La dépression nerveuse est une maladie qui peut transformer la vie quotidienne en enfer. Mais ce n’est pas valable uniquement pour la personne malade. Cela peut également être très difficile à gérer pour ses proches. Or ces derniers constituent un élément clé dans la voie de la guérison, et ne doivent surtout pas se désintéresser du malade ou prendre sa dépression à la légère. Les proches peuvent tout autant aider le malade à surmonter son mal-être qu’empirer sa situation et sa maladie. Il est donc important de savoir de quoi il s’agit et comment aider.

Les comportements à suivre pour aider le déprimé

Il est nécessaire, aussitôt que votre proche présente les symptômes de la dépression nerveuse, de se renseigner sur cette maladie pour avoir les cartes en main et savoir contre qui on « joue ». La dépression nerveuse est une maladie bien réelle qui peut avoir des conséquences désastreuses sur la vie sociale du malade et de ses proches par conséquent.

Une fois la première étape de prise de conscience de la maladie et de sa gravité passée, pour aider la personne malade, il faut déjà lui montrer qu’on la soutient, qu’on l’aime et que sa maladie sera vite passée.

Il est important d’être solide psychologiquement pour venir en aide à une personne en dépression nerveuse, car le risque est de se laisser submerger par l’humeur maussade du malade.

Les comportements à éviter pour le bien du malade

S’il est important de montrer sa présence et son affection au proche malade, il est particulièrement important de ne pas en abuser. Ce serait le meilleur moyen de faire sentir au malade qu’il est faible. Et s’il est également important de soutenir le déprimé dans les activités quotidienne (cuisiner, faire les courses), là encore cela doit se faire avec modération au risque de conforter le malade dans son impression qu’il ne sert à rien.

Vous vous en rendez surement compte, aider une personne atteinte de dépression nerveuse est loin d’être une chose aisée. La personne en dépression ne doit pas être secouée, les conseils tels que « ressaisis-toi ! » ou « c’est seulement dans ta tête » sont à proscrire. Enfin, il est fortement probable que certaines paroles du malade soit blessantes, mais il faut éviter de trop prendre à cœur ce qui est dit au cours de la maladie et qui exprime plus la tristesse et la colère qu’autre chose.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 2 votes )

Autres articles liés

Bibliographie

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Notre équipe pluridisciplinaire (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) est composée de 6 personnes, travaillant à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits. Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?