On distingue généralement deux grandes familles d'acouphènes : les objectifs et subjectifs. La différenciation de ces deux phénomènes se fait sur leur degré d'audibilité. Les objectifs peuvent être entendus avec un stéthoscope par le médecin, ils sont donc audibles par autrui. À l'inverse, les acouphènes subjectifs sont fondés sur le ressenti de l'individu, et uniquement sa perception. En soi, il n'y a aucun moyen de prouver l'existence d'acouphènes subjectifs chez un patient. On retrouve aussi dans les acouphènes la notion de fréquence : le symptôme peut être temporaire ou chronique. Les acouphènes temporaires sont généralement très répandus, tandis que les crises d'acouphènes chroniques sont plus rares et bien plus violentes.

Causes & conséquences

De nombreuses et différentes causes donnent naissance à des acouphènes. On peut par exemple avoir affaire à des sons générés par l'organisme et son système sensoriel, c'est-à-dire que les sons ressentis prennent source dans les pulsations cardiaques ou les claquements musculaires. Ceux-ci peuvent être qualifiés de « somatiques » et leur effet varie en fonction des personnes qu'ils touchent. C’est d'ailleurs généralement le type d'acouphènes rangé sous la famille des objectifs, puisqu'ils peuvent être décelés par les spécialistes.

Les acouphènes « cochléaires » tiennent ce joli nom d'un problème au niveau de la cochlée, partie auditive en escargot de l'oreille interne située dans l'os temporal. Ils peuvent se manifester à cause d'un dysfonctionnement du système auditif, mais aussi à cause du simple vieillissement de nos capacités. À propos du lien entre cochlée et acouphène, on retient l'hypothèse d'un dérèglement entre les fibres du nerf auditif et les cellules sensorielles, qui viennent complètement changer la perception du son par l'appareil auditif et le cerveau. C'est à ce stade que le fameux et insoutenable bourdonnement entre en scène.

Les familles rares

D'autres familles d'acouphènes, moins fréquentes, sont tout de même notables. L'exposition à un son extrême (violente détonation) ou trop fort sur une longue période (l'écoute répétitive de la musique au casque, un festival de trois jours sans boules Quiès) sont les causes d'acouphènes qui, s'ils sont souvent périodiques, peuvent s'installer et détériorer la santé du système auditif. Ceux-ci naissent donc à cause des traumatismes sonores. Bien plus rare et relevant plutôt du secteur psychiatrique, l'hallucination auditive va désigner un dysfonctionnement au niveau du système central.

Pour aller plus loin, on peut également se pencher sur des phénomènes proches. L'hyperacousie, par exemple, dont les caractéristiques sont une sensibilité extrême aux bruits environnants et une forte fragilité de l'ouïe. Les seuils de tolérance variant d'une personne à l'autre, ce dysfonctionnement de l'audition aura plus ou moins de conséquences sur le quotidien de ses victimes : cela va du passage de l'aspirateur, à la conduite d'un véhicule ou le simple fait de devoir sortir de chez soi.


Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 3.8 ( 5 votes )

Autres articles liés

Bibliographie

Ouvrage : de la Charie, T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Notre équipe pluridisciplinaire (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) est composée de 6 personnes, travaillant à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits. Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?