L’homéopathie est une pratique de médecine non conventionnelle dont les médicaments sont issus du règne végétal, animal ou minéral. Le règne végétal fournit à lui seul 80 % des souches en homéopathie. La souche homéopathique des granules d’Arnica Montana est une plante vivace de la famille des Astéracées que l’on trouve dans les pâturages de montagne. Les granules homéopathiques d’Arnica sont principalement utilisés contre les bleus, les bosses, les douleurs inflammatoires ou encore pour surmonter un choc émotionnel. Elles doivent être prises immédiatement après le choc. C’est aussi une souche homéopathique très utilisée pour soulager l’arthrose ou encore pour soulager les douleurs post-opératoires.

Cet article a été mis à jour le 22/06/2023

Qu’est-ce-que l’homéopathie ?

L’homéopathie est une médecine douce soignant les petits et les grands maux du quotidien. Cet art de soigner repose sur trois grands principes : la similitude, l’infinitésimalité et la globalité.

  • La similitude est un concept qui vise à traiter un malade en administrant des doses extrêmement diluées d’une ou plusieurs substances qui, à plus fortes doses, auraient provoqué les mêmes symptômes que ceux de la maladie.
  • Le principe d’infinitésimalité se base sur le fait d’administrer les molécules d’intérêt en infime quantité afin d’éviter tout effet néfaste des substances toxiques contenues naturellement dans les plantes. Pour cela, la teinture mère (TM) issue de la souche homéopathique d’intérêt est diluée selon le principe de la dilution successive hahnemannienne, au dixième (DH) ou au centième (CH). Les molécules bioactives se retrouvent ainsi en infime quantité dans les solutions. Des billes de sucrose ou de lactose sont ensuite imbibées de ces solutions diluées pour donner les granules homéopathiques. On distingue trois classes de dilution : les hautes dilutions (10 à 30 CH), les moyennes dilutions (5 à 9 CH) et les basses dilutions (1 à 4 CH). Chaque classe de dilution est utilisée spécifiquement. Les hautes dilutions sont utilisées dans le cas où on s’intéresse à un comportement général, par exemple un état dépressif. La classe moyenne est souvent réservée en cas de troubles fonctionnels c’est-à-dire en cas de troubles liés à la fonction d’un organe localisé ou au-delà. Et enfin, les basses dilutions sont adaptées aux problèmes lésionnels, c’est-à-dire à l’atteinte anatomique d’un organe. C’est grâce à ce concept d’infinitésimalité que l’homéopathie est une médecine sans effets secondaires et sans contre-indications, pouvant être utilisée par tous.
  • Pour finir, la globalité est un concept qui ne se focalise pas sur les symptômes d’une maladie comme le ferait l’allopathie, mais qui considère l’individu dans son entièreté en prenant en compte la manière dont les symptômes se manifestent chez le patient ou encore les particularités psychologiques de ce patient. L’homéopathie est donc une thérapie qui ne soigne pas une maladie mais plutôt un malade qui a une façon bien spécifique de manifester la souffrance.

La préparation des granules homéopathiques se base sur ces trois principes. On prépare tout d’abord la teinture mère à partir de la souche homéopathique (les plantes d’Arnica Montana), par macération des fleurs fraîches dans l’éthanol. On retrouve dans cette solution les molécules bioactives extraites de la souche à haute concentration. Les molécules bioactives extraites des fleurs d’Arnica sont principalement l’hélénaline, la 11α, 13-dihydrohélénaline et des flavonoïdes. Cette teinture mère est ensuite diluée selon le principe d’infinitésimalité, ce qui donne les dilutions usuelles de l’Arnica Montana : 4CH, 7CH, 9CH, 15CH et 30CH.

Propriétés thérapeutiques

L’Arnica homéopathique possède trois principales propriétés : anti-inflammatoire, antalgique et anticoagulante. Plusieurs études ont démontré que l’activité anti-inflammatoire de l’Arnica Montana était principalement due à sa teneur en hélénaline et en autres lactones sesquiterpéniques comme la 11α, 13-dihydrohélénaline. En effet, ces molécules inhibent le NF-kB, un facteur transcriptionnel contrôlant de nombreuses cytokines (messagers assurant la communication entre les cellules du système immunitaire) responsables de l’inflammation et de la douleur. Les principales cytokines pro-inflammatoires inhibées sont la TNF-α et l’IL-1β. L’Arnica Montana permet donc de réduire l’inflammation et ainsi d’avoir une action antalgique. Enfin, les propriétés anticoagulantes de l’Arnica Montana sont dues essentiellement à la présence de coumarines mais aucune étude n’est disponible quant au mode d’action exact de ces coumarines sur l’homéostasie.

Les granules homéopathiques d’Arnica Montana sont principalement utilisés en cas de traumatismes physiques (coups et bosses), de douleurs musculaires (crampes et courbatures) ou encore en cas de traumatisme psychique (choc moral lié à une mauvaise nouvelle comme un décès ou accident).

Efficace seul ?

Les traitements homéopathiques ont fait l’objet de plusieurs controverses. En effet, les principes actifs se retrouvant en infime quantité dans les granules, les patients et les scientifiques doutent de l’efficacité de ces traitements. L’homéopathie est alors souvent associée à d’autres traitements. Pour soulager la douleur liée à des inflammations, le macérat huileux d’Arnica est souvent conseillé en usage cutané en complément de l’Arnica homéopathique. On préfère souvent le macérat huileux à la teinture mère d’Arnica. En effet, le macérat huileux est obtenu par macération des fleurs fraîches dans l’huile de tournesol et peut s’utiliser sans contre-indications. À l’inverse, la teinture mère (TM) d’Arnica est obtenue par macération de ces mêmes fleurs dans l’éthanol à 96 % et dans l’eau. Dû à la présence d’alcool, elle est déconseillée aux femmes enceintes et doit être utilisée sous avis médical sur les enfants. La présence d’alcool la rend aussi très irritante et asséchante pour la peau. Il est aussi important de noter que bien que les granules homéopathiques soient issus de cette teinture mère et soient ingérables, la TM pure ne doit en aucun cas être avalée car elle contient des composés toxiques en trop forte quantité (arnicine).

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.7 ( 60 votes )

Bibliographie

Publication : Iannitti, T., Morales-Medina, J. C., Bellavite, P., Rottigni, V., & Palmieri, B. (2016). Effectiveness and Safety of Arnica montana in Post-Surgical Setting, Pain and Inflammation. American Journal of Therapeutics, 23(1), e184 e197. https://doi.org/10.1097/mjt.0000000000000036

Publication : Smith, A., Miles, V., Holmes, D. T., Chen, X., & Lei, W. (2021). Clinical Trials, Potential Mechanisms, and Adverse Effects of Arnica as an Adjunct Medication for Pain Management. Medicines, 8(10), 58. https://doi.org/10.3390/medicines8100058

Ouvrage : Quemoun, A. (2013). Ma bible de l’homéopathie : L’homéopathie, une solution accessible, efficace et sans danger pour tous les maux du quotidien ! Leduc.s éditions.

Ouvrage : Marinier, F. C., & Grest, J. (2020). Sportifs : le guide complet des soins naturels.