Des effets secondaires ont été associés à une consommation excessive de Galanga. En effet, il semblerait que son effet piquant pourrait favoriser l’apparition de gastrite, de reflux gastro-œsophagien (RGO), et d’inflammation intestinale. De ce fait, il est recommandé de consommer le Galanga de manière raisonnable, c’est-à-dire 1,5 à 2 g maximum par jour. Concernant les femmes enceintes et allaitantes, une consommation raisonnable de Galanga est sans danger. De plus, la consommation raisonnable de Galanga pourrait être déconseillée aux personnes souffrant d’hypertension. Un avis médical est impératif dans ce cas pour s’assurer de l’innocuité de cette plante à rhizomes.

Cet article a été mis à jour le 13/10/2023

Des problèmes digestifs en cas de consommation excessive

La consommation excessive de Galanga peut entraîner des effets secondaires de type gastrite, inflammation de l’intestin ou reflux gastro-œsophagien. En effet, le Galanga est réputé pour être une épice très similaire au gingembre, dont elle partage un goût fort et piquant. Cependant, la saveur piquante du Galanga pourrait entraîner des inflammations pour les personnes ayant l’estomac sensible (dû à une pathologie notamment). De ce fait, il est déconseillé de consommer du Galanga en cas d’ulcère gastrique, de RGO, de gastrite ou d’inflammation de l’intestin, sans avoir demandé d’avis médical.

Attention, il faut toutefois se rassurer. Il est vrai que le Galanga pourrait aussi provoquer une gastrite ou des RGO, mais cela serait dû uniquement à une consommation très excessive de Galanga. Les personnes n’ayant pas de sensibilité à l’estomac ou aux intestins peuvent donc consommer ce dernier de manière raisonnable (1,5 à 2 g de Galanga max par jour).

Pour les femmes enceintes et allaitantes ?

Bien que le Galanga contienne des phytostérols, sa consommation raisonnable ne pas être un danger pour les femmes enceintes et allaitantes. En effet, des études ont montré un potentiel danger des aliments riches en phytostérols puisqu’ils pourraient diminuer l’absorption du bêta-carotène chez le nourrisson. Toutefois, avec 1 ou 2 g de Galanga consommé (dose journalière raisonnable), le Galanga ne semble pas constituer de danger pour les femmes enceintes et allaitantes. Par ailleurs, de nombreux aliments sont riches en phytostérols et ne sont pas pour autant déconseillés chez les femmes enceintes et allaitantes (noix, légumineuses, etc.). En cas de doute, il reste toujours possible de demander un avis médical avant de consommer du Galanga.

À éviter en cas d’hypertension

Certaines sources et témoignages indiquent que le Galanga pourrait avoir un effet bénéfique en cas d’hypertension. Toutefois, aucune étude n’a montré de tels effets, il est donc impossible de conclure si cela est dû à un effet placébo ou à de réels bienfaits. Pour l’heure, la vigilance reste de mise. Il est donc conseillé aux personnes sous traitement hypotensif de ne pas consommer du Galanga sans demander un avis médical, au risque que ce dernier n’interagisse avec le traitement en cours. En effet, si les bienfaits hypotensifs du Galanga sont avérés, il se pourrait que son interaction avec le médicament augmente l’effet hypotensif, et provoque ainsi de l’hypotension aiguë.

Cet article vous a-t-il été utile ?

  

Note moyenne: 4.8 ( 17 votes )

Bibliographie

Ouvrage : Melkonian, C., Bocquet, A., Brutin, J., Colombani, S. & France-Goral, A. (2022). BTS Diététique (2e éd.). ELLIPSES.

Ouvrage : C. (2021). Alimentation, nutrition et régimes. STUDYRAMA.

Ouvrage : Ferreira, A., Petretti, C., & Vasina, B. (2015). Biologie de l’alimentation humaine : Tome 1 (Vol. 1). Studyrama.

Site Web : Autorité Européenne de Sécurité des Aliments - EFSA. https://www.efsa.europa.eu/fr

Site Web : Galanga — WikiPhyto. (s. d.). http://www.wikiphyto.org/wiki/Galanga