Le Myrtillier est un sous-arbrisseau de la famille des Éricacées, connu pour sa fameuse myrtille. Cousin de l'airelle, son macérat de bourgeons est celui des yeux. Bénéfique pour les différents problèmes oculaires tels que glaucome, rétinopathie, myopie, conjonctivite ou sécheresse de l'œil, il vous en mettra plein la vue ! Rééquilibrant général, il est également une aide au Noyer pour lutter contre le diabète et constitue un draineur doux des systèmes digestifs et urinaires : utile donc en cas de diarrhée, colite, ou encore cystite. Plus généralement, c'est un macérat de jouvence qui apporte une vitalité accrue ! Nom latin : Vaccinium myrtillus L. Partie utilisée : jeunes pousses fraîches.

Comment l'utiliser ?

Adultes et adolescents : 5 à 15 gouttes par jour dans un verre d'eau, 15 minutes avant le repas, pendant 3 semaines. Commencer par 5 gouttes et augmenter au fur et à mesure.

Enfants de + de 3 ans : 1 goutte par jour pour 10 kilos. Commencer par 1 goutte et augmenter progressivement.

Principales indications

Problème oculaire : Le macérat de bourgeons de Myrtillier est celui des yeux : en favorisant la microcirculation capillaire et renforçant les vaisseaux sanguins, le Myrtillier contribue à un bon confort visuel. Il régénère la rhodopsine de la rétine, et améliore les troubles visuels liés à des lésions de la rétine. Que ce soit en cas de glaucome, rétinopathie ou conjonctivite, le bourgeon de Myrtillier est une solution bienvenue.

Tonique veineux et protecteur vasculaire : Son action à ce niveau se situe principalement au niveau de la microcirculation artérielle ou capillaire. En effet, les anthocyanosides du macérat de Myrtillier normalisent la perméabilité vasculaire et protègent les parois vasculaires, notamment pour les capillaires. C'est également un antioxydant efficace qui lutte contre la formation de radicaux libres, contribuant ainsi à son effet protecteur veineux.

Diabète : Les bourgeons de Myrtillier faciliteraient l'assimilation du sucre, d'où un rôle intéressant en accompagnement du diabète. Toutefois, il vaudra mieux l'utiliser en association avec le Noyer et une alimentation équilibrée pour une meilleure efficacité.

Cystite : De par son activité diurétique et antiseptique urinaire, le macérat de bourgeons de Myrtillier est intéressant en cas de cystite ou autre problème urinaire, tout comme son cousin l'Airelle.

Principaux systèmes concernés

Système oculaire ++++ : Rétinopathie, glaucome, conjonctivite, myopie, névrite optique, nyctalopie, uvéite, sécheresse oculaire, photophobie.

Système circulatoire +++ : Maladie de Raynaud, microcirculation capillaire, vasopathies diabétiques, artériosclérose, hémorroïdes, fragilité capillaire.

Système digestif +++ : Colites, diarrhées, diabète, dysenterie, ulcères, dysbiose intestinale.

Système uro-génital ++ : Cystite, infection urinaire, prostatite, néphrite, urétrite.

Précautions d'emploi

  • Le macérat de bourgeons de Myrtillier est un complément alimentaire à base de plantes. Il ne se substitue pas à une alimentation variée et à un mode de vie sain. Il est important de le tenir hors de portée des enfants et de ne pas dépasser la dose journalière recommandée. Il faut adapter les dosages pour les jeunes enfants.
  • Le macérat de bourgeons de Myrtillier est autorisé à toute la famille, sauf aux bébés de moins de 3 ans et aux femmes enceintes.
  • Par prudence, à éviter en cas de pathologie hormono-dépendante sans avis médical.
  • À conserver à l’abri de la lumière et de la chaleur.

À quoi ressemble un bon macérat de bourgeons de Myrtillier ?

Caractéristiques botaniques
  • Nom latin : Vaccinium myrtillus L.
  • Famille botanique : Éricacées
  • Partie macérée : jeunes pousses fraîches
  • Pays d'origine : France
Composition
  • Alcool* 32 %
  • Eau
  • Glycérine végétale*
  • Extrait de bourgeons de Myrtillier (Vaccinum myrtillus)*
*Issus de l'agriculture biologique
Caractéristiques physiques
  • Densité à 20°C : 1,000 +/- 0,03
  • Titre alcoolique : 32,0 +/- 1,0
Caractéristiques organoleptiques
  • Aspect : liquide très légèrement trouble
  • Couleur : brun, orangé
  • Odeur : fruitée, légèrement alcoolisée

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.5 ( 10 votes )

Autres articles liés

Bibliographie

Ouvrage : Piterà di Clima, F., & Nicoletti, M. (2018). Précis de gemmothérapie - Fondements scientifiques de la Méristémothérapie. Éditions Amyris.

Ouvrage : Boistard, S. (2016). Gemmothérapie - Les bourgeons au service de la santé - Guide pratique et familial. Éditions de Terran.

Ouvrage : Andrianne, P. (2011). Traité de gemmothérapie : La thérapeutique par les bourgeons. Éditions Amyris.

Ouvrage : Halfon, R. (2011). La gemmothérapie - La santé par les bourgeons. Éditions Dangles.

Ouvrage : Ledoux, F., & Guéniot, G. (2014). La phytembryothérapie : L'embryon de la gemmothérapie. Éditions Amyris.

Ouvrage : Pineau, L. (2019). Le grand livre de la gemmothérapie. Leduc.s Éditions.

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Notre équipe pluridisciplinaire (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) est composée de 6 personnes, travaillant à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits. Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?