L'Hamamélis, également connue sous le nom scientifique de Hamamelis virginiana, est une plante fréquemment utilisée pour ses vertus astringentes, calmantes et anti-inflammatoires, principalement en application locale. Elle est couramment utilisée pour soulager divers problèmes de peau mineurs tels que les irritations, les bleus, les hémorroïdes et les varices. Dans le domaine de la phytothérapie, l'Hamamélis est aussi traditionnellement consommée par voie orale pour le traitement des troubles veineux. Son utilisation pour favoriser une bonne circulation sanguine soulève la question de ses potentiels effets bénéfiques sur l'hypertension. Cet article explore les connaissances actuelles concernant l'impact de l'Hamamélis sur cette condition.

Cet article a été mis à jour le 15/05/2024

Pas d’effets connus sur la tension artérielle

L'hypertension artérielle est un trouble médical grave associé à un risque accru de pathologies cardiaques, d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) et d'autres complications de santé. Sa prise en charge passe d’abord par des changements de style de vie, incluant une alimentation équilibrée, une pratique régulière d'exercice physique, et parfois, par l'administration de médicaments sur prescription médicale.

À ce jour, il n'existe pas de bases scientifiques solidement établies qui appuient l'idée que l'ingestion d'Hamamélis ou son utilisation externe puisse traiter ou prévenir l'hypertension. En effet son action se limite à l’amélioration de la circulation veineuse.

Les extraits aqueux et hydroalcooliques des feuilles d'Hamamélis montrent des propriétés veinotoniques, par voie locale ou interne, confirmées par des études in vivo, grâce à leur capacité à stimuler la contraction des veines. L'acide gallique et les tanins, présents en abondance dans l'Hamamélis, sont identifiés comme les principaux agents actifs derrière cet effet bénéfique. De plus, d'autres composés, tels que les proanthocyanidines, contribuent à cette action en provoquant une vasoconstriction spécifique aux veines. Ce mécanisme renforce la tonicité veineuse, améliorant ainsi la circulation sanguine et atténuant les symptômes associés aux varices, aux jambes lourdes et aux douleurs liées à ces conditions.

Absence d’interaction avec des médicaments antihypertenseurs

Les données existantes sur les interactions médicamenteuses liées à l'utilisation de l'Hamamélis, sont relativement restreintes. Des organismes de régulation sanitaire, tels que l'Agence européenne des médicaments (EMA) et l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) en France, n'ont pas officiellement signalé d'interactions médicamenteuses avec l'Hamamélis.

Il est important de se rappeler que la pharmacovigilance et les études sur les interactions médicamenteuses sont des domaines en constante évolution. La connaissance actuelle peut évoluer avec de nouvelles recherches ou des rapports de cas cliniques. Par conséquent, les professionnels de santé recommandent souvent une approche prudente lors de l'association de traitements à base de plantes avec des médicaments conventionnels, en particulier quand il s’agit de traitements chroniques comme les antihypertenseurs.

Autres plantes à utiliser en cas d’hypertension

Plantes hypotensives : Aubépine, Olivier

Dans le cadre de la gestion de l'hypertension, il est possible de se tourner vers des remèdes naturels comme certaines plantes connues pour aider au maintien d'un système cardiovasculaire sain et à la régulation de la pression artérielle.

  • L'Aubépine a fait l'objet d'essais cliniques sur des patients souffrant d'insuffisance cardiaque, où l'utilisation d'extraits hydroalcooliques a montré des effets positifs sur la diminution de la pression artérielle.

  • L'Olivier est reconnu pour ses propriétés antihypertensives. Des études in vivo ont en effet confirmé qu'un extrait aqueux de ses feuilles, sous forme d'infusion ou de décoction, entraînait une réduction significative de la pression artérielle.

Il est toutefois primordial de ne pas les utiliser pour remplacer un traitement en cours. La consultation d'un professionnel de santé est recommandée pour garantir l'adéquation et la sécurité de leur usage en fonction de chaque situation.

Plantes hypolipémiantes : Ail, Artichaut

Les plantes hypolipémiantes jouent un rôle clé dans la diminution des risques de complications cardiovasculaires liés à l’hypertension artérielle, notamment en cas d’hypercholestérolémie associée.

  • L'Ail, qui a prouvé son efficacité comme agent hypolipémiant à travers une vingtaine d'études cliniques en double aveugle. Ces études ont révélé qu'un traitement à base d'ail, durant douze à seize semaines, peut réduire significativement les niveaux de cholestérol total, de LDL (le "mauvais" cholestérol) et de triglycérides, tout en augmentant les niveaux de HDL (le "bon" cholestérol) chez les patients.

  • L'Artichaut est également reconnu pour ses vertus dans la gestion du cholestérol, grâce à sa teneur en acides phénols, notamment la cynarine. Cette substance a été observée, dans une étude in vivo, pour réduire le taux de cholestérol de 20 %. Des effets similaires sur le LDL, le mauvais cholestérol, ont été observés dans une étude clinique.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 5 ( 1 votes )

Bibliographie

Publication : Rådmark O, Samuelsson B. 5-Lipoxygenase : mechanisms of regulation. J Lipid Res. 2009 Apr;50 Suppl(Suppl):S40-5. doi: 10.1194/jlr.R800062-JLR200. Epub 2008 Nov 5. PMID: 18987389; PMCID: PMC2674731.

Ouvrage : Goetz, P., & Hadji-Minaglou, F. (2019). Conseil en phytothérapie: Guide à l’usage du prescripteur.

Ouvrage : Fleurentin, J. (2022). Du bon usage des plantes qui soignent.

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.