Les huiles essentielles sont des produits moléculairement très complexes, et auront des effets différents selon la manière dont elles seront utilisées. Les 4 voies d’utilisation principales sont la voie cutanée, la voie orale (ingestion), la diffusion et l'inhalation. Quelques autres voies d’utilisation sont également possibles, mais demandent souvent plus de précautions, ou la consultation d’un professionnel de santé. Voici quelques indications sur ces différentes voies d’utilisation, pour bien utiliser les huiles essentielles.

Par voie cutanée

La voie cutanée est idéale pour utiliser les huiles essentielles puisque lors d’une application cutanée, l’huile essentielle traverse l’épiderme très rapidement et se propage dans le corps. En cas d’application sur le thorax par exemple, les particules agissent en moins de 10 minutes ! Les utilisations varient en fonction de nombreux facteurs : huile essentielle, risques associés (irritante, dermocaustique, photosensibilisante, etc), action recherchée, zone d'application, utilisateurs, etc. Par exemple, certaines huiles essentielles sont très dermocaustiques et peuvent s'utiliser par voie cutanée à condition qu'elles soient très diluées (ex : la Cannelle). D’autres sont potentiellement irritantes pour les peaux sensibles, et nécessitent donc également une dilution (voir plus bas) avant d’être utilisées. Certaines enfin ne posent pas de problèmes, mêmes pures sur des zones localisées et sur le court terme (par exemple le Ravintsara). Attention, si vous diluez votre huile essentielle, il vous faudra patienter un peu plus avant d’en observer les effets. Les huiles végétales ont en effet des particules bien plus grosses que les huiles essentielles, qui seront donc piégées à l’extérieur de l’épiderme. Massez longuement afin que celle-ci pénètre malgré tout dans la peau.

À savoir également que la zone d'application est tout simplement liée à l'action recherchée. Par exemple, une application le long de la colonne vertébrale vise à agir sur le système nerveux mais également sur le système immunitaire. Sur le thorax, l'application vise le système respiratoire. Foie, intestin, estomac, les organes sont dans ce cas directement ciblés, par exemple en cas de digestion difficile ou de problèmes hépatiques. Dans le cas du plexus solaire, on cible le système nerveux autonome mais aussi le système cardiaque. Concernant les plis du coude, intérieur des poignets, les veines y sont généralement bien visibles, ces utilisations permettent un passage rapide des HE dans la circulation sanguine, on parle de "perfusion aromatique". C'est souvent le cas pour des situations de stress, d'insomnies, les effets recherchés doivent être rapides. Tout est donc une question de physiologie.

Par voie orale

L’utilisation par voie orale est possible pour beaucoup d’huiles essentielles, contrairement à une idée reçue. Sous la langue, il existe un réseau d’irrigation important, permettant un passage dans le système sanguin rapide. Sur la langue, elle sera efficace pour les infections nasales, grâce à une absorption par la muqueuse et les sinus.

Les huiles essentielles ayant un goût prononcé et pouvant être irritantes, il est généralement préférable d'utiliser un support adapté tel qu'un comprimé neutre, une cuillère à café d'huile végétale ou de miel, un sucre ou un morceau de mie de pain. Il est ensuite recommandé de l'ingurgiter à proximité d'un repas pour une assimilation rapide.

La voie orale est toutefois à utiliser avec précaution : elle est considérée comme la voie d’utilisation la moins bien tolérée du fait de l’absence de barrière protectrice, contrairement à la voie cutanée par exemple. C’est pourquoi l’ingestion d’huile essentielle est fortement déconseillée pour les enfants de moins de 6 ans. Pour certaines huiles essentielles, l'avis d'un médecin est nécessaire avant ingestion : si l'efficacité est maximale par cette voie, la toxicité aussi !

En diffusion

Il existe différentes manières de diffuser les huiles essentielles, plus ou moins efficaces selon la technologie de diffusion utilisée, et surtout plus ou moins coûteuses. La plus connue est bien sûr l'utilisation d'un diffuseur : les nébulisateurs restent les plus efficaces et les plus puissants, à privilégier pour une utilisation thérapeutique des huiles essentielles. Il existe ensuite les brumisateurs, les diffuseurs à ventilation ou par chaleur douce.

D’autres techniques de diffusion existent mais restent somme toute assez artisanales et peu efficaces :

  • La diffusion humide : mettre quelques gouttes d’huile essentielle dans un bol d’eau chaude près d’un radiateur.
  • Le spray d’ambiance : ajouter quelques gouttes d'huiles essentielles dans un flacon spray contenant une base permettant leur bonne dispersion (alcool, vinaigre blanc, etc.).
  • Le brûle-parfum : cette dernière technique est à proscrire pour les huiles essentielles. Elles sont déposées dans un réceptacle et chauffées à plus de 40°C par la flamme d’une bougie. Cette technologie induit la modification moléculaire de l’huile essentielle, et risque de disperser des molécules néfastes dans l’air.

En inhalation

L’inhalation permet une absorption des huiles essentielles directement par la voie respiratoire de différentes façons puisqu’elle peut être sèche ou humide :

  • On entend par inhalation sèche, les inhalations effectuées à l’aide d'un support comme un mouchoir ou un stick inhalateur. L’avantage de l’inhalation sèche est qu’elle est rapide et nomade, disponible partout. Il suffit de déposer quelques gouttes d’huile essentielle sur un mouchoir ou la mèche en coton de l'inhalateur et d’inspirer profondément.
  • L’inhalation humide peut quant à elle s’effectuer à l'aide d'un inhalateur électrique, ou dans un bol d’eau très chaude. Verser un mélange d’eau et d’huile essentielle dans un bol (environ 5 gouttes dans un bol d’eau), et inhaler, la tête couverte d’une serviette (afin d’empêcher les vapeurs de se diffuser). Les composés aromatiques sont transportés par la vapeur d’eau ce qui permet une meilleure disponibilité des molécules présentes dans l’huile essentielle. Toutefois il est important de ne pas inhaler l’huile essentielle pendant plus de 10 minutes, et de ne pas utiliser d'huile essentielle irritante pour les voies respiratoires. Cette méthode est contre-indiquée pour les enfants, les personnes asthmatiques ou souffrant d'irritations cutanées au niveau du visage.

Les voies d'utilisation moins courantes

Par voie rectale

La muqueuse de cette zone est très irriguée, ce qui permet une efficacité rapide, comparable à ce qui est observée en sublinguale. Les huiles essentielles arrivent au niveau de la veine cave inférieure et sont rapidement en contact avec les alvéoles pulmonaires. De plus, par cette voie, les huiles essentielles ne sont pas dégradées comme après un passage par l'intestin.

Le rectum est une zone irritable, et les huiles essentielles ne doivent jamais être appliquées pures sur cette zone. Elles doivent être administrées en suppositoires. Certains laboratoires pharmaceutiques ou pharmaciens sont habilités à préparer les huiles de cette manière, il est très vivement déconseillé de s’orienter sur une fabrication artisanale.

Par voie vaginale

La muqueuse vaginale présente les mêmes qualités que la muqueuse rectale, très perméable et irriguée. Cette voie est disponible via des lavements vaginaux à base d’huiles essentielles, des ovules gynécologiques ou des crèmes gynécologiques.

Avant d’utiliser cette voie d’accès, il est toujours nécessaire d’en parler avec son gynécologue ou médecin généraliste. De plus, il est recommandé de faire préparer les mélanges par des professionnels afin de limiter les risques et les effets secondaires.

Comment diluer son huile essentielle ?

  • Dans une huile végétale : pour une application cutanée avec un minimum de risque, cette dilution reste la meilleure solution. Les huiles végétales sont très nourrissantes pour la peau. De plus, elles ont des propriétés biochimiques similaires à celles des huiles essentielles, permettant un très bon mélange entre elles. Les huiles végétales peuvent aussi servir de support pour une prise par voie orale. Privilégier dans ce cas une huile végétale alimentaire.
  • Dans de l'eau : les huiles essentielles ne se mélangent jamais avec l’eau, elles sont lipophiles et restent généralement en surface de l'eau. Pour une utilisation dans un verre d'eau à boire, il sera nécessaire d'utiliser un dispersant adapté à l'ingestion. Pour une utilisation dans un bain par exemple, il faudra mélanger l’huile essentielle à un dispersant adéquat (base moussante, sels de bain, etc.).
  • Sur un comprimé neutre : ils se trouvent en pharmacie ou sur internet. Ils sont généralement formulés à base de gomme d'acacia, et sont comme leur nom l'indique, neutres en goût. Il suffit de déposer 1 à 2 gouttes maximum de l'huile essentielle sur le comprimé, de laisser pénétrer, puis de laisser fondre en bouche.
  • Sur un support sucré (miel, sucre, mie de pain) : ces supports sont efficaces lors d’une prise par voie orale, diminuant le goût très prononcé de l’huile essentielle et permettant une meilleure digestion.
  • Dans une base cosmétique (crème, gel, baume, etc.) : tous ces produits permettent une application cutanée facile de l’huile essentielle, en diminuant les risques pour la peau. Cependant, chacun de ces mélanges nécessite une dilution précise de l’huile essentielle. On ne peut mélanger autant de gouttes dans un baume que dans une crème par exemple.

Quelques huiles végétales de dilution

L'huile végétale de jojoba

L’huile végétale de Jojoba est l'huile neutre par excellence. C'est en réalité une cire végétale liquide, elle est dite non-graissante grâce à sa composition biochimique très proche d'une partie de celle du sébum humain. Cette particularité la rend très facilement absorbable par l’épiderme.

L'huile végétale d'arnica

Pour les puristes, il s’agit en réalité d’un macérat huileux d’Arnica, et non d’huile végétale. Elle est incontournable en cas de douleurs musculaires, de coups, et de problèmes de circulation sanguine. Le Millepertuis ou encore la Reine des prés sont aussi des macérats utiles pour ces utilisations.

L'huile végétale d'amande douce

Pour les nourrissons et enfants, c’est l'huile végétale à adopter ! Très douce, hydratante et adoucissante, elle régénère instantanément la peau. De plus, elle est efficace pour tous les types de peau, aucune contre-indication pour cette huile passe-partout.

L'huile végétale de nigelle

L’huile végétale de Nigelle est une indispensable pour de nombreux problèmes respiratoires, immunitaires ou encore digestifs. Elle peut s'utiliser autant par voie cutanée que par voie orale. Une dilution dans une autre huile végétale est requise pour les peaux et appareils digestifs les plus sensibles.

L'huile végétale de bourrache

L'huile de Bourrache est adaptée aux femmes, elle est active sur le système hormonal en cas de troubles menstruels et durant la ménopause. Elle est également adaptée aux problèmes dermatologiques et articulaires grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. Elle peut également être remplacée par l'Onagre.

L'huile végétale de rose musquée

L’huile végétale de Rose Musquée est régénératrice pour la peau. Utilisée en cosmétologie, elle est cicatrisante, aide à la circulation sanguine et soigne les problèmes de peau. De plus, c’est un excellent anti-âge, à associer aux huiles essentielles aux propriétés similaires.

L'huile végétale de noyaux d'abricot

L’huile végétale de Noyaux d'Abricot est une excellente huile de dilution en aromathérapie, notamment pour les massages. Elle est très douce pénétrante. Elle permet de bénéficier d'une action puissante et profonde des huiles essentielles.

L'huile végétale d'Olive

L’huile d’Olive est très utile pour une prise d’huile essentielle par voie orale. Il est souvent conseillé de diluer l’huile essentielle dans une cuillère à café d’huile d’olive. C'est une huile facile à avoir chez soi. Il est toutefois préférable de privilégier une huile d'Olive vierge et BIO.

L'huile végétale de Chanvre

Pour une prise par voie orale des HE, de nombreuses huiles alimentaires peuvent être utiles. Certaines présentent l'avantage d'être riches en oméga-3, un acide gras indispensable pour le bon fonctionnement de l'organisme. C'est le cas des huiles de Chanvre, Chia, Périlla, Lin, et Cameline.


Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.5 ( 215 votes )

Bibliographie

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.