L’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas est réputée en aromathérapie pour son utilisation en cas de cellulite, de cheveux gras ou de pellicules. Composée de molécules appelées atlantones, elle possède quelques contre-indications et précautions d’utilisation à respecter en raison de la présence de ces cétones dans sa composition. En effet, cette famille de composés est réputée pour être neurotoxique et abortive à forte dose. Ainsi, l’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas ne peut pas s’utiliser par voie orale, ni chez les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques ou ayant des fragilités neurologiques, ou chez les enfants de moins de 6 ans. Par ailleurs, certains la citent comme hormon-like malgré l’absence de cédrol dans sa composition contrairement à d’autres huiles essentielles de Cèdre qui peuvent être source de confusion.

Cet article a été mis à jour le 01/08/2023

Précautions générales d’utilisation et contre-indications

L’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas s’utilise généralement par voie cutanée et quelques fois en diffusion (pure ou diluée). Elle présente des risques liés à sa composition, ainsi il est impératif de respecter certaines précautions d’emploi :

  • Elle est interdite par voie orale.
  • L’utilisation de cette huile essentielle est contre-indiquée chez les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes épileptiques ou ayant une fragilité neurologique ainsi que chez les enfants de moins de 6 ans.
  • Par mesure de précaution, les personnes souffrant de troubles hormonodépendants doivent consulter un médecin avant d’employer l’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas.
  • Les personnes asthmatiques doivent demander l’aval d’un professionnel de santé avant utilisation.
  • Effectuer un test cutané avant application cutanée pour éviter tout risque d’allergie.

Présence de molécules à risques

Les craintes associées à l’usage de l’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas proviennent de sa composition en cétones. Cette famille de composés organiques jouit d’une mauvaise réputation car ce sont les cétones qui présentent le plus haut risque de toxicité : elles sont neurotoxiques et abortives. En effet, à fortes doses, ou doses répétées, elles sont capables de traverser la barrière hémato-encéphalique et placentaire, ce qui peut endommager les neurones et tissus nerveux ainsi que le développement du fœtus.

Néanmoins, toutes les cétones ne possèdent pas le même degré de toxicité. Les atlantones, cétones sesquiterpéniques présentes dans la composition de l’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas, sont ainsi considérées comme moins toxiques que les cétones monoterpéniques, comme la fenchone retrouvée dans l’huile essentielle de Lavande Stoechas par exemple.

Par ailleurs, les risques de toxicité dépendent également des doses administrées, de la fréquence et de la voie d’administration. La voie orale présente ainsi plus de risques que l’application cutanée d’huile essentielle diluée. De plus, les risques de toxicité neurologiques sont observés pour des doses supérieures aux doses thérapeutiques habituelles. Néanmoins, les personnes épileptiques ou présentant une fragilité neurologique, et les enfants en plein développement cérébral possèdent un seuil de toxicité plus proche de la dose thérapeutique. C’est pourquoi les huiles essentielles composées de certaines cétones dont le Cèdre de l’Atlas, leurs sont interdites. 

Confusions entre les différentes huiles essentielles de Cèdre

Il existe différentes espèces de Cèdres qui donnent chacune une huile essentielle spécifique. Il est important de bien les distinguer car ces huiles essentielles ne contiennent pas toutes les mêmes molécules, ce qui peut prêter à confusion sur les précautions d’utilisation liées. Elles se distinguent par leur composition mais également par leur provenance :

  • L’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica)  appartient à la famille des Pinaceae et est originaire d’Afrique du Nord, en particulier du Maroc.
  • L’huile essentielle de Cèdre de l’Himalaya (Cedrus deodara), également de la famille des Pinaceae,se retrouve au Népal ou en Inde.
  • L’huile essentielle de Cèdre de Virginie (Juniperus virginiana) est en réalité un genévrier de la famille des Cupressaceae. Il est originaire des Etats-Unis, des États de Virginie et de Caroline du Nord.
  • L’huile essentielle de Cèdre du Texas (Juniperus mexicana), provient également d’Amérique du Nord (Nord Est du Mexique et Texas), et l’arbre dont l’on extrait l’huile essentielle fait partie de la famille des Cupressaceae.

Présent dans le Cèdre de l’Himalaya, de Virginie et du Texas, le cédrol est un alcool sesquiterpénique qui serait à l’origine des effets hormon-like de ces huiles essentielles. Néanmoins, cet alcool sesquiterpénique ne semble pas être présent dans la composition de l’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas. Par mesure de précaution, il est cependant préférable que les personnes souffrant de troubles hormonodépendants consultent un professionnel de santé avant utilisation du Cèdre de l’Atlas.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 12 votes )

Bibliographie

Ouvrage : Tisserand, R., & Young, R. (2013). Essential Oil Safety : A Guide for Health Care Professionals. Elsevier Gezondheidszorg.

Ouvrage : Blondeau, S., & Baudoux, D. (2022). Les molécules amusantes : Quand découvrir la science des huiles essentielles devient un jeu. AMYRIS.

Ouvrage : Couic-Marinier, F., Touboul, A. (2020). Le guide Terre Vivante des huiles essentielles, Terre Vivante

Site Web : https://www.scentree.co/fr/C%C3%A9drol.html

Site Web : https://almaconsult-paris.com/aromatherapie/neurotoxicite-des-huiles-essentielles-etude-de-cas-les-cetones.html

À propos de ces conseils

Cet article d'aromathérapie a été rédigé par Théophane de la Charie, auteur du livre "Se soigner par les huiles essentielles", accompagné d'une équipe pluridisciplinaire composée de pharmaciens, de biochimistes et d'agronomes. 

La Compagnie des Sens et ses équipes n'encouragent pas l'automédication. Les informations et conseils délivrés sont issus d'une base bibliographique de référence (ouvrages, publications scientifiques, etc.). Ils sont donnés à titre informatif, ou pour proposer des pistes de réflexion : ils ne doivent en aucun cas se substituer à un diagnostic, une consultation ou un suivi médical, et ne peuvent engager la responsabilité de la Compagnie des Sens.