du chémotype couramment rencontré (<2%), il existe aussi un chémotype de Niaouli à nérolidol.
Expectorantes et mucolytiques

Ces deux huiles essentielles possèdent également une puissante propriété anticatarrhale utile pour soulager de nombreux troubles ORL. Le Niaouli et le Ravintsara présentent une forte concentration en 1,8-cinéole dans leur composition (50 à 60% en moyenne), molécule reconnue pour favoriser l’expectoration des substances encombrant les voies respiratoires. En effet, il a été prouvé que les cils recouvrant les muqueuses respiratoires et ayant pour rôle d’expulser le mucus sont stimulés par l’eucalyptol, ce qui aide ainsi au désencombrement des voies aériennes. De plus, cette même molécule inhibe l’expression du gène codant la mucine (protéine impliquée dans la formation de mucus), ce qui permet de réguler la production de mucus par les cellules caliciformes.

Quelques précautions d’emplois générales communes

Des précautions d’utilisation sont communes aux deux huiles essentielles :

  • Comme pour toute huile essentielle, la prise orale de Ravintsara ou de Niaouli est contre-indiquée en dessous de 6 ans.
  • Chez les enfants de moins de 6 ans, il est préférable de privilégier l’application cutanée au niveau du dos et de la voûte plantaire plutôt que le visage et la poitrine. En effet, il a été rapporté que l’eucalyptol contenu dans ces huiles essentielles pouvait provoquer des difficultés respiratoires chez les jeunes enfants si l’application cutanée est trop proche des voies respiratoires.
  •  Il est fortement conseillé de demander l’avis d’un médecin pour les personnes asthmatiques et épileptiques (risque épileptogène à forte dose).

Quelques différences

Des molécules spécifiques à chacune

Malgré des molécules fortement concentrées en commun, les deux huiles essentielles restent uniques et contiennent quelques molécules spécifiques. Le Niaouli contient plutôt des alcools sesquiterpéniques dans sa composition tandis que le Ravintsara possède plus de carbures monoterpéniques. En effet, ce dernier est également concentré en sabinène et myrcène, deux molécules absentes de la composition du Niaouli. Du viridiflorol et du nérolidol sont quant à eux présents dans l’huile essentielle de Niaouli, que l’on ne retrouve pas dans le Ravintsara.

Des propriétés spécifiques à chacune

Niaouli radioprotecteur

La particularité de l’huile essentielle de Niaouli repose sur son intérêt en cas de brûlures de radiothérapie. En effet, d’après une étude, il semblerait que cette huile essentielle diminue l’intensité et la durée des radiodermites causées par les radiations qui engendrent brûlures, rougeurs et desquamation. Attention néanmoins, l’utilisation de Niaouli pour cette indication est soumise à l’avis médical et ne peut pas convenir à des cancers hormonodépendants.

Ravintsara immunostimulant et calmant

Le Ravintsara est une huile essentielle immunostimulante : lors des périodes hivernales, elle est très utile pour booster et renforcer les défenses immunitaires contre certains germes pathogènes. Sa composition en alpha-terpinéol couplé aux autres alcools monoterpéniques permet ainsi de prévenir les agressions bactériennes, virales ou mycosiques par stimulation des glandes surrénales lors de période de fatigue. Bien que certaines molécules soient également présentes dans le Niaouli, le Ravintsara reste la référence pour stimuler l’immunité.Le Ravintsara possède également un léger effet calmant permettant de se détendre et de mieux gérer son stress. Bien qu’il ne s’agisse pas de l’huile essentielle de référence pour cela, elle possède tout de même quelques esters dans sa composition, comme l’acétate d’alpha-terpinyle ou l’acétate de linalyle qui sont reconnues comme rééquilibrantes nerveuses.

Des précautions d’emploi spécifiques au Niaouli

En raison de la présence de viridiflorol dans sa composition, même en faible concentration, et de ce fait de son caractère oestrogen-like, le Niaouli possède plus de contre-indications que le Ravintsara :

  •  Il n’est pas adapté aux enfants de moins de 3 ans.
  •  Les personnes présentant des pathologies hormonodépendantes ne peuvent pas utiliser cette huile essentielle, sauf en diffusion sur avis médical.
  • Les femmes enceintes ou allaitantes souhaitant utiliser l’huile essentielle de Niaouli en inhalation, diffusion ou par voie cutanée doivent demander l’avis d’un professionnel de santé.

Ainsi, plus souple d’utilisation, le Ravintsara peut remplacer le Niaouli dans la majorité des cas. En effet :

  •  Le Ravintsara peut s’utiliser pour les femmes enceintes ou allaitantes de plus de 3 mois en évitant néanmoins la voie orale.
  •  L’huile essentielle de Ravintsara est adaptée à toute la famille dès l’âge de 3 mois.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.9 ( 21 votes )

Bibliographie

Publication : Tavares, T., Antunes, J., Padrão, J., Ribeiro, A., Zille, A., Amoim, M.T., Ferreira, F., Felgueiras, H. (2020). Activity of Specialized Biomolecules against Gram-Positive and Gram-Negative Bacteria, Antibiotics, 9, 314, 1-16

Publication : Christoph, F., Stahl-Biskup, E., Kaulfers, P-M. (2001). Death kinetics of Staphylococcus aureus exposed to commercial Tea Tree Oils s.l, Journal of Essential Oil Research, 13, 98-102

Publication : Billerbeck, V-G. (2007). Huiles essentielles et bactéries résistantes aux antibiotiques, Phytothérapie, 5, 249-253 (DOI 10.1007/s10298-007-0265-z)

Publication : Pragadheesh, V., Saroj, A., Yadav, A., Chanotiya, C., Alam, M., & Samad, A. (2013). Chemical characterization and antifungal activity of Cinnamomum camphora essential oil. Industrial Crops and Products, 49, 628–633. https://doi.org/10.1016/j.indcrop.2013.

Publication : Giraud-Robert, A-M. (2004). L’huile essentielle de Niaouli (Melaleuca quinquenervia) dans la prévention des radiodermites du cancer du sein, Phytothérapie, 3, 72-76

Publication : Lee, Y-S., Kim, J., Shin, S-C., Lee, S-G., Park, I-K. (2008). Antifungal activity of Myrtacae essential oils and their components against three phytopathogenic fungi, Flavour Fragrance Journal, 23, 23-28

Publication : Christoph, F., Stahl-Biskup, E., Kaulfers, P-M. (2000). A Comparative Study of the in vitro Antimicrobial Activity of Tea Tree Oils s.l with special Refereneto the Activity of Bêta-Triketones, Planta Med, 66, 556-560

Publication : Laguerre, V. (2015). Huiles essentielles et 1,8-cinéole, 91

Ouvrage : Millet, F. (2015). Le grand guide des huiles essentielles. Marabout.

Ouvrage : Couic-Marinier, F., Touboul, A. (2020). Le guide Terre Vivante des huiles essentielles, Terre Vivante

Ouvrage : Zahalka, J. (2017). Dictionnaire complet d'aromathérapie. Editions du Dauphin.

Ouvrage : Festy, D. (2018). Ma bible des huiles essentielles: Guide complet d'aromathérapie. Leduc.s éditions.

Site Web : Wikiphyto http://www.wikiphyto.org/wiki/Niaouli

Site Web : Wikiphyto http://www.wikiphyto.org/wiki/Camphrier_du_Japon

À propos de ces conseils

Cet article d'aromathérapie a été rédigé par Théophane de la Charie, auteur du livre "Se soigner par les huiles essentielles", accompagné d'une équipe pluridisciplinaire composée de pharmaciens, de biochimistes et d'agronomes. 

La Compagnie des Sens et ses équipes n'encouragent pas l'automédication. Les informations et conseils délivrés sont issus d'une base bibliographique de référence (ouvrages, publications scientifiques, etc.). Ils sont donnés à titre informatif, ou pour proposer des pistes de réflexion : ils ne doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, une consultation ou un suivi médical, et ne peuvent engager la responsabilité de la Compagnie des Sens.