Les principaux dangers recensés à la suite d’une consommation de Noix du Brésil (ou Noix d’Amazonie) sont assez rares. Ils sont généralement en lien avec un non-respect des précautions d’emploi : consommation excessive, allergie, potentielle contamination par des toxines. Il est donc très facile de les éviter. Les Noix du Brésil sont riches en sélénium, et peuvent ainsi conduire à une sélénose (maladie liée à l’excès de sélénium) en cas de consommation excessive sur le long terme. Elles peuvent également entraîner des troubles digestifs et le développement d’un cancer en cas d’excès sur le long terme. De plus, les Noix du Brésil font partie des fruits à coque. Elles présentent donc un risque pour les personnes allergiques à cette catégorie d’aliments. En parallèle, certaines Noix du Brésil peuvent aussi être sujettes à des contaminations par des aflatoxines, qui sont des toxines cancérigènes et toxiques pour le foie. Pour consommer sereinement et sans risque les Noix du Brésil, il est important de prendre connaissances des précautions liées à ces aliments.

Cet article a été mis à jour le 12/06/2023

En cas d’excès

La surconsommation de Noix du Brésil peut entraîner un excès de sélénium (aussi appelé sélénose) dans l’organisme. Le sélénium est un oligo-élément primordial à la santé de l’organisme. Il participe au bon fonctionnement de la thyroïde et du système immunitaire, tout en étant un antioxydant très efficace. Les Noix du Brésil contiennent du sélénium en bonne quantité (généralement 20,6 µg de sélénium pour 20 g de Noix du Brésil). Toutefois, certaines Noix du Brésil sont très riches en sélénium du fait d’un sol de production naturellement très riche en cet oligo-élément. Dans ce cadre, une consommation excessive de Noix du Brésil sur le long terme, et par conséquent en sélénium, peut conduire à une sélénose.

Cet état d’intoxication chronique au sélénium peut être responsable de pertes de cheveux, des nausées, des diarrhées, ainsi qu’à des atteintes au niveau du système nerveux central. Des études ont également mis en évidence l’augmentation des risques de cancer à la suite d’une supplémentation en sélénium.

Conseils d’utilisation
  • Ne pas consommer plus de 400 microgrammes de sélénium par jour pour éviter une intoxication au sélénium. Étant donné la richesse en sélénium des Noix du Brésil, il est donc préférable de n’en consommer qu’une poignée par jour maximum pour limiter les risques (environ 20 g).

  • Se référer à l’étiquettes des produits contenant des Noix du Brésil pour contrôler les apports en sélénium. En effet, certaines Noix du Brésil sont si riches en sélénium qu’une seule noix peut subvenir aux apports journaliers en cet oligo-élément. Il convient donc d’être très vigilant.

En cas d’allergie

Les Noix du Brésil font partie des fruits à coque, au même titre que les Cacahuètes, les Amandes, ou encore les Noix de Cajou. Les allergies aux fruits à coque sont un des types d’allergies les plus répandues. Les symptômes sont très variables et surviennent généralement dans les minutes suivants l’ingestion : urticaire, douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées, difficulté à la déglutition, congestion nasale. Si l’allergie n’est pas traitée rapidement, des risques de choc anaphylactique sont possibles et potentiellement mortels.

Conseils d’utilisation
  • Ne pas consommer de Noix du Brésil en cas d’allergie aux fruits à coque.

  • Surveiller les potentielles réactions allergiques pouvant faire suite à leur ingestion chez l’enfant.

Attention à la potentielle moisissure

Certains paquets de Noix du Brésil peuvent être contaminés par des aflatoxines, qui sont des toxines sécrétées par des souches de champignons dans des endroits humides et chauds. En effet, l’Amazonie est une zone très humide et chaude pouvant entraîner la contamination des Noix du Brésil qui poussent dans ses sols. Les aflatoxines sont considérées comme cancérigènes et toxiques pour le foie. Les symptômes d’une contamination aux aflatoxines sont des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, et des troubles hépatiques (foie).

Les Noix du Brésil peuvent également être contaminées par certaines bactéries comme la Salmonelle, comme ce fut le cas pour des barres de céréales contenant des Noix du Brésil en 2020. Il faut tout de même être rassuré, les cas de contamination restent très rares, voire pratiquement inexistants. De plus, les produits contaminés sont très rapidement rappelés par les enseignes lorsqu’il y a une suspicion de contamination.

Conseils d’utilisation
  • S’orienter vers des marques ou des producteurs contrôlant l’absence d’aflatoxines et de micro-organismes dans leurs produits.

  • Stocker les Noix du Brésil dans un sachet hermétique, ainsi que dans un endroit frais et sec.

  • En cas de suspicion de moisissures, il convient de ne pas les consommer.

En cas de fausse route

Les Noix du Brésil font partie des fruits à coque, et sont donc à risque de fausse route. Une fausse route est définie comme étant le passage anormal d’un corps solide dans les voies aériennes. Le corps étranger inhalé peut ainsi provoquer une asphyxie. On parle plus communément de « mauvais tuyau » ou « avaler de travers ». Les Noix du Brésil sont des aliments solides avec une forme allongée qui peuvent être compliqués à mastiquer pour des personnes présentant des difficultés à la mastication. De plus, leur texture peut les rendre difficiles à avaler pour les personnes souffrant de troubles de la déglutition, ainsi que chez les enfants.

Conseils d’utilisation
  • Ne pas donner de Noix du Brésil entière à un enfant. Il est préférable de la concasser pour éviter tout risque de fausse route.

  • De manière générale, il est recommandé de les manger lentement, tout en prenant de petites bouchées et en les mastiquant de manière méticuleuse.

  • Pour les personnes souffrant de troubles de la déglutition, il est conseillé de mixer les Noix du Brésil afin d’obtenir une pâte ressemblant à une purée, ce qui sera beaucoup plus facile à déglutir. Pour les ramollir, il peut être judicieux de les tremper dans l’eau ou de les cuire.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 93 votes )

Bibliographie

Publication : Stranges S, Marshall JR, Natarajan R, Donahue RP, Trevisan M, Combs GF, Cappuccio FP, Ceriello A, Reid ME. Effects of long-term selenium supplementation on the incidence of type 2 diabetes: a randomized trial. Ann Intern Med. 2007 Aug 21;147(4):217-23. doi: 10.7326/0003-4819-147-4-200708210-00175. Epub 2007 Jul 9. PMID: 17620655.

Publication : Narod SA, Huzarski T, Jakubowska A, Gronwald J, Cybulski C, Oszurek O, Dębniak T, Jaworska-Bieniek K, Lener M, Białkowska K, Sukiennicki G, Muszyńska M, Marciniak W, Sun P, Kotsopoulos J, Lubiński J. Serum selenium level and cancer risk: a nested case-control study. Hered Cancer Clin Pract. 2019 Dec 23;17:33. doi: 10.1186/s13053-019-0131-7. PMID: 31890061; PMCID: PMC6929308.

Ouvrage : Melkonian, C., Bocquet, A., Brutin, J., Colombani, S. & France-Goral, A. (2022). BTS Diététique (2e éd.). ELLIPSES.

Ouvrage : C. (2021). Alimentation, nutrition et régimes. STUDYRAMA.

Ouvrage : Ferreira, A., Petretti, C., & Vasina, B. (2015). Biologie de l’alimentation humaine : Tome 1 (Vol. 1). Studyrama.

Site Web : Allergen Fact Sheets. (s. d.). https://www.thermofisher.com/allergy/fr/fr/allergen-fact-sheets.html?allergen=brazil-nut

Site Web : Sélénium | Fondation contre le Cancer. (s. d.). https://www.cancer.be/complementsalimentaires/selenium

Site Web : Corps étranger inhalé par fausse route. (s. d.). https://www.ameli.fr/assure/sante/urgence/corps-etrangers/inhale