Les Noix du Brésil sont un des aliments les plus riches en sélénium, un oligo-élément primordial à la santé de la thyroïde. Cette dernière est une glande chargée de produire les hormones thyroïdiennes T3 (triiodothyronine) et T4 (thyroxine). Ces hormones sont primordiales à la santé de l’organisme. Pourtant, seule la T3 est active et est utilisée. L’organisme transforme donc la T4 en T3 via une enzyme activée par le sélénium : la 5-désiodase. Il est donc recommandé d’optimiser les apports en aliments riches en sélénium comme les Noix du Brésil en cas de d’hypothyroïdie. Toutefois, il est préférable de discuter avec un médecin en cas de traitements médicamenteux pour éviter toute interaction avec la richesse en sélénium des Noix du Brésil.

Cet article a été mis à jour le 12/06/2023

Craquez pour la Compagnie

CASSIS
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.8€
picto cart
Noix du Brésil BIO...
riche en sélénium
A partir de 21.9€
picto cart
FIGUIER
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.8€
picto cart
40 macérats de bourgeons
Comment les utiliser en...
A partir de 5.57€
picto cart
TILLEUL
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.89€
picto cart
AUBÉPINE
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.8€
picto cart
-10% sur votre commande, valable jusqu'à dimanche (16 juin) : PROM-1006

Une richesse en sélénium intéressante

Les Noix du Brésil sont un des aliments les plus riches en sélénium. Le Ciqual, qui est le tableau de référence des valeurs nutritionnelles de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail), indique que les Noix du Brésil sont les aliments d’origine végétale (hors kombu royal) les plus riches en sélénium (103 µg pour 100 g de Noix du Brésil).  Ce sélénium intervient dans la conversion des hormones thyroïdiennes : thyroxine (T4) en triiodothyronine (T3). Elles sont essentielles pour assurer la production d’énergie, le bon fonctionnement du système nerveux central, ainsi que des tissus cardiaques, musculaires et digestifs.

Seule l’hormone T3 est active dans l’organisme. De ce fait, l’hormone T4 doit obligatoirement être convertie en T3 pour pouvoir être utilisée. Cette action est permise par le sélénium qui se fixe et active positivement la 5-désiodase (une enzyme), permettant ainsi de convertir l’hormone T4 en T3. L’alimentation permet d’optimiser les apports en sélénium, et particulièrement les aliments d’origine végétale. En effet, le sélénium a une meilleure biodisponibilité (absorbé et utilisé) dans les aliments d’origine végétale qu’animale. On estime que le sélénium d’origine végétale est assimilé autour des 80 %, tandis que le sélénium d’origine animale est assimilé autour des 20 à 50 %.

Ainsi, les Noix du Brésil semblent être les aliments les plus intéressants pour optimiser les apports en sélénium, et ce, même si certaines sources d’origine animale en contiennent plus.

Mais n’agissent pas seules sur la biosynthèse des hormones thyroïdiennes

Certes les Noix du Brésil ont une teneur importante en sélénium et une meilleure biodisponibilité, toutefois, une méta-analyse a stipulé qu’elles n’avaient pas d’impact significatif sur la production de T3. Pourtant, de nombreuses études ont jugé prometteuses les teneurs en sélénium des Noix du Brésil pour aider les patients atteints d’hypothyroïdie à sécréter des hormones T3 actives. L’hypothyroïdie est un dysfonctionnement thyroïdien caractérisé par une production insuffisante d’hormones thyroïdiennes (T3 et T4). De ce fait, l’hypothyroïdie pourrait être améliorée par la consommation d’aliments riches en sélénium comme les Noix du Brésil.

Toutefois, les résultats n’ont pas montré les effets escomptés. Les Noix du Brésil peuvent donc être intégrées dans une alimentation riche en sélénium seulement si cette alimentation est conseillée par le médecin.

Vigilance en cas de traitement médicamenteux

La teneur en sélénium des Noix du Brésil pourrait interagir avec les traitements médicamenteux en cas de dysfonctionnement thyroïdien (hypothyroïdie et hyperthyroïdie). En effet, les Noix du Brésil peuvent aider à optimiser le bon fonctionnement de la thyroïde en cas d’hypothyroïdie en favorisant la biosynthèse des hormones thyroïdiennes. De plus, l’orbitopathie basedowienne, qui est une conséquence de l’hyperthyroïdie (sécrétion trop importante d’hormones thyroïdiennes), pourrait être améliorée par des apports alimentaires riches en sélénium.

Cependant, en cas de dysfonctionnement thyroïdien, le médecin prescrira très certainement déjà un traitement médicamenteux à base d’hormones de synthèse. De plus, il n’est pas judicieux de consommer des Noix du Brésil dans l’optique de supplémenter ses apports en sélénium si ces derniers sont comblés par l’alimentation quotidienne. Un excès de sélénium pourrait effectivement provoquer l’effet inverse en favorisant la production d’hormones T3, ce qui induirait une hyperthyroïdie. C’est la raison pour laquelle il est préférable de demander l’avis du médecin en cas de traitement médicamenteux.

Conseils d’utilisation

  • Consommer entre 3 et 4 Noix du Brésil par jour, ce qui correspond à environ 20 g de Noix du Brésil. Elles peuvent être consommées seules ou mélangées avec d’autres fruits secs tout au long de la journée.

  • Se référer à l’étiquettes des produits contenant des Noix du Brésil pour contrôler les apports en sélénium. En effet, certaines Noix du Brésil sont si riches en sélénium qu’une seule noix peut subvenir aux apports journaliers en cet oligo-élément. Il convient donc d’être très vigilent, et de ne pas consommer plus de 400 microgrammes de sélénium par jour pour éviter une intoxication au sélénium.

  • Intégrer les Noix du Brésil dans les préparations suivantes pour faciliter leur prise : plats, muesli, laitages, yaourt, dessert.

  • Associer les Noix du Brésil avec des aliments riches en vitamines C et E pour améliorer l’absorption du sélénium. Les aliments riches en vitamine C sont les herbes aromatiques (persil, thym, aneth, etc.), ainsi que les fruits et légumes (poudre d’Acérola, cassis, tomate, citron, poivron, etc.). Concernant les aliments riches en vitamine E, on recense les huiles végétales (huile végétale de Germe de Blé, huile végétale d’Avocat, huile végétale de Carthame) et les graines oléagineuses (Graines de Tournesol, Amandes, etc.).

  • Ne pas consommer les Noix du Brésil après la date de péremption pour limiter tout risque de contamination aux aflatoxines (toxines dangereuses pour la santé). De plus, s’assurer que les Noix du Brésil achetées contrôlent l’absence d’aflatoxines dans leurs produits.

  • La Noix du Brésil est un fruit à coque et fait donc partie des aliments à risque d’allergie. Il est donc recommandé d’être vigilant et de ne pas consommer de Noix du Brésil en cas d’allergie aux fruits à coque.

Craquez pour la Compagnie

CASSIS
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.8€
picto cart
Noix du Brésil BIO...
riche en sélénium
A partir de 21.9€
picto cart
FIGUIER
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.8€
picto cart
40 macérats de bourgeons
Comment les utiliser en...
A partir de 5.57€
picto cart
TILLEUL
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.89€
picto cart
AUBÉPINE
Macérat de bourgeons BIO
A partir de 5.8€
picto cart
-10% sur votre commande, valable jusqu'à dimanche (16 juin) : PROM-1006

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 56 votes )

Bibliographie

Publication : Li, Y., Clark, C. R., Abdulazeem, H. M., Salehi-Sahlabadi, A., Rahmani, J., & Zhang, Y. (2020). The effect of Brazil nuts on selenium levels, Glutathione peroxidase, and thyroid hormones : A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of King Saud University - Science, 32(3), 1845‑1852. https://doi.org/10.1016/j.jksus.2020.01.019

Ouvrage : Melkonian, C., Bocquet, A., Brutin, J., Colombani, S. & France-Goral, A. (2022). BTS Diététique (2e éd.). ELLIPSES.

Ouvrage : C. (2021). Alimentation, nutrition et régimes. STUDYRAMA.

Ouvrage : Ferreira, A., Petretti, C., & Vasina, B. (2015). Biologie de l’alimentation humaine : Tome 1 (Vol. 1). Studyrama.

Site Web : Traitement de l’hypothyroïdie. (s. d.). ameli.fr | Assuré. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/hypothyroidie/traitement