Une alimentation source de fruits et de légumes contribue à protéger le corps de nombreuses pathologies. Leurs nutriments, notamment les phytonutriments, les vitamines et les minéraux, sont des composés bioactifs favorables à la santé. Ces trois nutriments ont une propriété en commun : ils peuvent avoir une activité antioxydante. Les antioxydants préviennent les dommages cellulaires en bloquant les espèces réactives de l'oxygène. Plusieurs études ont souhaité évaluer et comparer les micronutriments dans les fruits. À plusieurs reprises, les Cranberries montrent une étonnante capacité antioxydante, ce qui leur confère de multiples vertus santé.

Cet article a été mis à jour le 06/12/2023

Les principaux anti-oxydants des Cranberries

Les Cranberries sont des petites baies à la saveur acidulée. Les acides organiques des Cranberries sont à l’origine de son goût caractéristique. Au-delà des notes aromatiques qu’ils procurent aux Cranberries, les acides organiques peuvent également être antioxydants.

Les antioxydants sont des substances naturelles qui protègent des dommages causés par le stress oxydatif, induit par les espèces réactives de l’oxygène (ROS). Le stress oxydatif est impliqué dans de multiples pathologies. Il est donc courant d’entendre que les aliments riches en antioxydants ont un effet protecteur.

Diverses études scientifiques ont cherché à trouver, mesurer et comparer les antioxydants des Cranberries par rapport à d’autres fruits. La teneur en antioxydants variait en fonction des protocoles. Or dans l’ensemble, les chercheurs s’accordent pour dire que les Cranberries sont riches en antioxydants. Cette richesse confère aux Cranberries une capacité antioxydante non négligeable, également mesurée dans certaines recherches. Elles entreraient effectivement dans les fruits les plus riches en antioxydants (devant les pommes, les citrons, l’ananas, les raisins ou encore les pamplemousses).

En réalité, leur capacité antioxydante est typique des baies. En effet, ces dernières ont une capacité antioxydante généralement plus élevée que les autres fruits. Selon une étude, les Cranberries seraient dans la moyenne des fruits rouges. Cela signifie qu’elles ne sont pas les baies les plus riches en antioxydants, qui seraient les Cassis. La capacité antioxydante des Cranberries serait comparable à celle des Groseilles ou des Framboises. Divers composés phytochimiques sont à l’origine de cette propriété :

  • Les Vitamines : selon une étude, la vitamine C serait le principal composé antioxydant des Cranberries. En effet, elle serait responsable de 22,6 % de l’activité antioxydante des Cranberries crues. La teneur en vitamine C approcherait les 14 mg pour 100 g.

  • Les Flavonoïdes : les Cranberries ont une composition hétérogène et riche en polyphénols. On retrouve principalement des flavan-3-ols, des procyanidines, l’épicatéchine, la quercétine, etc. Les Cranberries possèdent un type particulier de procyanidines : le type A. Ces dernières sont principalement à l’origine des différentes propriétés des Cranberries, et notamment sur la sphère urinaire.

  • Les Anthocyanes: les Anthocyanes sont bien représentés dans les Cranberries. Ce sont eux qui contribuent à la couleur du fruit. Les Anthocyanes prédominants sont les galactosides, les arabinosides, la cyanidine et la péonidine. Il y aurait au total 13 Anthocyanes dans les Cranberries. La quantité d’Anthocyanes varie beaucoup en fonction de la variété, on retrouverait entre 13,6 à 171 mg pour 100 g de Cranberries fraiches.

  • Les Acides phénoliques : l’acide benzoïque serait l’acide phénolique majoritaire, avec environ 474 à 557 mg pour 100 g de Cranberries. Dans des quantités moindres, on retrouverait également les acides coumariques, sinapiques, caféiques et féruliques.

  • Les Terpènes : ces derniers sont des constituants appréciés dans les plantes médicinales traditionnelles (chanvre, agrumes, thym, romarin, feuille de thé, etc.) puisqu’ils seraient anti-inflammatoires. La majeure partie des terpènes des Cranberries seraient représentés par l’acide ursolique, à raison de 46 à 109 mg pour 100g.

  • Les Flavonols : les Cranberries sont principalement constituées de glycosides de quercétine, de myricétine et de kaempférol. Les Cranberries seraient parmi les végétaux les plus riches en flavonols puisqu’elles contiendraient entre 20 et 40 mg pour 100 g de flavonols. À titre de comparaison, les végétaux ont généralement moins de 3 mg pour 100g de flavonols.

Le score FRAP, qui permet d’évaluer le pouvoir antioxydant des aliments, est mesuré à 18,6 µmol de Fe2+ par gramme. Ceci indiquerait une capacité antioxydante très élevée.

Ainsi, le pouvoir antioxydant des Cranberries ne provient pas d’un seul élément, mais bien d’une large gamme de composé bioactif.

Les bienfaits de ces antioxydants

L’éventail d’antioxydants disponibles procure aux Cranberries certaines vertus :

  • Effet anti-inflammatoire : cette activité biologique importante pourrait s’expliquer par la présence de quercétine. Cette dernière inhibe la réaction inflammatoire (elle diminue la production de cytokines dans les macrophages, réduit l'expression de l'ARNm de la COX-2 et inhibe l'activation du NF-KB dépendante du TNF-alpha). Une étude a étudié le mécanisme de l’effet anti-inflammatoire de l’extrait de Cranberry. Cette dernière indique inhiber la production de certains marqueurs inflammatoires de façon dose dépendante (lipopolysaccharide induit par l'oxyde nitrique, interleukine-6, TNF-alpha et interleukine-1-bêta).

  • Effet antimicrobien : les métabolites des plantes jouent généralement un rôle important dans leur mécanisme de défense anti-microbien. Les flavonoïdes auraient l’effet anti-microbien le plus important (notamment les proanthocyanidines de type A). Selon différentes études scientifiques, l’extrait de Cranberries inhiberait la croissance de différents pathogènes, tels que : Escherichia coli uropathogène, Staphylococcus aureus, E. coli O157:H7, Escherichia coli et Salmonella typhimurium, Enterococcus faecalis, Listeria monocytogenes, Staphylococcus aureus et Bacillus subtilis. Néanmoins, les métabolites des Cranberries semblent inefficaces sur Staphylococcus epidermidis, Bacillus subtilis, Micrococcus luteus et la moisissure Aspergillus niger. Ainsi, les extraits de Cranberry possèderaient une activité antibactérienne, antifongique et antivirale.

  • Effet cardioprotecteur : selon une étude, la consommation régulière de Cranberries aurait un effet positif sur l’hypertension artérielle, le dysfonctionnement endothélial, la rigidité artérielle et la fonction plaquettaire. Au-delà des capacités anti-inflammatoires des Cranberries sur les lipides, elles amélioreraient également la vasodilatation, ce qui est favorable au maintien de la santé cardiovasculaire. Par ailleurs, certains flavonols et l’acide phénylpropanoïque réduiraient l’oxydation du LDL-cholestérol (à l’origine de la création des plaques d’athéromes).

  • Effet anticancéreux : certains composés phytochimiques (probablement les Anthocyanes, les proanthocyanidines et les flavonoïdes), les Cranberries seraient capables de limiter le processus lié à la genèse de certaines tumeurs (propriétés antiproliférative ou inhibitrice directe). Certaines études ont pu démontrer que l’extrait de Cranberry aurait un effet prometteur sur la croissance des cancers de la bouche humaine (lignée CAL-27), du sein (MCF-7), du côlon (HT-29, HCT116) et de la prostate (LNCaP). Il y aurait une relation entre la teneur phénolique totale dans les Cranberries et leur activité antiproliférative. L’activité antiproliférative des Cranberries a également été comparée à celles de certains fruits. Il en est ressorti que les Cranberries auraient l’activité la plus forte (au-dessus de la pomme, le citron, le raisin, la pèche, la banane ou encore l’orange…). Attention, les cranberries ne soignent pas du cancer ! Leurs bienfaits sont à intégrer dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée.

En somme, les Cranberries sont naturellement gorgées d’antioxydants. Les preuves scientifiques confortent que les Cranberries possèdent plusieurs effets bénéfiques pour la santé. 

Comment les consommer intelligemment

Le teneur en antioxydants dans les fruits et légumes n’est pas stable. Elle varie en fonction de l’espèce, de la variété, de la saison, des conditions climatiques, du lieu de pousse, des conditions de conservation ou encore des modes de consommation. En réalité, il est impossible d’assurer la présence de tous les micronutriments antioxydants. Toutefois, en faisant les bons choix d’achat, il est possible d’optimiser la concentration en antioxydants.

Diverses études ont été menées dans l’optique d’observer les variations des micronutriments dans les Cranberries selon divers facteurs (agriculture, conservation, maturité, etc). Il semblerait que les Cranberries de petites tailles récoltées à maturité, consommées fraichement cueillies, apportent le plus d’antioxydants. Si l’on devait les conserver, il serait préférable de les garder dans un réfrigérateur, ou dans un local frais (une température inférieure à 15°C). Si vous souhaitez cuisiner les Cranberries, une cuisson douce entrainerait moins de perte que le pressage des Cranberries. De ce fait, les Cranberries séchées seraient plus avantageuses que le jus de Cranberry.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 2 votes )

Bibliographie

Publication : Gina Borges, Alexandra Degeneve, William Mullen et Alan Crozier Journal de chimie agricole et alimentaire 2010 58 (7), 3901-3909 DOI : 10.1021/jf902263n

Publication : Joe A. Vinson, Pratima Bose, John Proch, Hassan Al Kharrat et Najwa Samman Journal de chimie agricole et alimentaire 2008 56 (14), 5884-5891 DOI : 10.1021/jf073309b

Publication : Jie Sun, Yi-Fang Chu, Xianzhong Wu et Rui Hai Liu Journal de chimie agricole et alimentaire 2002 50 (25), 7449-7454 DOI : 10.1021/jf0207530

Publication : Shiow Y. Wang et Allan W. Stretch Journal de chimie agricole et alimentaire 2001 49 (2), 969-974 DOI : 10.1021/jf001206m

Publication : VATTEM, Dhiraj A, GHAEDIAN, Reza et SHETTY, Kalidas. Enhancing health benefits of berries through phenolic antioxidant enrichment: focus on cranberry. .

Publication : Jurikova, T. ; Skrovankova, S. ; Mlcek, J. ; Balla, S. ; Snopek, L. Composés bioactifs, activité antioxydante et effets biologiques de la canneberge européenne ( Vaccinium oxycoccos ). Molécules 2019 , 24 , 24. https://doi.org/10.3390/molecules24010024

Publication : Blumberg JB, Camesano TA, Cassidy A, Kris-Etherton P, Howell A, Manach C, Ostertag LM, Sies H, Skulas-Ray A, Vita JA. Cranberries and their bioactive constituents in human health. Adv Nutr. 2013 Nov 6;4(6):618-32. doi: 10.3945/an.113.004473. PMID: 24228191; PMCID: PMC3823508.

Publication : Sara M. Soliman, Shaimaa Mosallam, Mohamed A. Mamdouh, Mohammed Abdalla Hussein et Shady M. Abd El-Halim. (2022) Conception et optimisation de liposomes augmentés de sels biliaires chargés d'extrait de canneberge pour le ciblage de la voie de signalisation MCP-1/STAT3/VEGF dans le foie intoxiqué au DMN chez le rat . Livraison de médicaments 29 : 1, pages 427-439.

Site Web : Centrale de données alimentaires, [sans date] [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://fdc.nal.usda.gov/fdc-app.html#/food-details/171722/nutrients [consulté le 26 novembre 2023].