Le stress oxydant correspond à une agression des cellules de notre organismes par des espèces réactives à l'oxygène comme les radicaux libres. Le mode de vie, des facteurs environnementaux ou encore l'alimentation sont les principaux facteurs de risques d'exposition à un stress oxydant. Ce dernier est mis en cause dans de nombreuses maladies (cancers, maladies cardio-vasculaires, neurodégénératives, etc) et dans l'accélération des phénomènes de vieillissement. Heureusement, des substances sont capables de lutter contre le stress oxydant : les antioxydants. Ce sont principalement des micronutriments comme les vitamines, les oligo-élements ou les phytonutriments retrouvés largement dans notre alimentation.

Le stress oxydant : c'est quoi ?

Le stress oxydant, aussi appelé stress oxydatif, correspond à une sorte d'agression de nos cellules par des espèces réactives à l'oxygène (ERO ou ROS en anglais pour reactive oxygen species). Ces espèces chimiques sont des dérivés de l'oxygène dont les radicaux libres font partie. La production de ces ERO est normale pour grand nombre d'organismes. La nature est si bien faîte que chacun d'entre nous possède des armes naturelles pour lutter contre les ERO, des enzymes antioxydantes mais aussi d'autres substances comme le glutathion, l'acide urique ou encore la ferritine. Cependant, si les ERO sont en excès, l'organisme est surchargé : on parle de stress oxydant.

Plusieurs facteurs peuvent conduire à une situation de stress oxydant :

  • une exposition intense et/ou prolongée à la pollution
  • des situations de stress répétées
  • une exposition solaire intense et/ou prolongée
  • une pratique sportive trop intense
  • la consommation régulière de tabac et/ou d'alcool
  • une mauvaise hygiène de vie
  • etc.

En situation de stress oxydant, les ERO s'attaquent aux cellules, à l'ADN qu'elles contiennent, aux protéines, aux membranes cellulaires, etc. Ceci se traduit par des problèmes inflammatoires, un vieillissement accéléré mais aussi un plus grand risque de développer des maladies cardiovasculaires, des cancers ou des pathologies neurodégénératives par exemple.

C'est pourquoi il est important de puiser dans la nature et dans l'alimentation notamment, des antioxydants pour aider notre corps à lutter contre les ERO ; particulièrement pour les personnes concernées par les facteurs à risque ci-dessus.

Les bienfaits des antioxydants

Les antioxydants vont jouer un rôle important contre le stress oxydant puisqu’ils vont neutraliser les ERO dont les radicaux libres. Chaque antioxydant a un rôle bien défini qui permet d’agir contre certaines maladies et de limiter le vieillissement prématuré.

Les principales actions que l’on confère aux antioxydants sont :

  • retarder le vieillissement
  • abaisser le taux de cholestérol et réduire le risque de maladies cardio-vasculaires
  • prévenir certaines formes de cancer
  • protéger les yeux
  • lutter contre les effets de la pollution sur la peau, les cheveux, l'organisme.

Qui sont les antioxydants ?

Les antioxydants sont des molécules qui vont empêcher les réactions en chaîne néfastes provoquées par les ERO, ce sont ainsi des boucliers naturels pour l'organisme. On les retrouve dans la plupart des végétaux et notamment dans les fruits et légumes. Normal puisqu'eux mêmes ont dû s'adapter aux agressions de la nature (UV, pollution, etc.) en développant des mécanismes de défense lourds.

Les antioxydants naturels sont principalement des vitamines, des oligo-éléments ou des polyphénols, parmi lesquels on distingue :

  • la vitamine C : elle contribue à neutraliser les radicaux libres au niveau du plasma sanguin et à l’intérieur des cellules. Elle permet également de régénérer la vitamine E. On la trouve majoritairement dans les légumes.

  • la vitamine E : elle regroupe deux familles de composés, les tocophérols et les tocotriénols. L’alpha-tocophérol est la forme la plus fréquente dans la nature, c’est un antioxydant liposoluble qui limite les réactions d’oxydation des corps gras de l’organisme. On la retrouve principalement dans les huiles végétales, les graines oléagineuses ou certains fruits comme l’avocat.

  • les caroténoïdes : une des substances les plus connue de la famille des caroténoïdes est le bêta-carotène. C’est un précurseur de la vitamine A, c’est-à-dire qu’il va être transformé en vitamine A par le foie. Agissant comme un antioxydant, on le retrouve principalement dans les aliments d’origine végétale mais également dans les œufs et le beurre.

  • les polyphénols : les polyphénols constituent une famille de molécules hydrosolubles comme les flavonoïdes, les anthocyanes et les tanins par exemple. Ce sont des antioxydants naturels que l’on retrouve majoritairement dans notre alimentation et qui vont agir sur les radicaux libres.

  • le sélénium et le zinc : ces oligoéléments sont des composants des enzymes antioxydantes, ils sont ainsi indispensables au bon fonctionnement du système de défense antioxydant.

Les antioxydants : comment les consommer ?

Il n’existe pas de recommandation officielle concernant les antioxydants, néanmoins il est conseillé d’en consommer régulièrement par l’intermédiaire de l’alimentation. Ainsi, il est essentiel d’avoir une alimentation riche et diversifiée. Parmi les différentes catégories d’aliments, ce sont sans surprise les fruits et les légumes qui sont les plus riches !

De nombreux facteurs influent sur la qualité d’un aliment et de sa teneur en micronutriments. Ainsi pour conserver le maximum de vitamines et de minéraux, il est préférable d’éviter de faire subir divers traitements aux aliments. Néanmoins, si certains nutriments sont sensibles à la chaleur comme la vitamine C par exemple, d’autres le sont beaucoup moins. En effet certains légumes comme l’artichaut, la tomate ou certaines herbes aromatiques, voient leur capacité antioxydante augmenter après cuisson. C’est notamment le cas des fruits séchés comme les cranberries, les physalis ou encore des baies de goji, qui voient leur concentration de nutriments doubler après séchage.

Quelques exemples de superaliments riches en composés antioxydants :

La Spiruline, composée de vitamine E et de bêta-carotène, elle va lutter contre les radicaux libres et ainsi retarder le vieillissement pour protéger la peau et l'organisme.
Les baies de Goji, la composition riche en antioxydants de la baie de Goji permet de prévenir certains troubles oculaires et ainsi de protéger les yeux.
Les Cranberries, la forte teneur en antioxydants et notamment en vitamine C et flavonoïdes des Cranberries, permet de lutter contre les radicaux libres et ainsi de protéger l'organisme du vieillissement et de certaines maladies.
Les fèves de Cacao, la forte composition en antioxydants et notamment en polyphénols et vitamines des Fèves de Cacao, permet de lutter contre les radicaux libres et donc de limiter le vieillissement des cellules de notre organisme.
L'Açaï, composée d'antioxydants comme la vitamine A ou la vitamine C, elle permet d'apporter une protection à notre organisme contre le stress oxydatif. La poudre d'açaï permet donc de limiter l'apparition de certaines maladies et du vieillissement prématuré.
La Grenade, riches en composés antioxydants, les graines de grenade contiennent de la vitamine C, des vitamines B, de la vitamine E, mais également du potassium, du cuivre, des polyphénols, flavonoïdes, anthocyanines et tanins. Cette composition en antioxydants leur attribue des propriétés protectrices contre le stress oxydatif.

Comment est mesuré le pouvoir antioxydant des aliments ?

Il existe plusieurs méthodes pour déterminer le pouvoir antioxydant des aliments et ainsi les classer selon leur efficacité. Une des méthodes les plus connues est la mesure de l’indice ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity), qui correspond à la capacité d’absorption des radicaux oxygénés. Il va ainsi mesurer la capacité des aliments à éliminer les espèces réactives à l’oxygène. L'ORAC est calculé au moyen d'une sonde fluorescente qui s'oxyde sous l'effet de radicaux libres. On va ainsi observer l’activité d’un antioxydant à partir de la fluorescence et comparer les résultats obtenus avec des données de références.

L’indice ORAC est défini de la façon suivante :

  • 0 à 1500 : capacité antioxydante basse
  • 1500 à 3000 : capacité antioxydante moyenne
  • 3000 à 10 000 : capacité antioxydante élevée
  • + de 10 000 : capacité antioxydante très élevée

Il existe également d’autres tests comme celui de Folin-Ciocalteu, qui permet de déterminer la quantité de polyphénols totaux. Il s’agit d’un dosage par spectrophotométrie où l’ont fait réagir les polyphénols avec le réactif de Folin-Ciocalteu. Ce test n’est cependant pas assez spécifique, car d’autres composés peuvent également réagir à ce réactif, il peut donc y avoir une surestimation des composés phénoliques. Le test FRAP permet également de mesurer le pouvoir antioxydant d’un aliment en déterminant leur capacité de réduction des ions ferriques (Fe3+) en ions ferreux (Fe2+).

Les antioxydants en cosmétique

Les antioxydants ne sont pas uniquement dans notre alimentation, on peut également les retrouver dans nos produits cosmétiques ! En cosmétique, les antioxydants peuvent être utilisés pour deux raisons :

  • en tant que conservateurs, pour protéger la formulation de l'oxydation et du rancissement des corps gras

  • en tant qu'actifs, pour préserver la peau des radicaux libres et lutter contre les facteurs du vieillissement cutané prématuré

Les antioxydants en cosmétique peuvent être d'origine végétale, synthétique ou même issus de la biotechnologie. On retrouve notamment des vitamines comme la vitamine A, C ou E, des caroténoïdes, des polyphénols, des stérols, des squalènes ou encore de l'acide gallique. On peut également retrouver des extraits végétaux comme la fleur de romarin ou des extraits issus de fermentation de végétaux comme la spiruline. On retrouve notamment beaucoup de ces composés antioxydants dans les huiles végétales, ce qui leur confère des propriétés antioxydantes, idéales pour lutter contre le vieillissement cutané en cas de peau mature et en prévention des rides.

Plus de détails : les conservateurs en cosmétiques

Quelques exemples d'huiles végétales riches en composés antioxydants :

L'huile végétale d'Argan, la présence de composés anti-radicalaires naturels tels que les tocophérols (dont la vitamine E), le squalène ou les caroténoïdes font de cette huile un excellent remède anti-âge.
L'huile végétale de Pépins de Framboise, est une huile anti-âge qui va retarder l'apparition des rides notamment grâce à la vitamine E, l'acide gallique et les caroténoïdes qui sont de puissants antioxydants.
L'huile végétale de Pépins d'Argousier, grâce à son taux exceptionnel en vitamine E et caroténoïdes, cette huile végétale a une activité anti-oxydante, anti-radicalaire et anti-âge. 
L'huile végétale de Cassis, principalement reconnue pour son action anti-âge afin de lutter contre l'apparition des rides, son utilisation en cosmétique se justifie par sa richesse en composés actifs antioxydants comme la vitamine E, les phytostérols ou les alcools triterpéniques.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.6 ( 203 votes )

Bibliographie

Publication : Pincemail, J., Bonjean, K., Cayeux, K., & Defraigne, J.-O. (2002). Mécanismes physiologiques de la défense antioxydante. Nutrition Clinique et Métabolisme, 16(4), 233–239. Doi :10.1016/s0985-0562(02)00166-8

Publication : Padayatty, S. J., Katz, A., Wang, Y., Eck, P., Kwon, O., Lee, J.-H., … Levine, M. (2003). Vitamin C as an Antioxidant: Evaluation of Its Role in Disease Prevention. Journal of the American College of Nutrition, 22(1), 18–35. doi :10.1080/07315724.2003.10719272

Publication : Pandey, K. B., & Rizvi, S. I. (2009). Plant Polyphenols as Dietary Antioxidants in Human Health and Disease. Oxidative Medicine and Cellular Longevity, 2(5), 270–278. Doi :10.4161/oxim.2.5.9498

Publication : Paiva, S. A. R., & Russell, R. M. (1999). β-Carotene and Other Carotenoids as Antioxidants. Journal of the American College of Nutrition, 18(5), 426–433. doi :10.1080/07315724.1999.10718880

Publication : Tinggi, U. (2008). Selenium: its role as antioxidant in human health. Environmental Health and Preventive Medicine, 13(2), 102–108. doi :10.1007/s12199-007-0019-4

Publication : Powell, S. R. (2000). The Antioxidant Properties of Zinc. The Journal of Nutrition, 130(5), 1447S–1454S. doi :10.1093/jn/130.5.1447s

Publication : Traber, M. G., & Atkinson, J. (2007). Vitamin E, antioxidant and nothing more. Free Radical Biology and Medicine, 43(1), 4–15. doi: 10.1016/j.freeradbiomed.2007.03.024

Ouvrage : Dufour, A. (2016). Les superaliments santé.

Ouvrage : Pouyat-Leclère, J. (2013). Guide des aliments antioxydants. Thierry Souccar Editions & La Nutrition.fr

Site Web : CosmeticOBS - L'observatoire des cosmétiques : Antioxydant. https://cosmeticobs.com/fr/articles/lexique-cosmetique-5/antioxydant-3324/

Qui rédige ces conseils ?

Cet article a été rédigé et mis à jour par . Notre équipe pluridisciplinaire (pharmaciens, ingénieurs, biochimistes, agronomes) est composée de 6 personnes, travaillant à temps plein pour améliorer l'expertise de nos contenus et la qualité de nos produits. Pour en savoir plus : comment sont rédigés nos conseils ?