Les infusions et décoctions sont des préparations ancestrales de plantes séchées qui consistent à extraire leurs molécules solubles dans l’eau. A l’image d’une recette de cuisine avec ses divers ingrédients, l’ensemble des molécules d’une plante, appelé « totum », et leur concentration va être à l’origine de propriétés bien spécifiques de cette tisane. Ainsi, plus les molécules sont solubles dans l’eau, et plus on a de chance de les retrouver en quantité dans nos tisanes. Les interactions entre les molécules vont conférer à la tisane une activité qui lui est propre.

La polarité des molécules

On parle de molécules polaires pour désigner des molécules solubles dans l'eau tandis que les molécules apolaires sont moins solubles dans l'eau. Parmi les composés les plus solubles dans l’eau, que l’on va qualifier de polaires ou encore d’hydrosolubles, nous retrouvons les fameux polysaccharides, sels minéraux, alcaloïdes ou encore les acides phénols. On retrouve également dans de nombreuses tisanes les flavonoïdes, les tanins ou encore les saponines. Ces molécules sont généralement liées à un ou plusieurs oses : on les qualifie alors d’hétérosides. Parmi les moins solubles on retrouve les huiles essentielles, ou encore les dérivés terpéniques (lactones diterpéniques, sesquiterpéniques, iridoïdes, structures stéroïdiennes, etc.).
Fonctions alcools

Les oses et hétérosides

Les oses correspondent aux molécules de sucres simples tels que le glucose, le fructose etc. Ils peuvent s’associer et former des sucres complexes : les holosides ou les hétérosides.

Les hétérosides correspondent à une molécule composée d’un ou plusieurs glucides (aussi appelés oses) associés à une partie que l’on qualifie d’aglycone, c'est à dire qui n’est pas un sucre. Cette unité se nomme la génine.

Cette génine correspond généralement à la partie de l’hétéroside ayant une activité pharmacologique. Elle est généralement moins soluble que les oses. Parmi les génines que l’on retrouve souvent dans nos plantes, il y a les saponines ou encore les flavonoïdes par exemple. Leur nom se finit généralement par « -oside ». En résumé, de nombreuses molécules sont sous forme d’hétérosides dans les tisanes.
La réaction chimique qui se déroule dans notre tisane est nommée « hydrolyse ». Cela peut paraître un peu complexe mais pas de panique, c’est simple à comprendre ! Lors de cette réaction, l’hétéroside va s’associer à une molécule d’eau (H2O) pour se scinder en 2 molécules : la génine et l’ose. Elles auront chacune capté une partie des atomes d’H2O. Les hétérosides sont plus solubles dans l’eau que la génine seule. La génine est ensuite absorbée par les intestins.

Les mucilages

Les mucilages correspondent à des polysaccharides. Ce nom qui peut paraitre un peu barbare, désigne tout simplement une molécule contenant plus de 10 oses associés entre eux. Ce sont des « sucres complexes ». Ils forment des chaînes capables de capter l’eau afin de former un gel.

L’arabinogalactane dans la Guimauve ou encore l'Echinacée est sont un bon exemple. On voit tout de suite la structure complexe de ce polysaccharide. Il confèrerait à l'Echinacée des propriétés immunostimulantes grâce à l'activation de certaines cellules immunitaires.

Propriétés des mucilages

  • Protection des muqueuses : les gels hydrophiles tapissent les muqueuses, ce qui permet de former une couche protectrice.
  • Emollients, adoucissants : cette protection gélatineuse va adoucir les muqueuses.
  • Anti-inflammatoires : le gel formé va calmer les inflammations.
  • Antitussifs : étant adoucissants, les mucilages apaiseront les zones irritées par la toux ce qui aidera à calmer le réflexe de toux en cas de douleur.
  • Régulateurs du transit (laxatifs ou constipants) : ils vont faire gonfler les selles et les remplir d’eau ce qui va favoriser leur progression dans les intestins en cas de constipation. En cas de diarrhée, les mucilages étant émollients, ils vont apaiser l’inflammation locale.
  • Immunostimulants : considérés comme des prébiotiques, les mucilages nourrissent notre flore intestinale qui participe à notre immunité.
  • Hypoglycémiants : consommés pendant un repas, les mucilages vont former une couche protectrice gélatineuse et vont de ce fait capter de nombreux nutriments qui seront ralentis voire piégés par cette barrière. Ils atteindront difficilement nos cellules épithéliales.

Risques

Etant donné que les mucilages forment un gel qui tapisse la muqueuse intestinale, il est déconseillé de boire des tisanes en contenant beaucoup en même temps qu’un repas ou que la prise d’un traitement médicamenteux. Cela entraine une modification de l’absorption des nutriments et des molécules.

Les composés phénolés

Les composés phénolés englobent plusieurs milliers de substances. On y retrouve entre autres les acides phénoliques et les polyphénols. Les composés phénolés ont une action antioxydante, c’est-à-dire qu'ils vont piéger et neutraliser les radicaux libres. Néanmoins, selon le totum de la plante, les propriétés peuvent largement varier.

Les acides phénoliques

Les acides phénoliques sont des molécules dérivées des acides cinnamiques et benzoïques en phytochimie, qui portent au moins une fonction hydroxyle (-OH) et une fonction carboxylique (-COOH). Ils présentent les propriétés suivantes :

  • Antioxydants
  • Anti-inflammatoires
  • Antalgiques
  • Cholérétiques
  • Drainants

Exemple

L’acide rosmarinique du Romarin par exemple est un dérivé de l’acide cinnamique. Comme tous les acides phénols, il possède des propriétés anti-oxydante et anti-inflammatoire, mais il est en plus de cela antiviral. En effet des recherches ont mis en lumière ses capacités à empêcher la réplication des virus. Il possèderait également des propriétés anti-allergiques grâce à son action inhibitrice des médiateurs de l’allergie.

Les polyphénols

Dans les tisanes on retrouve principalement les tanins et les flavonoïdes. Leur structure de base est composée de plusieurs noyaux phénols (phénols simples). Ils confèrent à la plante les propriétés suivantes :

  • Antioxydants
  • Anti-agrégants plaquettaires : ils favorisent la vasodilatation et permettent ainsi d’empêcher les plaquettes de s’agglutiner.
  • Diminuent le risque de maladies cardio-vasculaires de manière générale : l’intégrité des tissus vasculaires est maintenue grâce à leur action antioxydante.

Les tanins

Les tanins sont des complexes de polyphénols. C’est grâce à eux que l’on a cette sensation astringente dans la bouche ! Ils sont contenus dans une grande majorité de plantes mais en quantités différentes. Ils précipitent les protéines ce qui leur permet de resserrer les tissus localement, comme le tissu cutané, la muqueuse intestinale, etc. Il existe 2 types de tanins : les tanins hydrolysables et les proanthocyanidols. Tous deux vont avoir cette capacité de resserrer le tissu cutané localement. Ils sont dits astringents par contact. Ils possèdent également des propriétés anti-infectieuses. Là où les proanthocyanidols tirent leur épingle du jeu, c’est qu’on les utilise plutôt en interne pour leur action sur tous les tissus de l’organisme, notamment la muqueuse intestinale par exemple ! Cela leur confère des propriétés supplémentaires de :

  • Antidiarrhéiques
  • Anti-infectieuses
  • Veinotoniques

Risques

Les tanins étant très astringents, ils vont resserrer les muqueuses intestinales et empêcher certains nutriments et certaines molécules d’être absorbés pas les cellules intestinales. Il est donc généralement recommandé de prendre les repas et traitements médicamenteux espacés de l’infusion de plantes contenant une quantité significative de tanins.

Exemple

Les plantes comme la Rose, la Reine-des-prés ou encore l'Alchémille, offrent des propriétés qui témoignent de leur teneur en tanins. En effet les tanins de la Rose vont précipiter les protéines du derme comme l'élastine et le collagène, permettant ainsi à la peau de retrouver tonicité et élasticité.

Les flavonoïdes

Les flavonoïdes sont des complexes de polyphénols. La molécule « active » est un flavonoïde qui se combine avec des sucres. Ce sont par exemple les fameux pigments responsables de la coloration des végétaux. Ils vont du jaune au rouge foncé à bleu. Il y en a divers types :

  • Les flavonols : pigments jaunes
  • Les flavones et isoflavones
  • Les flavanones
  • Les flavan-3-ols
  • Les anthocyanidines : pigments rouges orangés à bleus
  • Les chalcones et aurones : pigments jaunes
  • Le xanthone : pigments jaunes

Propriétés

  • Antioxydants : les radicaux libres à l'origine de l'oxydation seraient neutralisés par le ou les groupements hydroxyles des flavonoïdes.
  • Hypotenseurs
  • Antispasmodiques
  • Anti-allergiques : il a été démontré que certains flavonoïdes sont capables de réduire la réponse aux médiateurs de l'allergie.
  • Anti-inflammatoires : les flavonoïdes seraient capables d'inhiber les mécanismes de l'inflammation.
  • Hépato-protecteur
  • Diurétiques
  • Antiviraux et antibactériens
  • Protecteurs cardio-vasculaires : les flavonoïdes permettraient de limiter la formation de radicaux libres issus d'inflammations à la surface des cellules endothéliales.

Risques

Les isoflavones seraient capables de se lier aux récepteurs des œstrogènes. Ils auraient donc une influence sur notre système hormonal. De ce fait, les plantes en contenant en quantité significative peuvent être déconseillées aux femmes enceintes et personnes ayant une maladie hormono-dépendante.

Exemple

Le kaempférol est un flavonoïde de type flavonol que l’on retrouve dans la bractée du Tilleul. A l'image de la plupart des flavonoïdes, il possède des propriétés anti-oxydante et antibactérienne, mais il est en plus de cela neuroprotecteur. Il serait reconnu pour son activité anxiolytique !

Les saponosides

Les saponosides sont des hétérosides composés de molécules d’oses et de saponines. Les saponosides sont des tensioactifs naturels : ils possèdent un pôle hydrophile (oses) et un pôle hydrophobe (génine) leur conférant des propriétés moussantes. Cette action leur permet d’augmenter la sécrétion de mucus bronchique et de fluidifier les mucosités en abaissant leur tension superficielle.

Propriétés

  • Tensioactifs
  • Antibactériens : grâce à leurs propriétés tensio-actives, les micelles vont capter les microbes. C’est le même principe que le savon pour se laver les mains.
  • Antifongiques
  • Antiviraux
  • Anti-inflammatoires
  • Cicatrisants
  • Hypocholestérolémiants : les micelles vont capter le cholestérol et aider le transport des acides biliaires.
  • Vasoconstricteurs
  • Immuno-modulants (certains saponosides triterpéniques)
  • Expectorants doux : ils favorisent la formation de mucus en cas de toux sèche.
  • Antitussifs : émollients, ils apaisent l’inflammation locale et permet de calmer la toux.
  • Diurétiques : leurs génines sont capables d’augmenter la perméabilité des membranes.

Exemple

Les verbascosaponosides contenus dans le Bouillon blanc ont des propriétés expectorantes douces en cas de toux grasse grâce à la formation de mucus ce qui provoque un mécanisme expectorant. Ils sont également émollients, le mucus formé va permettre d’adoucir les muqueuses et d'agir comme antitussif en cas de toux sèches.

Les alcaloïdes

Les plantes à alcaloïdes sont les plantes les plus actives de la pharmacopée végétale. Elles sont composées d’une molécule d’azote et sont de nature alcaline. Le nom des molécules finit par « -ine ». Leurs propriétés sont extrêmement polyvalentes.

Propriétés

  • Sédatifs du système nerveux
  • Toniques du système nerveux
  • Hypertensifs
  • Hypotensifs
  • Antispasmodiques
  • Anticancéreux

Exemple

Les propriétés des alcaloïdes contenus dans la Fumeterrre grimpante ont été étudiés. Il a été démontré sur des souris que la stylopine et la protopine présentes dans la plante même en quantité relativement faible, ont une action anti-inflammatoire grâce à l'inhibition des médiateurs de l'inflammation au niveau des muqueuses intestinales. Ces molécules auraient également une activité immunomodulante et régénératrices de l'épithélium.

Les sels minéraux

Les sels minéraux sont des éléments chimiques sous forme ionique. Dans les tisanes on retrouve généralement la silice, le calcium, le potassium, le fer, le zinc ou encore l’iode. Ils sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme tout comme les vitamines. De manière générale ils interviennent dans toutes les réactions enzymatiques de notre corps et vont donc contribuer à son bon fonctionnement, une bonne santé et ainsi une bonne vitalité. On dit que les plantes reminéralisantes sont donc revitalisantes.

Propriétés

  • Reminéralisants
  • Anti-rhumatismals
  • Dépuratifs
  • Diurétiques
  • Anti-inflammatoires

Exemple

L’Ortie contient du fer, potassium, silice, zinc et possède toutes les propriétés retrouvées dans les minéraux. Elle est très utilisée en "cure de revitalisation" en naturopathie notamment grâce au silicium qu'elle contient.

Les lactones sesquiterpéniques

Les lactones sesquiterpéniques alias « principes amers », représentent plus de 3000 structures différentes. Les lactones sont d’ailleurs retrouvées dans les huiles essentielles. Les plantes en contenant en quantité significative sont souvent utilisées en cure détox, mais possèdent également les propriétés suivantes :

  • Stimulante hépatique et rénale
  • Anti-inflammatoires
  • Digestives
  • Apéritives
  • Antispasmodiques
  • Anti-migraine
  • Antitussive
  • Antiulcéreuses
  • Antispasmodique

Risque

A forte dose elles peuvent fatiguer le foie et les reins. Les plantes en contenant sont donc conseillées sur une période discontinue. Elles peuvent également être abortives.

Les iridoïdes

Etant des molécules de petite taille, elles peuvent pénétrer le tissu cutané et sont donc utilisées dans les crèmes, gels et lotions. Elles peuvent avoir une action aussi bien tranquillisante que stimulante selon la molécule.

L'action hypotensive conférée par l'Olivier, on la doit entre autres à l'Oleuropéoside. Iridoïde important de cette plante, il aurait une activité vasodilatatrice grâce à l'interaction avec d'autres molécules hypotensives du totum de cet arbre fruitier.

Les structures stéroïdiennes

Les structures stéroïdiennes que l’on retrouve dans les tisanes de plantes séchées ont des structures proches des stéroïdes à 27 atomes de carbones tels que le cholestérol. Elles sont présentes en très faible quantité dans les tisanes car sont peu hydrosolubles.

Propriétés

  • Emménagogues
  • Hormonorégulatrices
  • Antiseptiques

Exemple

L’acide ursolique contenu dans la Sauge par exemple, serait reconnu pour son action anti-inflammatoire par inibition de la synthèse des médiateurs de l'inflammation. Il soutiendrait également une activité immunomodulante et antiseptique en diminuant la résistance bactérienne.

Risque

Certaines de ces molécules sont proches de nos hormones stéroïdiennes. Elles pourraient interagir avec notre système hormonal. Il n’y a encore pas assez de preuves scientifiques nous permettant de savoir à quel niveau ces molécules retrouvées dans nos tisanes influencent notre fonctionnement hormonal. Il vaut donc mieux prendre quelques précautions d’utilisation avec les plantes qui en contiennent en quantité significative ! Elles sont généralement déconseillées aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux personnes ayant des maladies hormono-dépendantes.

Les huiles essentielles

Les grandes familles d’huiles essentielles que l’on retrouve dans les plantes sont présentées sur la page dédiée à la constitution des huiles essentielles. On retrouve les terpènes, les alcools, les aldéhydes, les phénols, les cétones, les esters, les éthers, les lactones, les coumarines et furocoumarines ainsi que les oxydes. Dans les tisanes elles sont généralement présentes en faible quantité car étant peu hydrosolubles et volatiles, elles s’évaporent. On recommande généralement de faire infuser les plantes à huiles essentielles à couvert afin de conserver un maximum ces molécules volatiles.

Exemple

Les huiles essentielles du Fenouil ou encore de la Citronnelle, confèrent aux tisanes à base de ces plantes, leurs propriétés principales.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.6 ( 82 votes )

Bibliographie

Publication : Yoshinori Fujimura, Daisuke Miura, & Hirofumi Tachibana, (2017). A Phytochemical-Sensing Strategy Based on Mass Spectromètre Imaging and Metabolic Profiling for Understanding the Functionality of the Medicinal Herb Green Tea. Molecules, 22(10), 1621. https://doi.org/10.3390/molecules22101621

Publication : SLOLEY, B. D., URICHUK, L. J., MORLEY, P., DURKIN, J., SHAN, J. J., PANG, P. K. T., & COUTTS, R. T. (2000). Identification of Kaempferol as a Monoamine Oxidase Inhibitor and Potential Neuroprotectant in Extracts ofGinkgo BilobaLeaves. Journal of Pharmacy and Pharmacology, 52(4), 451–459. https://doi.org/10.1211/0022357001774075

Publication : Benaiges, A., Marcet, P., Armengol, R., Betes, C., & Girones, E. (1998). Study of the refirming effect of a plant complex. International Journal of Cosmetic Science, 20(4), 223–233. https://doi.org/10.1046/j.1467-2494.1998.176608.x

Publication : Bribi, N., Algieri, F., Rodriguez-Nogales, A., Vezza, T., Garrido-Mesa, J., Utrilla, M. P., . . . Gálvez, J. (2016). Intestinal anti-inflammatory effects of total alkaloid extract from Fumaria capreolata in the DNBS model of mice colitis and intestinal epithelial CMT93 cells. Phytomedicine, 23(9), 901–913. https://doi.org/10.1016/j.phymed.2016.05.003

Publication : Ghorbani, A., & Esmaeilizadeh, M. (2017). Pharmacological properties of Salvia officinalis and its components. Journal of Traditional and Complementary Medicine, 7(4), 433–440. https://doi.org/10.1016/j.jtcme.2016.12.014

Publication : Panche, A. N., Diwan, A. D., & Chandra, S. R. (2016). Flavonoids: an overview. Journal of Nutritional Science, 5. https://doi.org/10.1017/jns.2016.41

Publication : Luettig, B., Steinmuller, C., Gifford, G. E., Wagner, H., & Lohmann-Matthes, M. (1989). Macrophage Activation by the Polysaccharide Arabinogalactan Isolated From Plant Cell Cultures of Echinacea purpurea. JNCI Journal of the National Cancer Institute, 81(9), 669–675. https://doi.org/10.1093/jnci/81.9.669

Ouvrage : Morel, J. M. (2008). Traité pratique de phytothérapie: Remèdes d'hier pour médecine de demain. Escalquens, France: Editions Jacques Grancher.

On vous en parle en vidéo

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Notre équipe pluridisciplinaire (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) est composée de 6 personnes, travaillant à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits. Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?