Le diabète est une pathologie chronique qui touche de plus en plus de monde. On distingue le diabète insulino-dépendant (diabète type 1, une pathologie auto-immune correspondant à l’absence d’insuline), et le diabète insulino-résistant (diabète type 2, une diminution de l’effet hypoglycémiant de l’insuline). On ignore comment prévenir ou soigner le diabète de type 1. Néanmoins, une alimentation saine et équilibrée et une activité physique adaptée sont essentielles pour prévenir et contrôler le diabète type 2. Ces préceptes sont également recommandés en cas de diabète type-1, dans l’objectif de limiter les complications et améliorer la réponse aux traitements. De nombreux aliments de notre régime alimentaire sont plus qu’intéressants qu’ils ne laissent le croire dans ce cas. Parmi eux, les pruneaux sont riches en fibres et antioxydants, deux marqueurs qui semblent bénéfiques pour les personnes diabétiques.

Cet article a été mis à jour le 06/12/2023

Un aliment intéressant en cas de diabète

Le diabète est une maladie chronique qui modifie le métabolisme du glucose (sucre). Elle survient lorsque le corps ne produit plus d’insuline, ou lorsque celle-ci est inefficace. Quand le diabète est déclaré, les patients doivent obligatoirement assurer l’équilibre de leur glycémie, via une alimentation équilibrée est indispensable (accompagnée ou non de médicament).

Les pruneaux aident à lutter contre le diabète en régulant la glycémie. En effet, ils ont un indice glycémique faible, estimé à 39. L'indice glycémique (IG) est un classement des aliments en fonction de leur effet hyperglycémiant. Les aliments à IG élevé sont rapidement digérés, absorbés et métabolisés : ce qui fait fortement augmenter la glycémie. Les aliments à faible IG, en raison de leur digestion et de leur absorption lente, produisent une augmentation faible de la glycémie.

Ainsi, la consommation de Pruneaux n’entraine pas de pic glycémique : les variations de la glycémie sont maitrisées et progressives. De ce fait, les Pruneaux contribuent à diminuer l’hémoglobine glyquée, qui reflète le comportement de la glycémie sur les deux derniers mois.

Le faible indice glycémique des Pruneaux peut s’expliquer par la présence non négligeable de fibres : environ 5 g de fibres pour 100 g de Pruneaux. Les fibres réduisent l’indice glycémique des aliments en limitant l’absorption des glucides.

Par ailleurs, les Pruneaux auraient une capacité antioxydante moyenne (score FRAP de 2,4 mmol/100 g). L’impact antioxydant des aliments est à considérer face à un diabète. En effet, la gestion du stress oxydant contribue à prévenir les complications du diabète : rétinopathie diabétique, néphropathie diabétique, microangiopathie diabétique, etc. À savoir que les hyperglycémies répétées induisent la glycation des protéines (fixation d’un glucose sur les protéines). Cette fixation est pro-oxydante et favoriserait le développement des pathologies vasculaires. Notez tout de même que l’effet antioxydant des fruits frais est supérieur aux fruits secs !

À ce stade, malgré leur goût sucré, les pruneaux n’induisent pas de pic de la glycémie, si l’on respecte les quantités journalières recommandées pour un diabète : 30 g de Pruneaux par jour. Au contraire, le Pruneau peut même réduire l’indice glycémique d’un repas, si ce dernier est trop riche en aliments à indice glycémique haut. Également, on note un effet antioxydant des Pruneaux intéressants, permettant de prévenir les multiples complications vasculaires liées au diabète.

Mais en quantité raisonnable

Bien que les Pruneaux n’induisent pas d’effet délétère en tant que tel, il n’est pas pour autant recommandé de les consommer en excès. Tout est une question de dosage ! Les Pruneaux sont des fruits séchés, c'est-à-dire qu'ils ont subi un traitement de séchage pour retirer l’eau des prunes fraiches : une déshydratation. Cette déshydratation concentre la matrice nutritionnelle des Pruneaux : concrètement, en perdant de l’eau (acalorique), on concentre les autres nutriments. Cela signifie que pour la même quantité consommée, les pruneaux ont un taux de sucre plus élevé et sont plus caloriques que les prunes fraiches.

Il est donc important de ne pas faire d’excès et d’adapter les quantités journalières recommandées ! En effet, on admet que 75 g de pruneaux par jour, soit 10 à 15 pruneaux, représente une consommation normale de pruneau, pour un individu en bonne santé. Lors d’un diabète, il est nécessaire de revoir la quantité à la baisse.

Pour justifier cela, il est intéressant de calculer la charge glycémique des Pruneaux. L'indice glycémique est un indicateur de l'hyperglycémie provoquée par l'ingestion d'un aliment en fonction de la quantité que l'on en consomme. Pour 30 g de pruneaux, la charge glycémique est faible : approximativement 5,4. Toutefois, pour 75 g de pruneaux (environ 10 à 15 pruneaux), la charge glycémique est de 16, ce qui est moyen (dans la fourchette haute). Avec 75 g de pruneau, la glycémie est plus difficile à maintenir stable, les pruneaux perdent leurs fonctions « régulateur de la glycémie ».

La clé pour une alimentation saine et équilibrée est de savoir consommer de tout, mais en quantité raisonnable. Les Pruneaux aident à réguler les taux de sucre dans le sang après un repas. Cependant, en trop grande quantité, ils contribuent à l’hyperglycémie et ne sont pas adaptés aux personnes diabétiques. Ainsi, en cas de diabète, il est préférable de consommer 25 à 30 g de pruneaux au maximum par jour, soit 5 à 6 pruneaux (pesées avec leurs noyaux).

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.9 ( 194 votes )

Bibliographie

Publication : P GILLERY, 2006. Stress oxydant et glycation des protéines au cours du diabète sucré. Annales de Biologie Clinique. 1 juillet 2006. Vol. 64, no. 4, pp. 309‑314.

Publication : Morabbi Najafabad A, Jamei R. Free radical scavenging capacity and antioxidant activity of methanolic and ethanolic extracts of plum (Prunus domestica L.) in both fresh and dried samples. Avicenna J Phytomed. 2014 Sep;4(5):343-53. PMID: 25386397; PMCID: PMC4224712.

Publication : Uusitupa M, Khan TA, Viguiliouk E, Kahleova H, Rivellese AA, Hermansen K, Pfeiffer A, Thanopoulou A, Salas-Salvadó J, Schwab U, Sievenpiper JL. Prevention of Type 2 Diabetes by Lifestyle Changes: A Systematic Review and Meta-Analysis. Nutrients. 2019 Nov 1;11(11):2611. doi: 10.3390/nu11112611. PMID: 31683759; PMCID: PMC6893436.

Publication : Stacewicz-Sapuntzakis M. Dried plums and their products: composition and health effects--an updated review. Crit Rev Food Sci Nutr. 2013;53(12):1277-302. doi: 10.1080/10408398.2011.563880. PMID: 24090144.