Les Dattes sont des petits fruits consommés depuis longtemps sous forme séchée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et particulièrement en Tunisie. Elles sont très appréciées pour leur goût, et parce qu’elles peuvent constituer une collation intéressante malgré leur richesse en sucre. En effet, elles possèdent des valeurs assez intéressantes en certains nutriments importants : potassium, fibres, vitamine A, fer, manganèse. C’est d’ailleurs pour sa richesse en fer que les Dattes ont fait l’objet d’une étude sur des jeunes filles atteinte d’anémie ferriprive (anémie par carence en fer). Cette dernière semblait concluante, mais elle contraste avec la teneur en fer des Dattes, qui est certes intéressante, mais plutôt faible si l’on veut pouvoir soulager une anémie ferriprive. Cet article reprend donc l’ensemble des connaissances actuelles en lien avec le fer présent dans les Dattes.

Cet article a été mis à jour le 01/02/2023

Les Dattes sont peu riches en fer

Les apports journaliers recommandés (AJR) en fer sont de 11 mg par jour pour les hommes et les femmes, et de 16 mg pour les femmes enceintes et allaitantes ainsi que les femmes dont les pertes mensuelles sont élevées. Dans ce cadre, les Dattes semblent être reconnues comme des aliments riches en fer. Elles possèdent effectivement une teneur intéressante en fer puisqu’elles contiennent 0,9 mg de fer pour 100 g, ce qui correspond à 8 % des AJR pour les hommes et les femmes, et à 5,6 % pour les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que les femmes dont les pertes menstruelles sont élevées.

Néanmoins, il est rare de consommer jusqu’à 100 g de Dattes. En effet, la consommation moyenne de Dattes est estimée à une poignée par jour (soit 45 g). Ainsi, 45 g de Dattes apportent 0,405 mg de fer, ce qui couvrent seulement 3,7 % des AJR pour les hommes et les femmes et 2,5 % des AJR pour les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que pour les femmes à menstruations élevées. Par conséquent, on ne peut pas estimer les Dattes comme des aliments riches en fer ou sources de fer.

Une étude prometteuse sur l’anémie ?

L’anémie est une baisse anormale du taux sanguin d’hémoglobine. Cette dernière est une protéine riche en fer présente dans les globules rouges. L’anémie peut être due à une carence en vitamine B9, en vitamine B12 ou en fer. Dans le cadre d’une carence en fer, on parle d’anémie ferriprive. Dans ce contexte, les Dattes peuvent potentiellement être une aide au vu de leurs teneurs en fer, et en vitamine C et A. Ces teneurs sont certes faibles, surtout pour la vitamine C, mais elles pourraient être intéressantes puisque que ces nutriments agissent en harmonie. En effet, la vitamine C augmente l’absorption du fer d’origine végétale. De plus, la vitamine A est primordiale au métabolisme du fer.

Une étude de 2019 menée au Liban a donc tenté de savoir si les Dattes pouvaient améliorer les paramètres sanguins de jeunes filles atteintes d’anémie ferriprive. Pour cela, les filles de 8 à 10 ans ont consommé 7 Dattes Mazafati (100 g de Dattes) chaque jour durant 2 mois. L’étude conclut sur le fait que la consommation de Dattes a augmenté les taux d’hémoglobine, d’hématocrite et de ferritine chez les jeunes filles. Par ailleurs, il semblerait que ces jeunes filles n’aient pas eu de changement dans leurs habitudes alimentaires, hormis la consommation de Dattes.

Ces résultats peuvent être interprétés par le fait que les jeunes filles aient consommé une très grosse quantité de Dattes lors de l’étude (100 g par jour). En effet, de manière générale, il est recommandé de consommer seulement une poignée de Dattes par jour, ce qui correspond à 45 g. De plus, il a été prouvé que plus les réserves en fer sont basses (comme lors d’une anémie ferriprive), plus l’absorption du fer est élevée, et la vitamine A y jouerait justement un rôle. Cela pourrait donc expliquer les résultats obtenus par l’étude, malgré la faible teneur en fer des Dattes.

Par ailleurs, l’étude indique que les taux sanguins étaient plus élevés, mais elle n’a pas précisé si l’anémie avait été soulagée ou non. En ce sens, il est peu probable que les Dattes aient pu guérir l’anémie ferriprive, et ce, malgré la forte consommation de Dattes. De plus, le fer d’origine végétale est généralement très peu assimilé par l’organisme. Ainsi, les Dattes peuvent être un soutien en cas d’anémie ferriprive, mais elles ne peuvent en aucun cas constituer un traitement contre cette pathologie à l’heure actuelle. Il est donc recommandé d’aller voir un médecin en cas d’anémie et de suivre ses recommandations.

Conseils d’utilisation

  • Il est recommandé de consommer une poignée de Dattes par jour, c’est-à-dire environ 45 g. Il est possible de les consommer seules ou de les intégrer dans les préparations suivantes : plats, mélangés avec d’autres fruits, laitages, dessert.

  • Les Dattes Deglet Nour sont très légèrement plus riches en fer que les Dattes Medjool. Néanmoins, les différences sont minimes. Choisissez donc en fonction de vos préférences gustatives.

  • Les personnes sensibles au fructose et au sorbitol doivent consommer les Dattes avec modération. Par ailleurs, les personnes souffrant d’intolérance héréditaire au fructose (IHF) ne doivent strictement pas consommer de Dattes.

  • En excès, les Dattes peuvent induire des troubles du transit (diarrhées, ballonnements, flatulences...) et des caries dentaires.

  • Une allergie croisée entre des pollens de graminée et des Dattes a déjà été recensée. Même si les risques sont extrêmement faibles et les conséquences non-graves, les Dattes peuvent prolonger une rhinite en cas d’allergie.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 1 votes )

Bibliographie

Publication : Irandegani F, Arbabisarjou A, Ghaljaei F, Navidian A, Karajibani M. The Effect of a Date Consumption-Based Nutritional Program on Iron Deficiency Anemia in Primary School Girls Aged 8 to 10 Years Old in Zahedan (Iran). Pediatric Health Med Ther. 2019 Dec 19;10:183-188. doi: 10.2147/PHMT.S225816. PMID: 31908568; PMCID: PMC6927593.

Ouvrage : C. (2021). Alimentation, nutrition et régimes. STUDYRAMA.

Ouvrage : Ferreira, A., Petretti, C., & Vasina, B. (2015). Biologie de l’alimentation humaine : Tome 1 (Vol. 1). Studyrama.

Ouvrage : Melkonian, C., Bocquet, A., Brutin, J., Colombani, S. & France-Goral, A. (2022). BTS Diététique (2e éd.). ELLIPSES.

Site Web : Le fer. (2022, 15 décembre). Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. https://www.anses.fr/fr/content/le-fer