Le myrtillier est un petit arbrisseau de 50 cm appartenant à la famille des Bruyères : les Éricacées. Cette grande famille compte plus de 3500 espèces. Chacune de ces espèces évolue à diverses latitudes et régions. On retrouve, par exemple, la Cranberry, la Gaulthérie, les Airelles ou encore la Busserole. Le myrtillier sauvage, lui, exige des conditions climatiques bien spécifiques pour pousser, notamment un sol bien acide et drainé. On le cultive en grande majorité pour ses baies, les myrtilles. Ces petites baies ont une couleur bleu roi, ce qui indique la présence d'un pigment : les anthocyanines. C'est principalement ce composé qui est impliqué dans les effets thérapeutiques des myrtilles : antioxydant, anti-inflammatoire, antimicrobien, etc. Une série d'études scientifiques a également montré leurs bienfaits pour le cerveau et les yeux, les myrtilles peuvent ainsi prétendre lutter contre la dépression, prévenir certains cancers, améliorer la mémoire et la vision de nuit... De nombreuses vertus santé qui justifient l'ajout des myrtilles séchées au sein d'une alimentation variée et équilibrée. D'autant plus que leur goût légèrement sucré et acide s'accordent à merveille avec de nombreux mets. Nom latin : Vaccinum myrtillus L. Famille botanique : Ericacées. Partie utilisée : Fruit.

Cet article a été mis à jour le 26/11/2023

Pour la santé des yeux

Les Myrtilles contribueraient à la vision. Elles aideraient à ralentir la progression de certaines pathologies touchant les yeux :

  • La DMLA : la dégénérescence maculaire liée à l’âge entraine une perte partielle de la vue. Une exposition inappropriée à la lumière augmenterait les risques de développer une DMLA. Les Myrtilles limiteraient les dégâts provoqués par la lumière, soit en réduisant le stress oxydant ou en facilitant la régénération de la rhodopsine (pigment présent dans les yeux).

  • La rétinopathie diabétique : cette complication du diabète est favorisée par un déséquilibre de la glycémie Les Myrtilles diminueraient le stress oxydant qui abime les petits vaisseaux sanguins des yeux. En préservant les vaisseaux sanguins rétiniens du stress oxydatif, les Myrtilles ralentissent la progression de la maladie.

Comment les consommer ?

  • Selon les diverses études observées, il semblerait qu’une moyenne de 200 g de Myrtilles fraîches par jour serait suffisant pour profiter des bienfaits des Myrtilles. Scientifiquement, aucune indication n’est émise pour les Myrtilles séchées. Les recommandations de santé conseillent 30 g de Myrtilles séchées par jour.

  • Préférer les Myrtilles issues de l’agriculture biologique, sauvages, de saison et locales. Grâce à ces critères, on s’assure de profiter des micronutriments des Myrtilles.

Pour améliorer le transit intestinal

Les Myrtilles participent à l'équilibre du transit intestinal. En effet, elles profitent autant à un transit lent qu’à un transit trop rapide. 100 g de Myrtilles fraiches apportent environ 2 à 3 g de fibres. Les fibres modulent la texture des selles et participent à la santé du microbiote intestinal. Ceci est utile en cas de diarrhées : les selles sont moins molles et la flore intestinale se rétablit. Également, les phytonutriments des Myrtilles seraient utiles en cas de constipation. On ignore encore comment les phytonutriments agissent réellement sur le transit. Cependant, il semblerait que ces derniers agissent sur les symptômes de la constipation (douleurs abdominales et consistances des selles).

Enfin, une méta-analyse suggère que les Myrtilles seraient utiles en cas du syndrome du côlon irritable. 

Conseil du diététicien nutritionniste :

  • En cas de diarrhée : consommer 100 à 150 g de Myrtilles fraiches par jour, jusqu’à amélioration des symptômes.

  • En cas de constipation : consommer 30 g de Myrtilles en poudre, 200 g de Myrtilles fraiches ou 25 g de Myrtilles séchées par jour, jusqu’à amélioration des symptômes.

  • En cas de syndrome du côlon irritable : en accord avec un professionnel de santé, une consommation de 25 g de Myrtilles en poudre par jour, pendant six semaines, serait efficace pour réduire les symptômes du syndrome.

Pour lutter contre le stress oxydatif

Les Myrtilles participent à la réduction du stress oxydatif en participant aux apports de vitamine C. En effet, 100 g de Myrtilles fraiches apportent un peu moins de 10 mg de vitamine C, soit environ 12 % des besoins journaliers. Également, les Myrtilles disposeraient de nombreux phytonutriments aussi capable de réduire le stress oxydatif, comme les flavonoïdes et les anthocyanes. On sait qu’il existe une corrélation entre la concentration de composés phénoliques dans les fruits et leurs capacités antioxydantes.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Consommer 100 à 150 g de Myrtilles fraiches par jour.

  • Pour maximiser les teneurs en vitamines et en antioxydants dans les Myrtilles, préférer les Myrtilles locales, issues de l’agriculture biologique et de saison.

En cas de diabète de type 2

Les Myrtilles ont plusieurs intérêts en cas de diabète. En effet, différentes études observent que les Myrtilles ont un effet hypoglycémiant. Les scientifiques ignorent comment les Myrtilles agissent sur la glycémie, mais ils suggèrent que ce sont les polyphénols des Myrtilles qui lui procurent cette propriété. Ainsi, les Myrtilles seraient intéressantes pour limiter les hyperglycémies post-prandiale, ce qui aide à équilibrer les glycémies.

Également, grâce au potentiel antioxydant des Myrtilles, elles freinent la progression des complications du diabète, tels que les rétinopathies diabétiques ou les troubles cardiovasculaires.

Néanmoins, il est évident qu’il ne faille pas faire d’excès de Myrtille. La présence de sucre dans les Myrtilles, comme dans tous les fruits, demande d’être raisonnable sur les quantités consommées.

Conseils du diététicien-nutritionniste :

  • Une portion journalière de Myrtille correspond à 150 g de Myrtilles fraiches.

  • Les Myrtilles séchées sont à considérer comme des produits sucrés. Dans ce cas, en cas de diabète, les quantités doivent être revues à la baisse. Il est recommandé de consommer au maximum 15 g de Myrtilles séchées par jour.

Les réputations infondées

« Les Myrtilles améliorent l’apparence de la peau »

Par leur composition en antioxydants, il a été suggéré que les Myrtilles pourraient améliorer l’apparence de la peau. En effet, les antioxydants peuvent limiter le vieillissement cutané, redonner de l’éclat et un effet bonne mine à la peau. Or aucune preuve scientifique solide observe une corrélation entre consommation de Myrtilles et amélioration de l’apparence de la peau. 

« Les Myrtilles améliorent la pousse des cheveux »

Certaines études scientifiques suggèrent que l’extrait de Myrtilles stimule la croissance des cheveux, et que les anthocyanes limitent la chute des cheveux. Or, ces dernières sont faites in-vitro (dans des tubes à essais). De plus, elles n’utilisent pas directement des Myrtilles, mais des fragments ou des concentrés de Myrtilles. Avec ces études, il est impossible de conclure sur l’effet des Myrtilles sur les cheveux. Les résultats sont trop fragiles et rares pour prêter aux Myrtilles une telle propriété.  

« Les Myrtilles améliorent la vision nocturne »

À tort, on a souvent prêté aux Myrtilles un impact sur les performances de la vision. Cette idée serait originaire de la Seconde Guerre mondiale. En effet, les soldats britanniques auraient eu une capacité hors pair à discerner les formes dans le noir grâce à leur consommationsde Myrtille.

Depuis, les recherches scientifiques sur ce sujet ont été nombreuses et très peu observent des résultats concluants. Ainsi, à ce jour, les preuves scientifiques laissent penser que les Myrtilles n’améliorent pas la vision nocturne.

Précautions d'emploi

  • En excès, les Myrtilles peuvent provoquer des troubles digestifs.

  • En cas de diabète, il est recommandé de consommer maximum 15 g de Myrtilles séchées par jour.

  • Les Myrtilles peuvent être déconseillées en cas d’antécédent de diverticulite ou de calculs rénaux.

Valeurs nutritionnelles des Myrtilles séchées

Éléments nutritifs

pour 100 g

pour 30 g

% des AJR* pour 100 g

% des AJR* pour 30 g

Énergie (Kcal)

325

98

16

5

Énergie (Kj)

1360

408

16

5

Lipides (g)

1,8

1

3

1

Acides gras saturés (g)

0,2

0

1

0

Glucides (g)

72,6

22

28

8

Dont sucres (g)

68,2

20

76

23

Fibres alimentaires (g)

2,9

1

0

Protéines (g)

1,12

0

2

1

Sel (g)

0,005

0

1

0




*Apports Journaliers Recommandés

En savoir plus sur la plante : Le Mytillier

Dans la famille des Éricacées se trouve un petit arbrisseau nommé myrtillier. Il est originaire d'Europe et s'est étendu jusqu'en Asie. Le myrtillier sauvage peut vivre jusqu'à 30 ans, il atteint à l'âge adulte 50 cm. Comme ses racines, ses rameaux sont nombreux et anguleux. Les feuilles caduques, ovales et alternes ne se trouvent que sur les rameaux supérieurs. Les fleurs ressemblent à des grelots, leurs couleurs varient du vert au rose, en passant par le blanc. Elles fleurissent d'avril à juin, avant de proposer un fruit charnu, bleuâtre, globuleux, mesurant 1 à 2 cm : la Myrtille sauvage. Les Myrtilles renferment plusieurs graines marron, leur suc bleu pourpre a un fort pouvoir colorant, enfin, elles sont recouvertes d'une légère poussière blanche sucrée. Le myrtillier sauvage, comme la plupart des Éricacées, prospèrent sur les sols acides. Il demande également une terre riche en humus, sableux, ou le calcaire est inexistant. Très exigeant, il est difficile de cultiver de myrtillier sauvage en dehors de son habitat de prédilection.

Le myrtillier est en majorité cultivé pour ses fruits : les Myrtilles. Ces dernières sont cueillies à la main ou à l'aide d'un peigne. Elles rejoignent ensuite les étals, vendues fraiches, congelées, séchées, en conserve, en jus ou en confiture. De plus, on les retrouve en compléments alimentaires, en poudre ou en concentré liquide. En effet, les baies du myrtillier possèdent des propriétés thérapeutiques. Comme les feuilles, qui contribuent à lutter contre les infections urinaires et le diabète. Les racines sont, elles aussi, reconnues pour soulager les diarrhées.

Attention, à ne pas confondre les Bleuets et les Myrtilles. Les Bleuets (Vaccinum angustifolium) sont originaires d'Amérique du Nord, l'arbuste mesure environ 30 cm et propose des plus gros fruits que la Myrtille sauvage (Vaccinum myrtillus).

Fun fact : le genre Vaccinum, du latin vaccinus signifie « vache », car les bovins apprécieraient ces baies.

Myrtilles sauvages ou Myrtilles du commerce ?

La Myrtille sauvage (Vaccinium myrtillus L.) est difficile à cultiver hors de son milieu d'origine, puisqu'elle demande des conditions agro-climatiques spécifiques et exigeantes. Les Myrtilles du commerce sont des Myrtilles issues de croisements entre différentes espèces de Myrtilles, elles sont moins exigeantes ce qui rend leur culture et leur commercialisation plus aisées.

Le marché de la Myrtille croît fortement. De ce fait, la culture des Myrtilles évolue : les Myrtilles issues d'une agriculture intensives sont majoritaires. Les Myrtilles de culture intensive ont une pulpe blanche à jaune. Les Myrtilles sauvages ont une pulpe bleue à rouge. Cette perte de couleur indique une baisse de la concentration en anthocyanes. Les anthocyanes sont à l'origine de la couleur bleutée. Par ailleurs, ils sont responsables de nombreuses vertus santé des Myrtilles : antimicrobien, antioxydant, antiparasitaire, anti-inflammatoire, etc.
Par conséquent, les Myrtilles sauvages ont plus de bienfaits santé que celles issues d'une culture intensive.

Attention, les Myrtilles sauvages ne sont pas sans danger ! Ces dernières peuvent être contaminées par un parasite : E. multilocularis. L’ANSES recommande donc de suivre certaines recommandations avant de consommer votre cueillette :

  • Une bonne hygiène des mains après manipulation d’animaux (dont domestiques) et après toute activité de jardinage.

  • De ne pas cueillir les Myrtilles sauvages proches du sol (20 cm).

  • Dans la mesure du possible, consommer les Myrtilles cuites si elles sont récoltées proches du sol (minimum 70 °C pendant cinq minutes).

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 57 votes )

Bibliographie

Publication : Jean Espitalier. La myrtille (Vaccinium Myrtillus) : Botanique, chimie et intérêts thérapeutiques. Sciences pharmaceutiques. 2010. ffhal-01738851f

Publication : Chu W, Cheung SCM, Lau RAW, et al. Bilberry (Vaccinium myrtillus L.) In: Benzie IFF, Wachtel-Galor S, editors. Herbal Medicine: Biomolecular and Clinical Aspects. 2nd edition. Boca Raton (FL): CRC Press/Taylor & Francis; 2011. Chapter 4. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK92770/

Publication : Miller K, Feucht W, Schmid M. Bioactive Compounds of Strawberry and Blueberry and Their Potential Health Effects Based on Human Intervention Studies: A Brief Overview. Nutrients. 2019 Jul 2;11(7):1510. doi: 10.3390/nu11071510. PMID: 31269727; PMCID: PMC6683271.

Publication : Bell L, Williams CM. Blueberry benefits to cognitive function across the lifespan. Int J Food Sci Nutr. 2021 Aug;72(5):650-652. doi: 10.1080/09637486.2020.1852192. Epub 2020 Nov 30. PMID: 33249925.

Publication : Khalid S, Barfoot KL, May G, Lamport DJ, Reynolds SA, Williams CM. Effects of Acute Blueberry Flavonoids on Mood in Children and Young Adults. Nutrients. 2017 Feb 20;9(2):158. doi: 10.3390/nu9020158. PMID: 28230732; PMCID: PMC5331589.

Publication : Silva S, Costa EM, Veiga M, Morais RM, Calhau C, Pintado M. Health promoting properties of blueberries: a review. Crit Rev Food Sci Nutr. 2020;60(2):181-200. doi: 10.1080/10408398.2018.1518895. Epub 2018 Oct 29. PMID: 30373383.

Publication : Davidson KT, Zhu Z, Balabanov D, Zhao L, Wakefield MR, Bai Q, Fang Y. Beyond Conventional Medicine - a Look at Blueberry, a Cancer-Fighting Superfruit. Pathol Oncol Res. 2018 Oct;24(4):733-738. doi: 10.1007/s12253-017-0376-2. Epub 2017 Dec 28. PMID: 29285736.

Publication : Committee on Herbal Medicinal Products (HMPC). (2015). European Union herbal monograph on Vaccinium myrtillus L., fructus siccus. https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-monograph/final-european-union-herbal-monograph-vaccinium-myrtillus-l-fructus-siccus_en.pdf

Publication : Du C, Smith A, Avalos M, South S, Crabtree K, Wang W, Kwon YH, Vijayagopal P, Juma S. Blueberries Improve Pain, Gait Performance, and Inflammation in Individuals with Symptomatic Knee Osteoarthritis. Nutrients. 2019 Jan 29;11(2):290. doi: 10.3390/nu11020290. PMID: 30699971; PMCID: PMC6413191.

Ouvrage : Bouarfa, M., & Pensé-Lhéritier, A. (2016). Conception des compléments alimentaires - marché, développement, réglementation et efficacité. TECHNIQUE & DOC.

Ouvrage : Karleskind, B., Mercier, B., & Veroli, P. (2014). Guide pratique des compléments alimentaires (Guides pratiques) (French Edition). THIERRY SOUCCAR.

Site Web : Les nombreux bienfaits de la myrtille. (2009). Plantes et Santé. https://www.plantes-et-sante.fr/articles/plantes-medicinales/1710-les-nombreux-bienfaits-de-la-myrtille

Site Web : Myrtille. (2021). Interfel. https://www.lesfruitsetlegumesfrais.com/fruits-legumes/petits-fruits-et-fruits-rouges/myrtille

Site Web : Myrtille. (s. d.). WikiPhyto. http://www.wikiphyto.org/wiki/Myrtille