L'Éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus), également connu sous les noms de Ginseng de Sibérie ou de Buisson du Diable, est un arbuste épineux de la famille des Araliacées. Communément trouvé dans l'est de la Sibérie, il s'étend jusqu'en Corée et dans les provinces chinoises du Shanxi et du Hebei. Cet arbuste est célèbre pour ses propriétés tonifiantes, utilisées depuis plus de 4 000 ans. Classé parmi les plantes médicinales adaptogènes, il est réputé pour aider l'organisme à s'adapter au stress et aux déséquilibres. Cependant, son usage traditionnel peu documenté pour réguler la tension artérielle soulève des questions sur son efficacité potentielle contre ce trouble. Cet article examine les connaissances actuelles sur les effets de l'Éleuthérocoque sur cette condition médicale.

Cet article a été mis à jour le 22/05/2024

Des effets discutables sur l’hypertension

Cette propriété prend racine dans les connaissances empiriques issues d’un usage traditionnel, mais il y a très peu de traces de cet usage dans les écrits historiques. Les premières traces d’études portant sur ses effets sur l’hypertension remontent aux années 1960. En effet, des études cliniques russes expliquaient les effets indésirables de l’Éleuthérocoque chez les personnes hypertendues. Cependant, une étude bibliographique ultérieure montre que ces conclusions ne sont ni conformes aux données originales, ni étayées par d'autres données publiées, qui pointent plutôt vers des effets antihypertenseurs potentiels.

En 2004, l’influence de l’Éleuthérocoque sur la tension artérielle a fait l’objet d’une étude clinique. Elle met ainsi en évidence l’innocuité de la plante pour les personnes hypertendues sans toutefois montrer une action directe sur l’hypertension. En effet, 70 % des personnes étudiées disaient se sentir mieux après la prise de Ginseng de Sibérie, mais aucune différence significative de pression artérielle n’a été relevée.

Cependant, les résultats d'un autre essai clinique réalisé auprès d'athlètes de haut niveau indiquent que l'extrait éthanolique d'Éleuthérocoque pourrait provoquer une augmentation de 31 % du taux de cortisol, une hormone sécrétée par les glandes surrénales. Or, de nombreuses recherches montrent que le cortisol pourrait augmenter la pression artérielle. Étant donné que plusieurs études établissent un lien entre le cortisol et la tension artérielle, il est possible que le Ginseng de Sibérie influence indirectement la tension artérielle.

Ainsi, il est donc impossible, au vu de l’état des recherches, de dire que le Ginseng de Sibérie a un effet sur l’hypertension. De plus, les composés actifs et les modes d’actions potentiels mis en jeu restent à élucider.

Déconseillée en cas d’hypertension sévère

Principe de précaution des autorités

La Commission E allemande, un conseil consultatif scientifique de l'Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux, applique le principe de précaution et déconseille l'utilisation de l'Éleuthérocoque pour les personnes ayant une tension artérielle sévère (supérieure à 180/90 mm Hg). Cette recommandation vise à prévenir les risques associés à un usage inapproprié de la plante dans de telles circonstances.

Interactions médicamenteuses

Il est également recommandé aux personnes prenant des hypotenseurs ou des hypertenseurs de ne pas consommer de l’Éleuthérocoque, car les extraits de cette plante semblent avoir des interactions médicamenteuses avec ces derniers.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 0 ( 0 votes )

Bibliographie

Publication : Schmidt, M., Thomsen, M., Kelber, O. et Kraft, K. (2014). Mythes et faits sur les plantes médicinales : Eleutherococcus senticosus (ginseng sibérien) et sa contre-indication chez les patients hypertendus. Botanique : cibles et thérapie , 4 , 27–32. https://doi.org/10.2147/BTAT.S60734

Publication : Gaffney, B. T., Hügel, H., & Rich, P. (2001). The effects of Eleutherococcus senticosus and Panax ginseng on steroidal hormone indices of stress and lymphocyte subset numbers in endurance athletes. Life Sciences, 70(4), 431–442. https://doi.org/10.1016/s0024-3205(01)01394-7

Publication : Whitworth JA, Williamson PM, Mangos G, Kelly JJ. Cardiovascular consequences of cortisol excess. Vasc Health Risk Manag. 2005;1(4):291-9. doi: 10.2147/vhrm.2005.1.4.291. PMID: 17315601; PMCID: PMC1993964.

Publication : Cicero, A. F. G., Derosa, G., Brillante, R., Bernardi, R., Nascetti, S., & Gaddi, A. (2004). Effects of Siberian ginseng (Eleutherococcus senticosus Maxim.) on elderly quality of life: a randomized clinical trial. Arch. Gerontol. Geriatr. Suppl., 9, 69–73. https://www.academia.edu/60882011/Effects_of_Siberian_Ginseng_Eleutherococcus_Senticosus_MAXIM_on_Elderly_Quality_of_Life_A_Randomized_Clinical_Trial?uc-sb-sw=53713529

Ouvrage : Lorrain, É. (2019). Grand Manuel de phytothérapie. Dunod.