L’acide hyaluronique est un type de polysaccharide présent naturellement dans tous les tissus et fluides des organismes vertébrés. La peau est le principal réservoir d’acide hyaluronique, contenant plus de 50 % de sa quantité totale dans l’organisme. L’acide hyaluronique est l’un des principaux composants de la matrice extracellulaire de la peau (réseaux de macromolécules qui constitue la charpente des tissus). Il joue un rôle majeur en raison de ses propriétés rhéologiques, viscoélastiques et hygroscopiques remarquables. Il exerce aussi une importante activité biologique sur les cellules, contrôlant une grande diversité de processus cellulaires. Aux vues de ses excellentes propriétés anti-âge et hydratante, son utilisation s’est largement diversifiée dans l’industrie cosmétique pour soutenir nos propres réserves en acide hyaluronique. Il peut se trouver sous la forme de poudre, de complément alimentaire, de boisson, d’injection ou encore dans les produits cosmétiques.

Cet article a été mis à jour le 03/10/2023

Qu’est-ce-que l’acide hyaluronique ? Comment le synthétiser ?

L’acide hyaluronique est un polymère, c’est-à-dire que c’est une grosse molécule formée par l’enchaînement d’un motif moléculaire composé de deux molécules (dimère) : l’acide glucoronique et le N-acétylglucosamine. Ce motif moléculaire peut se répéter 2 000 à 50 000 en fonction de son origine. Il en résulte ainsi différentes formes d’acide hyaluronique, de différents poids moléculaires (haut poids moléculaire et faible poids moléculaire). Son mode d’action diffère en fonction de sa taille :

  • L’acide hyaluronique de haut poids moléculaire est une molécule volumineuse qui agit en surface de l’épiderme. Grâce à ses capacités occlusives, il forme un voile en surface afin de protéger la peau des agressions extérieures et de limiter les pertes en eau.
  • L’acide hyaluronique de faible poids moléculaire est une micromolécule. Il a un meilleur pouvoir pénétrant et peut agir en profondeur dans l’épiderme. Il permet de restaurer l’hydratation de la peau en captant et en gélifiant les molécules d’eau. Grâce à ses propriétés, l’acide hyaluronique de faible poids moléculaire possède aussi un effet repulpant en surface.

Initialement, l’acide hyaluronique été extrait des tissus animaux type cordon ombilical, humeur vitrée ou encore des crêtes de coq, puis, d’autres méthodes d’extraction ont vu le jour afin de répondre à la demande. Parmi elles, on retrouve l’extraction de l’acide hyaluronique par voie microbienne ou par voie enzymatique (plus onéreuse). Même s’il est toujours possible de trouver de l’acide hyaluronique issu de crête de coq, l’acide hyaluronique d’origine végétale est plus prépondérant. Il est généralement issu de la fermentation de blé par les levures.

Sous quelle forme peut-on le retrouver ?

En poudre et produits cosmétiques

La poudre d’acide hyaluronique a l’avantage de s’incorporer facilement dans une préparation cosmétique maison ou dans un produit déjà formulé (crème neutre, lait neutre, etc.) et de ne pas présenter de risque particulier pour la santé. Sur le visage, l’application de cette formulation a un effet tenseur sur la peau, c’est-à-dire que l’acide hyaluronique permettrait de tendre la peau sur les zones relâchées du visage. Cette poudre est également incorporée dans des formulations par les industries cosmétiques, où il crée un gel en contact avec l’eau. Crème, sérum ou encore gel à base d’acide hyaluronique, les produits cosmétiques y sont très nombreux. Selon le poids moléculaire de l’acide hyaluronique, leur mode d’action sur la peau sera différent. Certains agiront en surface alors que d’autres agiront plus en profondeur dans les couches de la peau. Généralement, on estime que l’acide hyaluronique de haut poids moléculaire agit en surface pour un effet hydratant et protecteur sur la peau. Quant à l’acide hyaluronique de faible poids moléculaire, il agit en profondeur au niveau des couches épidermiques de la peau pour une meilleure action anti-âge. C’est pourquoi, les produits cosmétiques à base d’acide hyaluronique ne se valent pas tous. Ils dépendent à la fois du type d’acide hyaluronique, mais aussi de leur concentration dans la formulation.

En injection d’acide hyaluronique

En fonction de ses besoins, les injections d’acide hyaluronique peuvent permettre la réhydratation de la peau, la correction d’une ride ou encore la restitution du volume au visage. L’effet recherché dépend de la concentration et de la réticulation de l’acide hyaluronique. Certes, les injections d’acide hyaluronique permettent d’avoir un effet immédiat, toutefois, cette pratique ne doit pas être prise à la légère et nécessite un suivi médical ainsi qu’une conduite à suivre par le patient. En effet, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récolté plus de quarante effets secondaires en lien avec des injections d’acide hyaluronique à compter de l’année 2022. C’est pourquoi, les injections d’acide hyaluronique doivent être effectuées par des praticiens habilités et compétents à la pratique d’injections d’acide hyaluronique.

Les effets secondaires sont probables à la suite d’une injection contenant de l’acide hyaluronique au même titre que de nombreux produits injectables. Parmi ses effets secondaires, on recense généralement un érythème qui apparait rapidement suite aux injections. Des hématomes, un œdème ou encore des indurations et des nodules peuvent également faire leur apparition. Par ailleurs, l’acide hyaluronique injectable est contre-indiqué chez les personnes ayant une maladie auto-immune ou granulomatose ainsi que les personnes atteintes de sarcoïdose. Les injections d’acide hyaluronique sont également déconseillées chez la femme enceinte et allaitante ainsi que chez que les personnes présentant un terrain allergique. Les personnes ayant déjà reçu une injection de produit non résorbable sur la zone à traiter ne pourront pas bénéficier des injections à base d’acide hyaluronique.

En complément alimentaire

Sur le marché, de nombreux compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique sont vendus dans le but de conserver l’élasticité et l’hydratation de la peau. Une revue publiée dans le Journal de la Nutrition datant de 2014 met en évidence que l'ingestion d’acide hyaluronique sous la forme de complément alimentaire peut accroître l’hydratation des peaux sèches, et ce, en augmentant le taux d’humidité dans la peau. 

Pour accentuer les recherches, une étude datant cette fois-ci de 2021, réalisée sur 40 sujets asiatiques âgés de 35 à 64 ans, a évalué l’état de la peau après la prise de complément alimentaire pendant une durée de 12 semaines. Les chercheurs ont observé une augmentation significative de la teneur en eau dans la couche cornée de la peau après 12 semaines de prise, ce qui conduit à une amélioration de l’hydratation. En effet, une fois ingérée, l’acide hyaluronique est décomposé par les bactéries intestinales et les molécules résultant de cette dégradation migrent vers la peau. Ces molécules aideraient ensuite à stimuler la synthèse naturelle de l’acide hyaluronique par les fibroblastes. Elles permettraient à terme de renforcer l’hydratation de la peau et de diminuer l’apparition de rides. Toutefois, l’étude conclut en disant que d’autres études sont nécessaires afin d’estimer si la prise d’acide hyaluronique par voie orale inhibe la formation de rides. L’efficacité des compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique fait encore l’objet de discussion. La prise de ce type de complément alimentaire ne semble pas présenter d’effets secondaires. Néanmoins, son utilisation reste réservée aux adultes et ne convient pas aux femmes enceintes et allaitantes. 

En boisson ou solution buvable

Des boissons ou des solutions buvables à base d’acide hyaluronique font également leur apparition sur le marché. L’acide hyaluronique est généralement associé avec des complexes vitaminiques, des minéraux ou encore d’autres actifs. Ils sont vendus dans l’objectif d’hydrater, de redonner de l’élasticité à la peau, mais aussi de réduire l’apparence des rides et des ridules. L’acide hyaluronique à boire permettrait également d’encourager la régénération des cartilages. Ces bienfaits sont certes prometteurs, mais le manque d’études sous cette forme d'acide hyaluronique ne permet pas de conclure sur sa réelle efficacité. 

En bouillon d’os

Le bouillon d’os est une pratique répandue depuis la préhistoire pour ses multiples vertus. Elle consiste à faire bouillir les os, la moelle ou encore les tissus conjonctifs des animaux (poulet, cochon, etc.) afin d’obtenir un bouillon nutritif composé de vitamines, minéraux, oligo-élément, de collagène, mais aussi d’acide hyaluronique.

Les bienfaits de l’acide hyaluronique pour le visage

Pour préserver l’hydratation de la peau

L’humidité naturelle de la peau est attribuée à sa teneur en acide hyaluronique. L’acide hyaluronique est aujourd’hui l’un des actifs cosmétiques les plus utilisés en raison de ses propriétés bien spécifiques. Il est notamment utilisé comme composant hydratant grâce sa nature hydrophile (affinité avec l’eau). Il possède aussi d’excellentes propriétés hygroscopiques. En effet, l’acide hyaluronique est capable d’absorber l’humidité environnante et retenir jusqu’à mille fois son poids en eau. De plus, il est considéré comme étant un agent occlusif, c’est-à-dire qu’il forme un film protecteur à la surface de la peau. Cette action permet de renforcer le film hydrolipidique et de diminuer l’évaporation transépidermique de l’eau. Enfin, l’acide hyaluronique est aussi utilisé comme vecteur de principes actifs dans certaines formulations. Ses propriétés occlusives permettraient aux substances biologiquement actives des cosmétiques de perdurer dans les tissus de la peau. Elles faciliteraient aussi leur pénétration.

Selon les études, l’application d’un sérum formulé à base d’acide hyaluronique augmenterait de 55 % l’hydratation de la peau. Le résultat s’observerait immédiatement et l’efficacité est apparente pour de faibles concentrations d’acide hyaluronique dans les formulations (entre 0,05 et 1 %).

Pour prévenir et lutter contre le vieillissement cutané

Processus biologique du vieillissement de la peau

Biologiquement, les peaux séniles, aussi appelées xérose sénile, se caractérisent par une disparition partielle ou totale de l’acide hyaluronique dans l’épiderme. Cette diminution serait accélérée par les expositions au soleil ou les agressions extérieures (pollution, vent, froid, etc.). En effet, les radicaux libres générés par les rayons UV-B pourraient détruire les polymères d’acide hyaluronique et générer des fragments biologiquement actifs, pro-inflammatoires et pro-angiogéniques (cancer de la peau). Dans le derme, le niveau total d’acide hyaluronique reste relativement constant, mais sa qualité se modifie. La peau perd alors la principale molécule responsable de la rétention des molécules d’eau, entraînant une perte d’hydratation. Il en résulte alors une perte d’élasticité, puis l’apparition de stries de déshydratation.

Mode d’action de l’acide hyaluronique

Le vieillissement cutané est principalement associé à la perte d’hydratation de la peau. Ainsi, les propriétés anti-âges de l’acide hyaluronique découlent principalement de ses excellentes propriétés hydratantes. Cependant, cette molécule possède aussi d’autres propriétés intéressantes pour lutter contre le vieillissement cellulaire.

  • Excellentes propriétés hygroscopiques : l’acide hyaluronique exerce une pression de gonflement dans la matrice extracellulaire permettant la diffusion rapide des molécules solubles dans l’eau. Sa diminution au cours du vieillissement implique un rétrécissement de l’Osséine (ensemble de protéines sur lequel se fixent les sels minéraux pour former les tissus conjonctifs) et une réduction de sa viscosité. Cette action modifie la vitesse de diffusion des ions et des macromolécules du sang vers les tissus, ce qui expliquerait l’aspect sec et ridé de la peau âgée. L’apport d’acide hyaluronique via les soins cosmétiques permet ainsi de rééquilibrer et stabiliser la MEC, mais aussi de maintenir un niveau d’hydratation stable afin de contrecarrer les marques du temps.

  • Effet élastique : les peaux âgées manquant généralement d’élasticité, l’acide hyaluronique les aide alors à retrouver une certaine souplesse. La peau est alors moins tiraillée et les rides ont plus de mal à se former.

  • Antioxydant : l’acide hyaluronique de haut poids moléculaire forme un réseau visqueux autour des cellules, limitant le mouvement des espèces réactives de l’oxygène (ROS) (molécules nocives responsables du stress oxydatif). De plus, il serait capable de former un complexe avec les ROS, permettant ainsi de les neutraliser et de réduire leur toxicité.

Cependant, bien que certaines études montrent l’efficacité de l’acide hyaluronique sur les rides apparentes, il est conseillé de l’utiliser en prévention. Les spécialistes considèrent que les crèmes anti-âges doivent être appliquées à partir de 25 ans pour prévenir au mieux le vieillissement cutané.

Comment utiliser l’acide hyaluronique en poudre ?

  • Pour utiliser l’acide hyaluronique en poudre naturel, il suffit d’incorporer 0,1 à 0,5 % du poids total du soin quotidien. Attention : la poudre d’acide hyaluronique doit être introduite dans une phase aqueuse. Il semblerait qu’elle ne se solubilise pas de manière efficiente dans une phase huileuse.
  • La poudre d’acide hyaluronique peut être ajoutée dans la formulation de ses propres cosmétiques ou dans un produit déjà prêt à l’emploi. Dans ce dernier cas, on privilégie des produits cosmétiques neutres de type : crème neutre, lait corporel neutre ou gel d’Aloe Vera.

Précautions d’emploi

  • Privilégier la poudre d’acide hyaluronique d’origine végétale issue de la fermentation de blé par les levures. Au contraire, éviter l’acide hyaluronique extrait du broyage des crêtes de coqs. En effet, cette forme d’acide hyaluronique augmenterait le risque allergique.
  • En application cutanée, la poudre d’acide hyaluronique d’origine naturelle ne présente pas de danger particulier. Il est toutefois conseillé de réaliser un test allergique dans le creux du coude avant son utilisation afin de s’assurer qu’aucune réaction n’a lieu.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 11 votes )

Bibliographie

Publication : Juncan, A. M., Moisă, D. G., Santini, A., Morgovan, C., Rus, L. L., Vonica-Țincu, A. L., & Loghin, F. (2021). Advantages of hyaluronic acid and its combination with other bioactive ingredients in cosmeceuticals. Molecules, 26(15), 4429. https://doi.org/10.3390/molecules26154429

Publication : Weindl, G., Schaller, M., Schäfer-Korting, M., & Korting, H. C. (2004). Hyaluronic acid in the treatment and Prevention of skin diseases : molecular biological, pharmaceutical and clinical aspects. Skin Pharmacology and Physiology, 17(5), 207 213. https://doi.org/10.1159/000080213

Publication : Nusgens, B. (2010). Acide hyaluronique et matrice extracellulaire : une molécule primitive ? Annales De Dermatologie Et De Venereologie, 137, S3 S8. https://doi.org/10.1016/s0151-9638(10)70002-8

Publication : Oe, M., Sakai, S., Yoshida, H., Okado, N., Kaneda, H., Masuda, Y., & Urushibata, O. (2017). Oral hyaluronan relieves wrinkles : a double-blinded, placebo-controlled study over a 12-week period. Clinical, Cosmetic and Investigational Dermatology, Volume 10, 267 273. https://doi.org/10.2147/ccid.s141845

Publication : Ghersetich, I., Lotti, T., Campanile, G., Grappone, C., & Dini, G. (1994). HYALURONIC ACID IN CUTANEOUS INTRINSIC AGING. International Journal of Dermatology, 33(2), 119 122. https://doi.org/10.1111/j.1365-4362.1994.tb01540.x

Publication : Pomarède, N. (2009). Injection d’acide hyaluronique. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, 136, S287‑S289. https://doi.org/10.1016/s0151-9638(09)72534-7

Publication : Bravo, B. S. F., Correia, P., Gonçalves, J. E., Sant’Anna, B., & Kérob, D. (2022). Benefits of topical hyaluronic acid for skin quality and Signs of skin aging : From literature review to Clinical evidence. Dermatologic Therapy, 35(12). https://doi.org/10.1111/dth.15903

Publication : Kawada, C., Takushi, Y., Yoshida, H., Matsuoka, R., Wakako, S., Odanaka, W., Sato, T., Yamasaki, T., Kanemitsu, T., Masuda, Y., & Urushibata, O. (2014). Ingested hyaluronan moisturizes dry skin. Nutrition Journal, 13(1). https://doi.org/10.1186/1475-2891-13-70

Publication : Pomarede, N. (2008). Acide hyaluronique. Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, 135(1), 35‑38. https://doi.org/10.1016/s0151-9638(08)70209-6

Publication : Ascher, B., Cerceau, M., Baspeyras, M., & Rossi, B. (2004). Les comblements par l’acide hyaluronique. Annales de Chirurgie Plastique Esthétique, 49(5), 465‑485. https://doi.org/10.1016/j.anplas.2004.09.001

Site Web : Injections d’acide hyaluronique à visée esthétique : seuls les médecins peuvent les réaliser. (s. d.). ANSM. https://ansm.sante.fr/actualites/injections-dacide-hyaluronique-a-visee-esthetique-seuls-les-medecins-peuvent-les-realiser