L’huile végétale de Neem est une huile controversée en raison de sa toxicité potentielle pour l’Homme. Utilisée majoritairement en agriculture en tant que répulsive d’insectes nuisibles et dans des pesticides biologiques, elle constitue une alternative plus viable que les pesticides chimiques et synthétiques par son aspect biodégradable. Néanmoins, celle-ci a fait l’objet de nombreux débats en raison de sa principale molécule active, l’azadirachtine qui présenterait des effets néfastes sur l’organisme humain. C’est pourquoi, elle est déconseillée à l’utilisation par voie orale. Par voie cutanée, l’huile végétale de Neem présente des bienfaits intéressants par les acides gras et les limonoïdes (molécules actives dans la fraction d’insaponifiable) qu’elle contient. Cependant, cette dernière reste puissante et est donc interdite pour les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que chez les enfants de moins de 3 ans. Elle s’utilise par ailleurs de manière diluée dans une autre huile végétale pour des soins dermatologiques. Enfin, la provenance et la qualité de l’huile végétale de Neem sont des critères majeurs à vérifier pour assurer une utilisation de l'huile sans danger, étant donné qu’elle possède des principes actifs puissants.

Cet article a été mis à jour le 03/08/2023

Sans danger par voie cutanée

L’huile végétale de Neem est utilisée depuis très longtemps en phytothérapie, et notamment en médecine ayurvédique, pour ses bienfaits cutanés contre les problèmes de peaux tels que l’eczéma, la lèpre, les ulcères chroniques, la varicelle ou encore la syphilis. C’est pourquoi, les utilisations traditionnelles et les récentes études ont permis de reconnaitre l’huile végétale de Neem comme sûre d’utilisation en dermatologie. Elle s’utilise aussi bien pour des soins de la peau, des cheveux, en soin d’hygiène bucco-dentaire ou encore dans des produits ménagers (comme répulsif à insectes notamment). C’est notamment grâce à ses propriétés antibactériennes, antifongiques et anti-inflammatoires que l’huile végétale de Neem est appréciée dans les soins cosmétiques et dermatologiques.

Son utilisation peut se faire pure sur des zones localisées (mycose) ou diluée dans une autre huile végétale sur des zones étendues (20 % dans d’autres huiles végétales et 6 % avec des huiles essentielles en complément). En effet, en plus de la présence de limonoïdes puissants dans sa fraction d’insaponifiables, l’huile végétale de Neem possède une forte odeur semblable à des légumes verts (petits pois). Cette fraction riche en molécules actives est cependant dangereuse pour des utilisateurs sensibles et donc l’huile végétale de Neem est interdite à utiliser chez les femmes enceintes et allaitantes, ainsi que pour les enfants de moins de 3 ans.

Contre-indiquée par voie orale

L’huile végétale de Neem ne doit cependant pas être ingérée. En effet, plusieurs études in vivo sur des animaux ont montré des effets toxiques sur le système nerveux central et les poumons. Cela concernerait les rats, les lapins et les poissons. De plus, l’huile végétale de Neem produit aussi des effets toxiques sur l’être humain dans des cas isolés. Selon une étude, l’ingestion par voie orale de 12 mL d’huile végétale de Neem a conduit à une altération du foie et des reins chez un enfant. De nombreuses autres études ont aussi indiqué que la consommation d’huile végétale de Neem provoque un effet spermicide et affecte ainsi la fertilité chez les primates et les Hommes. Ces effets toxiques pourraient être dus à la présence des limonoïdes (azdirachtine, nimbine, salannine) présents dans l'huile de Neem.

Par conséquent, l’huile de Neem est fortement déconseillée pour l’utilisation par voie orale. Elle peut provoquer les effets indésirables suivants par ingestion : diarrhées, vomissements, acidose, encéphalopathie, etc.

Qu’en est-il en agriculture ?

L’huile végétale de Neem est prometteuse pour l’agriculture, car elle constitue une des meilleures alternatives dans la fabrication de pesticides biologiques contre les insectes nuisibles. L'utilisation de biopesticides est considérée comme un élément important de la lutte intégrée contre les ravageurs pour la réalisation d'une agriculture durable. Les propriétés de l’huile végétale de Neem en tant que répulsive toxique, anti-appétente, inductrice de stérilité, et régulatrice sur la croissance des insectes (apportées par l’azadirachtine et la nimbine notamment) font d’elle une excellente option écologique contre plus de 400 espèces de nuisibles. De plus, l’huile végétale de Neem se dégrade très bien dans la nature. En effet, son principe actif principal, l’azadirachtine (limonoïde agissant comme insecticide naturel), possède un temps de demi-vie sur les plantes, le sol et l’eau de 1 à 2 jours et demi, 3 à 44 jours et 48 minutes à 4 jours respectivement. Les autres composants de l'huile végétale de Neem sont décomposés par les microbes présents dans la plupart des sols et des eaux, sans y laisser de traces. Des études ont par ailleurs prouvé que l’exposition d’huile végétale de Neem par inhalation ou par voie cutanée n'entraîne pas d'effets néfastes chez les adultes et les enfants, ainsi que chez les animaux domestiques. Les pesticides biologiques formulés à 1 % d’huile végétale de Neem sont ainsi très peu toxiques chez les vertébrés par voie orale (abeilles comprises) en raison de la faible dose en limonoïdes. Ce dosage reste cependant suffisant pour être efficace contre les parasites. Les biopesticides à base d’huile végétale de Neem constituent ainsi une solution plus sûre et respectueuse de l’environnement d’après l’Agence de la Protection de l’Environnement.

Importance de la qualité de l’huile

Il est important de sélectionner une huile végétale de Neem de qualité. Pour préserver ses bienfaits, il faut privilégier une huile végétale vierge (non raffinée), issue d’une première pression à froid des graines de l’arbre à Neem et d’une agriculture biologique. De plus, la certification par un label est gage d’une excellente qualité et assure au consommateur une fiabilité de l’huile végétale de Neem.

Il est arrivé que les graines de l’huile de Neem soient contaminées par des aflatoxines au sol (Aspergillus flavus, mycotoxine cancérogène pour le foie) durant la récolte en Inde. Les graines de couleur jaune verdâtre doivent donc être cueillies sur les arbres, puis séchées efficacement et rapidement après la récolte afin d'être stockées.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 30 votes )

Bibliographie

Publication : Benelli, G., Canale, A., Toniolo, C., Higuchi, A., Murugan, K., Pavela, R., & Nicoletti, M. (2017). Neem (Azadirachta indica) : towards the ideal insecticide ? Natural Product Research, 31(4), 369 386. https://doi.org/10.1080/14786419.2016.1214834

Publication : Hashmat, I., Azad, H. L., & Ahmed, A. (2012). Neem (Azadirachta indica A. Juss) - A Nature’s Drugstore : An overview. International Research Journal of Biological Sciences. http://www.isca.in/IJBS/Archive/v1/i6/14.ISCA-IRJBS-2012-150.pdf

Publication : Rezende-Teixeira, P., Dusi, R. G., Jimenez, P. C., Espindola, L. S., & Costa-Lotufo, L. V. (2022). What can we learn from commercial insecticides ? Efficacy, toxicity, environmental impacts, and future developments. Environmental Pollution, 300, 118983. https://doi.org/10.1016/j.envpol.2022.118983

Publication : Saleem, S., Muhammad, G., Hussain, M. A., & Bukhari, S. N. A. (2018). A comprehensive review of phytochemical profile, bioactives for pharmaceuticals, and pharmacological attributes of Azadirachta indica. Phytotherapy Research, 32(7), 1241–1272. https://doi.org/10.1002/ptr.6076

Publication : Biswas, K., Chattopadhyay, I., Banerjee, R. K., & Bandyopadhyay, U. (2002). Biological activities and medicinal properties of neem (Azadirachta indica). Current Science, 82(11), 1336 1345. http://repository.ias.ac.in/5193/

Publication : Dimetry, N. Z. (2012). Prospects of botanical pesticides for the future in integrated pest management programme (IPM) with special reference to neem uses in Egypt. Archives of Phytopathology and Plant Protection, 45(10), 1138 1161. https://doi.org/10.1080/03235408.2012.657932

Publication : Khater, H. F. (2012). Prospects of botanical biopesticides in insect pest management. Pharmacologia, 3(12), 641-656.

Publication : Raizada, R. B., Srivastava, M., Kaushal, R. A., & Singh, R. P. (2001). Azadirachtin, a neem biopesticide : subchronic toxicity assessment in rats. Food and Chemical Toxicology, 39(5), 477 483. https://doi.org/10.1016/s0278-6915(00)00153-8

Ouvrage : Khanam, Z., Al-Yousef, H. M., Singh, O., & Bhat, I. U. H. (2017). Neem oil. In Green Pesticides Handbook (pp. 377-398). CRC Press.

Ouvrage : Izahudin, M. H., Rosmi, M. H., & Mohd Fauzi, N. A. (2022). Neem oil as biopesticides.