La thyroïde est une glande qui sécrète des hormones dites thyroïdiennes. Ces dernières assurent le bon fonctionnement de notre organisme du fait de leurs multiples actions. Ainsi, un dérèglement de cette glande est à l’origine de maladies thyroïdiennes : l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie. Cet article permet de comprendre la physiologie de la thyroïde et de ses hormones.

Qu'est-ce que la thyroïde ?

La thyroïde est une glande logée à la base du cou, entre le larynx et la trachée. Elle est constituée de deux lobes que l’on nomme lobe gauche et lobe droit, reliés entre eux par une partie centrale, l’isthme. La glande thyroïdienne s’apparente à une forme de papillon. On la qualifie souvent de glande endocrine. En effet, elle synthétise des hormones et notamment les hormones T3 (triiodothyronine) et T4 (thyroxine) qu’elle déverse ensuite dans la circulation sanguine. Les hormones thyroïdiennes sont produites à partir de la tyrosine (un acide aminé) et l’iode sous le contrôle de la TSH (thyroid-stimulating hormone) ou thyréostimuline. La TSH est une hormone produite par l’hypophyse (glande du cerveau) et qui contrôle la sécrétion d’hormones de la glande thyroïdienne. En outre, la TSH est elle-même sous le contrôle de la TRH (thyrotropin-relasing hormone) ou thyréotrope, une hormone peptidique synthétisée par l’hypothalamus. La TRH et la TSH ont une place importante dans le contrôle de la production des hormones thyroïdiennes.

Environ 80 % de la production des hormones thyroïdiennes se fait sous la forme de l’hormone T4, tandis que les 20 % restants correspondent à l’hormone T3. Dans la circulation sanguine, une grande majorité de ces hormones vont être inactives puisqu’elles se fixent sur des protéines de transport. Néanmoins, les hormones non fixées sont qualifiées « d’hormones libres » et peuvent être ainsi utilisées par les cellules de notre organisme. Seule, la T3 libre est active contrairement à la T4. De ce fait, l’hormone T4 doit être transformée en T3 par la désiodase (une enzyme) pour être active. Cette enzyme a pour fonction de retirer un atome d’iode de l’hormone T4 pour obtenir l’hormone T3.

Rôles des hormones thyroïdiennes

Les hormones thyroïdiennes sont importantes, elles contrôlent différentes fonctions de l’organisme. De façon générale, les hormones thyroïdiennes ont une action sur le métabolisme, le système nerveux central et les tissus. 

Métabolisme

Les hormones thyroïdiennes interviennent dans le métabolisme des lipides, des protéines et des glucides. En effet, elles assurent la synthèse, l’utilisation ainsi que la dégradation des lipides et des protéines dans leur métabolisme respectif. 

En revanche, dans le métabolisme glucidique, les hormones thyroïdiennes jouent un rôle spécifique sur l’adrénaline (hormone du stress) et l’insuline. En effet, elles favorisent la synthèse du glucose en agissant sur l’adrénaline tandis qu’elles stimulent le stockage du glucose en glycogène en agissant, cette fois-ci, sur l’insuline.

Système nerveux central

La thyroïde et ses hormones permettent la croissance et le développement du système nerveux central. Chez le nourrisson, les hormones thyroïdiennes ont une place importante dans l’établissement des connexions entre les neurones ainsi que leur protection lors du processus de myélinisation. À l’âge adulte, ces hormones ont un rôle tout aussi important puisqu'elles assurent le bon fonctionnement du cerveau.

Tissus

Les hormones thyroïdiennes exercent une action sur les tissus cardiaques, musculaires et digestifs. En effet, elles ont une influence sur la fréquence cardiaque, la contraction musculaire et sur le transit intestinal.

Conséquence d'un dysfonctionnement de la thyroïde

Un dysfonctionnement de la thyroïde impacte la production normale d'hormones thyroïdiennes, induisant ainsi des maladies de la glande : l'hyperthyroïdie et l'hypothyroïdie. En effet, si la glande produit un excès d’hormones, on parle dans ce cas d’hyperthyroïdie. À l’inverse, on parle d’hypothyroïdie lorsque ces hormones sont en déficit.

Les maladies thyroïdiennes peuvent être diagnostiquées dans un premier temps par des signes cliniques et sont ensuite confirmées par un bilan sanguin (mesure de l'hormone T3, T4 et TSH).

Chez un sujet diagnostiqué avec une hypothyroïdie, les taux d’hormones T3 et T4 sont anormalement bas tandis que le taux de TSH est relativement plus élevé que la normale. Ce bilan sanguin peut être approfondi afin d’identifier les causes de cette maladie.

À l’inverse, chez un sujet ayant une hyperthyroïdie, généralement, le bilan sanguin révèle une sécrétion importante d’hormones T3 et T4, et un taux de TSH bas.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.7 ( 22 votes )

Bibliographie

Publication : Makrelouf, M. (2015). Biochimie des hormones thyroïdiennes. http://univ.ency-education.com/uploads/1/3/1/0/13102001/bioch2an16-04_3-hormones_thyroidiennes_makrelouf.pdf

Ouvrage : (Dr), N. P. (2016). Protéger et soigner sa thyroide (Santé/forme). LEDUC.