Les Graines de Courge appartiennent à la famille des Cucurbitacées. Celles que l’on trouve dans le commerce et qui sont de plus en plus consommées viennent principalement d’une Courge appelée “Courge Lady Godiva”. Ces graines sont apparues il y a plusieurs millénaires en Amérique et surtout dans les régions mexicaines. Aujourd’hui, elles sont très prisées dans notre alimentation quotidienne pour agrémenter des plats comme des salades ou des cakes. Ces petites graines vertes paraissent inoffensives, et en effet, il y a peu de risques à en consommer. Toutefois, dans certains cas, quelques avertissements sont nécessaires. En effet, consommées en excès, elles peuvent entraîner des troubles digestifs. Il est également conseillé d’éviter leur consommation en cas de pathologies rénales, cardiovasculaires, de la pression artérielle et hormonodépendantes. Quelques précautions sont également à prendre chez les enfants en bas âges, les femmes enceintes et allaitantes à cause de l’activité oestrogénique des Graines de Courges. Aussi, attention aux personnes pouvant y être allergiques.

Cet article a été mis à jour le 28/07/2023

En cas de consommation excessive

Les Graines de Courge sont riches en fibres et en certains anti-nutriments (acide phytique, lectines, phytœstrogènes, cucurbitacine et saponine). Ces molécules, consommées en excès, peuvent entraîner des troubles digestifs comme des douleurs d’estomac, des ballonnements et des flatulences. De plus, les Graines de Courge peuvent être très mal tolérées si elles sont consommées avec leur enveloppe de couleur blanche.

En cas de surconsommation, les Graines de Courge peuvent également créer des bézoards rectaux. C’est une accumulation de substances, pas ou partiellement digérées, qui peut se former dans le tube digestif. Cela peut se produire si les graines ne sont pas assez mastiquées car elles auront du mal à être digérées, ou lors d’une consommation hâtive sans enlever la coque. 

Cependant, les Graines de Courge contiennent aussi des acides gras polyinsaturés, notamment des omégas 6. Ceux-ci ont de nombreux bienfaits sur la santé (notamment dans la lutte contre le cholestérol, la protection du système cardiovasculaire, un rôle dans l’immunité...) mais sont aussi pro-inflammatoires. Il est donc important d’équilibrer son alimentation en apportant 1/5 d’oméga 3 (anti-inflammatoires) et 4/5 d’oméga 6.

En cas d’allergie

Les allergies aux Graines de Courge sont très rares et encore peu de cas ont été recensés. Cependant, selon les études, les allergies à cet aliment pourraient venir de la protéine de transfert de lipides thermostables (MW 12 kDA) ou de la protéine 14 kDA* (kilodalton) qui est probablement une homologue de la profiline (protéine qui se lie aux filaments d’actine). 
*Le kilodalton est une unité de mesure qui est utilisée pour décrire le poids moléculaire de grosses molécules comme les protéines. 

Néanmoins, les personnes allergiques aux Graines de Courge, ne le sont pas forcément à la chair des courges (citrouille, potiron) et/ou aux autres fruits de la même famille (melon, concombre par exemple). En revanche, en cas d'allergies à la chair, il y a possibilité de l’être également avec d’autres Cucurbitacées. 

En cas de troubles rénaux et cardiovasculaires

Les Graines de Courge sont, entre autres, connues pour leur propriété diurétique qui soulage les problèmes de prostate. Cependant, cet effet peut être un inconvénient pour les personnes souffrant d’insuffisance rénale. Effectivement, dans cette pathologie, les traitements diurétiques sont déconseillés afin d’éviter son aggravation. En effet, les patients sous dialyses ont plus de difficultés à uriner. Dans ce cas, un apport hydrique conséquent peut favoriser son stockage dans l’organisme sous forme d’œdèmes par exemple.  

Toutefois, aucun lien direct n’a été établi entre les Graines et de Courge et les insuffisances rénales, mais leur teneur en potassium (809 mg pour 100 g) et en phosphore (1230 mg pour 100 g) peut être un point de vigilance dans le cadre de cette pathologie. À un certain stade de la maladie, les reins ne sont en effet plus capables d’éliminer l’excès de micronutriments et d’eau. Des études sont encore nécessaires. Néanmoins, demander un avis médical dans cette situation. 

De plus, de manière générale, les Graines de Courge sont riches en lipides et contiennent notamment des acides gras trans et saturés (respectivement environ 3% et 8,66%, pour 100 g). Ces molécules, en excès dans l’alimentation et sur le long terme, se déposent sur la paroi des artères et forment des plaques d’athérome. Par la suite, celles-ci peuvent se rompre et mener à des pathologies cardiovasculaires comme l’angor, l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI), l’infarctus du myocarde (IDM)... 

En cas de troubles de la pression artérielle

Des études ont démontré que les Graines de Courge auraient une action hypotensive (diminution de la pression artérielle) et relaxante des vaisseaux sanguins. C’est de là que leur vient leur intérêt en cas d’hypertension artérielle. Il est toutefois recommandé d'avoir un avis médical avant d’en consommer, notamment chez les personnes hypotendues ou hypertendues avec traitement médicamenteux, car cela pourrait causer une hypotension

En cas de pathologies hormonodépendantes

Plusieurs études ont démontré que les Graines de Courge contenaient d’importants composés phytœstrogéniques comme les lignanes (secoisolariciresinol et lariciresinol). Les phytœstrogènes sont des molécules venant extraites des plantes et qui miment les effets des œstrogènes dans l’organisme. Les œstrogènes sont des hormones qui jouent un rôle dans le cycle menstruel, la reproduction, la modulation de la densité osseuse et le transport du cholestérol dans l’organisme. 

Depuis quelques années, des recherches poussées sont apparues montrant le lien entre les phytœstrogènes et les cancers. La plupart concluaient que les phytœstrogènes seraient en corrélation avec l’augmentation du risque de cancers hormono-dépendants (cancer du sein et de la prostate). Cependant, les études portant sur les Graines de Courge montrent l’effet inverse. En effet, les Graines de Courge auraient un effet œstrogène-like, c’est-à-dire qu’elles auraient un effet modulateur avec des activités œstrogéniques et anti-œstrogéniques en fonction des besoins de l’organisme. Donc, ces graines, grâce à leur teneur élevée en phytœstrogènes seraient capables d’inhiber la prolifération de cellules cancéreuses et hyperplasiques. Elles pourraient ainsi être liées à une diminution du risque de cancer du sein par exemple. 

Toutefois, dans l’alimentation, les effets des phytœstrogènes sont encore très controversés. Des études supplémentaires seraient nécessaires. C’est pourquoi, il est tout de même conseillé de consulter un professionnel de santé en cas de prise de Graines de Courge, notamment en cas de pathologies hormonodépendantes telles que les cancers. 

Risque pour les enfants et les femmes enceintes

Il existe un risque d’étouffement chez les enfants en raison de la petite taille des Graines de Courge. Par ailleurs, les enfants peuvent être sujets à des troubles digestifs (crampes d’estomac, ballonnements, flatulences) en cas de surconsommation. 

Les Graines de Courge peuvent être intéressantes chez la femme enceinte et allaitante car elles contiennent des minéraux essentiels comme le fer, le zinc, le magnésium et des vitamines (dont vitamine E et vitamine K). Cependant, selon certaines études, il est déconseillé à ces femmes d’en consommer à cause de leur activité oestrogénique. Ainsi, que ce soit chez l’enfant ou chez la femme enceinte et allaitante, il est recommandé de demander un avis médical avant d’en consommer.

Interactions médicamenteuses

Les Graines de Courge contiennent des anti-nutriments qui peuvent diminuer la biodisponibilité des médicaments. Il est conseillé d’espacer les prises d’au moins 3 heures. 

De plus, ces graines contiennent de la vitamine K, il est donc nécessaire de prendre des précautions lorsque l’on est sous traitement anticoagulant et de demander un avis médical.

Comment les utiliser ?

Il est recommandé de consommer 10 à 20 g de Graines de Courge par jour, soit 1 à 1 cuillère à soupe et demie. De plus, ces graines peuvent être moulues afin d’éviter les risques d’étouffements chez les jeunes enfants ou chez les personnes ayant des troubles de la déglutition.

On peut les manger sous différentes formes : crues, cuites, en poudre (à utiliser comme une farine (sans gluten)) et en huile pour assaisonner les plats. Toutefois, il est préférable de les consommer crues car elles conservent les vitamines, les minéraux et les oligoéléments. À la différence de la forme crue, la forme cuite perd les nutriments thermosensibles comme certaines vitamines et minéraux.

Il est conseillé de soigneusement mâcher les Graines de Courge afin d’initier la phase de digestion dans la bouche grâce aux enzymes et d’éviter ainsi les troubles intestinaux. 

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 108 votes )

Bibliographie

Publication : Patel, S. (2013). Pumpkin (Cucurbita sp.) seeds as nutraceutic: a review on status quo and scopes. Mediterranean Journal of Nutrition and Metabolism, 6(3), 183–189. https://doi.org/10.3233/s12349-013-0131-5

Publication : Mirza, M. H., Al-Wahibi, K., Baloch, S., & Al-Qadhi, H. (2009). Rectal bezoars due to pumpkin seeds. Tropical Doctor. https://doi.org/10.1258/td.2008.080107

Publication : DiNicolantonio, J. J. (2021, October 1). The Importance of Maintaining a Low Omega-6/Omega-3 Ratio for Reducing the Risk of Autoimmune Diseases, Asthma, and Allergies. PubMed Central (PMC). https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8504498/

Publication : Patel, A., & Bahna, S. L. (2016). Hypersensitivities to sesame and other common edible seeds. Allergy, 71(10), 1405–1413. https://doi.org/10.1111/all.12962

Publication : Nemni, A., Stern, R. J., Billard-Larue, C., & Guiddir, T. (2021). Allergie aux graines : revue de la littérature. Revue Francaise D Allergologie, 61(3), 184–192. https://doi.org/10.1016/j.reval.2020.11.003

Publication : Chatain, C., Pin, I., Pralong, P., Jacquier, J., & Leccia, M. (2017). Anaphylaxie alimentaire à la graine de courge. Revue Francaise D Allergologie. https://doi.org/10.1016/j.reval.2017.02.037

Publication : Patel, S., & Rauf, A. (2017). Edible seeds from Cucurbitaceae family as potential functional foods: Immense promises, few concerns. Biomedicine & Pharmacotherapy, 91, 330–337. https://doi.org/10.1016/j.biopha.2017.04.090

Publication : Lestari, B. (2018, July 3). A Review: The Emerging Nutraceutical Potential of Pumpkin Seeds. Lesta-ri | Indonesian Journal of Cancer Chemoprevention. https://ijcc.chemoprev.org/index.php/ijcc/article/view/225/164

Publication : Zaineddin, A. K., Buck, K., Vrieling, A., Heinz, J., Flesch-Janys, D., Linseisen, J., & Chang-Claude, J. (2012). The Association Between Dietary Lignans, Phytoestrogen-Rich Foods, and Fiber Intake and Postmenopausal Breast Cancer Risk: A German Case-Control Study. Nutrition and Can-cer, 64(5), 652–665. https://doi.org/10.1080/01635581.2012.683227

Publication : Kuhnle, G. G. C., Dell’Aquila, C., Aspinall, S. M., Runswick, S. A., Mulligan, A. A., & Bingham, S. (2008). Phytoestrogen Content of Beverages, Nuts, Seeds, and Oils. Journal of Agricultural and Food Chemistry, 56(16), 7311–7315. https://doi.org/10.1021/jf801534g

Publication : Lestari, B., Walidah, Z., Utomo, R. Y., Murwanti, R., & Meiyanto, E. (2019). Supplementation with extract of pumpkin seeds exerts estrogenic effects upon the uterine, serum lipids, mammary glands, and bone density in ovariectomized rats. Phytotherapy Research, 33(4), 891–900. https://doi.org/10.1002/ptr.6280

Publication : Ramak, P., & Mahboubi, M. (2019). The beneficial effects of Pumpkin (Cucurbita pepoL.) seed oil for health condition of men. Food Reviews International, 35(2), 166–176. https://doi.org/10.1080/87559129.2018.1482496

Publication : Duriez, P. (2004). Mécanismes de formation de la plaque d’athérome. Revue De Médecine In-terne, 25, S3–S6. https://doi.org/10.1016/j.revmed.2004.04.010

Publication : Syed, Q. A., Akram, M., & Shukat, R. (2019). Nutritional and Therapeutic Importance of the Pump-kin Seeds. Biomedical Journal of Scientific and Technical Research, 21(2). https://doi.org/10.26717/bjstr.2019.21.003586

Publication : Goetz, P., & Jeune, R. L. (2010). Huile de graine de courge, Cucurbita pepo convar. citrullina var. styriaca. Phytothérapie, 8(2), 1–5. https://doi.org/10.1007/s10298-010-0535-z

Site Web : Les lipides. (2022b, July 21). Anses - Agence Nationale De Sécurité Sanitaire De L’alimentation, De L’environnement Et Du Travail. https://www.anses.fr/fr/content/les-lipides

Site Web : Malik, Z. (2023, April 21). Bézoards. Édition Professionnelle Du Manuel MSD. https://www.msdmanuals.com/fr/professional/troubles-gastro-intestinaux/b%C3%A9zoards-et-corps-%C3%A9trangers/b%C3%A9zoards

Site Web : Athérosclérose ⋅ Inserm, La science pour la santé. (n.d.). In-serm. https://www.inserm.fr/dossier/atherosclerose/