Comprendre la dépression nerveuse au niveau biologique et psychologique

La dépression nerveuse est l’un des maux les plus fréquents de notre époque. Il s’agit d’une fatigue importante au niveau psychologique, de laquelle il est difficile de se relever (surtout seul), ou de sentiments de tristesse et de mélancolie.

On parle de dépression nerveuse lorsque le coup de blues s’installe de façon durable, qu’il handicape la vie quotidienne de la personne qui en souffre et qu’il nécessite un suivi et un traitement pour être soigné. La dépression nerveuse est une maladie, et non une simple fatigue psychologique passagère que l’on peut faire disparaître avec un peu de volonté.Elle se traduit par un mal-être profond, un sentiment de tristesse constant et une fatigue aussi bien mentale que physique.

Mais que se passe-t-il réellement dans notre corps et dans notre cerveau au cours d’un épisode dépressif ? Et quels en sont les symptômes ?

Que se passe-t-il dans note corps pour tomber en dépression nerveuse ?

Au niveau biologique

Si les causes de la dépression nerveuse sont encore entourées par un certain flou, de nombreuses études montrent qu’un déséquilibre dans la production de certaines molécules dans le cerveau intervient dans cette maladie. En effet, la baisse de la production de certains neurotransmetteurs semble être, au moins en partie responsable. Mais pour mieux comprendre le rôle de ces éléments chimiques dans notre cortex cérébral, il est nécessaire de comprendre le mécanisme de fonctionnement de nos neurones.

Au sein du neurone, l’information se transmet sous forme électrique. Mais entre deux neurones, au niveau des synapses, l’information est transmise sous forme chimique. Le neurone émetteur produit ou provoque la production de certaines substances chimiques spécifiques appelées neurotransmetteurs (tels que la sérotonine, la dopamine ou l’endorphine). Le neurone récepteur possède un système qui lui permet de réceptionner la molécule envoyée, il en déduit l’information, puis il se sert de cette information pour produire des molécules ou pour la transmettre. Cela peut avoir des répercussions sur tout l’organisme, les sensations, les sentiments, les actions, l’immunité…

En ayant compris cela, la médecine a fait de gros progrès en matière d’antidépresseurs. Certes leurs effets secondaires sont lourds, mais ils sont très puissants.

Quels sont les autres facteurs ?

Les facteurs environnementaux qui peuvent déclencher une dépression nerveuse sont nombreux, mais leur responsabilité n’est pas décisive. En effet, face à une rupture amoureuse, un divorce, un deuil, des conflits familiaux ou des problèmes d’ordre professionnel chacun réagit à sa manière. Ça ne débouche pas forcément sur une dépression nerveuse. Mais on peut tout de même les considérer comme des facteurs aggravant, qui mêlés à d’autres peuvent déclencher une dépression nerveuse.

Quant à l’alcool et aux drogues, chercher à expliquer leur relation avec la dépression nerveuse reviendrait à essayer de savoir qui est le premier de l’œuf ou la poule. L'alcool peut aussi bien être une conséquence de la dépression qu'une de ses causes.

Ce qui reste sûr, c’est qu’un environnement social où les proches se soutiennent, et parviennent donc à vaincre le stress et les angoisses plus facilement pourrait constituer une barrière à la dépression nerveuse.

À ces facteurs environnementaux, on peut ajouter le facteur héréditaire. En effet, il semblerait qu’il puisse y avoir une origine génétique. Même si les recherches menées pour déterminer un gène responsable de la dépression nerveuse n’ont pas abouti, il semblerait qu’il y ait plusieurs gènes qui interviennent dans cette maladie. Cette hypothèse est étayée par le fait qu’il y a plus de chance (statistiquement) de faire une dépression nerveuse lorsque l’un de ses proches en a déjà souffert.

Les signaux de détresse à identifier en cas de dépression nerveuse

Un état psychologique instable

La dépression nerveuse semble à priori un mal facile à diagnostiquer. En fait, tout le monde pense connaître les symptômes de cette maladie et être capable de les reconnaître. Mais la réalité c’est que l’on a très souvent du mal à réaliser que l’un de nos proches souffre de ce mal. Ce que traversent les personnes en dépression nerveuse est assez subjectif, mais certains symptômes sont récurrents et peuvent être identifiés lorsqu’on y prête attention.

Le premier signe de la dépression, c’est un état de tristesse qui envahit tous les aspects de la vie du malade. Ainsi, tout est perçu à travers une lentille qui noircit tout, les aspects positifs deviennent quasi-imperceptibles, et le moindre problème semble insurmontable.

Cet état de tristesse, que chacun peut ressentir, ne disparaît pas au bout d’un certain temps chez le déprimé, cela dure indéfiniment… La personne déprimée est d’une humeur triste et morose tous les jours, du matin au soir.

Une baisse de moral qui agit sur le corps

Le corps a tendance à somatiser ce genre d’état, une partie de la douleur psychologique et transformée en douleur physique. C’est de là que vient un état de fatigue général, qui comme la tristesse, ne disparaît pas malgré le repos. Cette fatigue physique est accompagnée d’une fatigue intellectuelle, l’ensemble poussant le malade à s’isoler, à fuir les proches et les collègues, et par conséquent à avoir de moins en moins de vie sociale. A cela s’ajoute une baisse du désir, les choses qui d’habitude apportent de la joie ou de la motivation, n’ont plus aucun effet sur le déprimé.

Mais ce qui reste le plus dangereux dans la dépression nerveuse, c’est sans doute les dégâts qu’elle fait sur l’estime de soi. Un sentiment d’échec s’ancre dans l’esprit du malade, et son regard sur tous ce qui l’entoure est conditionné par ce sentiment. Enfin le déprimé a tendance à se replier sur lui-même. Le réconfort que tentent d’amener ses proches est toujours insuffisant, la maladie est plus forte, mais ce n’est pas pour autant que les proches n’ont aucun rôle à jouer, bien au contraire.

Les conséquences physiques et morales de la dépression nerveuse

La dépression nerveuse a des effets immédiats sur le corps de la personne qui en est atteinte. La fatigue s’accompagne d’une baisse de libido. Une sensation de stress, d’angoisse profonde mais aussi la sensation de boule dans la gorge, de ventre noué et des palpitations rappellent constamment au malade son état. L’idée du suicide peut aussi faire son apparition dans l’esprit du malade, et doit être prise au sérieux.En fait, le meilleur moyen de laisser la dépression nerveuse gagner du terrain, c’est de ne pas la prendre au sérieux, de penser que cela va passer comme un rhume hivernal, ou une petite déprime passagère.On peut retenir de la dépression nerveuse qu’il s’agit d’une maladie réelle, qui doit être prise en charge par un spécialiste, et qui se soigne.

En conclusion, la dépression nerveuse peut avoir de nombreuses origines, sans qu’aucune ne soit déterminée avec certitude. Mais en comprenant son fonctionnement biologique, au niveau cérébral en particulier, la science est capable d’apporter une réponse efficace contre cette maladie.

Néanmoins, les médicaments pour soigner la dépression nerveuse peuvent avoir des effets secondaires importants ; et le soutien psychologique de la famille ou d’un psychothérapeute ainsi que des traitements naturels peuvent également avoir des effets très bénéfiques


Ce produit a bien été ajouté à votre panier
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a un produit dans votre panier.

Frais de ports offerts à partir de 50€ ! (en France et en Belgique)

Prix des produits
Emballages
Frais de port 
Total
Continuer mes achats Régler la commande
Avec cette commande, la Compagnie des Sens vous offre