Les mycoses sont des infections causées par la prolifération de champignons. Elles peuvent être d’origine superficielle (mycose cutanée, mycose des ongles, mycose des pieds), localisées dans des muqueuses (mycose buccale, mycose vaginale) ou systémique (mycose digestive). Les infections mycosiques sont provoquées principalement par des levures (Candida) ou des microorganismes comme les dermatophytes. Réputé pour ses effets antimicrobiens, l’extrait de Pépins de Pamplemousse (EPP) pourrait aider à lutter contre ces infections mycosiques. Néanmoins, il n’existe actuellement pas assez d’études pour prouver sa réelle efficacité et d’autres extraits naturels comme des huiles essentielles seront plus efficaces.

Cet article a été mis à jour le 19/12/2023

Quelles sont les propriétés de l’EPP ?

On parle d’une mycose lorsqu’une infection fongique survient de façon superficielle sur le corps (peau, ongles, muqueuses, etc.) ou de façon profonde dans l’organisme (poumon, système digestif, etc.). Ces champignons peuvent provenir d’un milieu extérieur ou bien être naturellement présent dans l’organisme. Un système immunitaire affaibli favorise l’apparition de cette dernière.

Les mycoses cutanées, des ongles et des pieds, appelées aussi dermatophytoses sont causées par des champignons filamenteux de la famille des dermatophytes. Elle regroupe les genres Trichophyton, Epidermophyton ou Microsporum, des champignons à l’origine de ce type de mycose.

Les mycoses peuvent également être dues à une infection fongique par les levures de la famille Candida et entre autres Candida albicans. Cette espèce naturellement présente dans la peau et les muqueuses sont parfois responsables d’infections touchant les muqueuses (buccales, vaginales ou digestives) ou plus rarement la peau. On parle alors de candidose.

L’extrait de Pépins de Pamplemousse obtenu sans la présence des conservateurs chimiques (chlorure de benzéthonium, chlorure de benzalkonium) contient des flavonoïdes tels que la naringine, l’hespéridine, la quercétine ou encore la poncirine. Ces derniers auraient une potentielle activité inhibitrice sur la prolifération des champignons appartenant à la famille Candida. Néanmoins, aucune étude actuelle n’a montré l’activité antifongique sur ces espèces et sa sécurité biologique. L’EPP ne fonctionne par ailleurs pas sur les dermatophytes et les moisissures, donc il n’est pas utile en cas de mycoses cutanées.

En cas de mycose buccale, mycose digestive ?

En cas de candidose, il est possible de réaliser des cures d’extrait de Pépins de Pamplemousse sous forme de complément alimentaire pour apporter ses éventuels effets antifongiques.

Conseils d’utilisation : pour un adulte d’environ 75 kg :

  • Verser 10 gouttes d’extrait de Pépins de Pamplemousse diluées dans un verre d’eau ou de jus de fruit, 2 fois par jour les 3 premiers jours.
  • Du 4ème au 10ème jour, verser 15 gouttes selon le même protocole avec une fréquence de 2 fois par jour, puis 3 fois par jour à partir du 11ème jour.

Cette cure durera 1 à 6 mois selon la réponse de l’organisme.

Précautions d’utilisation : Veiller à demander l’avis d’un professionnel de santé avant d’utiliser cette cure. En effet, l’EPP pourrait avoir potentiellement avoir les mêmes effets dans les interactions médicamenteuses que le jus de pamplemousse. De plus, une cure sert seulement de complément à une bonne hygiène de vie (alimentation, sport, etc.).

En cas de mycose vulvaire ?

L’extrait de Pépins de Pamplemousse ne s’utilise pas en cas de mycose vulvaire (ou vaginale) étant donné l’absence d’études. Il est préférable d’utiliser des produits formulés disponibles en pharmacie. En outre, la consultation d’un professionnel de santé reste fortement préconisée en cas de mycoses touchant les parties génitales.

Autres extraits naturels efficaces

Des huiles essentielles aux propriétés antifongiques prouvées seront plus efficaces en cas de mycose.

L’huile essentielle de Tea Tree : Cette huile essentielle est une référence pour les mycoses de tous types étant donné les nombreuses études confirmant ses propriétés antifongiques à large spectre. Sa composition riche en terpinène-4-ol (30 à 48 %), ainsi qu’en monoterpènes cycliques (γ-terpinène, α-terpinène) permet d’altérer la membrane externe des champignons, ralentissant ainsi leur croissance et leur développement. Elle est par la même occasion immunostimulante permettant ainsi de diminuer l’apparition de ces infections.

L’huile essentielle de Palmarosa : Cette huile essentielle est aussi très efficace contre les mycoses causées par les dermatophytes et les levures Candida et Malassezia. Sa richesse en géraniol (72 à 86 %) participe à inhiber la prolifération des champignons filamenteux des dermatophytoses et limiterait leur développement sur le biofilm cutané.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.7 ( 19 votes )

Bibliographie

Publication : Tsutsumi-Arai, C., Terada-Ito, C., Tatehara, S., Imamura, T., Takebe, Y., Ide, S., & Satomura, K. (2021). Fungicidal activity of grapefruit seed extract against the pathogenic candida species causing oral candidiasis. Journal of Oral and Maxillofacial Surgery, Medicine, and Pathology. https://doi.org/10.1016/j.ajoms.2021.03.001

Publication : Reagor, L., Gusman, J., McCoy, L., Carino, E., & Heggers, J. P. (2002). The effectiveness of Processed Grapefruit-Seed Extract as an antibacterial agent : i. an In vitro agar assay. Journal of Alternative and Complementary Medicine, 8(3), 325 332. https://doi.org/10.1089/10755530260128014

Publication : Heggers, J. P., Cottingham, J., Gusman, J., Reagor, L., McCoy, L., Carino, E., Cox, R. A., & Zhao, J. (2002). The effectiveness of Processed Grapefruit-Seed Extract as an antibacterial agent : II. mechanism of action and In vitro toxicity. Journal of Alternative and Complementary Medicine, 8(3), 333 340. https://doi.org/10.1089/10755530260128023

Publication : Cvetnić, Z., & Vladimir-Knežević, S. (2004). Antimicrobial activity of grapefruit seed and pulp ethanolic extract. PubMed, 54(3), 243 250. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15610620

Publication : Cao, S., Xu, W., Zhang, N., Wang, Y., Luo, Y., He, X., & Huang, K. (2012). A Mitochondria-Dependent pathway mediates the apoptosis of GSE-Induced yeast. PLOS ONE, 7(3), e32943. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0032943

Site Web : Retailleau, N. (2016). Les compléments alimentaires à base d’extrait de pépins de pamplemousse : propriétés et recommandations à l’officine. http://nuxeo.edel.univ-poitiers.fr/nuxeo/site/esupversions/bbc6e245-5944-4ada-a209-8a4181edeae4

Site Web : https://ansm.sante.fr/documents/reference/thesaurus-des-interactions-medicamenteuses-1